Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Sentimental/Romanesque
Flupke : Métamorphose du loup des steppes
 Publié le 19/04/09  -  24 commentaires  -  4121 caractères  -  108 lectures    Autres textes du même auteur

Peut-on cueillir l'invisible dans un pays magique ?


Métamorphose du loup des steppes


"metamorphoseduloupdessteppes."

Photographie prise par l'auteur.



“Head out on the highway

Lookin' for adventure

And whatever comes our way”


(Born to be wild – Steppenwolf)


Le soleil se lève. Avec mon appareil photo, je mitraille l'aube au hasard, ici et là. Coups d'épée dans l'eau du fleuve sacré. J'essaie de capturer la féerie du spectacle.


Soudain, une main mystérieuse jaillit de la surface du Gange et brandit un glaive scintillant. Mais je ne remarque rien, trop occupé à immortaliser les couleurs de l'aurore, avec les gestes mécaniques du touriste prédateur. Excalibur restera figée sur la pellicule pendant plusieurs semaines. Personne d’autre que moi ne pouvait l’extraire. C'était écrit.


Parmi plusieurs centaines de photos que j'ai développées de mon voyage au pays des légendes, c'est elle qui a attiré mon attention. C'est elle que j'ai agrandie et encadrée dès mon retour sur la terre de mes ancêtres. C'est elle que j'ai contemplée pendant des années jusqu'à ma métamorphose définitive en un être plus « humain ».


Malgré sa transcendance, il s'agit d'un instantané très ordinaire, à première vue. Un matin à Bénarès. Le Soleil rougeoie en éventail au-dessus de la ligne d'horizon. L’auréole jaunit progressivement, puis laisse la place à un azur sans nuages. Sur l'eau du Gange, un long rayon orangé se reflète. Légèrement triangulaire, mais effilé comme une épée qui transperce mon âme. Car voici : de chaque côté du trait de lumière, deux barques naviguent l'une vers l'autre, indifférentes au charme que je perçois sur le papier glacé. Elles touchent presque le reflet du Soleil et dans quelques secondes, elles entreront en contact avec lui. J'ai vérifié en comparant les photos prises avant et après. Aucun doute.


Et moi, vieux loup solitaire, serai-je prêt quand une autre âme voguera à ma rencontre ? Apprécierai-je la grâce de l’instant ? De quelle magie, de quelle légende, aurai-je besoin pour sauter du je au nous ? Combien de questions me suis-je posées en contemplant ce mandala accroché au mur de ma chambre ? Hurlement feutré des aspirations de mon cœur, que désormais, je ne pouvais plus ignorer. Excalibur, la rédemptrice.


Déjà, quelques mois auparavant, mes certitudes avaient essuyé une violente attaque dans le Rajasthan. En route pour la foire aux chameaux de Pushkar, j'avais envisagé une brève pause dans la capitale de l'État. Juste pour voir le Palais des Vents. Juste un jour. Mais Jaipur m'avait kidnappé. La ville aux dentelles de pierre m'avait gardé en otage pendant plusieurs jours. Et là, ébahi par tant de merveilles, je regrettais pour la première fois ma solitude. J’aurais aimé pouvoir partager des émotions aussi fortes avec une autre âme. Échanger des points de vue, un ressenti. D’habitude, j’éprouvais une certaine fierté pour ma liberté. Je jouissais de ma capacité à voyager tout seul, sans contraintes. Mais ce privilège ne dissimulait-il pas un asservissement ? Un doute s'immisçait maintenant dans la tanière de mes préjugés. Pas encore la fin. Non. Juste le début de la fin. Je devenais mûr pour recevoir Excalibur.


Tu vois, l'instant de ce matin d'avril me semblait solennel. Sur le fleuve éternel, deux entités voguaient, sur le point de se croiser. Mon inconscient avait-il ordonné à mon index d'appuyer sur le déclencheur à ce moment précis ? M'avait-il aussi contraint, des années plus tard, à un détour inopiné pour me retrouver présent au bon endroit, en même temps que toi ? J'ignorais que mon voyage en Inde recelait en germe, outre un ami commun, un enchaînement de circonstances qui nous permettraient de conjuguer les verbes et les danses au pluriel.


T’en souviens-tu ? Tu t'étais exclamée « Ah ! C'est lui le voyageur ! » Et le loup des steppes avait tourné son museau vers toi. Oreilles dressées. Truffe frémissante. Pour une fois attentif. Oui, très attentif. Aucun doute.


Et maintenant, quand je sors cette photo du tiroir et que je te raconte son histoire, tu souris.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une bien belle image que cet Excalibur de soleil...
Une épée qui vous change un homme, c'est un texte très agréable
J'ai apprécié le style fluide, glissant et les superbes description...
Une fin qui rejoint un peu le message de ce film que j'adore (Into the wild) A quoi bon le bonheur s'il n'est pas partagé...

