Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Policier/Noir/Thriller
mattirock : Bad Indian
 Publié le 17/06/15  -  12 commentaires  -  11299 caractères  -  74 lectures    Autres textes du même auteur

"Bad Indians
They love the land they hate
Eat your flesh and then forget the taste."
J.L.P, G.C.


Bad Indian


Rien ne bruite autour que les rires des vautours. Ils planent, goguenards, au-dessus de la prison. Du haut du mirador, je pourrais en shooter un ou deux, ça ferait de mal à personne, et ça nous filerait autre chose à caqueter que du putain de clébard sauvage. Le chien, c’est bon au début mais très vite ça te fout une nausée dans l’estomac. Et dans la tête. Ça te remonte le long de la moelle épinière à chaque bouchée, et ça vient te coller la migraine pour deux jours. La culpabilité, y en a qui disent. Moi j’en sais rien, tout ce que j’sais c’est que le vautour que j’ai dans mon viseur il me fait sérieusement loucher les babines. À l’extérieur des murs, c’est le désert. Le bush. De quoi dissuader comme il faut les mecs d’ici de tenter l’évasion. La balade n’est pas plaisante. Y a d’abord la chaleur, vais pas vous faire un dessin, c’est le désert quoi. Donc fait chaud. T’as pas d’eau, tu tiens pas deux heures, t’as le palais qui se décolle et qui te rentre dans la glotte. Pour les petits malins qu’auraient prévu la gourde, il y a les bêtes. Serpents, scorpions, tout le bestiaire à poison. Des trucs qui te piquent que t’auras tellement la fièvre que tu pourrais même grelotter de froid dans ce foutu brasier. Et puis pour les guerriers, les prisonniers Mad Max, ceux qu’auront amené à gorger et qui savent éviter les bestioles, le désert leur réserve sa meilleure saleté, son pire atout, sa carte maîtresse : l’isolement. On a vu des évadés se pointer en pleine nuit pour frapper aux portes de la geôle, et demander à se faire rapatrier en cellule, juste pour retrouver la compagnie des rats et des mouches.

Les vautours il paraît que faut pas les bouffer, c’est plein de maladies, rapport aux trucs morts qu’ils s’envoient dans le gosier. Nous les morts, on s’en envoie pas mal aussi. On les bouffe pas, qu’on s’entende, mais on en produit à la tire. On rationne du mieux qu’on peut, mais l’eau est pas toujours potable, pis les pailleux reçoivent pas que du clébard de première classe, ils se tapent bien souvent du charognard aux dents noires et au poil filandreux. Leur viande, elle a goût de la merde qui vous ressort après l’avoir becquetée. Avec tout ça, ça crève dans les coins et au milieu. Pis faut dire qu’j’ai des collègues qu’ont la gâchette facile. Le vieux Mike, il t’en fixe trois par semaine des taulards. Direction la fosse, derrière la prison. Au début on mettait des croix. Maintenant les croix, on les jette avec les morts. Ça fait bien cinq ans qu’on a plus la tête à croire à Dieu. La prison a été construite à la va-vite, pour décharger les grosses tôles des villes. On a été refourgués au fin fond de la brousse, et les seigneurs des villes ne prennent plus la peine de venir inspecter le bâtiment depuis après trois mois qu’on était arrivés. Livrés à nous-mêmes, on est pas toujours jolis-jolis. On devient tous plus ou moins des animaux dans ce foutu désert. Et un animal c’est cradingue, pour sûr, mais c’est surtout honnête. Et pour continuer à prêcher la bonne parole et à baiser le cul du bon Dieu, faudrait qu’on soit sacrément malhonnête, vu les péchés qu’on s’enfile.

Aujourd’hui, c’est dimanche. Le dimanche, c’est spécial. Le vieux Tom, un type qu’est arrivé là en même temps que les murs et moi, tente de s’échapper. Tous les putains de dimanches. Parfois il arrive à traverser la cour, mais on le repêche avant le premier rempart. En tout, la prison est encerclée par trois gros murs en crépi, qui doivent faire dans les trois mètres de haut, et un de large. Les deux murs extérieurs sont surmontés de barbelés en foutoir, usés par le sable et les tempêtes, et personne n’a jamais réussi à les atteindre. Ceux qui sont parvenus à s’échapper ont toujours trouvé une combine pour passer par la porte principale. Mais le vieux Tom, lui, il vise les murs. Le con.

