Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Flupke : La vérité sur le drame de Mayerling
 Publié le 13/10/08  -  16 commentaires  -  3023 caractères  -  173 lectures    Autres textes du même auteur

On connaît peut-être la version officielle « double suicide ». Mais qui connaît la version du double meurtre, resservie à la sauce latéralo-flupkéenne ?


La vérité sur le drame de Mayerling


La scène se passe dans une luxueuse maison sise à quelques kilomètres au sud de Mayerling, en Autriche.


Rodolphe de Habsbourg et Marie Vetsera sont allongés sur le tapis de la chambre du rez-de-chaussée. Le corps nu de Marie est inerte. Elle vient juste de mourir. Rodolphe suffoque. Son cerveau ne reçoit plus d'oxygène. Son corps, complètement nu aussi, est agité de spasmes et dans quelques secondes, il va rendre l'âme. Félix, le responsable du double meurtre s'est enfui par la fenêtre. Il a ensuite traversé le jardin. Il ne mesure pas les conséquences de son acte. Un livre ouvert en son milieu repose sur le bureau à quelques mètres des deux cadavres. Mais la « Critique de la raison pure » d'Emmanuel Kant n'a pas retenu l'attention de Félix. Il se soucie peu de ce genre de rhétorique philosophique. D'ailleurs, il est analphabète, surtout soucieux de son plaisir immédiat et n'a absolument aucun remords quand il éprouve la nécessité de tuer. Il se comporte de la sorte depuis sa tendre enfance. Il a subi un lavage de cerveau de la part de sa mère. Elle l'a convaincu qu'il n'y avait rien de mal à trucider et, par conséquent, aucun psychologue ne pourrait le guérir de son sadisme héréditaire. Félix est un tueur psychopathe totalement incurable.


Quelques heures plus tard, Birgit, la femme de ménage, entre dans la chambre et pousse un cri d'horreur en voyant le couple gisant inerte sur le tapis. Elle sort en courant et appelle Hans Fischer, le régisseur. Ce dernier, très musclé et trapu, accourt rapidement et rassure Birgit. Il va tout nettoyer et effacer toute trace. Ensuite, il se débarrassera des corps et demandera à Birgit, qui est aussi sa maîtresse, de ne rien dire aux propriétaires du domaine. Elle restera muette comme une carpe et il sait qu'il peut compter sur elle. Personne ne doit découvrir la vérité. Il faut garder le secret pour protéger Félix. Ils sont déjà persuadés que Félix est le coupable. Vu ses antécédents, c'est normal.


Hans est pensif ce soir, au coin du feu. Le régisseur s’en veut, car c'est lui qui a laissé la fenêtre ouverte et il se considère un peu responsable. Tout cela ne serait pas arrivé si la fenêtre était restée fermée.

Confortablement installé dans son fauteuil, Hans Fischer fume sa pipe et médite. Il n'est pourtant pas superstitieux, mais demain il ira à l'animalerie de Mayerling, près de la Hauptbahnhof, achètera un aquarium boule identique et deux poissons rouges de même taille. Et, cette fois, il ne les baptisera pas de noms célèbres, avec des connotations historiques négatives. Juste des prénoms ordinaires. C'est mieux. Samedi, la fille du propriétaire ne se rendra pas compte de cette nouvelle substitution. Pour elle, il s’agira toujours de Rodolphe de Habsbourg et de Marie Vetsera. Des appellations inappropriées pour des poissons rouges. Assez révélateur de la mentalité « nouveau riche ». Mais pour le régisseur, dorénavant, ça sera « Pif » et « Paf ». Félix, lové sur les cuisses de Hans, approuve tacitement en ronronnant.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
13/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien. ça commence comme une scène de crime avec la description d'un psychopathe. La caractérisation humaine des animaux fait que l'ont ne se doute pas avant la fin de leurs véritables identités. Petite nouvelle bien sympa à lire pour ma part avec une chute plutôt inattendu bien que l'on est dès le début un sentiment d'étrangeté dans le déroulement de l'action.

   Anonyme   
13/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Ca me rappelle une histoire de perroquet parue récemment sur ce même Site.
Je vais me risquer à une petite critique.
Pourquoi Félix?
On subodore tout de suite l'entourloupette.
J'aurais plutôt choisi Ludwig, Wolfgang ou autre prénom banalement germanique ...
Mais ce que j'en dis...

   widjet   
13/10/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
L'écriture demeure agréable, mais je préfère nettement la subtilité stylistique et brittish d'un Sandwich ou d'une Isla de la tentacion .

