Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
nemson : Un phare éblouissant
 Publié le 10/06/09  -  23 commentaires  -  5533 caractères  -  91 lectures    Autres textes du même auteur

Une soirée, un traquenard.


Un phare éblouissant


J’aurais dû m’en douter !!! J’aurais dûûûûûûûûû !!!... Sombre abruti que je suis !!!


D’abord y avait la voiture inconnue dans la cour : premier indice.


Ensuite ma sœur, qui en m’accueillant, me toise de pieds en cap (pire qu’un contrôle d’hygiène dans un kebab) et finalement ouvre largement la porte en lançant à la cantonade :


- Hiiiiiii et voilà mon fréroooot !!!


Enfin cette ambiance poisseuse de faux culs, œillades complices et sourires entendus, TOUT était là ! Étalé sous mes yeux, et pourtant j’y suis allé comme un enfoiré d’agneau à l’abattoir. Rien ! Rien vu avant le passage à table.


Apéro, super : le beauf s’était même fendu d’un flacon de « Jack Daniel’s ». Conversation intéressante avec Jérémy à propos du dernier Audiard (le fils), les chips chorizos, la zic de fond, tout, tout bien, et on est passés à table.


À ma droite, ma sœur et mon beauf. À ma gauche Jérémy et sa copine. Autour, deux autres couples que je connaissais déjà, et en face, la brune.


Dire que je ne l’avais pas repérée avant serait mentir. Si, je l’avais vue. Mais je pensais que son mec était quelque part aux toilettes, ou qu’il allait se pointer après… Je sais pas moi… Pis je l’ai un peu zappée cette fille, et paf !


Maintenant qu’elle se trouvait en face de moi, j’ai quand même percuté que c’était encore un traquenard de ma sœur pour me coller quelqu’un dans les pattes. Et à la seconde où je percutais, tout le monde a percuté que je percutais seulement. Et ils se sont mis à s’intéresser subitement aux dessins ornant leurs assiettes. À part cette ordure de Jérémy qui n’a pas pu s’empêcher de glousser dans sa serviette en papier.


Le repas a débuté mollement et ça causait un peu de tout. La brune était tranquille, elle contrôlait ses cheveux au-dessus de l’assiette. On s’est dévisagés juste une fois quelques secondes, et je crois avoir lu sur les lèvres de ses yeux qu’elle disait :


- On est pitoyables là non ?


Le repas s’écoulait et je continuais à l’observer discrètement. En fait, le truc le plus horrible dans ce genre de situation, c’est de voir à quel niveau vous placent vos amis. Quel genre de fille vous méritez. Voyons un peu à quelle hauteur ils mettent la barre, et vous avez une bonne idée de leurs opinions sur vos propres qualités. En l’occurrence là, je leur en voulais un peu. Cette fille n’était pas extraordinaire. Hormis peut-être la couleur particulière de ses yeux (en fait ils étaient vairons, enfin des bruns différents). Au début, je la trouvais plutôt banale, cette petite fiotte de Jérémy aurait sûrement dit qu’elle cassait pas trois pattes à un canard.


Et puis elle s’est révélée au fil du repas. À coups de gestes, de mots. Sa voix s’est dévoilée au fur et à mesure qu’elle prenait de l’assurance. Mais le plus incroyable, c’était son sourire : imaginez un Luna Park qui s’allume d’un coup, au milieu d’un terrain vague obscur, avec la musique, les manèges qui s’animent et tout et tout… et puis paf ! Ça s’éteint brusquement et vous n’avez qu’une envie, c’est de renvoyer le jus pour que tout ça recommence.


Au bout de trente minutes, j’étais complètement sous emprise. Elle n’était pas belle non, elle était pire que ça. Et maintenant je ne faisais plus le malin, j’avais la trouille de ne pas lui plaire et ça se voyait je suppose, parce que cette bande d’enflures s’envoyait des clins d’œil en ricanant. À un moment elle s’est levée pour aller chercher un truc dans son sac. Quand j’ai vu qu’elle se redressait, j’ai pensé : « Ne regarde pas son cul surtout ! Car ces chacals sont là à te dévisager pour lire tes réactions, et ma sœur cette dinde, risque trop de s’enorgueillir au cas où je laisserais paraître un soupçon d’attirance. Alors surtout, SURTOUT !!! Ne pas regarder son cul. »


Elle avait de jolies fesses certes, mais ce qui m’a interloqué, c’est cette manière de créer des turbulences autour d’elle, un peu comme une goutte d’huile dans un verre d’eau trouble. « Ouuuuh ! Là tu commences à être un peu bourré mon gars ! » Peut-être que le « Jack Daniel’s » me jouait des tours, mais cette fille avait un karma incroyable. Pendant son déplacement, cet enculé de Jérémy a réussi à me capter, et m’a envoyé une grimace à la con avec sa langue qu’il pressait derrière sa joue. J’allais lui décoller une tarte derrière la nuque mais elle revenait déjà vers nous pour rejoindre sa place.

