Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Réalisme/Historique
IsaD : Se séparer des lendemains
 Publié le 19/05/20  -  5 commentaires  -  16997 caractères  -  39 lectures    Autres textes du même auteur

Une mère dialogue avec sa fille.


Se séparer des lendemains


Sarah ! Où es-tu ? Pourquoi faut-il sans cesse que je t’appelle…


Je savais bien qu’en te mettant au monde, je donnais vie à un petit lutin. Ou plutôt à une petite fée. Une espiègle et jolie petite fée. Oui, tu en as la grâce et la légèreté.


Tu es née sous le signe du bonheur et dès que mon regard s’est posé sur toi, ma vie a basculé.


Oh, sois sûre que ton père était heureux lui aussi. Mais l’était-il autant que moi ? A-t-il ressenti ce frisson qui m’a traversée quand mes yeux t’ont vue, la première fois ? J’en viens aujourd’hui à en douter.


Petite Sarah… Veux-tu que je te lise cette histoire que tu aimes tant ? Viens te blottir tout près de moi. Je te raconterai encore.


Ton père m’appelle. Une fois de plus.


Décidément, il a du mal à comprendre combien les histoires sont importantes pour les petites filles comme toi. Mais moi je continuerai. Aussi longtemps que tu me le demanderas. Car je veux qu’elles s’ancrent au plus profond de toi, qu’elles s’ensevelissent très loin, si loin qu’on croit les oublier avec le temps. Mais pourtant elles sont toujours bien présentes, vivantes, frémissantes, et se réveillent d’un long sommeil pour venir réchauffer les jours malheureux.


Quand tu seras grande, tu comprendras.


Oui, Michel ! Oui, j’arrive !…


Laisse-moi finir ce passage. Il est important. Ensuite, ma jolie Sarah, tu pourras fermer tes yeux et t’envoler vers le pays des songes.


Ne sois pas triste, ton père t’aime aussi, tu le sais bien. Ce n’est pas parce qu’il cherche à m’éloigner de toi, au prétexte que tu dois savoir être forte, pour les jours où je ne serai peut-être plus là.


Michel pense certainement que couper tôt le cordon te permettra de te forger une carapace plus épaisse. Mais moi, je n’y crois pas. Je crois, au contraire, que je me dois de te protéger de ce monde qui viendra à toi et dans lequel, un jour ou l’autre, tu souffriras. Car la souffrance est partie indissociable de la vie. Tu auras hâte pourtant de courir vers elle, de l’explorer, de l’embrasser, avec toute la fougue de ton enfance, toute l’ardeur de ton adolescence, toute la passion de ta vie femme. Mais, n’aies crainte, dans les moments durs, je serai là. Ne sommes-nous pas unies pour toujours ?


Oh je le sais, tu rencontreras d’autres personnes que moi ! Des petits compagnons de jeux, des amies qui te seront indispensables, des garçons dont l’un te séduira plus que les autres, et tu sauras que c’est lui et pas un autre… Mais je sais aussi que tout l’amour que tu porteras ailleurs ne pourra rivaliser avec celui qui nous unit. Car il est le fondement de tout ce que tu seras, il sera en toi, présent, rassurant, te permettra de surmonter l’impossible.


Sois bien sûre cependant que je n’entraverai jamais tes désirs, tes rêves, je ne ferai jamais rien qui puisse t’empêcher de vivre ta propre vie, ce dont semble douter Michel.


Je ne souhaite qu’une chose : que tu sois heureuse, ma Sarah, et que tu trouves un jour le grand amour. Le même, au fond, que celui qui nous a unis Michel et moi.


Dès que je l’ai vu, j’ai su que c’était lui.


Bonne nuit, ma petite fille. Fais de beaux rêves.



Les yeux de Michel quand je rentre dans la chambre… J’y lis une sorte d’agacement. D’exaspération. Je ne sais pas exactement. Il faut pourtant qu’il comprenne. Que lorsque Sarah sera grande, je serai à nouveau toute à lui.


Je soupçonne Michel d’être devenu jaloux de Sarah. Sans doute a-t-il jeté la faute sur elle, qui est venue rompre notre bel équilibre à tous deux. Oh, bien sûr, sans rancœur. Tout se joue au plus profond, là où les mots ne vont pas. Alors flotte à la surface le sentiment flou de la rivalité, qui a mis à mal notre relation pour nous jusqu’alors essentielle.