Bon, ben là, je crois qu'à force de lire du FlupKe, je suis devenu forcément plus vigilant. Donc, sur ce coup là je ne suis pas tombé dans le traquenard même si le piège était moins bien tendu que d'habitude.

Je crains que désormais, camarade, tu sois attendu au tournant et qu'il faudrait trouver d'autres subterfuges. Mais c'est un beau challenge pour un auteur aussi inventif que toi, non ?? :-))

W

   Anonyme   
14/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est un bon texte même si l'on devine assez rapidement la chute. Mais en le classant dans humour pourquoi pas finalement.

Je rejoindrai Leen sur le nom du chat: Félix ça fait un peu pâté (...pour chat!)

Mais c'est agréable et divertissant, je ne vais donc pas bouder mon plaisir!

   Doumia   
18/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ah j'ai failli me laisser prendre ne t'ayant jamais lu, en me demandant comment on pouvait gâcher une aussi belle histoire d'amour et oui j'assume, mais les corps sur le tapis m'ont mis la puce à l'oreille et évidemment en continuant ma lecture j'ai vu qu'elle prenait une tournure vraiment bien plus sympathique.

   belaid63   
26/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
moi ça me plais bien, la chute surtout.
petite nouvelle agréable

   marogne   
27/11/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Une bien aimable historiette que je déguste à 10000 mètres d’altitude et à cinq minutes de la position « nuit »….. Parfait pour attendre le sommeil dans le bruit des réacteurs.

Un seul regret, mais je l’ai écrit pour chacune des nouvelles de Flupke que j’ai lues ce soir, on comprend – un peu – trop vite….

   ANCELLY   
2/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
belle écriture quoi qu'il en soit.

Pour le suspens, c'est mitigé... On pense très vite à des animaux domestiques assassinés par le chat de la maison
Il faut un peu plus de temps pour identifier des ides !!!
Mais je n'ai pas boudé mon plaisir non plus, j'aime les histoires courtes
Ancelly

   Anonyme   
16/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Excellente idée !
Bravo

   Maëlle   
16/12/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Disons que je l'ai lu pour le titre, et que ne m'attendant pas à grand chose (à part un peu d'absurdité), je n'y retrouve pas mes moutons.
Je connaissais la blagounette sous forme d'énigme, et si l'exercice est réussi, pour moi ça reste un exercice.

   Bidis   
17/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien ri.

   jensairien   
18/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bon je connaissais pas Flupke (ça se prononce comme quand on avale une grande cuiller de soupe ou quoi ?) mais j'avais point prévu la fin. Vraiment pas mal. Et puis Felix moi je trouve plutôt ça bien. Des poissons avec des noms invraisemblables et un chat avec un de commun, ça fait sens.
je vais me mettre à lire du Flupke moi.

   Anonyme   
4/2/2009
Pas de bol, je venais de lire Rachid juste avant alors en abordant la première ligne, je me suis méfiée. Je me suis dit que c'était peut-être un crocodile ? Ou un boa constrictor ? En fait le choix du prénom Félix est judicieux. Quel chat ne s'appelle pas Félix, à commencer par Félix le Chat ? Donc, ayant lu Rachid je ne POUVAIS pas me dire qu'il s'agissait d'un chat. J'aime bcp les nouvelles de ce type, courtes et percutantes, et outre le plaisir de la lecture facile et agréable, tu viens de me faire comprendre l'importance de l'attribution des prénoms. Avoue à l'apprentie que je suis : c'était voulu ou pas, le choix du prénom Félix ?

   Faolan   
6/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Classique mais bien écrit !

Il va tout nettoyer et effacer toute trace (j'ai trouvé une petite répétition... youpie !)

Merci pour cet agréable moment.

   silene   
29/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Un bref, comme disent les camerlingues, qui a l'avantage de ne pas laisser le temps de s'en lasser.
J'aurais fort bien supporté quelques développements annexes, mais c'est pure gourmandise.
Comme Félix.

   Anonyme   
24/4/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Très bien menée, cette nouvelle. Un plaisir à lire jusqu'à la chute. Bel humour.


Oniris Copyright © 2007-2020