Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Fantastique/Merveilleux
Liry : La Serre de Nulle Part (Troisième partie : sorties et découvertes)
 Publié le 21/05/08  -  6 commentaires  -  35304 caractères  -  16 lectures    Autres textes du même auteur

Maureen retourne sur les lieux de l'accident. En chemin, sa mémoire semble enfin se manifester. Mais est-ce vraiment ses souvenirs qui remontent à la surface ?


La Serre de Nulle Part (Troisième partie : sorties et découvertes)


Résumé


Maureen Lavernie, une jeune femme ordinaire, vient de se réveiller d’un accident plutôt insolite. D’ailleurs, elle n’en garde aucun souvenir. Tout ce qu’elle sait, c’est qu’au vu de l’état de sa voiture, ou plutôt ce qu’il en reste, elle ne devrait même plus être en vie…

Suite à la visite de sa sauveuse, en la personne de Mégane, elle décide de s’enfuir de l’hôpital et de retourner sur les lieux…


***


Un silence tout relatif s’installe sur l’ancienne propriété, perdue hors du temps, avec le départ de Plantago. Ce dernier a pratiquement pris ses jambes à son cou sous le regard amusé de son mystérieux hôte, tant il souhaite pouvoir retrouver la fille de la voiture.


De longs instants s’écoulent alors que l’homme, resté seul, contemple l’espèce de culture de pierres levées.


À le regarder, debout, parfaitement immobile, on pourrait presque croire qu’il interroge le majestueux ensemble minéral. Un début de solution germe dans son esprit mais ce n’est pas encore le moment d’envisager une telle chose. Non, il est encore bien trop tôt pour envisager cela. Bien trop tôt. L’automne est encore si loin.


Sur cette dernière constatation, il se décide à quitter avec un léger salut de la main le groupe de colonnes naturelles et atterrit dans un autre genre de champ. À première vue, il est bien plus classique que son voisin. À un détail près, lorsqu’il s’en approche, les branches des quelques arbres présents, viennent comme le frôler d’elles-mêmes, sous un vent nul, mais il ne s’en émeut guère, trop plongé dans le flot de ses pensées.


Une pression plus forte le fait pourtant stopper. Une branche aux feuilles d’argent appuie avec force sur son épaule. Il la repousse avec un étrange sourire. Puis, après un bref regard suivi d’un geste vers l’écorce, il s’éloigne d’un pas vif de ces végétaux un peu trop remuants à son goût. Ils sont si nombreux ici. L’if ne devrait pas avoir de mal à se planter de lui-même. Il soupire alors que les feuilles, les rameaux, tout ne cesse de bruisser autour de lui. Une présence subtile mais bien vivante. De quoi faire perdre la tête aux plus impressionnables des êtres, s’amuse à penser l’homme. Les plus impressionnables, juste le jeu des vents dans les branches et l’atmosphère adéquate suffit à les tenir à l’écart. Il n’a même plus besoin de se déplacer lorsque quelqu’un approche, ils sont tous si étonnés lorsque les plantes se dessinent avant de s’animer sous les jeux de la nuit. La peur des bois sous le crépuscule est toujours aussi profondément ancrée. Et puis, de toute façon, il n’y a rien ici qui puisse éveiller de convoitise, rien, juste des arbres et des arbustes affligeant de banalité. Tellement communs, même si la plupart des gens qu’il croise au hasard de ses promenades ne savent même plus les nommer tant ils se désintéressent de ces êtres pourtant omniprésents.


Et sur un dernier sourire désabusé, il continue à avancer, cette fois à pas lents, jusqu’à ce que ses pieds nus quittent la masse herbeuse, foulant à présent une terre humide, souple et surtout bien dégagée.


L’air est frais, doux. Avant de prendre enfin une décision au sujet de ce rameau qui s’échauffe contre sa paume, il embrasse les lieux du regard, levant la tête vers le ciel. Pas de nuages pour les menacer, tout est presque trop calme. Juste l’azur intense avec en prime un soleil magnifique, débordant de forces. Puis ses yeux sombres se reportent sur les innombrables plantes poussant à proximité. Il les détaille toutes en silence, une lueur d’interrogation dans le regard. Il secoue la tête avant de faire une dizaine de pas vers une zone plus ombragée. Il hésite un instant. Ces buissons sont presque tous aussi jeunes que Plantago. Cet endroit devrait convenir. Il s’agenouille et tâte la litière odorante puis teste l’humus, appréciant sa texture. Il est collant et parfumé. Bien, ça devrait convenir. Une pression sur l’écorce de l’if. Il ne doit pas attendre beaucoup avant de sentir une sorte de réaction. La frêle brindille semble frémir entre ses doigts épais et trop puissants. Ses aiguilles sont si vertes, si intenses. De la sève coule doucement. À la regarder si vive, prête à s’enraciner de nouveau, on ne croirait pas qu’elle a parcouru une telle distance, entraînée par une souple marée de lances vertes, le tout sous un soleil brûlant.


Un frémissement semble la parcourir lorsque la tige en contact avec la terre. L’air se charge d’électricité alors que l’homme guette ses réactions. Ses traits, tout juste hâlés malgré sa vie sous un soleil ardent, se détendent en contemplant les mouvements des fines aiguilles soulignées de blanc. Puis, sans autre explication, il fiche le rameau dans la terre, se relève et s’en retourne presque aussitôt, sans même daigner frotter ce qui s’est agrippé à son pantalon et à sa longue tunique, tous deux bleu sombre, presque noirs.