Vous le verriez, vous comprendriez que c’est un mauvais choix stratégique. Ses jambes frêles et tremblantes, ses bras abîmés, ne pourraient même pas le faire passer par-dessus le premier muret. Tom, on dirait qu’il est déjà mort. Ça fait cinq ans qu’il est déjà mort. Un bon gars, pourtant. J’me rappelle de certaines conversations que j’ai eues avec lui, dans la salle principale, pendant que le reste des geôliers et des cachetés mataient la télé.

Il m’avait dit, comme ça :


– T’as pas une tronche à traîner par-là, t’as l’air cinglé, en mâchant son cigare.


Il me regardait du coin de l’œil. Sa gueule était vraiment pas fraîche. Déjà mort, j’vous dis. Des cernes qui tombaient jusqu’au genou, et un souffle qu’on aurait dit le train de l’Utah.

Il m’avait tendu la bouteille de whisky qu’il s’envoyait depuis déjà une bonne demi-heure, et j’avais accepté, parce qu’on refuse pas. Il me regardait avec insolence, voir ce que j’allais répondre.


– Qu’est-ce que tu veux dire, Tommy ? j’avais fait, avant de m’en envoyer la rasade du siècle.

– Bah… t’as pas l’air bien en point. T’as l’œil gauche qui sautille, pis la patte folle.


C’était l’hôpital qui s’foutait de la charité, non ?


– Ta gueule, Tom. Va crever, ça puera moins sur Terre.


Il s’était levé, pis m’avait décoché un regard bizarre, une espèce de frisson se déchira en moi, du bout des pieds jusqu’à ce qui me restait de cheveux.


– M’appelle pas Tom, gamin. C’est pas mon vrai prénom. J’te l’dirai, un jour. Quand j’serai barré d’ici. J’me barre dimanche. M’en vais rejoindre ma campagne et ma compagne. Tirer un coup, tu t’souviens ? Moi non. C’que j’me souviens, c’est la clope d’après, et celle-là, même à m’envoyer des tonnes de cigares dans le pif, j’en retrouve pas la saveur. Mais bon, l’est sûrement morte, la Denise. J’irai baiser des putes. Ou bien j’irai m’faire un steak, un vrai, pas un qu’on bouffe et qu’on chie ouah-ouah. – Il se marre, il lui manque des dents – J’irai prier. Dieu c’est un steak, des putes et une clope. Pas plus. Trois trucs que j’ai sacrément bouffés avant d’atterrir là. Qu’est-ce que j’faisais ? Chaman. J’étais un Indien. Un mauvais Indien, d’ailleurs. Comme toi.


Comme moi.

Et puis il s’était barré en finissant sa bouteille cul sec. Le dimanche d’après, il avait de nouveau tenté de s’évader, mais il s’était fait gauler.

Aujourd’hui, je l’attends. J’ai mon fusil bien en place sur l’épaule, je me sens chasseur, rapace. Je sais pas pourquoi, j’dois devenir fou, mais y a des fois où j’ai envie d’être obligé de dézinguer quelqu’un. Quelqu’un que j’aime bien de préférence. Quelqu’un que ça m’ferait du mal de perdre, que ça m’rendrait humain. Alors le vieux Tom, j’l’attends. Je prie pour qu’il passe le premier mur. Que ses jambes toutes pétées le portent assez haut pour passer le deuxième et les barbelés. Puis que le whisky l’ait assez enhardi pour passer le troisième. Alors j’le couperai en pleine descente, là, juché sur le dernier mur, il recevra une première balle en pleine tête, puis une au cœur, une au ventre, et une autre dans la tête. Toutes les miennes, toutes en plein mille. Et alors j’pourrais peut-être pleurer, et partir me perdre dans le désert, loin de cet enfer.

C’est en pleine nuit que j’l’ai entendu. D’abord le grincement léger d’une lourde porte qu’on pousse difficilement, puis des bruits de pas feutrés dans la poussière de la cour. Il fait nuit, la chaleur est suffocante, et ma gorge me pique. À la lueur de la Lune, j’vois le bon vieux Tom qui se racle les mains par terre. Toutes les menottes de la prison ont du jeu, faute de les avoir jamais changé, faut voir le budget qu’l’état accorde aux zonzons de campagne. J’suis même pas surpris quand ses chaînes sautent. Il s’élance vers le premier muret. De l’autre côté de la tour, sur l’autre mirador, y a Gus qui s’est endormi sur sa crosse. J’suis seul surveillant. Au début, on renforçait les effectifs pour parer les escapades de Tom. Mais maintenant, on connaît tellement son protocole, qu’on s’fait plus chier, on met deux gardes à surveiller toute la nuit et généralement ça suffit large à le coffrer.