Quand Michel me regarde, je n’ai pourtant qu’une envie, celle de me jeter dans ses bras, de lui murmurer à l’oreille des choses douces, apaisantes, lui assurer que je suis bien la même, qu’il faut juste laisser le temps au temps, celui de ce partage indispensable qui me fait être mère avant d’être femme. Les années courent si vite. Je veux tant profiter de notre petite Sarah, avant qu’elle ne devienne cette autre qui se détachera un jour de moi. Car elle partira. Oh oui, elle partira.


Michel ne comprend pas. Il dit que je fusionne trop avec cette enfant. Mais comment pourrais-je « fusionner » ? Sarah a vécu en moi pendant plus de huit longs mois. Elle a grandi, s’est nourrie de mon sang, son cœur a battu à l’unisson du mien. Nous avons ri, dansé, chanté au même instant, éprouvé les mêmes émotions à la même seconde. Quelque part, elle est encore en moi.


Je sais bien qu’un jour la scission se fera. C’est pourquoi je veux profiter de ces instants où elle et moi sommes encore si proches. Je tente d’expliquer tout cela à Michel. Il secoue la tête d’un air navré, ou condescendant, je n’arrive pas bien à cerner le fond de ses pensées. D’ailleurs, comment pourrait-il comprendre tout cela ? Lui qui n’a pas senti au fond de sa chair…


Je soulève le drap, me glisse aux côtés de Michel, qui a fini par se tourner du côté du mur de la chambre. Je regarde son dos, large et puissant, sa nuque que je n’ai pas la force de caresser. Je me sens tout d’un coup si fatiguée. Demain… oui… demain…



Michel vient de partir à son travail. Il m’a dit « à ce soir » sans venir déposer sur mes lèvres ce baiser tendre qu’il m’offrait avant tous les matins. Je regarde se fermer la porte, songeuse, tandis que mon ventre se noue, appréhendant la distance que Michel met depuis quelque temps dans nos relations.


Lorsque Sarah est née, mon désir d’être tout à elle m’a conduite à m’arrêter de travailler. J’ai pris un congé de deux années, avec l’accord de Michel qui a confirmé, avec une pointe de fierté, qu’il mettrait les bouchées doubles pour apporter de quoi nourrir notre petite famille. Cette histoire, j’ai voulu qu’elle soit à nous trois. Au début, Michel prenait son rôle de papa très au sérieux. Il me laissait dormir la nuit pour aller, sur la pointe des pieds, préparer les biberons et calmer la faim insatiable de notre petite Sarah.


Puis, tous deux, nous avons assisté, l’émotion souriante, à ses premiers balbutiements, ses premiers mots, ses premiers pas.


Je ne sais plus exactement à quel moment Michel est devenu distant. Il me semble pourtant qu’il était le même jusqu’à ce que Sarah soit assez grande pour entamer sa première année de maternelle.


C’est durant cette période, me semble-t-il, que tout a changé. Mais lorsque j’essaie de me rappeler, un flou s’empare de mes souvenirs et tout s’estompe. Alors, je revoie le film me montrant Sarah à sa première rentrée, puis la bobine se déroule à l’envers et tout remonte le fil de ma mémoire jusqu’aux premiers pas de Sarah, ses premiers mots, sa première dent, les nuits magiques où je contemplais son petit visage si lisse, si fragile, si beau.


Je me persuade alors que, sans doute, devenue si proche de Sarah, si intimement liée à elle, je n’ai rien fait pour continuer d’être aussi la femme que Michel désirait.


Michel est rentré, il me regarde d’un air grave. Il me dit « assieds-toi, il faut que l’on parle ».


Je le savais. À force de me préserver pour Sarah, il a fini par s’éloigner de moi. Je fixe sur lui mes yeux douloureux. Je pense alors, sans que les paroles ne franchissent mes lèvres, ne nous fais pas ça. Sarah et moi avons besoin de toi. Laisse-moi juste redevenir celle que tu as choisie ce soir-là quand, assise tout au fond d’une salle, je t’ai vu t’approcher et me demander de danser avec toi. Ce soir-là où nos regards se sont rencontrés, heurtés, où la sensation de ce vertige infini nous a pris en même temps, où nous nous sommes accrochés l’un à l’autre, avons tangué, basculé dans une dimension inconnue. Comme en apesanteur, je me suis alors abandonnée, sans entrave, à ton corps souple et chaud.