En chemin, il ne peut que croiser la porte, sa porte, notre porte, incomplète. En ce jour, elle est aussi sombre que la terre et les pierres levées l’entourant mais d’ici quelques mois, en automne, elle reprendra son teint d’ambre. Exactement comme celui des feuilles. Malgré lui, il jette un œil aux herbes, aux racines étalées, serpentant, ondulant gracieusement vers lui. Il soupire. Les ronds, ceux de ses complices ne sont pas encore apparus au milieu de tous ces motifs aux tons si chauds. Il lui faudra encore patienter de longues semaines avant la prochaine rencontre.


Sa marche touche à sa fin lorsque son antre apparaît. Il pousse la lourde porte. Elle avance sans bruit, le laissant entrer dans une maisonnette toute simple. À bien la regarder, elle ne paye vraiment pas de mine, contrairement à son intrigant propriétaire.


Une fois à l’intérieur, il jette négligemment sa veste sur le premier support venu. En l’occurrence, un amas de livres entassés on ne sait comment. Puis, il traverse la salle, slalomant entre des montagnes d’ouvrages et d’autres objets parfois difficilement reconnaissables. Les plus hautes d’entre elles culminent près du centre. Avec en prime, près de l’une des fenêtres, une agréable petite note de verdure, surgissant directement du carrelage. Quant aux rares meubles dignes de ce nom, ils ont littéralement disparu sous l’amas de feuilles et de parchemins. Le plus incroyable est de voir que cet ensemble pour le moins bancal est impeccable comme les murs, enfin ce que l’on en devine, et le sol. Aucune trace de poussière. Rien. Tout est nickel. Aussi étonnant que cela puisse paraître avec tout ce fouillis qui ne demande qu’à s’effondrer au premier geste de trop.


Et pourtant, cet homme arrive à se faufiler à travers toute la pièce, sans même regarder devant lui. Il s’arrête soudain devant un autre tas indescriptible et sa main se pose sur la poignée d’une nouvelle porte. Un geste rapide et il se retrouve dans la pièce voisine. Pour qui ne connaît pas l’endroit le choc, le contraste, doit être saisissant. Comment deux pièces contiguës peuvent-elles être si différentes ? Car cette fois, c’est une salle lumineuse et dépouillée de presque tout objet qui s’étale devant lui. À tel point que bien qu’elle soit plus petite que sa voisine, elle paraît si grande, avec son aspect vide, qu’on ne peut réprimer un soupir de soulagement en en franchissant le seuil. Un peu comme si l’on arrivait à respirer enfin au terme d’une longue traversée.


L’homme, jeune ou vieux, difficile de lui donner vraiment un âge, se dirige précipitamment vers son bureau, à l’autre bout de la pièce.


Une longue inspiration plus tard et il s’empare d’une chaise et s’installe face à sa fenêtre électrique. Large, plate, se confondant à merveille avec l’ensemble des autres toiles accrochées aux murs de crépis délicatement colorés. Une simple touche pour adoucir ce blanc décidément trop cru, trop cruel, surtout lorsque l’on doit passer sans arrêt d’une pièce à l’autre. Quelques mouvements rapides sur le clavier et une image se forme aussitôt. D’abord floue comme émergeant des brumes, petit clin d’œil à l’une de ses anciennes vies, elle prend ensuite plus d’ampleur, grandissant jusqu’à s’étendre, jetant ses couleurs sur la totalité de ce tableau mouvant. Autre ancienne vie, il en a eu tellement. Mais sa vie actuelle ne le déçoit pas non plus. Juste le fait d’être obligé de s’isoler presque constamment dans cette masure qui n’en est même pas une.


Face à lui, l’immense pépinière s’étale. Dire qu’elle pourrait être si proche avec tous les moyens qui existent en ce monde. Mais il ne peut. Pas maintenant. Ses doigts se mettent à glisser sur les touches et bien vite, le tableau se déforme et une silhouette se dessine. Celle d’une jeune femme brune. Il ne peut la quitter des yeux alors qu’elle est en train de greffer plusieurs arbres. Puis sa voix s’élève comme dans un rêve. Calme et profonde. Son admirateur lointain la contemple encore un instant, une lueur intense animant son regard.


Puis un geste sans qu’il ne regarde ses doigts appuyer sur la touche gauche et tout disparaît. Souris. Si fragile souris qui aura pourtant toujours autant de pouvoir lâche-t-il sans vraiment s’en rendre compte. Puis ses pensées retournent vers la femme au milieu des jeunes arbres alignés. Elle leur serait d’une telle aide mais…


- C’est trop tôt pour lui demander quoi que ce soit. Bien trop tôt. Et tous les autres ? Suivront-ils l’exemple de l’if ?


Instinctivement, il se tourne vers certaines des planches accrochées aux murs rugueux. Ses sourcils se crispent alors qu’il s’attarde sur certaines d’entre-elles. Et une méfiance sans borne se réveille en lui à la seule lecture de leurs noms. Puis, il se détourne, sa décision, à l’égard de la jeune femme qui riait derrière la toile, enfin prise.


