Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Sentimental/Romanesque
marogne : Au bord du lac de Constance
 Publié le 24/06/08  -  9 commentaires  -  6509 caractères  -  21 lectures    Autres textes du même auteur

Une jeune fille danse dans un hôtel de luxe, dans une ville d'eau surannée.


Au bord du lac de Constance


La nuit était tombée sur le lac de Constance. Annah, accoudée à la balustrade, regardait les lumières d’une fête de village qui se découpaient au loin sur la masse sombre des forêts. Par-dessus l’eau noire arrivaient quelques notes échappées de l’accordéon qui devait accompagner les danses populaires. La nuit était calme en ce milieu d’été, et au milieu de la tourmente, ce lieu privilégié gardait son charme suranné. Le luxe et la bonne éducation régnaient sur la surface de ceux qui se pressaient derrière elle, dans la grande salle de bal, oubliant, ou cachant, sous les airs de Strauss, leur côté sombre.


Elle tenait à la main une lettre qu’elle avait lue et relue, jusqu'à en connaître par cœur le moindre détail. Une larme glissait sur sa joue.


Annah avait vingt ans, et était venue dans cette magnifique résidence avec ses parents pour l’été. Kurt n’avait pas pu venir, retenu, mais il devait pouvoir y faire un saut avant la fin du séjour, et elle avait attendu ce moment avec toute l’impatience de l’amour. Elle l’avait rencontré à Vienne l’année précédente, lors d’un concert de Mozart. Elle était si émue lors de l’entracte qu’elle en avait les larmes aux yeux. Il avait été touché par son apparence, et lui avait proposé une coupe de champagne. La même sentimentalité, le même amour de la musique et de la peinture avaient fait qu’ils ne pouvaient plus passer une journée sans se voir.


Elle se rappelait avec émotion leur première visite au palais de la sécession, et leur trouble non avoué devant le baiser de Klimt. Ces deux corps enlacés, fondus l’un dans l’autre, dans une extase de couleurs chaudes sur fond sombre représentaient l’espoir d’un monde meilleur, mais aussi les prémices d’un amour pérenne. Il en était tout autre chose des œuvres de Schiele qu’ils avaient découvertes, leur pessimisme froid, la folie que l’on sentait percer au travers des personnages ne pouvaient être en harmonie avec ce qu’ils vivaient ensemble.


Elle se rappelait leurs soirées à l’opéra, et ressentait encore avec gourmandise, le goût des tartes Sacher qu’ils dégustaient les yeux dans les yeux, en buvant un verre de merveilleux Tokay. La vie était belle, insouciante dans cette merveilleuse ville, et le Danube éternel emportait leurs espoirs.


Ils avaient descendu le fleuve jusqu’à Pressburg, et sous les contreforts du château en ruines détruit par Napoléon, après avoir visité l’église bleue, ils s’étaient enfin déclaré leur amour et échangé leurs vœux.


C’est tout cela que Annah revivait sur la terrasse du grand hôtel. Elle avait mis sa belle robe blanche en l’honneur de Kurt. Il ne pouvait la voir, mais elle voulait être belle pour lui, elle était sûre qu’elle aurait été dans ses pensées. Son regard dérivait sur le lac, la brise avait séché la larme, laissant une touche salée au bord de ses lèvres


Elle se retourna vers la salle de bal que l’on apercevait au travers des grandes portes vitrées qui avaient été laissées grandes ouvertes sur la terrasse pour laisser pénétrer un peu d’air frais. Elle enviait un couple qui virevoltait au rythme de la valse. Enlacés, leurs regards ne se séparant pas, ils semblaient tout seuls sur la piste de danse. Annah s’imaginait dans les bras de Kurt, et fredonnait en silence l’air qui les entraînait.


Son cousin, Alfred, s’approcha avec une coupe de champagne pour lui proposer une danse. Elle déclina, mais accepta de boire cet étrange vin français, symbole de tous les plaisirs, elle voulait célébrer à sa manière cette soirée.


Elle relut encore une fois la lettre.


La soirée touchait à sa fin. Les danseurs, les joueurs avaient regagné leurs chambres. Les derniers fumeurs avaient déserté la terrasse qui surplombait les eaux froides et profondes du lac. Tout au fond aussi la fête était terminée, et seules de grandes masses sombres entouraient la grande pièce d’eau mystérieuse.


Elle entra dans la salle de bal. Les grands lustres en cristal de baccarat avaient été éteints, seuls quelques candélabres diffusaient une lumière mouvante sur les marbres et les ors. Les musiciens de l’orchestre, d’un air las, démontaient leurs instruments pour les ranger dans leurs boîtiers. La nuit était calme et belle, en harmonie.


Annah se dirigea vers le milieu de la piste, et esquissa quelques pas de danse. Ses souliers glissaient sur la surface polie et luisante. Elle accéléra le rythme, et se mit à danser au son de la musique qu’elle avait en elle. Elle tournait, elle virevoltait en cadence, ses bras enserrant le vide la suivaient comme des ailes vivantes. Sa robe s’ouvrait comme une fleur, emportée. Son visage diaphane resplendissait dans la pénombre, elle dansait les yeux fermés, concentrée. Parfois une lueur se prenait dans les plis immaculés de sa robe, se réfléchissait sur les grandes portes vitrées qui donnaient sur l’extérieur, comme une flamme près de s’éteindre. Elle emplissait toute la salle de ses mouvements, était à elle seule foule et multitude de couples, l’essence de la danse.