Merci Flupke...

   Selenim   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
On retrouve la verve particulière de l'auteur dans ce texte ciselé.

Une réflexion sur la solitude précédé d'un joli descriptif de photographie. Les phrases sont finement sculptées mais le fond manque de relief.

Une gentille balade où une lame d'imaginaire pourfend les certitudes d'un photographe.

   Menvussa   
25/4/2009
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour, Flupke.

La photo me semble réussie, ce soleil qui fend le ciel en deux, ce reflet qui tranche le fleuve. Mais il n'y aurait pas ces deux barques qui se croisent, séparées dans le temps par ce rayon de lumière, la photo serait belle, mais banale.

Figer cet instant, ce symbole... Bravo ! Même si, comme tu l'avoues, il y a du Merlin là-dessous.

Un bon point pour toi, j'ai la musique dans les oreilles et c'est très bon, Steepenwoolf, alors je lis avec un a priori favorable.

Alors c'est la surprise car le texte, loin de se contenter d'être un commentaire bien ficelé, loin d'être un simple récit exotique, me transporte.

Et je reste sans voix.

La chute, le retour sur une vision fugitive d'un baroudeur à la Easy Rider... sublime.

Bref, ça m'a plus, vraiment plu.

Côté présentation, la photo ne gagnerait-elle pas a être inclue dans le texte ?

"Personne d’autre que moi ne pouvait l’extraire. C'était écrit." Simple, mais tellement à propos.

"Et moi, vieux loup solitaire, serai-je prêt quand une autre âme voguera à ma rencontre ?" Cette question, bien amenée, qui donne au texte une autre dimension.

"J'ignorais que mon voyage en Inde recelait en germe, outre un ami commun, un enchaînement de circonstances qui nous permettraient de conjuguer les verbes et les danses au pluriel."
Comme c'est joliment exprimé.

"Et le loup des steppes avait tourné son museau vers toi. Oreilles dressées. Truffe frémissante. Pour une fois attentif. Oui, très attentif." La cerise sur le gâteau, cette truffe frémissante.

Mais soyons critique :
1- Tu peux supprimer : "Aucun doute." juste après la cerise, car justement cela ne fait aucun doute.
2 - la dernière phrase, presque inutile... mais comme elle n'est pas destinée au lecteur lambda, tu dois la laisser.

"en un être plus « humain »." Ceci m'a fait immédiatement penser à Sturgeon, Les plus qu'humains... Aucun rapport.

   Anonyme   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On assiste en direct à la métamorphose de l'auteur.
C'est en effet le même qui nous vantait, naguère, les mérites d'un paradis tropical aux consonnances latinos.
Si l'inspiration est radicalement différente on retrouve dans ce texte, très original, cette écriture simple et limpide (parce que patiemment et finement ciselée)
Chapeau (ou plutôt turban, pour rester dans l'ambiance)

   Bidis   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
L'auteur va me vouer aux gémonies, mais c'est par amitié que j'ai relu ce texte qui ne m'a pas d'emblée accrochée du tout.
A la seconde lecture, parce que je m'efforçais à plus d'attention, j'ai trouvé que si ma lecture avait commencé à "Un matin à Bénarès", j'aurais été tout de suite beaucoup plus attirée par la suite du texte.
Une remarque d'un commentateur précédent m'a frappée. Il fait allusion à "Easy Rider". Or, j'ai eu, moi aussi, une impression, disons... d'une incursion dans des paradis qu'on dit artificiels mais qui rejoignent tout de même, quelque part, une réalité invisible.
Or c'est très subtil. Et ça, c'est très bien...
Mon "moins" concerne le début du texte dont je persiste à déplorer le manque d'envolée.

   widjet   
20/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
La photo en elle-même est jolie, mais faut pas déconner, pas de quoi fouetter un chat non plus.

C’est le texte – une fois encore très bien écrit, plein de nuances et de couleurs - qui donne un cachet particulier au cliché, je trouve, c’est ce texte qui magnifie et confère à la photographie un caractère exotique. C’est assez rare pour être souligné.
Il y a de la pureté et de la pudeur dans cet écrit. C’est beau dans sa simplicité.

Flupke, un artiste complet.

Widjet

PS : en effet, vire moi ces « aucun doute » !

   Anonyme   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Superbe texte. Vraiment.
Hautement symbolique au travers de cette photo. J'imagine que ça devait d'avantage l'être en observant réellement le mouvement lent des deux barques se rapprochant.
Tu exprimes quelque chose de très fort avec le 6 e paragraphe: "Déjà quelques mois auparavant... Je devenait mûr pour recevoir Excalibur" où tu appuies là où des fois ça fait mal. Pouvoir partager l'émerveillement.