Il ne faut pas que ça arrive. On y perdra tous… Tous ! Et je n’ose imaginer ce qui lui arrivera si jamais…


***


Quelque part, plus au sud, sur une route déserte…


La pluie tombe drue, dégoulinant avec fureur sur le pare-brise. Si Maureen n’avait pas recouvré une partie de ses esprits, elle jurerait que cette satanée flotte veut les ralentir. Une ennemie sans visage, froide et tourmenteuse, s’obstinant à les noyer dans ses bras. À moins qu’il ne s’agisse pas d’eux ? Elle sourit sans que personne ne puisse la voir. Sa capuche à demi rabattue sur ses épaules, elle regarde le semblant de paysage qui se dessine tant bien que mal derrière la vitre zébrée sous des trombes d’eau.


Des chaos sur la route, avec en prime une sensation de déjà vu. Au fond, cette idée n’était pas du tout mauvaise. Qui sait ? Si elle ressent déjà quelque chose de ce genre en étant juste sur ce chemin, peut-être que le reste reviendra sans crier gare ?


- Haaaaa !


Un bref cri de surprise lui échappe lorsque la voiture bute sur un obstacle. Voyant un rapide mouvement à l’avant, elle s’empresse de rassurer le chauffeur. Elle n’a rien. Elle est juste un peu secouée, exactement comme sa voisine. Qui semble avoir, elle aussi, quelquefois du mal à se maintenir avec tous ces heurts.


Elles échangent un bref regard avant de se séparer à nouveau sans un seul mot. Pourtant Maureen aurait bien aimé discuter un peu avec elle. Avoir un autre avis sur toute cette histoire. Mais l’autre, la fille de Mégane, Maureen l’avait compris du premier coup d’œil, ne la regarde presque jamais alors qu’elle est loin d’être timide. En fait, pour le moment, à la grande surprise de la rousse, la jeune fille n’a d’yeux que pour son portable et ses messages. C’est à peine si ses doigts ralentissent à chaque secousse.


Lassée de regarder pour rien vers l’extérieur ou sa voisine, l’accidentée se retourne vers Scott. Lui aussi ne dit mot pour le moment, concentré sur la route. À se demander comment, il arrive encore à se repérer malgré tout ce qui ne cesse de s’abattre sur le toit et les vitres. Car bien qu’il avance avec difficulté, le véhicule se maintient toujours sur le chemin d’asphalte et en plus, il n’a pas ralenti une seule fois ou éprouvé le besoin de s’arrêter. Il ne s’est même pas énervé lorsque la voiture a menacé de quitter la route. Maureen n’a cessé de le regarder depuis. Il lui a juste lancé un simple mot de réconfort avant de se tourner de nouveau sur son volant. Ce qui a touché la jeune femme. Scott, cet homme a vraiment des nerfs d’acier. Contrairement à Mégane qui, elle, est presque toujours remontée comme une pile.


Les secousses se succèdent, allant en se rapprochant, sur une voie de plus en plus dégradée. Soudain, Maureen se sent presque projetée vers l’avant et se raccroche au rude dossier lui faisant face. Un bref mot pour savoir si elle est encore intacte et Scott se replonge sur la route pratiquement inondée.


- Ça va aller, m’dame ? Encore juste un tronçon et on verra le bout de cette route. Cet abruti, il va m’entendre…


Maureen l’écoute se demandant, un moment, à qui peuvent bien s’adresser ces paroles. Puis, elle se tourne de nouveau vers la vitre.


Une vague de peur risque de la submerger lors d’un nouveau dérapage, encore plus impressionnant que les autres. Une manœuvre brutale plus tard et tout redevient "normal". Ne voyant rien transparaître sur les traits burinés, Maureen se détend. Avec un tel chauffeur, elle ne risque en effet rien. Elle se permet même un rire vite étouffé lorsqu’une image lui traverse l’esprit. Celle d’une Mégane hyperactive, toujours en train de foncer ou de babiller avec tous ceux qui passent à sa portée et près d’elle, un Scott calme presque muet, le parfait contraire de la fermière joviale.


Bang ! Un bruit mat suivi d’une bonne volée de cris ou plutôt de mots bien sentis.


- Quoi encore… Oups !


Lorsque Maureen arrive enfin à repousser les poids, en la personne de Rosaline et de son portable, son plus fidèle ami, qui viennent de lui tomber dessus, elle ne peut que s’excuser, enfin relativement pour l’ensemble de joyeux jurons qui viennent de franchir, à son insu, les frontières de ses lèvres.


Sans doute pour rien, Scott n’a même pas l’air de réagir. C’est vrai qu’il a dû en entendre de pire. À moins qu’il n’ait vraiment rien entendu. Et de son côté Rosaline, elle, ne se retourne même pas au son de sa voix, bien trop pressée de vérifier l’étendue des dégâts. Un rapide mouvement vers le plafond et enfin, elles peuvent se voir. Maureen se tourne rapidement vers la jeune fille, seize ans grand maximum, qu’elle n’avait pu qu’entrevoir jusqu’ici à la faveur de quelques réverbères aux portes de la ville.


Sentant son regard, l’étudiante se tourne vers elle. Les deux femmes se regardent un moment avant d’éclater de rire. Sans que le père de Rosaline ne s’en retourne. Il est blasé. Toutes les femmes de sa famille sont ainsi. Et encore, son aînée est la plus tranquille du lot. À la fois calme et passionnée. Et aussi la seule assez discrète pour avoir pu se joindre à lui lors de l’escapade de Maureen. Mégane les aurait trahis, à son corps défendant bien sûr. Incapable comme elle est de passer inaperçue. Alors que sa Rosaline, elle, lui ressemble au point de pouvoir se faire oublier n’importe où.