Je viens de prononcer le mot entrave. Ce mot résonne tout à coup en moi d'une manière particulière. Cela insinue-t-il que Sarah est devenue une « entrave » qui nous empêche d’être tout l’un pour l’autre ? Comment est-il possible de penser une chose pareille ! Comment Michel peut-il penser cela ! Je n’en reviens pas. A-t-il changé autant ?


Je le regarde avec dans les yeux une lueur d’effarement et je m’assois d’un coup sur la chaise face à lui, le regard droit, accusateur, fixé au sien.


Son regard qui me semble triste s’abaisse, comme s’il pliait sous le poids du mien. Sans doute n’a-t-il pas assez de force en lui pour me dire les mots qui font mal. Alors il secoue la tête, lentement, se lève et repart, laissant la porte se refermer derrière lui.


Dans le silence qui s’est installé, une onde de colère monte en moi. Comment peut-il me faire une chose pareille ! Après nos promesses éternelles ! Et moi, si naïve ! Jamais je n’avais vu en Michel cette… lâcheté. Car faut-il être lâche pour ne pas avoir le courage de m’avouer qu’il a rencontré quelqu’un d’autre. Mon instinct de femme a semé en moi les prémices d’un doute infaillible.


Que je me dois de vérifier. Peut-être aussi pour me convaincre que, finalement, tout cela n’existe pas. Que Michel m’aime toujours, autant qu’au tout début. Et que nous sommes simplement dans une période fragile de notre vie.


Dieu sait que jamais je n’aurais cru pouvoir faire une chose pareille. Me voilà en train de fouiller les poches des vestes de Michel, avec la honte d’être devenue une femme indiscrète, sans pudeur, sans honneur. Persévérante, je finis par tomber sur un papier plié en quatre, glissé tout au fond d’une poche intérieure. Un numéro de téléphone portable est inscrit dessus, tracé d’une pointe fine. Malgré moi, je porte le papier à mes narines. Une légère odeur de parfum sucré me transperce le cœur. Mon imagination sculpte la silhouette d’une jolie fille, fraîche et pimpante, vêtue d’un tailleur élégant dont la jupe courte laisse fuseler deux jambes sensuelles et parfaitement galbées.


Mon regard se lève, rencontre dans le miroir de l’armoire de notre chambre l’image de la femme que je suis devenue, à la tenue sans grâce, facile et confortable, aux cheveux ternes ramassés, torsadés par un grotesque élastique dans un semblant de coiffure.


Forcément, l’autre est bien plus belle, bien plus désirable que moi.


Je ne peux retenir mes larmes de couler. Je me sens si fatiguée, fatiguée d’une lutte que je ne me sens pas la force d’entamer. Comment pourrais-je rivaliser avec la vision de cette fille splendide, sur laquelle Michel a fini par se retourner, las de me voir uniquement préoccupée par Sarah.


D’ailleurs, n’est-il pas grand temps que j’aille la chercher ! Perdue dans mes pensées, je n’ai pas vu l’heure tourner. Vite ! Je me précipite dans la salle de bain, dénoue l’élastique de mes cheveux pour leur donner un bon coup de peigne. Je vais même jusqu’à mettre un peu de rouge sur mes lèvres, je n’ai pas envie que les autres parents me scrutent encore avec cette pitié au coin du regard… Comme s’ils se doutaient, à me voir, que mon couple bat de l’aile… De toute manière, je ne leur parle plus. Je resterai à l’écart, attendant la sonnerie annonçant l’ouverture des portes et la sortie en trombe des enfants radieux. Sarah sera la dernière à se montrer, comme d’habitude. Je l’attendrai alors que les parents auront déjà embrassé à grands coups d’effusion leurs progénitures et se seront éloignés pour reprendre le cours de leur vie.


Ce n’est pas grave Sarah… Ils me laissent de côté, persuadés comme Michel que je suis beaucoup trop proche de toi. D’une manière qu’ils ne comprendront de toute façon jamais. Laissons-les Sarah… Laissons-les et profitons l’une de l’autre. Toi et moi.


Si Michel veut nous quitter, alors qu’il le fasse.


Des feuilles cuivrées se détachent des bras maigres des platanes, virevoltent, dansent un instant dans l’air tiède puis se posent sur le sol. J’observe leur mouvement tout en rondeur, tout en douceur, mes yeux se perdent dans leurs tourbillons légers.


Si Michel ne veut pas comprendre, c’est moi qui le quitterai.


C’est aussi simple que cela. Aussi simple que le vol éphémère des feuilles d’automne qui brillent sous la pluie fine qui s’est mise à tomber. Je le quitterai avant d’être humiliée. Sarah et moi poursuivrons notre route. Personne ne saura nous séparer.


