Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Réalisme/Historique
Twinkle : 27 999 + 1
 Publié le 05/03/08  -  16 commentaires  -  2752 caractères  -  14 lectures    Autres textes du même auteur

Pour Jeanne qui est partie sans qu'on lui dise au revoir...


27 999 + 1


18h15. Presque tous les claviers se sont éteints. Des voix souriantes s'échappent d'un bureau. Un raclement doux sur la moquette. Le cri des transbondeurs. Les portes qui s'ouvrent et se ferment.


- Bonsoir.

- Bonsoir, Madame.

- Je laisse ouvert ?

- Oui.

- Bonne soirée.

- À demain.


Comme tous les jours à cette heure, Jeanne fait sa tournée. J'aime entendre ses bruits arriver jusqu'à moi, précéder son entrée, si bien que je sais exactement quand lever la tête pour l'accueillir.


- Bonsoir, Jeanne.

- Bonsoir.

- Votre famille va bien ?

- Bien, merci.


Jeanne n'est pas bavarde. Dès qu'elle entre dans un bureau elle se met à la tâche. Épousseter, vider la corbeille, Bonsoir, Bonsoir. Toujours les mêmes gestes et les mots, ou presque.


Tous les jours depuis que je travaille ici. Presque quatre ans. Et même plus. Jeanne était là avant moi. C'est une ancienne.


Et le mois dernier, Jeanne n'est pas venue. La société a envoyé une remplaçante. On l'a tout de suite reconnue : les transbondeurs crièrent plus que d'habitude ce soir-là. Il faut un certain temps pour apprivoiser ces bestioles technologiques. Les portes s'ouvraient aussi avec moins d'assurance, les paroles étaient pleines de surprise.


- Bonsoir.

- Bonsoir. Jeanne est en congé ?


Silence. Incertitude.


- La dame qui vient d'habitude ? Jeanne ?


Hésitation.


- Elle est malade.

- Oh ! Ce n'est pas trop grave j'espère !

- Bonsoir, Madame.


Les jours passent. Réunion de crise autour d'un café.


- Ça fait longtemps qu'on n'a pas vu Jeanne.

- Elle est malade.

- Ah.

- Ça serait sympa de lui envoyer une carte.

- Oui, bonne idée.

- On la donnera au gars qui fait le 3ème, ils ont l'air de bien se connaître.

- Super.

- Je m'en occupe ce soir.

- OK, on y retourne ?

- Faut bien...


C'est une jolie carte, un peu banale. Prompt rétablissement, avec un bouquet de fleurs. Tout le monde a écrit un petit mot. Reposez-vous bien, À bientôt, parfois juste une signature.


18h15. Je prends l'ascenseur pour le 3ème. Je cherche l'ami de Jeanne.


- Bonsoir, Monsieur.


Grand sourire.


- Bonsoir.

- Vous avez des nouvelles de Jeanne ?

- Jeanne, ça va.

- Tant mieux ! On lui a écrit une petite carte, vous aurez l'occasion de lui donner ?


Il prend l'enveloppe. Me regarde. Ne comprend pas.


- C'est pour lui souhaiter de guérir vite.

- Ah...

- Bon, eh bien bonne soirée.


Il me rattrape en même temps que l'ascenseur. Fixe la moquette. Me tend l'enveloppe.


- Jeanne, elle est pas malade.


J'hésite à prendre l'enveloppe. Il me regarde, ne sourit plus. Rompre le silence.


- Vous savez quand elle va revenir ?

- Elle ne va pas revenir.

- Comment ça ?

- Vous savez, Jeanne, elle avait pas les papiers.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   strega   
5/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui, cela devient de plus en plus banal et de plus en plus insupportable aussi. Ces personnes que nous cotoyons sans le savoir, qui sont là, puis le lendemain ne le sont plus.

Twinkle bravo, tout y est ou presque. Le rythme, l'aisance d'écriture est donc de lecture pour nous. C'est très fluide, très juste, très fort aussi. Finir sur cette phrase terrible, et alors le titre qui vient nous frapper d'un coup.

Oui, vraiment bravo.

Juste un petit quelque chose : "Tous les jours depuis que je travaille ici. Presque quatre ans. Et même plus." La narratrice ne sais pas depuis combien de temps elle travaille dans cette entrprise? Mais bon, ce n'est pas grand chose j'en conviens.

Donc je disais quoi moi...? Ah oui!

Bravo, et merci Twinkle.

   clementine   
5/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'irais même plus loin dans la réflexion, cela nous pousse en arrière de quelques dizaine d'années.
Et toujours ce silence, cette indifférence, cette inertie dont nous sommes tous coupables.
J'ai juste envie de dire merci devant la simplicité de ce texte qui nous remue un peu le coeur et les méninges.
Bravo.

   nico84   
5/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Moi aussi, j'ai apprécié même si je n'ai jamais vécu ce genre d'expérience, l'écriture est simple, mais forte. j'ai apprécié les dialogues réduits au minimum et l'ambiance que tu mets rapidement en place. Bravo !