La voiture résonne encore un peu de leurs éclats avant que la demoiselle ne se calme et tende un téléphone vers la rousse. Maureen hésite avant de le prendre. Elle se demande pourquoi un tel geste.


- Il faut bien qu’on reste en contact. On ne va pas pouvoir rester longtemps. Papa et moi, nous devrons rentrer, dès qu’on vous aura déposée. Mais avec ça, vous pouvez nous appeler n’importe quand.

- Merci.

- Et ça, ça vous sera aussi utile.


Elle regarde l’autre objet.


- On ne va pas vous laisser seule, sans rien, au milieu de nulle part. Quoique vous ayez une sorte de chance dans votre malchance !


Maureen la regarde avec des yeux ronds. Cette fille, si banale, presque terne et insignifiante, a tout compris en si peu de temps.


- Oui ! On peut dire ça comme ça. Mais cet appareil ? Je ne peux pas accepter un tel cadeau.

- Il vous permettra de nous joindre. En plus, les photos sont parfaites.

- Photos ? Ah oui ! Il peut en prendre…

- Et je viens juste de tout vérifier.

- Merci, Rosaline. Tellement curieuse que tu ne veux pas prendre le risque de rien voir, s’amuse à compléter, pour elle et sans malice aucune, la jeune femme.

- De rien. Mais appelez-moi, Rosa. Comme les autres. Je peux vous demander quelque chose.


Comme si elle voulait ma permission, la Rose. Rose… Serre… Fleurs… Épines… Maureen laisse passer quelques secondes, surprise par ces mots qui continuent à déferler à ses oreilles malgré elle.


- On se demande tous...

- La voiture ?

- Oui ! Et le reste. Vous êtes comme une star maintenant.

- Une star ?

- Ben oui ! Une sorte de miraculée.

- Je me demande… Si vous n’en faites pas un peu trop. Je ne suis quand même pas la première à avoir eu un accident de voiture.


Le ton se veut ironique mais il tombe à plat lorsque Rosa lui montre un cliché.


- Lorsque l’on voit ça.

- Rosaline !


Le seul véritable reproche que Maureen ait entendu depuis le début de leur voyage. Un nom dit pourtant avec calme. Mais elle doit bien avouer avoir eu un rude choc en voyant le cliché, juste avant que Scott n’exige d’un ton un peu trop ferme l’extinction des feux. Rosa, confuse, surtout face au visage blême de sa voisine, marmonne bien quelque chose. Sans doute une parole d’excuse que Maureen accepte d’un ton neutre, presque machinalement. Ça ! J’étais dans ça ! Cette plaque de métal toute rouillée ! Non ! C’est impossible ! Je ne me souviens pas de ça ! Elle n’était pas comme ça ! Pourquoi Mégane ne me l’a-t-elle pas montré elle-même ? Nous étions pourtant ensemble.


Ce n’est qu’un tas de tôle pris sous la force des éléments. Ne t’en fais pas. Moi, je suis là. Pourquoi ne peux-tu toujours pas m’entendre autrement que par mes vers ou mes chants. Je suis là comme lors de ton sommeil. Tu m’as appelée…


Mais Maureen ne réagit pas plus lorsque le noir revient. Elle se laisse aller contre la glace, non sans avoir rassuré une Rosa qui ne voulait pas l’effrayer. Elle ne lui en veut pas. Pas du tout mais sa brusquerie a de quoi choquer surtout lorsque Maureen tente de mettre en relation ses seuls souvenirs et cette chose qui s’étale sur la photo. En plus du journal.


Ainsi se passe le reste du voyage. Calme, sans heurts. La pluie est même moins forte et seuls quelques éclairs ont un instant émaillé le ciel sombre avant de disparaître aussi vite qu’ils étaient venus. Le matin semble enfin triompher des ombres lorsque le moteur ralentit. Maureen sent que le voyage arrive à son terme. La portière s’ouvre alors face à une longue étendue plate.


***


De très longs instants plus tard, des pas, ses pas, s’impriment sur le sol gris, légèrement humide, du macadam. La rouquine avance droit devant elle. Elle n’est pas encore arrivée au bon endroit. Cette partie n’est pas la bonne. Elle est juste là, sous le réverbère. Le pauvre, il lui semble encore plus misérable de jour, sous les feux de la lumière cruelle. Atroce, rendant son agonie encore plus flagrante. La jeune femme s’agenouille. Elle caresse le sol dur et déformé quelques instants. Il est si chaud avec ce soleil qui commence à peine à taper. C’est étrange. La pluie s’est à peine arrêtée que le sol brûle déjà. Un instant, elle se revoit de nuit face à sa voiture. Les pneus ! Elle inspecte le sol. Pas de traces de freins sur le sol. Rien. Juste des débris de métal brillants, encore éparpillés un peu partout.


Bon, il est inutile qu’elle reste là. Ce n’est pas ici que l’accident a eu lieu. L’épave peut très bien avoir été déplacée. Elle avance encore. Pas d’âme qui vive. Le lieu est désert malgré la carcasse qui a dû attirer les gens. Mais c’est vrai aussi que l’attraction a depuis été déménagée. Elle se demande ce qui se passe à l’hôpital. Mégane et les infirmières en train de la rechercher. Mais qu’importe. Ce n’est pas la première fois qu’une patiente un peu dérangée doit faire une petite fugue.


