Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Sentimental/Romanesque
hai : Lucie
 Publié le 08/05/11  -  14 commentaires  -  3106 caractères  -  120 lectures    Autres textes du même auteur

Mini-nouvelle : une petite fille joue avec les fourmis sous un beau soleil de mai.


Lucie


C'est comme un petit canyon. Il y a deux traces de roues qui font comme de gros trous et les fourmis passent d'un côté à l'autre en ligne. Elles grimpent bien dans les trous, c'est amusant. Et elles portent des trucs énormes ! Je ne pourrais pas grimper comme elles. Les murs en face et derrière moi, par exemple, sont très grands. Même Lucas ne pourrait pas y grimper. Pourtant il a douze ans et il est très grand, lui aussi. Les fourmis, elles, elles montent n'importe où. J'aime bien les regarder traverser leur canyon.


Je me demande si quelqu'un me cherche. J'ai trouvé une cachette géniale pour regarder les fourmis. Comme ça Lucas ne peut pas se moquer de moi. C'est un peu froid, à l'ombre des murs, mais ce n'est pas grave. Il y a mes fourmis. Aujourd'hui j'ai décidé de les embêter un peu. J'ai pris une bouteille en plastique que j'ai trouvée par terre et je l'ai remplie d'eau au robinet du terrain de jeu. Je vais mettre de l'eau dans le petit canyon. Mais doucement. Je veux voir comment elles nagent. Je veux voir si elles nagent mieux que moi. Parce que Lucas m'a appris à nager. Il m'a dit que même si les autres disent que ça ne sert à rien et qu'on perd notre temps, on s'en fiche, on est plus intelligents qu'eux. Ça sert toujours de savoir nager, c'est son papa qui lui a dit. Il me parle souvent de son papa. Mais je ne crois pas qu'il se souvienne vraiment de lui. Quand on s'est rencontrés, il m'a dit qu'il était blond. Et après, il m'a dit qu'il était brun. Et plein de trucs comme ça. Il s'est inventé un papa. Moi, je ne m'invente pas de papa, je n'en ai pas, c'est tout.


Mais ce n'est pas grave, j'ai mes fourmis. J'ai ouvert ma bouteille et je fais couler un peu d'eau dans les traces de roues. Attention petites fourmis, voilà l'eau qui arrive ! Cramponnez-vous ! Youhou !!! Allez, on nage ! Oh, celle-ci s'est fait un bateau avec la feuille qu'elle transportait. Elles sont tellement fortes, je les envie. Les autres passent à côté car je n'ai pas fait couler assez d'eau. Mais si j'en mets trop elles vont toutes être emportées. Je vais essayer avec un tout petit peu plus d'eau. À peine. Attention doucement, tout doucement...


Wouup ! Cette fois-ci j'y suis allée un peu fort. Ça pédale, ça pédale, c'est marrant quand même, elles ne se noient pas. Je vais mettre un petit bâton pour les aider. Voilà un pont pour vous accrocher, petites fourmis. Et toi là-bas, je te mets une petite feuille, c'est bien, attrape-la. Hop. Tu vois quand tu veux.


J'ai rempli d'eau mon petit canyon et les fourmis ne peuvent plus passer. Elles partent sur les côtés, en arrière. Rentrez chez vous, c'est jour de repos pour faute de catastrophe naturelle. Je reviendrai vous voir demain. Il n'y aura plus d'eau et...


Tiens ? C'est quoi ce bruit ? On dirait... Oh ! c'est... magnifique ? J'ai peur. Toute cette eau, ces flots et ces gouttes déchaînées... au-dessus de moi ? Ça arrive, si vite, si lentement, comme un rêve. C'est gigantesque. C'est... trop tard.


Mes fourmis !


Mes fourmis... j'ai froid... où êtes-vous ? Est-ce cela que vous avez ressenti ? J'ai si froid...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   jaimme   
28/4/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai pensé au Tsunami nippon (pourtant le mois de mai...).
J'ai bien aimé le passage sur le(s) papa(s) cela permet une personnalisation du personnage qui permet un empathie nécessaire.
L'écriture est bien cadrée pour une enfant de sept ans, sauf pour le terme "canyon" qu'en général on ne connaît pas à cet âge.
Une belle histoire courte. Peut-être un peu trop courte d'ailleurs.

   socque   
28/4/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je ne suis pas sûre de l'utilité de la chute, je crois que j'aurais préféré quelque chose de plus en douceur, mais explicatif, qui prolonge par exemple la piste de l'absence de père chez les deux gosses. (Ils sont à l'orphelinat ?)
C'est toujours délicat de prendre un enfant comme narrateur, là je trouve que vous vous en sortez bien.

