Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Sentimental/Romanesque
Dunkelheit : Sculpteur d'âme
 Publié le 17/08/09  -  5 commentaires  -  3485 caractères  -  80 lectures    Autres textes du même auteur

Savez-vous écouter un musicien ambulant ? Savez-vous remarquer le passant qui vous offre un sourire ? Savez-vous accepter l'humain qui vous tend la main ?


Sculpteur d'âme


Sculpteur d'âme, sculpteur de cœur, sculpteur de chagrin… toujours la même ritournelle qui accompagne cette danse éternelle.


Il est là et il donne sans s'apercevoir ni chercher à voir, alors que les gens prennent avec nonchalance le bonheur qu'il leur offre du bout des doigts. Il est là et il est beau quand il leur raconte ses rêves, tellement beau que personne n'écoute alors qu'il suffit d'entendre. Il est là mais ailleurs en même temps, insaisissable puisqu'il est humain et musique à la fois. Il se fond dans ce décor qui ne lui convient pas et qui le cache si bien de ceux qui y évoluent comme si ce monde était le leur, personne ne le remarque, ou personne ne daigne le voir et pourtant il met son cœur à nu sous leurs yeux.

Alors ils se sentent obligés et c'est comme s'ils lui faisaient une fleur, ils descendent de leur piédestal pour lui faire une faveur, ils ont l'impression de donner et se voient grands, alors qu'ils ne sont rien devant lui, mais il ne leur dira pas. C'est une étoile tombée du ciel qui accepte son malheur et partage ce qu'elle a de meilleur, et eux pauvres ingrats se voient toujours supérieurs ; leur vie se décline en une multitude de gris dont ils sont si fiers, fiers puisqu'ignorants des couleurs qui illustrent la sienne. Mais il est indulgent et poursuit la ritournelle.


Elle est là et elle voit, entend et ressent, elle rêve avec lui et rejoint son monde, goûte aux couleurs de ses illusions et partage ses joies. Elle oublie sa peine et délaisse son chagrin, pendant un instant elle danse aussi et discerne le bonheur, il est si près, toujours à portée de main et elle s'aperçoit qu'ils sont bien aveugles. Elle se voit si petite et elle comprend qu'ils ne sont rien et qu'il est tout puisqu'il n'est pas seul, lui sait s'ouvrir et s'offrir quand ils ne savent même pas écouter et c'est là que se trouve toute la différence.

Elle est là et elle le voit, elle entend la musique de son âme, elle l'écoute avec le cœur et elle non plus n'est plus seule, elle ressent ses peines et ses chagrins qu'elle mêle aux siens, ils ne font plus qu'un, l'espace d'un instant, puisqu'elle a su recevoir ce qu'il a su donner. Et elle se fige au milieu de la rue, et elle sourit avec les yeux comme elle sourit avec sa bouche, et elle rayonne du bonheur qu'elle a su apprécier, le bonheur que distribue un inconnu avec son violon.


Les gens passent sans s'arrêter, ils croient entendre de la musique, finalement c'est bien ça, quelques notes qui s'envolent et qui dansent, mais qui sont bien vite emportées par une foule de pensées bien plus importantes. Leur démarche est vive et régulière, ils sont musiques sans le savoir, métronomes qui martèlent les pavés de leur existence autrement importante, ils accordent quelques secondes de leur précieux temps à cet inconnu insignifiant, ils daignent lui accorder quelques secondes de leur attention, ils sont magnanimes.

Et les plus généreux s'avancent et laissent tomber quelques ronds métalliques qui tintent quand leur chute se termine dans une boîte tout aussi métallique, une offrande à l'image du cœur de ces automates. Ils sont bien grands ces passants, ils ont fait une bonne action, ils ont à peine entendu et ils ont donné, ils sont bien bons et il leur est redevable, ce violoniste qui n'a apparemment rien de mieux à faire.