Les musiciens, et le personnel qui nettoyait la salle, s’étaient arrêtés, et regardaient fascinés cette jeune fille danser son amour. Un violoniste, âgé, les cheveux blancs, prit son violon, s’accorda à son rythme, et fit retentir la divine musique.


Et Annah, seule, dansait, au son de Strauss, dans cette grande salle vide, sa robe blanche se détachant sur l’obscurité, dans la pénombre mouvante des dernières lueurs des bougies. Les rares spectateurs retenaient leur souffle devant ce qu’ils se rappelleraient toujours comme ayant été l’apparition de la Beauté. Et la musique, réchauffée, embellie par l’amour d’Annah, s’écoulait dans les couloirs sombres de l’hôtel, se déversait par les portes-fenêtres sur la terrasse et sur les eaux du lac, emportant au loin son témoignage.


Et Annah dansait, la nuit était tombée sur le lac de Constance.



------------------------



Ce n’est que quand on découvrit sur la berge la lettre qui lui était adressée, toute délavée, que l’on comprit qu’il fallait rechercher son corps dans les eaux sombres et froides du lac qui était son tombeau.


Quelquefois, les témoins de cette scène, maintenant vieillis par les ans et les événements, croient entendre encore les sanglots du violon sur les eaux du lac, la nuit, et même parfois, imaginent, diaphane, la jeune fille qui danse sur les eaux endormies.


« Je vole… je rêve… je dors… je rê… rê… Je vo… »

Mademoiselle Else, Arthur Schnitzler


Montesson, le 14 juin 2008


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Fattorius   
24/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Beaucoup de soin dans l'écriture, ce qu'il convient de relever. Je trouve en revanche un peu "carte postale" l'évocation de Vienne, cette Vienne qui tourne en rond au rythme des valses de Strauss. Un peu clichés égalements, les "sanglots du violon", au moins depuis Verlaine... Dommage - aurait-on pu créer davantage de résonances entre les lieux et les personnages?

Merci pour ces belles phrases, toutefois, et pour l'instant de lecture.

   strega   
24/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Fattorius à raison, je ne connais pas Vienne, mais c'est l'image que tout le monde s'en fait. J'en déduit donc quelle est cliché. Mais passons.

Ben j'aime toujours ce style légèrement onirique, tournoyant justement. Ca me fait tourner aussi et j'aime bien ça.

Quant au fond, quoique très classique, rien n'empêche que lorsque c'est bien écrit, ça fonctionne.

   Anonyme   
24/6/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'aurais aimé qu'Annah ait le sang indigo de ma Lysèle d' "Unter den Linden" , qu'elle déclme du Richter un des vers de Schiller, avant...
presque romantique?
Bien loin pourtant.

"Sur le lac de Constance un cygne noir s'envole" (Némésis est partie)

Je salue l'effort pour la forme assez correcte

   clementine   
25/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime cette écriture, je la suis sans fatigue ni lassitude.
L'histoire bien que triste m'a entraîné par sa poésie, dans cette valse.

   xuanvincent   
25/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Une belle et triste histoire, d'amour déçu... Bien écrite, comme les précédents textes.

La fin ne m'a pas paru explicite mais elle laisse au lecteur la liberté de l'interpréter.

PS : Ce texte change de ceux du cycle qui vient de s'achever (sentimental, sans arrivée et montée du fantastique qui effraie (un peu) le lecteur)

   widjet   
25/6/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
On pense beaucoup à Tania en lisant ce texte toujours écrit marqué de la délicatesse qui caractérise le "style Marogne" avec le bémol suivant : l'émotion peine à sortir.

L'histoire mélancolique faite de musique raffinée, de danse doublé d'un bel hommage (Arthur Schnitzler excusez du peu !!) est tout de même agréable.

Widjet

   Anonyme   
6/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Et voilà comment un beau fantôme va venir hanter un lieu jadis paisible !!! Non, je plaisante. C'est un beau texte avec beaucoup d'émotions, d'attentes déçues, le temps semble être suspendu dans cette nouvelle bien qu'il y soit fait souvent référence.

La lecture est facile et l'on se laisse happer par la curiosité et la beauté du moment. Belle nouvelle, pour moi.

   Anonyme   
19/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai tourné dans la valse d'écriture. Un rythme classique, presdque saganien, donc proustien, quelque chose de surranné et d'infiniment moderne à la fois. Un texte qui fait rêver.

   Flupke   
14/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ah oui le Tokay, quand on en a bu une gorgée on s’en souvient !
Y a-t-il des statistiques sur les morts et les suicides passionnels dans les histoires d’amour fictives ? Et si oui a-t-on pu prouver qu’ils étaient beaucoup trop supérieurs à la réalité ?
Bon j’ai lu cette nouvelle, yeux grands ouverts, ce n’est pas le genre d’histoire que j’affectionne avec la chute en plouf dans le lac, mais c’est vraiment très bien écrit et certains passages sont très jolis.
Par contre si elle s’était terminée sur « Et Annah dansait, la nuit était tombée sur le lac de Constance. » , (sans plouf fatal donc) sûrement que j’aurais mis très bien.
Et oui je fais mon petit lobbying pour protéger les personnages de fiction d'une mort qui me semble parfois inutile. 
ATTENTION : AIMER TUE !!! Qu’on se le dise sur les claviers ! (de toute manière, vivre tue, tôt ou tard)
Du chipotage flupkéen : La nuit était calme en ce MILIEU d’été, et au MILIEU de la tourmente … Je ne sais pas si c’était voulu, mais à 4 mots près c’est presque un télescopage de deux milieux.
Respectons les distances. 4 mots, danger, 1000 mots, sécurité.


Oniris Copyright © 2007-2020