Bon, ce n’est pas ici que je trouverai quelque chose. Allons voir les ifs. Je suis certaine qu’ils pourraient m’aider à me souvenir.


Elle se relève et reprend son chemin.


Vers quoi ? Vers où allais-je lorsque j’ai pris cette route ? Je la remontais avec la voiture. Je ne sais pourquoi mais je remontais cette route. Exactement comme maintenant. J’avançais. Avancer encore et encore. Des ballottements… la route. Serpent gris avec des taches vertes. Choc. Choc, lumière crue, aiguilles volantes.


Elle secoue la tête. Les cris des corneilles la tirent si brutalement de ses réflexions. Des bruissements d’ailes. Des aboiements. Des chiens au loin. Des gens arrivent ! Elle ne veut voir personne et s’empresse de quitter le chemin d’asphalte. Quelques longues minutes plus tard et elle est de nouveau seule. Plus personne. Elle décide pourtant de continuer au milieu des hautes herbes et reprend sa marche.


Lorsqu’elle arrive enfin au lieu de son réveil, elle ne peut réprimer un cri de tristesse. Les ifs sont là mais ils ont viré au brun. En dehors de rares aiguilles répandues sur le sol, il ne reste rien de leurs luxuriantes parures. Et les genévriers ne valent guère mieux. Elle fait le tour des arbustes nus et torturés. Les écorces brunes. Le bois cassant comme si ces plantes étaient mortes depuis une éternité.


Tiens ?


Elle vient de contourner le petit bois mort. Les arbustes dépassaient quand même les quatre mètres de hauteur et s’étonne de ce qui lui fait face.


C’est vrai qu’il faisait nuit. Sinon je n’aurais aucune excuse.


Attirée comme un aimant. Elle délaisse le bois mort pour s’enfoncer dans l’espèce de champ livré à lui-même. Les herbes sont encore plus touffues que dans ses souvenirs. Elle se souvient bien des tas de ronces et des pâquerettes sur les bords mais comment ? Comment peuvent-elles être si verdoyantes alors que les ifs, eux, sont morts ?


Atterri dans les ifs ! Mais ? Ce n’est pas possible ! Ce chauffard n’a pas pu aller si loin. J’ai dû mal comprendre les dires de Mégane ! Et lui, il est si énorme. Je peux le voir alors que je suis encore à des dizaines de mètres de lui.


Au moment où elle atteint enfin son but, un son particulièrement civilisé la ramène à la civilisation. Une heure. C’est la sonnerie signalant le passage des heures. Elle regarde le GSM. Il est si petit et pourtant, si utile. Elle regarde le cliché des ifs. Des tas de branches mortes étalées sur le sol. Gris et bruns avec en prime les feuilles de lances des plantains.


Une nouvelle photo et enfin un envoi. Presque aussitôt Mégane lui répond. Un message pour "Rosa". Sa fille. Maureen sourit. Mais son sourire disparaît lorsqu’elle arrive au bout du message. Mégane lui demande si elle est vraiment au bon endroit.


- Ben oui, lui répond-elle de la même façon. Pourquoi ? C’est Scott qui m’a déposée…

- C’est à cause de cet arbre énorme.

- Que ?

- Il n’y en a pas de si gros dans le coin, sinon, il aurait depuis longtemps fini en planches.

- Pourtant, il est bien là. Je vais vous faire un autre cliché.


Un ? Non : des dizaines ! Voilà qu’elle se met à flasher tout ce qui l’entoure. Et Mégane, une fois toutes les images reçues, ne peut que croire la jeune femme. Elle est bien au bon endroit mais cette espèce de monstre de bois et de sève, elle ne l’a jamais vu. Rien n’avait jamais dépassé en taille les ifs et les noisetiers et il ne reste guère que ces derniers, tous les autres arbustes étant réduits à l’état de bois sec.


- Ne bougez pas. Il faut que je voie ça de mes yeux.

- Moi qui croyais qu’on ne devait plus se voir après ma sortie de l’hôpital.


Enfin, elle garde ce dernier message pour elle, renonçant à l’envoyer. Deux clics et tous ces mots disparaissent.


N’ayant plus qu’à attendre, elle décide de faire connaissance avec le grand ancêtre. Drôle d’idée de l’appeler ainsi mais ça lui est venu comme ça.


- Aïe !


Elle se blesse presque sur une pierre émergeant avec traîtrise du sol herbeux, l’obligeant ainsi à s’arrêter. Elle peste généreusement avant de continuer. Son pied étant devenu plutôt douloureux sous le choc. Enfin, elle ne va pas se plaindre. Qu’est-ce qu’un aussi petit choc en comparaison de celui qu’elle a dû encaisser lors de ce fameux accident. Mais elle n’a pas le temps de faire deux pas que quelque chose d’épais et brillant s’écrase avec fracas juste devant elle. Elle sursaute et un léger choc sur sa tête lui fait lever les yeux vers le ciel. Mais il n’y a rien. Rien du tout. Mais ? Je ne comprends pas ! Ouille, c’est quoi ce truc dans mes cheveux ? Elle se tâte le haut du crâne et saisit quelque chose. Elle met à le dégager de ses boucles et ne peut s’empêcher de crier en voyant ce qui vient de la heurter.