Là, mon gars tente en vain d’escalader. Il retombe, longe le mur. Il boite déjà. L’a toujours boité, remarque. Il ressaute. S’agrippe. Pédale sur le mur pour tenter de monter. C’est pathétique. J’ai presque envie de l’aider, mais alors comment l’abattre quand il sera au troisième mur ? Il faut qu’il y arrive. Des gouttes de sueur perlent sur mon front, et je m’entends murmurer des prières. Curieux moment pour me remettre à croire à Dieu. Je lui demande de faire avancer Tom jusqu’au troisième mur. Pour que je puisse lui en aligner une dans le crâne. Me décharger de toute la tension, toute la pestilence, toute l’effrayante déshumanisation de ce lieu pourri. Notre Père qui êtes aux cieux, faites avancer ce bon vieux Tom, faites-le arriver jusqu’au bout… Dans un sursaut, il passe une jambe par-dessus le premier mur. Il prend une petite pause assis tout en haut. S’allume même un foutu cigare. L’enculé. J’ai envie de lui en mettre une maintenant. Je sais pas pourquoi, mais je sais qu’il sait que j’le surveille. Soudain il se penche en avant, et dans un gargouillis bruyant, vomit ses tripes. L’effort peut-être, ou l’alcool, ou le cigare… Puis ni une ni deux, le voilà reparti. Je l’entends chanter maintenant. Il traverse les quelques mètres qui le séparent du mur suivant, tantôt marmonnant des psalmodies incompréhensibles, tantôt hululant des chants vaudous à vous glacer les sangs.

Je tremble de tout mon être, un torrent de prières s’écoule de ma bouche sale. Derrière le son de ma voix monotone et chevrotante, la sienne parvient à mes oreilles, pleine, surchargée, vibrante.

« The sun behind me is a sexual red

And all your bounty-hunting ghosts are dead. »

Il vole quasiment au-dessus du troisième mur, piétinant sans montrer douleur les barbelés en pagaille qui lui cisaillent les mollets. Soudain, il se détourne brutalement, et la Lune projette l’ombre gigantesque de sa silhouette jusqu’à mon propre corps. Il est droit comme un i, perché à la manière d’un samouraï des temps modernes. Son regard fiévreux est plongé dans le mien. Il me crie :


– Mon prénom c’est Jeffrey, J’suis Jeffrey mec ! Comme toi.


Comme moi.

Le coup est parti tout seul. Ceci dit en passant, c’est con. « Le coup est parti tout seul ». Ou alors, c’est beau. C’est soit complètement idiot soit d’une beauté inouïe. Toujours est-il que Tom/Jeff s’est effondré de l’autre côté du mur, disparaissant à jamais dans la poussière de ce maudit désert. Ashes to ashes, dust to dust. Après qu’il soit passé par-dessus bord, j’me suis même demandé s’il avait réellement existé, si tout cela n’avait pas été une version déformée de la réalité. Une sorte de mirage.

À toute berzingue je m’élance vers la porte principale, mon flingue sous le bras, prêt à affronter le désert, qui sera toujours moins avare d’intérêt que cet endroit maudit. La gourde qui cingle ma hanche, mes Rangers pour protéger mes chevilles des morsures, et la bonne vieille sensation d’avoir tué un homme pour m’accompagner dans ma traversée, pour ne pas me laisser seul. Et quand j’arriverai, quand j’arriverai là-bas, quand j’y serai, je pousserai moi aussi des psalmodies incompréhensibles et je hululerai des chants vaudous à la gueule des chiens, à la gueule de mes semblables, à la gueule des Indiens. Des mauvais Indiens.

Comme toi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Neojamin   
22/5/2015
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

J’ai eu du mal avec le style employé, c’est bien entendu voulu mais je l’ai trouvé un peu trop exagéré quand même.
Quelques remarques au hasard de ma lecture :
- «shooter, putain de clébard» c’est limite en littérature.
- «loucher les babines» Une image qui ne fonctionne pas pour moi
- «c’est le désert quoi. Donc fait chaud.» Vous poussez la bêtise un peu loin non ?
«Des cernes qui tombaient jusqu’au genou, et un souffle qu’on aurait dit le train de l’Utah.» De nouveau, des images qui n’illustrent pas grand chose.

