Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Aventure/Epopée
Vilmon : Jeu d’ombres mortelles [concours]
 Publié le 16/05/23  -  12 commentaires  -  27601 caractères  -  106 lectures    Autres textes du même auteur

Un récit d’aventures à la steampunk.


Jeu d’ombres mortelles [concours]


Ce texte est une participation au concours n°33 : L'ombre et la lumière

(informations sur ce concours).



La jeune dame ramène ses longs cheveux noirs derrière son oreille et regarde à nouveau dans la lorgnette. Elle tourne la manille du télescope pour ajuster le foyer de sa main gauche et celle du niveau avec la droite. L’image se concrétise.


– Ce ne peut être qu’un engin d’Edward Fineglass, conclut-elle en apercevant la source de la fumée noire au bout de sa rue.


Elle devine les traits satisfaits de l’homme assis sur un immense réservoir en fer muni d’une cheminée à l’arrière et d’un énorme bac au-devant. La foule se dégage promptement, les chevaux des carrioles s’affolent, une assemblée bigarrée se forme après son passage, certains le maudissent du poing, d’autres le pointent en riant. Comme toujours, son cousin ne passe pas inaperçu, se dit-elle en souriant.


Elle laisse le télescope et quitte le balcon du deuxième étage en trombe, sa robe rouge écarlate volant dans son élan vers l’escalier. Tout en descendant les marches deux par deux, elle s’écrie :


– Papa chéri ! Voilà Eddy qui arrive ! Il chevauche une étrange machine à vapeur, termine-t-elle en se faufilant par la porte d’entrée.


Elle rejoint la rue et sans se soucier des regards de reproche qui la toisent, elle accourt vers la mystérieuse machine qui avance sur les pavés. À chaque pas, l’engin se concrétise et elle en devine peu à peu le mécanisme. Une chaudière de fer sur roues, comme une petite locomotive sans rails, munie d’une roue étroite à l’avant qui pivote légèrement pour corriger la direction. Au-dessus de celle-ci, un bac rempli d’un matériel noir et luisant, et juste derrière, Edward qui active plusieurs manettes dans un énorme nuage de vapeur. Elle lève sa main et l’agite, un sifflement strident lui répond et Edward lui renvoie sa salutation.


Lorsqu’elle arrive près de la machine, il tire brusquement quelques poignées et dans un tintamarre de souffles de vapeurs, de crissement de métal et de coups de bélier, il l’immobilise. La jeune dame recule de quelques pas, incertaine qu’il soit bien prudent d’être aussi près de ce monstre de fer et de vapeur.


– Ma belle Pauli, s’exclame son cousin. Comment trouves-tu ma dernière invention ? lui demande-t-il en la lui présentant à bras grands ouverts.

– Quelle merveille, lui répond-elle enthousiasme, retrouvant son assurance. Est-ce que je peux l’essayer ? ajoute-t-elle avec malice, sourire en coin.

– Mais bien sûr, lui confirme-t-il en activant une manette.


Dans un fracas de métal, une paroi de l’engin se détache près d’Edward et culbute en plusieurs morceaux formant les marches d’un escalier. Enchantée par cette mécanique, Pauline les grimpe sans difficulté en sautillant légèrement de joie. Elle rejoint son cousin, lui fait la bise et s’installe à ses côtés sur l’étroit banc de bois.


– Désolé, je n’ai pas eu le temps d’ajouter un siège plus confortable, s’excuse-t-il. Je suis parti aussitôt que j’ai reçu l’inquiétant message de ton père.

– Oui, une étrange affaire l’obsède depuis quelque temps et il a pensé que tu pourrais l’aider. Mais pour l’instant tout ce qui m’importe, c’est cette incroyable machine. Elle fonctionne à la vapeur ?

– Effectivement, on ne peut rien te cacher, ma chère, mais c’est un peu plus que ça.

– Eddy ne fait rien comme les autres et toujours hors de l’ordinaire, s’exclame-t-elle en observant et en touchant les manettes.