- Du verre ? Il pleut du verre ? Mais c’est quoi, cette nouveauté ?


Et elle se met à courir vers ce qui aurait dû lui tomber dessus quelques instants plutôt. Un frisson la parcourt lorsqu’elle voit une lourde plaque de verre brisée luire entre les tiges. Sans cette pierre, le projectile l’aurait heurtée de plein fouet. Elle regarde le fragment qui lui reste. Il est tiède. Voilà qu’il pleut du verre. Peut-être que ça vient de lui ? On ne sait jamais.


Rangeant le morceau dans l’une de ses poches, elle s’intéresse de nouveau à l’immense arbre. Avec méfiance toutefois. Il est vraiment énorme. Elle s’attarde un moment sur l’écorce sombre. En dehors de quelques anciennes blessures, elle ne porte rien. Les premières feuilles qui lui passent au raz de la tête. Elles sont si vertes que la jeune femme ne peut douter de la bonne santé du géant.


Elle décide de s’asseoir à l’abri du colosse tranquille. Il fait si calme. L’endroit est désert comme la veille. En dehors de quelques crissements. Les pneus glissant avec lenteur sur les anneaux du serpent gris. Elle ne perd rien des mouvements. C’est incroyable ce que son ouïe peut être fine. Elle les entend dans les virages. Le long reptile avec tous ses pièges. Quelques images lui reviennent bien mais elles sont toujours trop fugaces. Et même si elles ne la font pas avancer pour le moment, elles lui offrent quand même un espoir. Sa mémoire revient et Meg, elle a décidé de suivre l’exemple de Rosaline, arrivera bientôt. Elle ne sait pas pourquoi mais elle lui fait confiance. Et puis, elle pourra peut-être lui expliquer pour cette espèce de verre. Elle doit savoir. Après tout, c’est eux qui connaissent le mieux l’endroit. Ça. C’est ce que tu crois. Mais elle ne peut entendre la voix. Elle peut juste ressentir sa présence comme dans l’hôpital ou lors de son réveil.


Elle commence même à s’assoupir lorsque le klaxon de la voiture de Meg se fait entendre. La fermière peste en ne voyant pas la jeune femme rousse. Elle l’appelle plusieurs fois. Et c’est en entendant cette voix si criarde qu’elle reprend ses esprits. Elle se lève et s’avance avec de grands gestes pour que Meg puisse l’apercevoir enfin et se calmer. Ce qui arrive très vite. Maureen ne peut s’empêcher de rire en la voyant approcher. Au fond, elle aime bien cette femme joviale. Au moins, elle a le mérite d’être franche avec elle. Elle le sent bien.


Meg ne peut que manifester, bruyamment faut-il encore le préciser, sa surprise en découvrant l’imposante silhouette de l’arbre. Cette espèce de monstre existe donc bel et bien. Trop surprise, elle ne réagit pas lorsque Maureen la tire vers le tronc.


Elle ne lâche pas cette masse des yeux. Tandis que Maureen, elle, guette le sol. Se méfiant de ce qui pourrait en dépasser tout en gardant un œil sur le ciel. Meg finit par se rendre compte de son jeu. Elle lève les yeux vers les nuages, se demandant ce que cette excentrique de rousse a bien pu inventer. Le ciel est pourtant dégagé. La pluie s’est arrêtée presque aussi vite qu’elle était apparue. Toujours aussi directe, elle lui dit :


- Mais que craignez-vous donc ?

- Ça.


Elle avance sur son premier chemin au milieu des tiges. L’énorme masse de verre y est toujours. Mégane, Meg, regarde l’ensemble. Du verre épais. Et alors ? Ça arrive avec tout ceux qui s’amuse à balancer n’importe quoi lorsqu’ils pensent que le lieu est abandonné ou que personne ne les guette. Enfin, elle va jeter juste un œil pour rassurer sa jeune amie. Mais au moment, où elle se saisit de l’un des morceaux, celui si se rompt, finissant en pluie scintillante et les autres suivent le même chemin à chaque fois qu’elle tente de les prendre.


- Eh bien ! Ça, ce n’est pas courant.


Elle ne peut dissimuler sa surprise. Maureen de son côté saisit la pièce encore cachée dans sa poche. Elle la serre contre sa paume, s’écorchant la peau. Légèrement mais assez pour qu’un liquide chaud se mette à perler. Elle n’arrête pas malgré les picotements qu’elle sent de plus en plus. Mais comment est-ce possible ? Meg ne peut pas les prendre sans les casser alors que moi… Elle avise un autre bout un peu plus éloigné. Et ce n’est que lorsqu’elle se penche pour essayer de le prendre, se demandant s’il finira de la même façon que ceux de Meg, qu’elle s’aperçoit de la présence de dizaines de parasols miniatures. Elle rit doucement en regardant les nombreux chapeaux. Ils sont si fins qu’elle ne les avait même pas vus. Mais, pensant à autre chose, elle se lève et regarde le verre rester intact dans sa paume. Elle ne sait que penser en regardant la fermière. Elle allait la rejoindre pour lui montrer le morceau mais elle décide de patienter un moment, réalisant que Meg est en pleine discussion avec son époux. L’arbre et cette décharge sont au cœur de leurs paroles. Elle l’entend même râler… Bon, je crois qu’il vaut mieux les laisser entre époux. Et elle se met à marcher. Tiens, ceux-là sont épanouis. Elle en cueille un et le porte devant ses yeux.