Sur le fond, j’ai bien aimé le traitement des geôliers, du narrateur qui semble ne plus pouvoir continuer et qui a besoin de tuer un ami pour survivre, retrouver ses larmes. C’est beau, j’ai apprécié. C’est dommage que ces sentiments soient noyés dans le vulgaires et les images simplistes. Il y a une différence entre une écriture "crue" (genre Céline, Vian) et la vulgarité. Parfois, vous y arrivez, mais souvent vous tombez dans la deuxième catégorie.
Un minimum de description seraient appréciables, vous décrivez tout un monde mais on ne sait pas trop où on est et pourquoi...d’ailleurs je n’ai pas compris la référence aux Indiens... Les prisonniers sont des indiens ? Tom ne parait pas Indien pourtant...

Ce fut une lecture intéressante mais il y a du travail pour la rendre vraiment appréciable je pense.

   hersen   
12/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
En lisant votre texte, je suis au cinéma. Votre façon de nous " raconter " le décor est très parlante et c'est surtout pour ça que j'aime cette nouvelle. Cette prison au fin fond d'on ne sait où, oubliée des hommes, est un lieu où prisonniers et personnel sont autant captifs les uns que les autres. Devenus des bêtes.
La façon de parler correspond bien à un narrateur perdu dans ce trou où les occasions d'échanger des paroles sont rares.
Côté Indiens, là, je ne suis pas sûre. Est-ce que ça veut dire ici rebut de la société, traités comme des animaux, bref, comme on a traité les indiens ou est-ce que ce sont vraiment des Indiens ? Mais pour moi, l'un ou l'autre, ça ne change rien à la force du texte.
Des petites choses:
-Un pailleux est-il un prisonnier ? (dormant sur une paillasse)
-Un frisson se déchira en moi. Je verrais plus "un frisson me déchira"

Merci pour cette lecture et à vous relire.

   Anonyme   
18/6/2015
Bonjour mattirock

J'aime beaucoup. Vraiment beaucoup.
J'aime le ton, les descriptions qui prennent le temps.
Je vais me permettre de souligner quelques trucs qui ont gêné ma lecture :

Il m’avait dit, comme ça :
– T’as pas une tronche à traîner par-là, t’as l’air cinglé, en mâchant son cigare.
J'aurais préféré :
Il m'avait dit, comme ça, en mâchant son cigare :
- T'as pas... etc.

Un exemple parmi d'autres :
Moi j’en sais rien, tout ce que j’sais c’est que le vautour que j’ai dans mon viseur...
C'est soi : j'en sais rien, tout c'que j'sais c'est qu'le vautour que j'ai...
Soi : j'en sais rien, tout ce que je sais, c'est que le vautour que j'ai...

Un espèce de frisson se déchira en moi... il y en a quelques autres comme celles-ci ou par rapport à tout le reste du texte, j'ai senti trop de "travail", une recherche d'effet ou de style et ça m'a gênée.

Croire à Dieu ou croire en Dieu ? J'aurais préféré croire "en".

Je tremble de tout mon être, un torrent de prières s’écoule de ma bouche sale.
Effet à la lecture de trop écrit. J'aurais préféré lire : Je tremble. Un torrent de pierres...

"Puis ni une ni deux, le voilà reparti. Je l’entends chanter maintenant...marmonnant des psalmodies incompréhensibles... tantôt hululant des chants vaudous à vous glacer les sangs."

D'accord, Tom a bu, il n'a pas l'esprit très clair, mais il... s'évade.
C'est discret une évasion, non ? Ou alors il sait déjà qu'on va lui tirer dessus et il l'attend, l'espère ?

Il vole quasiment au-dessus du troisième mur, piétinant sans montrer douleur les barbelés : s'il vole, je ne l'imagine pas piétiner.

C’est soit complètement idiot soit d’une beauté inouïe : là aussi, un vague sentiment de trop écrit.

Le texte est âpre, le ton raccord, c'est très imagé, c'est très bien ressenti. J'ai beaucoup aimé.

Merci pour cette lecture.

   bigornette   
18/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour mattirock, et merci pour cette nouvelle.