Le jeune homme repousse délicatement les mains de la jeune dame et les guide pour suivre la correcte procédure de démarrage. Ils tirent un manche qui met en marche un moteur à vapeur pour remonter les marches, relâchent le frein, activent la vis d’alimentation du combustible, observent l’aiguille de pression rejoindre le trait rouge et tirent une série de manettes pour lancer les pistons à vapeur. Dans un chuintement et un grincement, une énorme roue d’inertie se lance en rotation et après avoir atteint une vitesse raisonnable, ils embrayent une courroie d’entraînement pour diriger le mouvement vers l’essieu des deux roues arrière. Par à-coups et avec un léger glissement sur les pavés, l’engin se met tranquillement à avancer, puis prend de la vitesse. Edward lui explique le fonctionnement en criant pour couvrir les bruits mécaniques.


– La base est semblable à une locomotive, mais j’ai amélioré le combustible et le fluide de pression. J’ai ajouté quelques huiles au charbon ce qui a augmenté son apport calorifique et j’ai modifié la composition de l’eau en ajoutant des sels pour réduire son point d’ébullition. Ainsi, la chaudière consomme moins de combustible pour fournir la chaleur nécessaire pour créer une pression de vapeur, ce qui prolonge l’autonomie de cette mécanique. On peut corriger sa course avec cette poignée. Tiens, prends-la et sens le pouvoir de l’autonomie.


Dans un grand sourire, Pauline la saisit à deux mains et dirige l’engin sur la rue en décrivant de longues courbes. Elle aperçoit son père sur le seuil de leur maison et elle lâche sa poigne pour le saluer. Laissée à elle-même, la machine tangue soudainement dans la mauvaise direction. Edward reprend les commandes sous le regard inquiet de la jeune dame.


– Ce n’est pas comme un cheval qui continue d’avancer avec son intelligence, lui explique Edward. Il faut toujours rester alerte et garder ses mains sur les manettes.


Ils grimpent lentement les pavés de la douce pente de la rue et rejoignent le père de Pauline. Pendant qu’Edward actionne les manettes pour mettre l’engin à l’arrêt dans un bruit assourdissant, le père saisit ses lunettes et passe un mouchoir sur les verres en observant avec attention l’étrange engin devant sa demeure. Il relève les sourcils en apercevant les marches qui culbutent pour former l’escalier d’accès.


– Oncle Conway, que pensez-vous de mon invention ? lui demande Edward.

– Une belle mécanique, certes, très impressionnante, commente-t-il en replaçant ses lunettes sur son nez. Mais tu serais arrivé hier en prenant le train.


Pauline descend agilement de l’engin, s’approche de son père, lui saisit le bras et lui fait la bise pour calmer son mécontentement.


– Un jour de plus ou moins ne change rien à la situation et tout ce tracas en valait vraiment la peine, lui affirme Pauline avec malice en observant tous ces gens qui les regardent.

– De quoi alimenter les ragots du quartier pendant des mois, grogne son père. Allez, venez, Eddy, ajoute-t-il d’un ton plus joyeux, en l’invitant de la main. J’ai demandé que l’on nous prépare du thé, comme tu l’aimes. Entre, tu pourras me raconter en détail le fonctionnement de cette belle mécanique.


Le jeune homme les rejoint, lui serre la main avec affection.


– Et vous pourrez me raconter ce qui vous tracasse tant depuis plusieurs jours, mon oncle Randolf, lui précise Edward en lui montrant le télégramme qu’il sort de sa poche.


Après avoir jeté un dernier regard sur la foule qui se forme autour de l’engin, ils traversent le seuil et entrent dans la maison.


***


Edward leur explique en détail le fonctionnement de son engin puis il dépose la cuillère qu’il avait prise pour démontrer l’un des mécanismes. Sur la petite table au centre de leurs sièges reposent quelques biscuits sablés laissés pour compte, les trois tasses vides et une théière contenant un liquide maintenant tiède. Assis côte à côte sur une causeuse devant lui, Edward remarque les traits de famille sur les visages de son oncle et de sa cousine, tout comme la différence de leur caractère. Pauline l’écoute avec ravissement, son visage paré d’un large sourire, Randolf l’analyse d’un regard sévère, jugeant chacun de ses mots. C’est à ce moment que ce dernier choisit de prendre la parole.


– Mon cher neveu, je requiers ton aide pour résoudre un mystère qui a coûté la vie à plusieurs personnes, lui annonce-t-il sans préambule. J’y suis des plus résolus depuis que mon confrère du Cercle des Lumières, l’émérite professeur Joseph Phillisbury, que j’ai rencontré à plusieurs occasions, est mort dans les mêmes circonstances étranges.