C’est aussi à ce moment que Meg semble se rappeler de son existence. Elle court presque vers elle.


- Lâchez cette saleté ! Une seule d’entre elles suffit à envoyer toute une famille en…


Elle ne dit rien de plus, se dépêchant d’arracher le champignon des mains de Maureen.


- Ils sont vénéneux, je sais. Ne vous en faites pas. Je les avais reconnus avant que vous ne me donniez leur nom.


Joignant le geste à la parole, elle passe un doigt fin sur un autre spécimen. Les lamelles, le chapeau aux couleurs chaudes avec ses débris clairs, l’anneau juste en dessous du chapeau et la volve bien présente.


- Vous savez...


Aussi étrange que cela puisse paraître, Meg se retrouve presque sans voix. Ne comprenant rien à ce qu’il se passe. Elle veut lui juste retirer le champignon des mains. C’est tout. Aucune parole ne lui a échappé, pas plus que le nom de cette chose.


- Oui ! Je sais, ils sont même mortels.


Le son de la voix de Maureen sonne si bizarre à l’oreille de Meg. À bien y regarder, Mégane se demande si c’est bien à elle qu’elle s’adresse. Elle passe même un moment sa main devant ses yeux, la voyant absente. À son grand soulagement, Maureen réagit très vite et lui attrape le poignet.


- Qu’est-ce qui vous prend ?

- Rien, vous devez encore être trop choquée.


Maureen s’empresse de la rassurer, elle va bien. Très bien. C’est juste cette voix chantante qu’elle avait déjà entendue à l’hôpital. Elle a simplement cru qu’il s’agissait de Meg.


Et puis, elle était en si parfaite harmonie avec ce qu’elle voyait…


Flocons sur soie…

Vies sur lamelles…

Rêves qui te noient…

Si tu brises ces délicates ailes…


N’espère plus de réveil…


Cet air tinte encore à son oreille. Un peu comme dans la chambre. Mais enfin qu’est-ce qui lui arrive ? Souffrirait-elle encore du choc ?


Meg la regarde, dubitative. Le mieux serait de la ramener chez nous, qu’elle se repose un peu.

De son côté Maureen semble enfin émerger de son rêve éveillé.


Elle regarde Meg et accepte tout de suite sa proposition de rentrer. De toute façon, cette visite n’a fait qu’embrouiller encore plus une situation déjà bien confuse. Elle referme sa veste se demandant comment ces champignons ont pu apparaître en si peu de temps. Elle grelotte un instant avant de sentir une pression sur son épaule, un geste amical. Elle se tourne mais Meg est déjà sur le chemin du retour, quelques mètres plus loin.


La nuit est revenue. Un cri la déchire. Maureen se réveille trempée. Quel affreux cauchemar ! Elle tremble de la tête aux pieds. Elle sent son corps parcouru de douleur. Un peu comme si on l’avait frappée à grands coups de couteau, à plusieurs reprises. C’est une sensation horrible. Elle a même l’impression de sentir son propre sang ruisseler sur elle. Elle se redresse. Cherchant des traces sanglantes qu’elle ne trouve heureusement pas. Il lui faut malgré tout encore beaucoup de temps pour se remettre, se convaincre de ce que ce n’était qu’un cauchemar. Se dire qu’elle est indemne et en sécurité dans cette chambre.


Meg est dans le bâtiment voisin et pour une fois, elle en est heureuse. Elle ne souhaite vraiment pas en parler avec la fermière. Ce n’est pas le moment. Mais d’un autre côté, elle se sent seule. Les siens étant injoignables, elle a bien essayé mais ils sont en plein voyage et le temps qu’elle parvienne à les localiser, ils seront de retour…


Ce n’était qu’un cauchemar… calme-toi Maureen. Tes proches ne sont pas si loin. Tout va bien. Tout ça finira bientôt !, se lance à elle-même la jeune femme avant de tenter de recouvrer le sommeil.


J’aimerais en être aussi sûre que toi., chuchote l’autre une nouvelle fois.


Malheureusement, elle ne l’entend pas encore. Il est trop tard de toute façon, elles sont sorties, toutes les deux. L’if se demande encore pourquoi ça ne fonctionne plus. Elle est sortie, elle aussi, et pourtant quelque chose la bloque. Enfin si elle reste auprès de Maureen, elle finira bien par croiser Plantago ou encore … Zut ! J’aurais préféré ne plus le croiser, celui-là. Enfin, c’est trop tôt. Il faut encore qu’elle se décide à me parler franchement. Et elle reste là, à son chevet et ce depuis le jour de l’accident.


***


Quelque part en ville, une silhouette avance d’un pas assuré. La femme, vêtue de sombre de la tête aux pieds, sursaute au coin d’une rue. Des bruits. Des hommes qui discutent. Pour accomplir ce qu’elle a en tête, elle va devoir attendre qu’ils se séparent. Mais qu’importe, après tous ces siècles, elle ne pleurera pas à cause de quelques minutes voire quelques heures de plus…


Un mouvement, calfeutrée dans son coin, elle reconnaît une autre “personne”. Enfin si on veut. Ses yeux uniques en leur genre suivent la forme souple. Il ne lui faut de toute façon pas longtemps pour la reconnaître. À voir sa démarche, elle doit être furieuse. Bien, autant lui laisser ceux-là. De toute façon, ce ne sont pas les hommes qui manquent. Et puis, ça m’étonnerait qu’il soit l’un d’entre eux.