Il n’y a plus personne dans le petit parc qui donne accès à l’entrée de l’école. Une silhouette apparaît sur le seuil de la porte. Je reconnais la maîtresse de Sarah. Elle fait quelques pas vers moi. « Où est Sarah ? » Elle me regarde, avec un semblant de sourire gêné. « Où est Sarah ? » Elle me répond, d’un ton navré, qu’elle a appelé mon mari. Je la coupe aussitôt. « Michel est venu chercher Sarah ? Sarah est malade ? Que s’est-il passé ? Pourquoi ne m’a-t-on pas appelée ? »


Pourquoi a-t-on appelé Michel alors qu’il travaille ? Une pensée me trouble. Peut-être Michel a-t-il demandé à ce qu’on l’appelle en priorité. Peut-être veut-il m’éloigner ? Peut-être a-t-il en tête je ne sais quel projet ? Me prendre Sarah puis partir vivre avec cette femme, dont le numéro de téléphone danse dans ma tête, cette femme qui sera alors la nouvelle maman de Sarah… Comment ose-t-il !!!


Mes pensées s’entrechoquent à toute allure et je tourne soudain les talons devant la maîtresse de Sarah qui n’a pas le temps de finir sa phrase. Une houle de colère s’est déversée en moi comme un raz-de-marée. Je reprends le chemin de la maison, cours sur les pavés, humides du crachin tombant du ciel gris. Un affolement m’a saisie tout entière, m’empêchant de coordonner mes pensées. Seule une urgence me taraude. Rentrer, hurler à Michel qu’il peut partir avec qui il veut, mais PAS avec Sarah.


Quand je m’approche de la maison, je vois la voiture de Michel garée le long du trottoir. Je pousse la porte d’entrée qui n’est pas fermée à clé et déboule dans le salon puis dans la cuisine où Michel se trouve, prostré sur une chaise, devant une tasse de café froid.


En me voyant, il lève des yeux interrogateurs. La fausse innocence que je perçois dans son regard me met hors de moi. Je crie que j’ai tout compris. « Tu ne m'aimes plus Michel, je sais que tu as rencontré quelqu’un d’autre… Et tu sais quoi, je m'en balance ! Mais il est hors de question, tu m'entends, hors de question que tu me prennes Sarah !!! »


Blême, il se relève tandis que ses yeux se chargent subitement de colère. En deux enjambées, il vient à moi, me saisit brutalement le bras, m’entraîne hors de la cuisine, vers la chambre de Sarah qu’il ouvre brusquement. Il me pousse alors dans la petite pièce, tout en criant lui aussi.


La chambre de Sarah est toujours aussi bien rangée. La couette de son lit, lisse, borde parfaitement le matelas. Ses jouets s’alignent sagement sur les étagères. Son petit bureau attend qu’elle finisse le dessin posé dessus. À côté, les crayons de couleur figés dans un pot de métal à l’effigie des héros de ses dessins animés préférés.


La voix de Michel me parvient comme s’il était loin, pourtant peu à peu, j’arrive à comprendre quelques mots, qu’il me jette méchamment. Où est-elle Sarah ?! Hein, où est-elle !!! Tu veux que je te le dise !!!


Mais je n’ai pas envie d’écouter ses hurlements. Je plaque mes deux mains sur mes oreilles et tente de m’échapper de la chambre. Michel me retient, me fait mal au bras, me secoue violemment, m’agite telle une poupée de chiffon qui se laisse, impuissante, malmener tandis que ses lèvres s’ouvrent, me crachent des mots atroces. Tu veux qu’on aille la voir ensemble ?! Tu veux que je te montre où elle se trouve à présent ?! Réveille-toi Caro ! Réveille-toi bordel !!! Arrête de faire semblant ! Arrête de faire comme si de rien n’était ! Je n’en peux plus !…


Michel s’effondre sur le lit de Sarah, prend sa tête entre ses mains, les épaules secouées de soubresauts.


En moi, le raz-de-marée s’étend. C’est un tsunami qui me ravage complètement, m’emporte, me noie, me liquéfie. Je ne sais plus où je suis. Qui je suis. Qui est l’homme en face de moi, pleurant sans pouvoir s’arrêter. Je suis anéantie par la violence d’une souffrance abyssale qui me plonge dans un enfer que je n’ai jamais voulu regarder en face.