– Que s’est-il exactement passé, mon oncle ? demande Edward en se dressant sur son siège.

– Tragiquement, il est mort de la même manière que les victimes sur lesquelles il enquêtait, lui réplique Pauline d’une voix inquiète.

– En effet, alors qu’il tentait de faire la lumière sur ces crimes hors du commun, à la demande des forces policières, il a succombé lui-même au même sort, poursuit le père.

– On l’a retrouvé couvert en entier d’une substance noire et visqueuse, ajoute Pauline avec gravité. Il était étendu au sol, les membres convulsés, comme s’il avait été pris d’une horrible douleur crispant tout son corps. Pauvre Joseph, termine-t-elle d’un chuchotement, le regard vers le parquet.

– Ont-ils trouvé des indices, des traces laissées par l’auteur de ces crimes atroces ? s’interroge avec alarme le jeune homme.

– Aucunement, c’est là que se trouve le mystère, lui répond son oncle. Mais nous avons en main quelques précieuses informations, heureusement j’ai eu droit aux notes manuscrites du professeur, droit qui m’a été octroyé par le Cercle afin que je puisse enquêter à mon tour.

– En voilà du nouveau ! s’exclame Pauline, le regard surpris.

– Ne sois pas déçue, ma fille, tente de la calmer son père en levant légèrement sa main. J’ai préféré attendre l’arrivée d’Eddy pour vous faire part de ces faits. Je peine moi-même à croire ce que le professeur y raconte. Et pourtant, rien ne me permet d’en contester les notes. Soyez attentifs, évitez d’en douter vous-mêmes malgré l’aspect saugrenu de ce que je vais vous partager. Et gardons pour nous ces informations, leur demande-t-il en prenant place au bout de son siège, le dos voûté en confidence.


Sans l’interrompre, Pauline et Edward l’écoutent religieusement alors qu’il leur explique ce que le professeur Joseph a consigné dans son manuscrit d’enquête. La vingtaine de victimes retrouvées dans les mêmes circonstances décrites se trouvent dans des quartiers bien circonscrits de la ville. Dans la plupart des cas, elles sont mortes seules, mais pour quelques situations, deux, trois et même cinq personnes ont trouvé la mort dans la même salle, tout près l’une de l’autre, suite à d’affreuses douleurs. Le professeur les comparait à de grands brûlés d’un incendie féroce, prisonniers au milieu des murs et d’un plafond en flammes. Par contre, la structure de l’habitation est restée intacte, aucune trace d’un feu, d’écoulement de liquide ou de contenant qui aurait laissé échapper un gaz nocif. Ces événements se sont tous produits durant la nuit, quelques heures avant minuit selon ses observations et les informations recueillies auprès des voisins. Il n’y a aucun témoin, à part quelques personnes qui déclarent avoir entendu d’horribles cris de douleur avant un lourd silence morbide. Il n’y a alors rien de concret pour dresser un portrait du criminel.


Randolf leur chuchote la suite en les regardant tour à tour, avec un regard intense et le front plissé. Le professeur avait décidé de passer une nuit, par lui-même, sur l’un des lieux de crime. Il indiquait vouloir s’imprégner de l’ambiance afin d’en tirer peut-être quelques précieux indices. Cette nuit lui avait été fatale et pourtant, il avait pu consigner dans son carnet de notes quelques observations avant de succomber. Les passages sont étiolés, les phrases ont été manuscrites rapidement et Randolf leur mentionne qu’il a remarqué une écriture devenant de plus en plus tremblante avec le déroulement des événements.


Le professeur s’était installé au milieu de la chambre, près de l’endroit où l’on avait trouvé la personne décédée. Il avait remis en place tous les objets comme ils étaient au moment du crime, avec l’éclairage de l’ampoule électrique au plafond. C’est pour dire la qualité des lieux, leur souligne Randolf, il ne s’agissait pas d’un méfait dans un bourg malfamé. Les premières heures se sont écoulées sans aucune manifestation quelconque. De façon méthodique, le professeur prenait en note ses observations chaque quart d’heure. Après une longue série d’inscriptions « rien à signaler », l’entrée de 22 h 45 est poursuivie par une suite de remarques incongrues. Il y est question de l’apparition de bulles d’ombre qui se détachent de la pénombre du plafond de la chambre. Comme de lentes gouttes d’huile, de la grosseur d’un poing, qui s’écoulent d’une flaque. Afin de mieux les étudier, le professeur a allumé sa lanterne à pétrole et s’est approché de l’une d’elles. Il a concentré la lumière vers le nodule noir et il a disparu.


