Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Pepps : InZeMouve
 Publié le 28/08/08  -  11 commentaires  -  4846 caractères  -  24 lectures    Autres textes du même auteur

La série InZeMouve se veut parodique et raconte la vie d'une bande de jeunes bon chic bon genre d'une grande ville balnéaire.


InZeMouve


Cela faisait des heures que Brandon tournait en rond dans son loft avec vue sur la plage de Central Dogma. Il ne devait pas l'appeler, il le savait. C'était écrit dans le numéro 56 du magazine pour djeunz InZeMouve.


Comment assurer après une première soirée ?

Règle nº 1 : Ne pas l'appeler dans les premières 72 h.


Son meilleur pote John, l'intello, grâce à son implant "Intelligence" posé par le plus branché des chirurgiens de la baie avait trouvé l'article ridicule. Il avait d'ailleurs émis une remarque sur ce point particulier qui avait fait réfléchir Brandon.


- Brandon, réfléchis deux secondes mon cher. Sachant qu'InZeMouve est lu par toute la jeunesse hype de la côte et que ses précieux conseils sont suivis à la lettre par chacun. Personne ne s'appellera plus. C'est la fin des couples.


Brandon n’avait pas pu dormir deux nuits de suite, affligé par une telle réflexion. Puis, il avait décidé que de toute façon, "InZeMouve " avait forcément raison. John n'aimait pas le magazine, il était forcément hors du coup.


Le voilà donc qui tournait autour de son téléphone, se repassant mentalement le film de cette soirée magique.


"Jennyfer"


Rien que son prénom était top branché. Longs cheveux blonds, sourire éclatant de chez Shting, la chaîne de dentistes top classe "Pour un sourire qui fait Shting", habillée et maquillée exactement comme dans l'article mode de la semaine. Elle avait tout pour plaire.


Il l'avait rencontrée dans LA boite de nuit de la plage. Le Bongo King. Elle était assise au bar et riait aux éclats avec l'une de ses frindz. Le cœur de Brandon s'était emballé. Heureusement, le mois dernier, le numéro 71 comptait parmi ses pages un dossier complet sur "Aborder une fille en boîte de nuit". En lecteur assidu, Brandon savait donc quoi faire. Prenant son courage à deux mains, il s'assura que sa chemise Gucciote n'était pas trop plissée, mit ses deux pouces dans ses poches de pantalon et s'approcha des deux filles interpellant celle qui l'intéressait :


- Hi coquine, ça farte ?


Et tout s'était enchaîné exactement comme écrit dans l'article. À quelques imprévus près. Au milieu de la soirée, Brandon fut pris de panique lorsque Jennyfer lui annonça d'une voix gênée, consciente elle aussi de l'ampleur du problème, qu'elle n'aimait pas le diabolo grenadine. Un silence lourd et pesant s'en suivit. Mais heureusement, les paroles de John sauvèrent la soirée de Brandon alors qu'il se rappelait l'une de leurs discussions : "Trouve une alternative". Jennyfer avait accepté un diabolo fraise, impressionnée par la capacité de réaction de Brandon et la soirée put reprendre son cours.


Quelques danses rythmées, pas trop près, pas trop loin et peu avant la fermeture, un slow. Mains à trois centimètres au-dessus des fesses. Toujours avoir un petit mètre ruban sur soi pour être sûr avait stipulé l'article. Parler de tout et de rien, mais le lui chuchoter à l'oreille et trente secondes avant la fin, lui demander si elle voulait qu'il la raccompagne dans son magnifique coupé sport cabriolet intérieur cuir et bois offert par Daddy. Elle avait dit oui et adressé un clin d'œil et un gloussement à sa frindz. C'était dans la poche.


Il l'avait donc raccompagnée. Brandon avait respecté scrupuleusement chaque point de l'article et en fidèle lectrice, Jennyfer avait réagi en totale adéquation. Quelle soirée merveilleuse. Mais maintenant, ça y est, ils étaient arrivés devant chez elle.


Brandon prit la pose, presque instinctivement. Main gauche posée nonchalamment sur le haut du volant, main droite derrière son appui-tête à elle, mouvements légers de la tête allant de droit devant lui à elle, puis d'elle à droit devant lui. Attendant le signal qu'elle s'était décidée à donner après quelques secondes. Une main sur la poignée de la porte, l'autre tenant fermement son sac elle émit un "Bon... " timide. Elle était décidément parfaite. Il compta alors jusqu'à cinq puis se pencha vers elle pour l'embrasser... Hélas et dans l'incompréhension totale de Brandon, elle ouvrit la porte, sortit et se pencha par la fenêtre :


- Désolée, c'était génial, mais j'ai eu une majorité de carrés.


Elle rentra ensuite chez elle alors que Brandon démarra en trombe en direction du loft. Il dépassa même par deux fois la vitesse limite de un ou deux km/h, pressé de rentrer et de relire les résultats du test de la semaine, qu'il n'avait malheureusement pas retenus.


Êtes-vous du premier soir ?


Vous avez une majorité de carrés :

Malgré une soirée idyllique dont vous avez apprécié chaque instant, votre peur du grand amour et votre nature réservée font que vous ne vous jetez jamais à l'eau tout de suite. Vous n'êtes pas du premier soir, même pour un baiser dont vous brûlez d'envie.


52 h 37min maintenant. Plus que 19 h 23 et il pourrait l'appeler...



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   victhis0   
28/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Alors là...J ADORE. Super rigolo. Un vrai super bon moment. J'aurais aimé écrire un truc pareil. Ca fonctionne super bien, tout est juste et le monde à peine ébauché est pelin d'indices amusant (à ta place, j'aurais même forcé). Ca mérite très largement un développement, une suite, bref un truc pour continuer à partager avec toi cete belle ironie, un poil de cynisme dans lequel je me reconnais.

   xuanvincent   
28/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Ce texte m'a amusée.

