Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
leon : Le crapaud et la fée libellule
 Publié le 25/09/08  -  6 commentaires  -  3151 caractères  -  600 lectures    Autres textes du même auteur

Une parodie de conte.


Le crapaud et la fée libellule


Non loin d'un étang vivait un crapaud très vilain et très gourmand. Il gîtait sous une grosse pierre et, chaque soir, avant de se mettre en quête de sa provende, il montait sur cette pierre.


De là, il regardait avec envie les grenouilles batifoler avec grâce dans l'étang ou sur sa rive. Il ne les regardait pas trop longtemps d'ailleurs, car son estomac le ramenait bien vite à des préoccupations plus terre-à-terre.


Il se mettait alors lourdement en route, avalant au passage tout ce que sa large bouche pouvait contenir. Remplir son estomac de goulu lui prenait ainsi toute la nuit, mais il se réservait toujours cinq minutes pour regarder les grenouilles s'éveiller dans l'étang, à l'aurore, avant de rejoindre sa cache.


C'est lors d'une nuit de chasse semblable à toutes les autres qu'il tomba nez à nez avec une grande toile d'araignée dans laquelle se débattait une superbe libellule. La maîtresse des lieux, bien dodue, s'approchait pour dévorer la libellule mais n'en eut jamais le temps : il la goba tout de go. Alors qu'il s'apprêtait à faire subir le même sort à la pauvre libellule, elle s'adressa à lui en ces termes :


- Ne me mange pas gentil crapaud, s'il te plaît : je suis la fée libellule. Libère-moi plutôt de cette affreuse toile !


Le crapaud, qui avait déjà fait bonne chasse et dont la bonne, grosse et juteuse araignée avait fini de caler l'estomac, la libéra donc, curieux de ce qui pourrait en découler. La fée libellule voleta à tire-d'aile autour de lui en chantant sa joie, puis lui dit :


- Tu m'as libéré de ce piège fatal de ton plein gré et je puis exaucer ton vœu le plus cher, à la condition que tu me dises quel est ton plus gros défaut.

- Mon plus gros défaut est la gourmandise et mon souhait le plus cher est de devenir une grenouille, lui répondit-il après avoir réfléchi un instant.

- Je te propose alors le marché suivant : si pendant un mois complet, tu réussis à t'abstenir de gober la moindre libellule, malgré ta gourmandise, j'exaucerai alors ce vœu.

- Ça ne devrait pas être très compliqué : il n'y a pas beaucoup de libellule la nuit. J'accepte ton marché !


Sur ce, la fée libellule s'envola vers la cime des arbres et le crapaud s'en retourna à sa tanière.


Les jours passèrent sans qu'il consomme le moindre bout de morceau de libellule…


Alors que la fin du mois approchait, une nuit où sa chasse avait été particulièrement infructueuse et que son estomac criait famine, il tomba nez à nez avec le cadavre d'une libellule, morte de sa belle mort ou lâchée en vol par un oiseau distrait l'ayant capturée. N'y tenant plus, et se disant que de toute façon elle n'était pas morte de sa main, il dévora la charogne avec délectation.


Alors qu'il éructait, satisfait, la fée libellule apparut devant lui, l'air courroucé :


- Tu n'as pas respecté notre accord, affreux gourmand !

- Mais elle était morte, et puis en plus elle était toute petite ! se défendit le crapaud.

- N'importe : c'était une libellule et tu avais promis. Tu mérites une punition !


Et elle le transforma en être humain.



Moralité :


Les fées ne savent pas ce que c’est que d’avoir faim.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   xuanvincent   
25/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Ce petit conte m'a bien amusée.

Amusante, la moralité de l'histoire !
Egalement, j'ai trouvé, la transformation, en guise de punition, du vilain crapaud en humain !

C'est le texte que j'ai préféré jusqu'à présent de l'auteur.

   Anonyme   
25/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dis donc c'est une fixette les araignées...:-)

Vraiment agréable à lire cette "fable". Et la fin est très surprenante! j'ai vraiment apprécié.

   Anonyme   
26/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Amusant d'un bout à l'autre, bien rythmé, on commence le conte et quelquechose fait qu'on ne le lache plus. Amusante chute en double clin d'oeil...
Sympayhique et frais. Merci

   marogne   
27/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien
L'annonce "une parodie de conte" (mais c'est sans doute aprce que j'ai lu la version pdf...) m'a un peu frustré; je m'attendais à quelque chose du "genre". Mais j'ai trouvé le conte bien écrit et construit comme doit l'être un conte pour enfant, sans plus ni moins, ce qui compte tenu de la fin, approte un second degré savoureux.

   widjet   
4/10/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Petite fablounette (je viens d'inventer le terme!) qui se lit à haute voix devant une audience (plutot jeune je trouve, en dépit de quelques mots compliqués )...

C'est gentil, innofensif, un chouïa caustique.

W

   Menvussa   
19/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Pas mal du tout, mais :

- La libellule est une drôle de fée, elle marchande sacrément ses sorts, elle a dû faire HEC ou quelque chose dans le genre, elle est calculatrice c'en est une honte.

Sacrément humaine cette libellule.

   Anonyme   
22/9/2014
Commentaire modéré


Oniris Copyright © 2007-2019