Je ne suis pas sûr d'avoir bien compris la mythologie qui sous-tend ce récit. Cependant, il n'est pas toujours nécessaire de comprendre pour apprécier. Les zones d'ombre, au contraire, nous oblige à repenser à ce qu'on a lu par la suite. Ceci dit, j'aimerais bien une explication quant à Tom-Jeffrey l'indien ex-chaman. Est-ce l'esprit intérieur de Jeffrey le geôlier ? Quelle importance qu'il fût chaman ? Il pouvait être seulement indien, non ?

Concernant le style, je suis plutôt d'accord avec Neojamin : parfois, vous arrivez à faire de la littérature orale, au souffle puissant comme l'haleine chaude du désert. Mais à d'autres moments, on c'est seulement un type qui parle, ce qui n'est pas très littéraire.

Je suis sceptique quant à l'usage de l'élision. La lecture est rendue difficile, et je pense qu'il n'est pas nécessaire d'écrire "oralement" pour donner un effet "oral". A l'inverse de ce que dit coquillette, je pense vigoureusement qu'une écriture orale doit être écrite, si vous voyez ce que je veux dire. Votre récit gagnerait encore en puissance.

Exemples :

"Les vautours il paraît que faut pas les bouffer, c’est plein de maladies, rapport aux trucs morts qu’ils s’envoient dans le gosier" Un peu grossier. Je réviserais la phrase ainsi : "Les vautours, il paraît qu'il ne faut pas les bouffer, c'est plein de maladies, par rapport aux trucs morts qu'ils s'envoient dans le gosier"...

J'aime, pour ma part : "Je tremble de tout mon être, un torrent de prières s’écoule de ma bouche sale."

Je suis plus que mitigé quant à l'emploi que vous faites de certains gros mots. C'est vachement dur à utiliser dans un texte sans heurter la sensibilité du lecteur. Oui, je sais, ça fait un peu mijaurée. Il n'en reste pas moins que la vulgarité est difficile à faire passer pour un style. C'est possible, mais, pfiu ! C'est réussi pour le putain de "ça nous filerait autre chose à caqueter que du putain de clébard sauvage", mais c'est raté pour l'enculé de "L'enculé".

En tout cas, merci pour ce court moment d'évasion, améliorable, c'est vrai, mais parce que votre récit le vaut bien.

   Marite   
19/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je suis entrée dans ce monde particulier sans problème, l’écriture m’a aidée. Le sujet n’est pas extraordinaire : un prisonnier qui tente de s’évader, tous les dimanches, d’une prison oubliée et isolée en plein désert, un surveillant, aussi perdu que les prisonniers qui ne souhaite qu’une chose ce jour-là, que le prisonnier réussisse à atteindre le troisième mur de l’enceinte, non pour qu’il réussisse mais tout simplement pour l’abattre et, curieusement, ressentir un brin d’humanité envers le fugitif.
Je me suis quand même posé une question : que viennent faire ici les chants vaudous dans cette histoire dont les personnages sont indiens, aussi bien le chaman prisonnier que le surveillant armé ?

   mattirock   
19/6/2015

   in-flight   
20/6/2015
Bonjour Mattirock,

Bien aimé la référence à Bowie avec "Ashes to ashes " D'ailleurs j'ai lu votre texte grâce à vos explications en forum: oui, j'ai emprunté les chemins de traverse pour lire votre récit, caus' I'm a bad Indian !

Vous êtes toujours aussi bon pour poser un cadre et une ambiance, on y est vraiment ! J'ai beaucoup plus de réserve sur le registre de langue que vous utilisez: entre l'argotique et l'ordurier. Alors oui c'est une tôle en plein désert, c'est pas des tendres les gars mais y'a comme un style forcé dans la narration.

Sur le fond, l'histoire est bien menée ; sur la forme, les deux premiers paragraphes font blocs.

Sincèrement, vus vos deux textes précédents, je ne m'attendais pas à cela et il m'est difficile de noter car je suis envahi par l'à priori que j'ai de vous: l’auteur de récits courts, d'instantanés puissants. Et pour ne rien vous cacher, je vous préfère dans ce dernier registre.

Merci. A vous lire.