À peine assise, son portable s’est mis à sonner. Ohhh… même sa sonnerie de portable avait de la classe ! Pas un des ces bruitages à la con ou un de ces airs branchouilles, non ! Une petite mélodie fine et délicate, du Paul Valéry en sonnerie de portable.


Elle s’est éloignée pour répondre. J’en ai profité pour envoyer une calotte sur le crâne de Jérémy.


Elle est réapparue pour nous annoncer qu’elle devait partir. La minute d’après elle avait disparu.


Les autres se sont mis à me dévisager comme une tribu d'homo sapiens dont j'aurais éteint le feu.


J’ai dit :


- Quoi, qu’est-ce qui se passe là ? Vous allez encore m’en dégoter beaucoup des poufs comme ça ?


Arrivé devant ma voiture, j’ai découvert son mot dans ma poche de manteau, c'était écrit : « Moi aussi je me faisais chier » c’était suivi d’un numéro de portable.


J’ai appelé. Sa voix était un phare éblouissant dans la galaxie des froides conversations nocturnes.


Elle m’a dit :


- Viens si tu veux.


Y avait un fleuriste d’ouvert sur le tard. C’est la première fois que j’achetais un bouquet je crois.

Même pas peur d’avoir l’air con. C’était plutôt bon signe.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
10/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ca se lit bien. J'ai trouvé parfois que le "langage parlé" était un brin poussé avec par exemple "cet enculé de Jérémy" (cet adjectif n'apporte guère à la "profondeur" du personnage...)
J'ai noté aussi un nombre assez impressionant de "con" en tout genre. Mais bon je n'ai rien contre ce style. A priori.
Assez bien vu et touchant au final.

   Anonyme   
10/6/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Nemson
Bof, pas emballée du tout. C'est du vite fait, pas de consistance, un repas, une rencontre et un bouquet de fleurs en dessert. Léger non ?

   Selenim   
10/6/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Je rejoins d'un pas appuyé l'avis de Coquillette. Un texte diaphane, l'intrigue plus fine que de l'OCB et une écriture pressée d'en finir. Pourquoi ?
L'auteur m'avait habitué à des textes de qualité, surtout reconnaissables à un style propre et un travail de relecture qui ponçait les plus gros écueils. Ici, rien de tout ça.
Je me suis ennuyé et mon chat ne supporte pas ça : mes caresses se font moins tendres lors de la lecture.

Réveille toi camarade !

Selenim

   Anonyme   
10/6/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'adore !
Cela a l'air tellement facile de dire les choses comme tu le fais Nemson, et pourtant cette manière d'écrire demande plus de travail qu'on ne le croit - justement parce-que, au final, tout coule, tout se lit avec facilité, il n'y a pas de prétention stylistique, ou du moins si, celle justement ouvertement assumée d'être dans une proximité qui nous parle, et en tous les cas qui me parle^^, sans être mièvre, avec une franchise "dépotante" qui creuse et trouve la profondeur, là ou tout peut paraître tellement simple et banal.
voilà t'es pas loin d'être dans le top "five" de mes nouveaux auteurs préférés, Nemson, parce-que tu sais "transcender" le quotidien, avec une sensibilité qui moi me touche, non, plus que ça ! me fait carrément tomber par terre ! :)

   Anonyme   
10/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bon, c'est de "l'humour/détente", et sur ce plan là, c'est assez réussi. Moi j'ai lu avec plaisir, j'ai souri à plusieurs reprises, et j'ai apprécié la fluidité de l'écriture et quelques bonnes trouvailles dans les expressions (les lèvres de ses yeux, le luna park qui s'illumine, la tribu d'homo sapiens qui a perdu son feu, la goutte d'huile dans un verre d'eau... sympa).

Comme Notrac, je déplore un peu l'outrance dans le langage cru ou ordurier. Rien à voir avec de la préciosité, les gros mots ne m'effarouchent pas, mais là je trouve que tu en fais un peu trop, ça pèche par excès, ça devient moins crédible...
Trop de qualificatifs méprisants aussi (chacals, dinde, enculé etc...). On finit par se demander : "mais qu'est-ce qu'il fout là, au fond, s'il les trouve tous aussi cons que ça ?"

La fin, un peu trop vite expédiée à mon goût aussi, mais c'est un choix de l'auteur je pense, pas une fin bâclée.