   Anonyme   
29/4/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
De très jolies idées : l'observation des fourmis, l'eau, le canyon, le sauvetage. Quelques parallèles avec la vie humaine mais trop effleurées à mon goût. Parfois, la position de l'enfant n'est plus tenue, on entend l'adulte : "Rentrez chez vous, c'est jour de repos pour faute de catastrophe naturelle."
Plusieurs portes sont ouvertes et nous laissent sur notre faim de lecteurs : la vie des fourmis/la vie humaine, les absences de pères, la catastrophe naturelle... Que de sujets lancés dans une nouvelles aussi courte. L'écriture est agréable et assez bien en phase avec la narratrice.
Bonne continuation à l'auteur

   Jagger   
3/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
Le ton de l'enfant est assez bien réussi, ni trop adulte, ni trop gamin.

Il semble y avoir beaucoup de piste, beaucoup de détails et d'allusio
Pour un texte aussi court (l'absence des pères n'apporte pas grand chose ici puisque ce n'est pas le sujet et qu'il n'y est pas développé outre mesure). Ne vaudrait-il pas mieux se concentrer sur le fil principal?

La fin reste assez mystérieuse pour moi. La petite Lucie c'est-elle donc noyée, emportée par une averse soudaine et violente? Je trouve la fin un peu moins intéressante, ou plutôt pas aussi percutante qu'elle le devrait. Un choix de mot plus juste et des tournures plus précise pourraient remédier à ça.

Bonne continuation.

   Pascal31   
8/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Rien à dire au niveau de la narration : le style colle assez bien au discours d'une petite fille.
Par contre, sur le fond, c'est un peu flou pour moi : on comprend qu'il s'agit d'une orpheline, on se dit que ça va être le sujet principal (sur un texte aussi court, c'est rare d'avoir plusieurs "thèmes"), et puis arrive la fin, et là, je suis perplexe : une catastrophe naturelle à échelle humaine, qui serait une sorte de "vengeance" de la catastrophe naturelle provoquée par la gamine sur les fourmis ?
Si c'est bien cela, bof, bof, je trouve l'idée très basique.
Un très court récit qui ne me laisse pas grande impression.

   toc-art   
8/5/2011
Bonjour

désolé, hai, je me suis relu et je n'ai pas aimé le ton de mon commentaire. Donc, hop, on efface tout et on recommence.

Vous avez choisi un format très court. A mon avis, ce choix vous oblige à être particulièrement percutant, à imprimer vite et presque violemment une impression durable dans l'esprit du lecteur. Je trouve que vous ne réussissez pas ce hold-up là. Et la fin, qui laisse entendre que les hommes ne sont jamais que des fourmis, me parait vraiment trop faible.

Mais je n'ai rien à reprocher à l'écriture, elle me semble honnête, même si la brièveté du texte ne permet pas de se faire une idée vraiment fiable.

Voilà, si vous avez lu mon précédent commentaire, désolé pour la forme.
Bonne continuation

   Anonyme   
8/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Un texte pas désagréable à lire mais qui souffre de deux trois choses qui le gâchent un peu.

Tout d'abord attention à: "catastrophe naturelle" et "je les envies" ça fait un peu trop adulte je trouve.

Attention aussi à mieux planter le décor. Là on a une scénette agréable à lire mais qui ne nous apprend rien, ni sur la narratrice, ni sur son âge ou autre...

Attention aussi à faire une fin plus cohérente...Là on ne sait pas trop si la petite ramasse la pluie, se noie, ou autre...

Bref, il y a une jolie écriture, mais il faut travailler un peu plus tout ça.

   littlej   
8/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Le style est fluide, ça coule comme de l'eau, ça va à l'essentiel. Sauf qu'il n'y a pas une seule phrase qui m'a séduit, c'est plus réussit du côté du récit, en fait.

Les émotions sont bien retranscrites par ailleurs : c'est assez voire très crédible.

Mais, mon principal reproche : c'est trop court, et, malheureusement, ça n'a pas beaucoup d'épaisseur. Quand un texte est aussi court, il faut qu'il soit ciselé et très percutant ; là, ce n'est pas le cas. Je ne crois pas que cette lecture me restera dans la mémoire.