   Anonyme   
21/6/2015
 a aimé ce texte 
Pas
Je n'ai pas beaucoup aimé. Tout me parait excessif : le style, le cadre de l'histoire, le final. Il y a trop de références hétéroclites (bush, Mad max, vaudou, indien) qui éparpillent votre récit et empêchent le lecteur de situer précisément l'action. Non seulement on ne comprend pas où les évènements se passent mais en plus on s'interroge sur cette prison étrange où les détenus se font régulièrement dézinguer par leurs surveillants. Le surveillant narrateur pose aussi question. Il est libre, non ? Pourquoi s'enfuit-il alors de la prison pour se perdre dans le désert ? Et quel est donc cet état d'esprit absurde qui le pousse à tuer afin d'avoir "un homme pour m’accompagner dans ma traversée".
Trop d'invraisemblances dans le scénario pour que je puisse accrocher.

   Donaldo75   
25/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
C'est désespéré comme histoire, avec un vrai ton. J'ai beaucoup aimé la peinture des personnages, sans trop rentrer dans les détails, par touches surréalistes, avec des images biscornues qui renforcent le désespoir si fortement ancré dans le décor. Le mélange de phrases très courtes et de digressions longues rend ce texte incarné, palpable, authentique. La fin n'est pas une chute classique mais plutôt une boucle. C'est en cela qu'elle est forte. Bravo !!!

   Mills   
10/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Pas besoin de savoir ou ça se passe, pas besoin de savoir pourquoi...

C'est juste à lire comme ça et j'aime bien.

   carbona   
11/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

Quelques remarques au fil de ma lecture :

- "Des trucs qui te piquent que t’auras tellement la fièvre que tu pourrais même grelotter de froid dans ce foutu brasier." < je bute sur cette phrase, la syntaxe empêche de comprendre à la première lecture

- "depuis après trois mois qu’on était arrivés. " < je comprends le niveau de langue que vous voulez mettre en valeur mais là quand-même c'est pas top

-"une espèce de frisson se déchira en moi," < l'image du frisson qui se déchire en lui rend le personnage précieux tout à coup, les termes ne lui correspondent pas

- "D’abord le grincement léger d’une lourde porte qu’on pousse difficilement, puis des bruits de pas feutrés dans la poussière de la cour." < une description que je trouve trop délicate par rapport au reste, ça dénote

- "Des gouttes de sueur perlent sur mon front," < même remarque, "perlent" image trop délicate, trop raffinée

-"le son de ma voix monotone et chevrotante" < chevrotante, j'aurais vu un terme moins doux pour exprimer la même chose

- "Le coup est parti tout seul. Ceci dit en passant, c’est con. « Le coup est parti tout seul ». Ou alors, c’est beau. C’est soit complètement idiot soit d’une beauté inouïe." < je ne comprends pas tout et n'aime pas quand le narrateur parle de "beauté inouïe

- "Après qu’il soit passé par-dessus bord, j’me suis même demandé s’il avait réellement existé, si tout cela n’avait pas été une version déformée de la réalité. Une sorte de mirage. " < je trouve dommage de mentionner ça, ce serait mieux sans, je trouve qu'on n'en a pas besoin


J'ai beaucoup aimé votre récit. C'est prenant, intéressant, le décor est bien planté, les personnages sont bien dessinés, leur relation également et le dialogue entre eux est parfait. A certains moments le langage du narrateur est un peu trop forcé dans le mauvais style et j'ai, par ailleurs noté tous les petits passages qui m'ont paru bien trop "poétiques".

Une remarque : le titre et l'incipit ne m'emballent pas, il a fallu que je passe outre, et heureusement que je l'ai fait !

Merci et bravo pour votre texte.

   Anonyme   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Wouah ! Le ton un peu vulgaire (dans le bon sens) et familier avec lequel nous interpelle le narrateur m'a un peu surprise au début. Puis il y a eu cette phrase : " Moi j’en sais rien, tout ce que j’sais c’est que le vautour que j’ai dans mon viseur il me fait sérieusement loucher les babines." et je serais incapable de dire pourquoi mais tout de suite j'ai accroché. Je dirais même que cela rajoute de la crédibilité au discours de ce personnage au bord de la folie. Il y'a des expressions peu communes (loucher des babines par exemple) voire carrément expérimentale (..,une espèce de frisson se déchira en moi...) mais les images bien choisies permettent de saisir intuitivement le sens voulu par le narrateur (quoique j'ai un peu plus de mal avec la seconde expression). Voilà pour la forme. Le fond en revanche m'a tout de suite plût : l'ambiance sordide et cette évasion ratée d'avance... Bref un vrai régal pour les yeux avec une fin ouverte à l'interprétation comme je les aime.


Oniris Copyright © 2007-2019