Dans l'ensemble donc, le divertissement n'est pas mal, l'écriture agréable (c'est le premier texte que je lis de cet auteur, je n'ai pas de comparaison), mais, par rapport au langage familier, je dirais que "trop d'effets tue l'effet".

Je vais néanmoins suivre les prochains (et précédents) texte, car le style a quelque chose d'insolent et de gavroche que j'aime assez.

   widjet   
10/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Voilà un texte qui divise. C’est bien ça de ne pas faire l’unanimité.
Alors j’ai lu. Pas mauvais mais pas de quoi fouetter un chat non plus.

Venant de nemson dont le premier texte témoignait d’une inventivité singulière, ce texte là de facture très classique peut dérouter voire décevoir un peu.
Mais j’ai lu ça sans souci aucun. On a un peu tous plus ou moins connu le plan foireux prévu par des potes ou la famille pour nous « maquer ». Parfois c’est fait plus finement, parfois c’est lourdingue comme dans ce récit. Pour en revenir au texte, les traits d’humour sont moyens, les comparaisons pas hyper parlantes et le vocabulaire « vert » est tantôt trop forcé (Jeremy passe de « ordure » à « enculé », ça s’imposait pas) , tantôt répétitif. Je n’ai pas senti l’auteur très inspiré dans ses trouvailles métaphoriques.

Enfin, le gars qui j’imagine « ours mal léché » qui tombe quasi amoureux en une soirée, j’y crois pas trop. Ca ne colle pas avec son caractère rugueux et son ironie.
A l’image d’un titre un peu trop gnangnan et qui contraste avec le ton délibérément « terre à terre, voire racaille » du récit.

Mitigé donc.

W

   victhis0   
10/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien
moi j'adore le style, très honnête, un poil provoc. L'histoire est d'une originalité douteuse mais elle est bien racontée, avec un bon rythme et de belles tourvailles (luna park et autres). Effectivement, Jeremy prend trop de qualificatifs, un poil too much. Mais j'aime bien. Même s'Il y a de la paresse et un peu de facilité dans l'écriture qui se laisse un peu faire sans trop de rigueur, c'est ma seule déception : avec un peu plus de relectures et en peaufinant un peu les personnages j'aurais mieux profité de ce texte.

   Anonyme   
10/6/2009
J'ai rigolé à "comme une tribu d'homo sapiens dont j'aurais éteint le feu" que je trouve tout simplement irrésistible.

J'ai passé un bon moment à lire cette petite scène. La gêne du narrateur, et sa façon de dépeindre le traquenard rappelle un peu les bédés de Larcenet, ou de Trondheim, ce que j'apprécie. Si j'ai une critique à faire, c'est que l'histoire aurait davantage sa place au sein d'un récit plus long, qu'en "stand-alone".

A la lecture, j'ai davantage l'impression d'avoir lu l'extrait d'un roman, qu'une nouvelle.

Ca ne me chagrine pas des masses, ceci dit. Le but du texte est manifestement de faire rigoler. En ce qui me concerne, c'est réussi.

   liryc   
10/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai apprécié les trois quarts de la nouvelle sans les grossièretés.
Les métaphores sont sublimes et on "vit" la situation" pleinement à travers les mots.
Le moins bon maintenant : la fin est précipité et n'a plus tout le charme de ce qui précède, ce mystère qui enrobe l'inconnue. A la rigueur, celle-ci n'est plus la même à la fin : elle apparaît vulgaire et facile, rien que par les mots choisis et la fin. Ce que je déplore par rapport au rythme et à l'humour subtile de tout ce qui précède.

   Azurelle   
10/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'ai été séduite par la forme simple qui se lit avec plaisir, forme simple mais qui est travaillée en arrière plan. Je ne sais pas c'est peut-être la fin qui ne m'a pas trop séduite. Ce que j'ai apprécié c'est l'intérêt porté sur des petites choses comme la sonnerie de portables, il aurait peut-être fallu plus détaillé. Tu dis qu'elle illumine, pour moi il faudrait que tu épates le lecteur oar de nombreux éléments qui font qu'à ses yeux elle est uniqe. Merci pour ce texte.

   florilange   
11/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Je ne sais trop que penser de ce texte. D'1 côté, oui, il décrit 1 situation connue (on tente de "maquer" 2 célibataires), gênante (il n'a rien demandé) & lourde (gloussements, sourires entendus). De l'autre, les mots crus : beaucoup de gens parlent ainsi dans la vie quotidienne. Faut-il toujours écrire comme on parle? Et la fille, à l'avenant. Que fait ce gars au milieu de gens qu'il méprise?