La référence au loup des Steppes est ici justifiée. Celle à Excalibur me parle toutefois moins. Sans doute n'ai je pas réussi à saisir la symbolique. (Peut-être aussi parce que je connais mal l'histoire de cette épée).

Cela étant, la dernière phrase est très belle. Quelques années plus tard, par le biais de cette photo tu le partages tout de même ce moment d'émerveillement.

   Anonyme   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un vieux (?) loup solitaire qui vivait dans la tanière de ses préjugés... Voila ce qu'était Fupke avant que n'intervienne cette Excalibur magique sortie du Gange... et elle a bien fait d'apparaître...
A propos de barques, ça me rappelle Théodore Monod qui disait :
La vie n'est qu'une barque prêtée,
Qu'un jour ou l'autre il faut restituer
Là bas sur l'autre rive... etc.
Bon, pour cette Nouvelle, y a pas photo,
Tu as fait montre de beaucoup de brio !

   liryc   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Félicitations Flupke,

Encore un texte superbement écrit dans une approche plus intérieur, un voyage en inde dans le ressenti et l'existence : très réussi.

Bien amicalement
Lyric

   Anonyme   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un moment particulier que cette photo j'ai envie de dire instantané.
un petit détail:
la terre de mes ancêtres. je trouve ca stereotypé comme expression mais c'est peut être personnel.

Sinon bravo pour avoir réussi à nous faire partager toutes les émotions et toutes les implications de ce bête instantané

Merci

Xrys

   Anonyme   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est un concept qui m'a vraiment plut: la photo et le texte. L'un pour moi ne va pas sans l'autre. Si l'on y ajoute la référence musicale...On obtient un texte à la fois doux et poétique. Quelque chose entre le rêve opiacé et le songe à demi éveillé.

Certes il y a les "aucun doutes" qui sont agaçant, mais pas au point de sortir le lecteur du texte.

   jensairien   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
j'avoue ne pas avoir été transporté par cette nouvelle. C'est évidemment bien écrit, avec beaucoup d'émotion, mais je n'ai pas saisi, "d'emblée" la portée du texte. De plus, comme Widj, je n'ai pas trouvé la photo transcendante et, faisant allusion à la rencontre des deux êtres dans ce mouvement de barques, il me semble qu'elles se croisent, de loin, et ne vont pas à la rencontre l'une de l'autre.
(la photo, sans doute, en grand format, doit posséder un autre souffle)

   antares77   
19/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
oui, c'est joli, et cela habille cette magnifique photo des pensées de l'artiste à ce moment précis où son doigt déclencha l'objectif.

   Anonyme   
20/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Très belle narration d'un voyage initiatique d'un jeune et valeureux chevalier des temps modernes qui parcourt l'Asie à la recherche d'un Graal.
C'est poétique, ça transporte dans un ailleurs, c'est ONIRIQUE.
Ton texte a sa place ici.

Ah, j'oubliais...ça fait déjà quelques jours que la photo m'émeut...Quelles couleurs, quelle lumière, quelle sérénité!

   Anonyme   
21/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Flupke,

Il fallait l'âme d'un écrivain raconteur d'histoires pour voir dans cet instantané ce qu'il y voit. J'avoue que sans le texte je ne voyais rien de transcendant dans cette photographie hormis la sérénité de l'instant. Mon esprit basique cherchait des loups... à la rigueur des hippopotames.
Le titre est magnifique et la métamorphose n'est pas là où je le pensais. Le loup solitaire trouve sa louve grâce à une épée céleste.
C'est romantique. Et ça ne fait que me convaincre que le hasard n'existe pas et que ce voyage devait apporter à l'auteur ce qu'il devait lui apporter puisque cet instantané c'est l'auteur qui l'a pris et personne d'autre. Un signe, une flèche transperçant l'eau, le coeur même de la vie.
Enchanteresse cette histoire et comme d'habitude, bien écrite.
Sauf que... cette page de ton carnet de voyages manque de descriptions et de ressentis par rapport aux merveilles qui t'ont kidnappé arrivé à Jaipur. "La ville aux dentelles de pierre" c'est superbe comme image, mais moi qui n'y suis pas allée, je reste sur ma faim.
Ne pourrais-tu pas essayer de faire les deux ? Raconter ce voyage qui n'appartient qu'à toi, tel que je le lis, en essayant d'y insérer plus d'instantanés ? Le voyage est visiblement riche et inoubliable mais justement, cette richesse intérieure pourrait transcender les décors et les faire vibrer.
C'est évidemment mon point de vue, et il est très personnel.

   nico84   
21/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Superbe photo. Ton explication merveilleuse me plait, une épée se dessinant sur l'eau glissant sur la mer vers toi. Et ses deux barques.