Qui d'entre nous n'a pas répondu à ces quizz ? J'ai apprécié l'idée que ce jeune homme puisse avoir voulu appliquer à la lettre les conseils de son magazine, pour aborder avec tact la jeune fille qui lui plaît.

"- Désolée, c'était génial, mais j'ai eu une majorité de carrés." : cette phrase, inattendue, m'a fait sourire. Je me suis demandée si la jeune fille pensait que le jeune homme comprendrait cette phrase, en décalage avec ce qu'ils vivaient à cet instant.

Détail : en lisant "grâce à son implant "Intelligence" posé par le plus branché des chirurgiens de la baie, j'ai cru que le récit aller dériver vers la nouvelle de science-fiction.... Après relecture du texte, je me demande si ce passage, qui m'a pourtant fait sourire, est bien utile dans ce récit qui pourrait très bien se passer aujourd'hui. D'autant plus que c'est le seul élément futuriste il m'a semblé de cette nouvelle.

Ce court texte pourrait faire réfléchir sur l'impact de ses magazines sur les lecteurs. Ainsi, il semblerait que la jeune fille ait lu elle aussi cet article. Au lecteur d'imaginer la tournure que pourrait prendre une telle relation amoureuse, où est bannie toute spontanéité...

   Anonyme   
28/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Clap, clap, clap...

Tout y est... court, bon, drole, intelligent, ce texte fait non seulement réfléchir mais est tellement plein de notre réalité qu'il fait mouche quasiment à chaque ligne... une fin tellement con que c'est à se "pisser dessus" (je l'ai déjà dit, je commente avec les trippes...)... Bref, j'avais été attirée par le titre, InZeMouve, bien choisi et drole à la lecture, comme on pourrait titrer "Dieu" ou "TF1" ou "Vogue"... miam miam miam, petite claque sur ma joue... bonne claque...

Du coup je me joins à EDIT : victhis0 (l'auteur ci-dessus dont le pseudo échappe à ma dislexie si je ne le vois pas écrit devant mes yeux) (pardon), et j'aimerai en lire plus...

(hop un auteur de plus dans la besace des "à lire et à recommander d'Estelle")

   widjet   
28/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Ah que ça fait plaisir de découvrir des nouveaux talents…En voilà un bien prometteur et que je vais suivre de près pour rebondir sur le comm de Estelle.
Un texte court, amusant (le « coquine ça farte ? », m’a bien fait marrer !) et plus profond qu’il n’y parait (avec une petite critique sur le conformisme et le phénomène de mode).

Un début de bonne augure !

Encourageant.

W

   aldenor   
28/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Amusant et pas mal écrit. Peut-être juste un peu trop conservateur dans le style et les idées (comme dit Vitchis0, on pouvait « forcer »...)
Quelques petites remarques :
« Personne ne s’appellera plus… » dit John. Pourquoi puisque dans ce cas il l’appellera dans 72 heures ?
« Forcement raison … forcement hors du coup » : la répétition de forcement ne s’imposait pas.
« Un silence s’en suivit ». Non, s’ensuivit.

   Leyng   
1/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vraiment drôle ! Rien que le prénom Brandon, ça annonçait la couleur !

   strega   
1/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ben ça alors ! C'est bien plus que l'impact des magazines ce texte-là quand même.

C'est vide, terriblement creux, plus que plat c'est incurvé tellement c'est lourd. C'est pathétique, vraiment.

Euh... Vous aurez compris que je ne parlais pas du texte hein. Lui, il est très drôle. Sur un texte court, c'est parfait, mais sur du long, j'aurais peur d'être un peu lassée, même si la critique est très bonne.

ravo en out cas.

   Flupke   
24/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Pepps,
J’ai adoré cette ironie mordante, à propos d’une norme à laquelle nous devrions obéir. Caricature presque crédible. J’aime bien Shting et frindz. J’ai rigolé pour grenadine/alternative/fraise, il dépassa même par deux fois la vitesse limite de 1 ou 2 km/h

Ca me rappelle le style bénabaresque (Lointain et distant, j' sais pas pourquoi mais c'est sexy/Même si je ne pense qu'à elle, si je rêve de la revoir/Vade retro téléphone, elle ne doit pas le savoir/Nos meilleurs techniciens se sont penchés sur la formule/C'est trois jours au moins le résultat de leurs calculs) et aussi « Cosmopolitan » de Vincent Delerm
Bravo. Amicalement, Flupke

   Jedediah   
10/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte court, drôle et efficace...
Une belle démonstration en tout cas de la naïveté des jeunes d'aujourd'hui, mais surtout un agréable moment de lecture...
Bravo et merci !

   PetiteMarie   
27/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Pas trop mon genre de texte, pourtant j'ai bien aimé la tournure que prenaient les événements et ça m'a fait sourire à quelques reprises.

   in-flight   
13/2/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est sympathique, le style ma parait un peu trop simple. L'histoire est très simple et drôle mais on pourrait avoir une écriture plus mordante, sans être condescendante, juste quelques petites allusions bien senties sur la crédulité des personnages.


"Sachant qu'InZeMouve est lu par toute la jeunesse hype de la côte et que ses précieux conseils sont suivis à la lettre par chacun. Personne ne s'appellera plus." --> J'aurais bien vu une virgule après "chacun" + le verbe "appeler" au conditionnel: "personne ne s’appellerait plus."

C'est un détail, j'en conviens.


Oniris Copyright © 2007-2019