Et elle s’éloigne, laissant la silhouette se glisser lentement vers le petit groupe. Elle ne s’arrête qu’une seule fois en voyant une fine trace briller sur le sol.


Soigne-toi, bien, Ama. Je suis certaine que nous nous recroiserons à un moment ou un autre, parole de Dona.


Et elle disparaît dans la nuit.


À suivre...



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   clementine   
21/5/2008
Et ben... j'ai rien compris!
C'est très embrouillé, beaucoup trop pour moi en tout cas.
Je comprends que c'est voulu, mais là j'ai eu du mal à suivre l'histoire malgré mes fréquents retours en arrière au cours de ma lecture.
J'ai eu l'impression de m'enfoncer de plus en plus à l'intérieur d'un laryrinthe inextricable.
Faudra que je revienne lire et relire, pour l'heure il m'est impossible de commenter encore moins d'apprécier.
Désolée Liry, ne m'en veux pas.

   Bidis   
22/5/2008
Tout comme Clémentine, j'ai trouvé ce texte fort embrouillé et, malgré le résumé des chapitres précédents, je n'ai pas compris grand chose.
Il y a beaucoup de poésie (comme toujours dans les textes de Liry), de l'imagination et un certain suspense, mais c'est extrêmement confus quand même.
Deux petites remarques :
- "Au moment où elle atteint enfin son but, un son particulièrement civilisé la ramène à la civilisation" : civilisé, civilisation...
- « Elle s’attarde un moment sur l’écorce sombre. En dehors de quelques anciennes blessures, elle ne porte rien » - « porter » est une action que l’on attribue instinctivement à un humain, donc ici à « elle ». Mais en fait, d’après le sens, c’est l’écorce qui ne porte rien. J’aurais donc trouvé plus judicieux de dire : « sur l’écorce sombre qui, en dehors de quelques anciennes blessures, ne présente pas de marques. »

   Filipo   
23/5/2008
 a aimé ce texte 
Pas
J'ai été assez géné dans ma lecture par une impression pénible et durable d'être perdu. Pas grand chose à quoi se raccrocher, pour imaginer les différentes scènes... ce n'est pas du à un manque de détail, mais plutôt à une absence de cohérence dans les descriptions, qui partent - à mon gout - un peu trop dans tous les sens. Pas mal d'expressions qui ne sonnent pas vraiment juste donnent un côté trop brouillon à l'ensemble.

Je pense qu'il faudrait un peu plus canaliser tout ça avec des phrases plus simples, mieux construites, qui servent plus un scénario que l'on ne doit pas chercher à apercevoir au milieu d'une avalanche de mots...

Voila, c'est un simple ressenti de lecteur... mais, après tout, c'est pour les lecteurs que tous on écrit.

   Liry   
29/5/2008
Suite aux commentaires et explications qui ont suivi, j'ai décidé de rajouter en plus du résumé, une autre partie explicative qui permettra de resituer directement, au début de chaque épisode, le contexte et les différents personnages.

Cette partie sera présente à chaque épisode qui suivra depuis cette troisième partie ...

Je remettrai un lien lorsque les compléments et éventuels changements seront terminés.

A plus tard

Liry

   Sanderka   
16/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ton histoire ressemble un peu à ces sous-bois qui nous paraissent n'être qu'un enchevêtrement de branchages mais dans lesquels nous apercevons nous observant des visages humains immobiles.

Il est vrai que l'on a du mal à faire le lien entre tous les personnages. Mais apparemment tu joues sur le fait que tous savent quelque chose que nous autres pauvres lecteurs ignorons.(Et ça c'est énervant.)

Petite réflexion personnelle : je pense que cette histoire vaut la peine que tu la développes dans le contexte d'un roman plutôt que dans une suite de nouvelles. Car chaque personnage mérite à mon avis une attention particulière.

Mais le côté "je n'en dis pas trop sur eux en les faisant intervenir sans crier gare" a le don d'accentuer l'effet "je suis complètement paumée" de Maureen, et dans la foulée le notre.
Car j'aime à croire que ce côté "fouillis" tient plus de la préméditation que de la maladresse.

Moi, il me tarde de lire the chapter 4.

   xuanvincent   
20/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai trouvé cette histoire singulière.

Il ne m'a a pas été facile de suivre le fil du récit mais le côté étrange, fantastique m'a beaucoup plu.

L'homme sans âge, puis Maureen, semblent connaître, entrevoir du moins, un secret que le lecteur peine à deviner.

Ce récit m'a paru dans l'ensemble bien écrit, avec quelques faiblesses par endroits.

Les italiques, qui semblent correspondre aux pensées des personnages, ont retenu mon attention.

La fin m'a semblé bien mystérieuse. J'attends la suite...

Détails :
. "L’homme, jeune ou vieux, difficile de lui donner vraiment un âge" : redondance, "jeune ou vieux" me paraît de trop"
. "l'accidentée", "la rousse" (nommée ainsi après une longue absence dans le récit) : comme dans le précédent épisode, cette manière de dénommer ces deux personnages ne m'a pas trop plu.
. "Une vague de peur risque de la submerger" : j'aurais plutôt écrit "menace de la submerger".
. "Son pied étant devenu plutôt douloureux sous le choc" : "plutôt me paraît superflu.


Oniris Copyright © 2007-2019