Saisir le plaisir du moment, voici aussi une morale qui ressort de ta nouvelle. Pour eux, pour toi, pour nous.

Toujours aussi bien écrit, bravo.

   marogne   
21/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je vais me faire vouer au gémonies....

Je n'ai pas trop aimé le texte en lui même, peut être un peu trop convenu, trop cérébral, trop sagesse orientale.....

Je n'ai pas trouvé non plus la photo, de prime abord, exceptionnelle.

Et puis, et puis j'ai trouvé très beau cet hommage à l'être aimé, surout ce sourire à la fin, superbe. Et alors j'ai regardé la photo - et le texte - d'un autre oeil, et dans ce paysage banal, dans cet effet "excalibur" que l'on peut voir lors de tout coucher ou un lever de soleil sur un lac, sur une mer, ..., j'y ai vu l'expression d'une beauté universelle, et puisque j'y est passé du temps ces derniers mois, j'y ai retrouvé ce qui fait la beauté d'un haïku.

Oui, le paysage est banal,
mais c'est un instant figé, comme dans une estampe d'Hokusai,
mais c'est une fenêtre intemporelle,
mais c'est un éclat de nature et d'humanité,
qui porte en soi la beauté de tous ses instants de bonheur que l'on ressent quand on est témoin de cette image.

Et puis, pour notre esprit occidental, la recherche du sens derrière la beauté du moment, l'annonce de la rencontre future, et même si les barques ne vont pas se rencontrer ici, elles vont, au même moment, entrer dans le monde créé par ce reflet d'or.

Alllez, un bien beau "haiga", un texte un peu long sans doute, mais si romantique qu'on ne peut que le regarder d'un oeil complaisant.

   Anonyme   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le fond très personnel et "dédié" ne m'a pas dérangé.
Une magnifique photo, vraiment. Très poètique.
La mise en mots, l'illustration, est-elle aussi réussie.
Une agréable lecture. Beaucoup de retenue sans perte de profondeur. Très beau.

   Marite   
22/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Flupke

J’ai aimé l’histoire qui me conforte dans l’idée qu’il suffit très souvent d’ouvrir les yeux du cœur pour saisir ce que nous offre la Vie. La « magie » n’existe pas seulement en Inde, c’est peut-être nous qui ne savons plus la voir dans notre quotidien. Merci Flupke pour ce voyage et aussi pour la magnifique photo.

   Pandora   
26/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Intéressant voyage oriental couronné par une belle photographie. Jolie forme donc, et fond tout aussi bon.

Mais il me manquerait un petit quelque chose de plus pour que je me laisse envoûter totalement par la magie indienne.

Agréable, personnel et coloré un travail d'artiste en somme, qui sublime, image et mots dégainés, Dame Nature.

Au plaisir,

Pandora.

   Azurelle   
30/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une grande poésie, une romance intéressante. D'ordinaire, j'ai peur que ce genre d'écrit tombe dans des stéréotypes en surenchère. La façon dont tu traites Flupke cette histoire m'a émue. La fin où la femme sourit était également tendre. Un texte qui a le mérite en peu de mots de cerner une grande histoire touchante qui commence par un rien une photographie. La photographie est là pour figer les moments importants de notre vie, je trouve cette idée vraiment sympa. J'ai été touchée, merci beaucoup pour ce moment.

   mureha   
15/5/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La photo est belle, et le texte l'est autant.
Une seconde peut durer a jamais si elle est chargee, comme c'est le cas, de tant de sensibilte et d'emotion. Peu de gens peuvent se prevaloir de capter une forte energie, et de vouloir la partager pour mieux l'humaniser. le voeu est exhausse, a posteriori, puisque nous autres ames, sommes en train de la partager, peut etre pas au moment precis ou l'auteur l'aurait souhaite, peut etre pas avec autant d'ames intruses. Mais l'ame que l'auteur recherche est deja en son for interieur, et c'est elle que nous ressentons quand nous lisopns le texte.
Bravo pour le style et la forme.

   kullab   
19/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Flupke,
Merci pour cette histoire très joliment racontée.
J'ai bien aimé, mais pas transporté non plus, sans pouvoir expliquer pourquoi.

   florilange   
29/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Eh bien, moi, j'admire les gens qui voient ce que je ne vois pas. J'admire surtout qu'ils soient capables de me montrer ce qu'ils ont vu, de me le faire sentir, de partager.
Merci, Flupke, de mettre cette beauté à la portée d'aveugles comme moi, qui regarde plus les êtres que les paysages. C'est une affaire d'antennes, portées par les mots justes puisqu'on les oublie; terrible, ce loup des steppes.
Florilange.


Oniris Copyright © 2007-2019