Pourtant, ces choses arrivent : Rien n'était bien, tout allait de travers... Or 1 regard, soudain, ou 1 sourire, change tout.

Je trouve le fond bien vu. La façon de conter me plaît moins. Dommage car le titre promettait +. Peut-être que, située dans 1 autre contexte, cette histoire "éclairerait" mieux. Il y manque du merveilleux pour m'emporter. Désolée,
Florilange.

   cris   
11/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Ce texte sonne juste et faux en même temps. Je ne suis pas dans : " quel genre de fille vous méritez...à quelle hauteur ils mettent la barre..." ni sur la replique " on est pitoyable" . Je ne pense pas que l'on puisse prononcer ces mots face à un inconnu et cette réplique est en rupture avec le ton du texte.
Et avec tout çà j'aime bien cette sincerité dans le scénario. "même pas peur d'avoir l'air con". Bravo au prochain texte.

   Anonyme   
11/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir nemson ! Marrant ce que les commentaires peuvent varier sur un texte que pour ma part j'ai trouvé bien écrit et bien mené...
Au plaisir de te lire.

   Manuel   
12/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Texte ; bien!
Style et expression: peut mieux faire !
N'aime pas trop les gros mots dans le langagage écrit et parlé.
Je trouve que c'est une facilité, que de jurer.
Et le fait de présenter une fille, à qq 'un ne veut pas systématiquement dire, que c'est pour les maquer.

   Menvussa   
17/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Eh ! L'air de rien... c'est pas mal du tout. Comme au rugby. Va-t-il transformer l'essai ?

Une écriture qui se veut détachée, je dirais... faussement bâclée et qui a un certain effet.

Pas mal du tout.

   Jedediah   
24/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Les premiers points d'exclamation m'ont un peu fait mal aux yeux, mais finalement ce texte se lit plutôt bien.

Là aussi, je pointe du doigt certains termes d'une vulgarité qui ne se justifie pas forcément, ainsi que la faiblesse du scénario... même si la fin est tendre et tranche un peu avec le ton général de l'histoire.

   BAMBE   
25/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien
En désaccord avec l'excès de mots grossiers souvent inutiles mais la nouvelle se lit bien, elle prête à sourire et les scènes colorées sont bien décrites. Un manque d'audace et d'originalité dans le traitement du thème choisi mais la trame et le tons y sont.

   Anonyme   
17/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte agréable à lire parce que simple, sans recherche de préciosité, sans artifices.

J'aime bien le traitement de "la rencontre obligatoire entre deux célibataires des fois que...." et la chute ultra simple qui va avec.

Le langage familier est parfois un peu exagéré, mais dans ce genre de situation pourquoi pas...

Bref un bon texte.

   jaimme   
2/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
sentimental/romanesque, pas humour/détente à mon humble avis. Bon, c'est un détail, mais quand on aborde cette catégorie on s'attend à rire, à sourire. Et là certes non. C'est grinchant, triste et touchant.
Sur le traitement je reste un peu sur ma fin. On sent un gros potentiel, mais peu exploité. C'est mon impression.
Oui, comme l'on écrit certains commentateurs un abus de mots familiers voire vulgaire qui n'ont pas de nécessité dans le récit.
Bien aimé quand même au final.

   Anonyme   
21/4/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
« et vous n’avez qu’une envie, c’est de renvoyer le jus pour que tout ça recommence. » : oui, s'il vous plaît. Pas pitoyable du tout. Ce petit texte m'a bien amusé. Un bon moment, vraiment.

   Flupke   
19/12/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Sympathique et réaliste. J'ait trouvé cette lecture agréable. Quelques expressions savoureuses. La fin est plaisante car inattendue.

Certaines comparaison sont bien trouvées comme "Les autres se sont mis à me dévisager comme une tribu d'homo sapiens dont j'aurais éteint le feu."

Bravo.

Amicalement,

Flupke

   alvinabec   
20/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour nemson,
Tout est dans la manière, je trouve l'affaire bien balancée, le rythme bon, les enchaînements efficaces, le verbe réussi. Il n'y a que les 10 dernières lignes qui me semblent manquer un poil d'épaisseur...j'ai beaucoup aimé la chute qui, toute simple, fait adhérer le lecteur.
A vous lire...

   in-flight   
20/8/2015
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
L'écriture me semble faussement négligé. Il y a de bonnes tournures notamment à la fin (Même pas peur d’avoir l’air con. C’était plutôt bon signe.).
Après, c'est difficile de juger un texte comme celui-là en l'état; on aimerait voir ce récit s'inscrire dans une œuvre plus touffue.


Oniris Copyright © 2007-2019