En tout cas, merci pour cette lecture.
j

   martin   
9/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est un texte qui parles d'une fille qui aiment jouer avec des fourmis.

   Anonyme   
9/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Compréhension : je lis un texte d'une prise de conscience d'une certaine cruauté manifestée sans préméditation envers les fourmis par une petite fille de 7ans. Selon moi, elle est perdue, mais je pense que c'est induit par : Je me demande si quelqu'un me cherche.

Rappel/écho : Stephen King, La petite fille qui aimait Tom Gordon.

Narration : je pense qu'on est dans un champ lexical logique avec la narration. Enfantin (quelques détails... la logique des enfants, parfois va au-delà, l'expression de la peur aussi), un peu trop concis donc pour moi, on n'a pas le temps (mais c'est aussi fonction de la qualité de l'auteur je crois) de vraiment s'immerger (sans mauvais jeu de mots) dans l'histoire. Je trouve aussi que ça manque réellement de parallèle émotionnel. Les enfants sont des éponges à émotions, ça absorbe et rejette en permanence dans un excès ou l'autre, je trouve trop de retenue au texte.

Personnages : Inexistants au niveau psychologique si ce n'est la propension à tout lier à Lucas de Lucie (jumeaux?). Ici selon moi, l'auteur pêche par manque de détails (je parle pas de descriptions, juste de remettre le personnage principal dans son contexte) et donc, on ne ressent pas d'empathie, elle pointe le bout de son nez mais reste en surface, pour la petite Lucy.

Histoire : Bien. J'ai aimé. Je trouve que ce genre de petite morale distillée en nouvellette (la micro nouvelle est majoritairement admise sous les 1000 caractères... mais soit) est assez intéressante.
Le court oblige à être bon sur l'imagination et sur la chute. Ici je trouve que l'auteur remplit les conditions requises.

Forme, style etc : Pour moi, c'est encore un peu brouillon. Beaucoup de bonnes choses, le choix de l'ultra-court est un risque mais aussi malheureusement un piège... parce qu'il faut vraiment se surpasser au niveau de la qualité. Ici je trouve ça assez scolaire, linéaire, narré mais pas raconté dans le sens où je l'entends. Je ne retiendrai pas l'histoire...

Conclusion : selon moi, faut réussir à garder la narration Lucie, c'est un bon plan. Par contre, je pense que l'auteur peut sans souci l'étoffer un peu, nous la rendre humaine... provoquer chez le lecteur empathie, intérêt, compassion, compréhension etc.
Dommage...

   Anonyme   
11/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↑
J'ai l'impression de lire une bd avec une fillette dont les pensées apparaitraient nuageuses au-dessus de sa tête tandis qu'elle s'adonne à son petit jeu.

Le fond est un peu trop niais à mon goût, et l'histoire que se raconte le protagoniste, inintéressante. Quant à la conclusion, elle m'a paru abscons. Dommage la partie de fourmis était joliment présenté, écriture simple et fluide.

Persévérez ! Bonne continuation !

   GrainBlanc   
15/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas
J'ai trouvé l'idée intéressante, qui nous ramène forcément à de lointains souvenirs.

Faire parler un enfant … Clairement pas un exercice facile. L’écriture reste dans l’oralité, ce qui n’est pas gênant en soit, mais l’utilisation de termes inappropriés (deux traces de roues qui font comme deux gros trous) ou de répétitions (trous deux fois, grimper puis grimpent) ne m’a pas vraiment convaincu. En même temps je n’ai pas de recette miracle, bon je n’aide pas trop là …

Le fait qu’elle n’ait pas de père, mais que les fourmis compensent cette absence, peut passer si l’enfant l’exprime oralement comme une provocation, mais dans l’intériorité du personnage, j’ai un peu plus de mal à y croire, ou alors il faudrait m’apporter quelques éléments sur la psychologie du personnage.


Bonne continuation,

Grain Blanc

   Anonyme   
28/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Pas mal du tout :-)
j'ai songé à Salinger, "un jour rêve pour les poissons banane" ou quelque chose comme ça :-)
à y bien réfléchir et à relire car c'est très court, c'est même très bien :-)
délassant et propre, bien écrit, très net, sans fioritures
beaucoup aimé :-)
Cordialement,
micdec

   zenobi   
3/7/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
La fin m'a grandement déçu. J'ai eu le sentiment de pistes abandonnées, les "papas", la solitude...
C'est d'autant plus dommage que c'est plutôt bien mené.


Oniris Copyright © 2007-2019