   Pattie   
5/3/2008
Tout en ellipse, très réussi. En quelques mots, on a une ambiance, un scénario tout en non-dit, rien d'explicatif, tout comme le sujet, où aucune explication n'est recevable, donc aucune n'est donnée. Bravo !

   jensairien   
6/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
« aucune explication n'est recevable, donc aucune n'est donnée » dit Pattie et c’est exactement ça. Bravo pour ce petit texte qui, sans pathos, sans revendications, sans pleurs et sans trompettes, a tout dit. Un saisissant raccourci, une immersion dans le quotidien qui ,par son économie de moyens, devient universel.

   David   
7/3/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Bravo Twinkle,

Beaucoup de force dans la forme, trés dépouillée, une nouvelle modèle du genre pour moi, un thême non prononcé: les reconduites à la frontière, là aussi une réussite, une efficacité.

Je m'interroge sur les chiffres, le titre et le début de l'histoire (qui commence aussi avec des chiffres: 18:15 ?) m'ont fait penser que la personne décrite aller mourrir, je pensais que le titre était un âge exprimé en jours (ça aurait pu faire entre 70 et 80 années), alors le titre, pourquoi ? comment ?

   calouet   
11/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Waooo... C'est vraiment excellent! Superbe justesse, superbe pudeur. La force d'appuyer sur les choses sans vouloir les expliquer, de faire passer une idée sans même vraiment l'exprimer. La force de faire passer un tel message en si peu de mots. Et puis le style est hyper agréable, simple et léger, sans fioritures à la con et autres petites gâteries d'auteur qui s'écoute raconter une histoire. BRAVO!

   Anonyme   
11/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un thème fort pour un dialogue épuré. Tout en retenue effectivement. Bien fait.

   widjet   
13/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un dénouement prévisible même si cette histoire ne se repose pas sur "une surprise". L'auteur rappelle, avec simplicité et sans insistance déplacée, une triste banalité.

Merci

W

   Marian   
22/5/2008
Fixe un instant le plafond. Prends une inspiration.
Aquiesce. Maudis de na pas avoir d'accents sur le clavier.
Constate que le dernier commentaire est deja vieux et hausse les epaules.

- C'est vraiment bien tourne. Tres efficace.

   xuanvincent   
19/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Avec des dialogues tout simples, pas beaucoup d'action, Twinkle traite d'un thème grave, d'actualité, bien loin de l'univers du conte.

Le sujet est bien amené, tout en douceur. Jusqu'à la fin, l'histoire me paraît faussement banale, pour prendre sa force dans la toute dernière phrase. Là, le lecteur peut reconstruire l'histoire à la lumière de cette révélation.

   victhis0   
17/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien
pas trop mon genre mais c'est plein de "charme" du point de vue littéraire. Si la fin est très (trop ?) attendue, il ressort tout de même beaucoup d'amertume, d'empathie et de sensibilité dans ce texte maigre où chaque mot est pesé, simple et juste.
Merci !

   Anonyme   
5/11/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément
Vous savez, Jeanne, elle avait pas les papiers.
Je me suis relu la phrase plein de fois, dans ma tête, en m'imagineant la voix, hésitante parce qu'il parle à quelqu'un qu'il connaît à peine, triste.
Vraiment trop triste. Vraiment trop vrai.
Tout en dialogues très simples, aucune description, rien que la vie de tous les jours, ni bonne ni mauvaise, toute simple.
Et la chute tombe, horrible.

Bravo Twinkle pour cette nouvelle magnifique et (bien trop) dans l'ère du temps.

Edit. : au fait, pourquoi ce titre ?

   Anonyme   
5/11/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément
A l'heure où nos ministres se réunissent pour "discutailler" de ça...

Franchement génial ce texte et si percutant!

Bravo!

   marogne   
11/11/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Je suis resté un peu déçu par cette nouvelle. Le thème, actuel sans doute, aurait permis à mon sens de développer plus avant le coté psychologique des personnages, tel quel cela reste assez froid. J’ai même cru, quand j’ai lu « entendre ses bruits » qu’il ne s’agissait pas d’une personne mais d’une espèce de robot…..

Les Dialogues, mêmes si crédibles dans leur banalité, ne concourent à donner du relief au texte.

J’aime mieux les contes….

   Flupke   
26/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai bien aimé le contraste entre le style simple mais efficace et la gravité du thème.
Ca fait réfléchir. Le titre aussi. Nombre de secondes d'une journée de travail ordinaire et la dernière seconde est un choc ? Ou bien rapport avec le nombre ou le ratio de sans-papiers dans la population ? Rapport avec les transbondeurs ?


Oniris Copyright © 2007-2018