Alors du creux de cet enfer, des images, des sensations remontent. Sarah est devant un grand portail en fer. Pourquoi n'est-elle pas à l'intérieur de l'enceinte de l'école ? Sarah rayonne de bonheur quand elle me voit, de l’autre côté de la route, accourant, en retard pour la sortie de l’école. Sarah se précipite vers moi, traverse la route pour me rejoindre. Un bruit de freins. Un choc sourd. Un grand froid glacial à n’en plus finir…


La pluie continue de déverser son crachin du ciel gris. Les ombres se sont peu à peu allongées, posant un voile sombre sur le bureau, le dessin, les crayons, les peluches.


Michel a levé les yeux, plongé son regard dans les miens, sans rencontrer cette résistance qui les habitait jusqu’alors.


Seuls désormais tous les deux, nos regards s’arriment l’un à l’autre.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   maria   
19/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour IsaD,

llus de vie sociale et professionnelle, plus de vie de couple. Tout pour sa "petite fée".
Cheminement classique pour certaines jeunes mères, et j'ai trouvé cela ennuyeux.
Je me doutais bien que quelque chose d'horrible était arrivé à Sarah, mais la mère ne parle que de ses problèmes de couple qui ne m'intéressent pas.
J'apprends (enfin) qu'elle vit dans le déni. Je comprends. Comment peut elle réaliser qu'elle a été témoin de la mort accidentelle de son enfant ?
Le texte est bien construit, l'écriture est fluide. Mais j'ai trouvé l'ensemble trop lisse. J'ai laissé Caro et Michel dans la chambre de Sarah, sans savoir ce que j'étais venue y faire. Pas concernée par leur histoire de couple.

Avoir choisi la mère comme narratrice de ce drame familial ne me parait pas judicieux.( Pourquoi pas par l'institutrice ?)

Je suis désolée IsaD. J'aurais aimé manifester plus d'enthousiasme pour ta première nouvelle sur Oniris. Mais, pour moi, l'atonie de Caro, narratrice, aplanit l'histoire.
J'ai regretté la sagesse d'écriture pour un drame aussi violent, inacceptable. Mais je suis sure, qu'au contraire, c'est cela que d'autres lecteurs apprécieront.

Très bonne continuation, et à bientôt.
(je pars du postulat que ce n'est pas autobiographique)

   Catlaine   
20/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Au cours de l'histoire, j'ai eu envie de défendre ce pauvre Michel condamné par sa femme qui refuse de se remettre en question. J'ai eu envie d'abandonner la lecture...
Puis on pressent le drame, et on reste jusqu'au bout, la gorge nouée et on comprend l'apathie du texte comme cette mère qui vit désormais comme une automate, sans émotion, sans action et qui peu à peu imagine la tromperie de son mari plutôt que de faire face à sa propre culpabilité qui pourtant n'a pas lieu d'être, à sa douleur immense. Je souffre pour eux.
Heureusement, un grand amour existe encore entre eux et peut-être trouveront-ils la force de vivre. Je le leur souhaite.

   ANIMAL   
22/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le point de vue de la mère, qui est juge et partie des actes de son mari et des autres, est fort bien rendu dans cette nouvelle. Au début la relation mère-fille ressemble à de l'hyper-attachement puis on pressent autre chose et enfin, son comportement s'éclaire à la lueur du drame.

Que dire ou que faire devant une mère qui devient littéralement folle d'avoir perdu son enfant ? Rien. Soit elle surmonte, soit elle plonge plus profond et détruit à la fois elle et son entourage.

Au regard de la chute, on espère en la première hypothèse.

Un texte très émotionnel.

   Gardyves   
24/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est un très beau texte, vraiment

   GinetteFlora   
28/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour isaD
On assiste à un long glissement vers l'atroce réalité , ce face à face avec l 'absence qui ne montre que la présence d'un être qui n'est plus là .
C'est un long calvaire . L'écriture s’arrête devant plusieurs stations qui sont les épisodes d'une vie qui a basculé .
Un huis clos où les deux personnages cherchent une issue pour ne pas tomber dans le déchirement.
A un moment du récit , on pouvait penser que dans sa folie , la mère accuse le père d'actes délictueux mais le récit se repositionne pour trouver une fin acceptable .
Cette confession parle d'une situation passée et le titre s'éclaire ainsi : il n'y aura pas de lendemains pour la petite fille et il est temps de faire son deuil.
Un texte tout entier centré sur l'émotivité. C'est presqu'une analyse psychologique d'un choc émotionnel.


l


Oniris Copyright © 2007-2020