Sculpteur d'âme, sculpteur de cœur, sculpteur de chagrin… toujours la même ritournelle, pourtant cette fois, ils étaient deux à voir le monde en couleur.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   jaimme   
17/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai lu trois ce texte avant de me décider à le commenter. Et j'espère assez attentivement.
Le thème est noble, il va sans dire. Et la rencontre un peu magique.
Mais je pense avoir trouvé ce qui me chagrinait. On a une belle impression, de belles tournures. Mais le récit comporte des imprécisions, voire des incohérences: "il donne sans s'apercevoir". Mais s'apercevoir de quoi? Qu'il donne du bonheur? Mais les passants ne le prennent pas ("personne ne le remarque, ou personne ne daigne le voir"). Mais "ils se sentent obligés". De quoi? Du bonheur reçu ou de la musique entendue, ou ils éprouvent seulement un sentiment de culpabilité? Je vois bien où l'auteur veut en arriver, mais ces deux paragraphes donnent une impression de flou qui m'a gêné.
Plus loin: "elle s'aperçoit qu'ils sont bien aveugles". Qui? Les passants, je pense.
Elle l'écoute, "elle oublie sa peine et délaisse son chagrin", elle éprouve du bonheur ("elle rayonne du bonheur qu'elle a su apprécier"), mais le bonheur de partager une peine ("elle ressent ses peines et ses chagrins qu'elle mêle aux siens)... Je ne comprends difficilement ou alors c'est qu'ici les douleurs trouvent une résonance et engendrent le bonheur. Possible.
J'ai bien aimé: "Elle se voit si petite"!
L'ensemble ne m'a pas laissé indifférent, loin de là, mais je pense qu'il nécessiterait une relecture qui lui ferait gagner en limpidité et en poésie.
Bonne continuation.

   Anonyme   
17/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour,

j'ai lu une première fois ce matin et je suis resté un peu perplexe, pas totalement séduit, pas définitivement rebuté non plus. Donc j'ai remis mes commentaires à ma prochaine lecture et là, ben, le texte m'a un peu agacé je dois dire.
C'est plutôt bien écrit, il se dégage une certaine poésie de l'ensemble, je n'ai rien relevé qui me fasse bondir, j'ai apprécié (modérément) le clin d'oeil du piedestal. Pourtant l'impression d'agacement demeure et je crois, à y réfléchir, qu'elle est due au caractère très convenu,très fleur bleue, un brin simpliste et très manichéen de ce texte. L'homme seul, forcément artiste et incompris, contre la foule forcément grise, indifférente et prétentieuse (je sais pas si je suis bien apte à parler de la foule moi, mais bon je m'y risque...). Et bien sûr la jeune fille pure et compréhensive dont le coeur ouvert à l'amour franchit les barrières de l'indifférence et de l'incompréhension.
Voilà pourquoi, personnellement, je suis agacé, parce que je n'y vois aucune réflexion personnelle un peu audacieuse ou originale. Mais naturellement, ce n'est que mon opinion.
En tout cas, ton écriture doit te permettre à mon sens d'être plus ambitieux dans le choix et le traitement de tes sujets, j'en suis convaincu.
Bonne continuation.

   xuanvincent   
18/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'ai apprécié le thème de cette courte nouvelle, aussi dans l'ensemble la manière dont l'auteur l'a traité.

Le flou m'a lors de ma première lecture un peu gênée. J'ai mieux compris l'histoire après avoir lu la présentation du texte (je ne lis habituellement les résumés qu'après avoir fini de lire le texte).

La poésie de ce texte m'a plu.

L'ensemble m'a fait penser à une touche légère qui vient atteindre le lecteur, à un texte qui resterait comme en suspens.

Bonne continuation à l'auteur.

   Anonyme   
19/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un bon texte dans son ensemble, musical mais par endroits imprécis. La poésie autorise cela. Un phrasé sculpté, des mots parfois pour le plaisir des sons au détriment du sens mais pas des sens, et pourtant, d'habitude c'est un point qui attire ma vigilance. Mais ici, en plus de l'aspect poétique, il y a une histoire, une en demi-teinte, une à demi-mots.

   florilange   
24/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai apprécié de voir la lumière au milieu de tout ce gris, d'entendre la musique au milieu de tous ces automates. Bien sûr, les musiciens de rue ne sont pas tous de grands artistes mais ils peuvent nous toucher à 1 moment donné, sans qu'on s'y attende. Alors oui, il s'ensuit 1 instant de pur bonheur, ou de légèreté, qui rend votre journée différente. L'auteur rend bien cet instant, cette clarté. Malgré son pseudo plutôt noirceur.
Merci de cette lecture
Florilange.


Oniris Copyright © 2007-2019