– Et c’est ici que se terminent les notes du professeur, leur avoue Randolf avec tristesse. Les policiers de guet près du bâtiment ont entendu d’effroyables cris de douleur, ils se sont précipités à son secours. Mais il était trop tard, ils l’ont trouvé recouvert d’une substance noire et visqueuse.

– Quelle histoire incroyable, lui souffle Edward en se calant dans son siège.

– Tiré des contes des Mille et Une Nuits, renchérit Pauline.


Les minutes s’étirent sans qu’aucun n’émette un commentaire de plus, en respect pour les défunts. Seul le tic-tac de l’horloge sur le manteau du foyer brise ce silence.


– J’ai l’intention de répéter cette expérience, leur déclare Randolf avec conviction.

– Tout à fait, le supporte Edward.

– Il faut absolument résoudre cette affaire, s’exclame Pauline en se levant, prête à l’action.

– C’est pourquoi je t’ai demandé d’apporter ces puissantes lampes autonomes, Eddy.

– Je les ai, elles sont fixées sur le dessus de mon autolocomotion, lui confirme-t-il.

– Quel nom étrange à donner à cette baleine qui fume, lui reproche Pauline avec un sourire.

– Voici mon plan, leur annonce Randolf. Nous retournerons à l’endroit exact où se trouvait le professeur et nous y passerons la nuit, armés de ces lampes pour se défendre. Seulement cette fois-ci nous serons tous les trois dans cette chambre afin de surveiller chacun nos arrières.

– Il semble en effet qu’il s’agisse de crimes commis en vase clos, conclut Pauline en marchant de long en large, incapable de se tenir en place. Il nous faudrait des cirés pour éviter que ces sombres muqueuses touchent notre peau. Et peut-être des seaux d’eau afin de s’en laver.

– De bonnes idées, ma fille, nous n’avons que très peu d’informations, mieux vaut se préparer à toute éventualité.

– Mon oncle, vous n’allez tout de même pas laisser Pauli participer à cette folie, s’indigne Edward. Tout ceci est bien trop dangereux pour une dame.

– Il y a bien longtemps que la femme devant toi, mon cousin, a cessé d’être une pauvre sotte enfermée dans sa demeure, lui déclare Pauline d’un air hautain.

– Pauli est des plus talentueuses et j’ai plus confiance en ses capacités que toute autre personne.

– Pour un coup bas, c’est un coup bas, leur avoue Edward en prenant le chemin vers la porte. Au moins, j’ai l’honneur d’avoir ces lampes autonomes, leur crie-t-il en se dirigeant vers son engin.

– Pauvre Eddy, chuchote Pauline à son père, lui prenant le bras. Tu y as été un peu fort, papa chéri.

– Bah, il est coriace, comme nous deux, lui réplique-t-il en croisant les bras. Et puis il n’avait qu’à prendre le train, nous aurions alors pu tout résoudre hier soir.


***


Près du fiacre, Edward saisit le dernier des trois sacs de jute et le dépose avec délicatesse aux côtés des seaux métalliques et des imperméables de marin. Pauline, habillée d’une robe grise aux poignets et collet ivoire, observe le deuxième étage de l’édifice, tentant de deviner la fenêtre de la chambre où le professeur a péri. Randolf est près de l’entrée des appartements, il discute avec les policiers et un inspecteur.


– Tu crois que c’est celle-là ? lui demande Edward en s’approchant d’elle.

– Je ne sais pas, mais elle me semble plus lugubre que les autres, lui répond-elle, songeuse. Mais, qu’est-ce qui sent si mauvais ? l’interroge-t-elle en se retournant vers les sacs.

– Les imperméables certainement, je les ai trouvés au petit port, comme ton père l’a suggéré. Cependant, il n’y avait aucun survêtement neuf à notre disposition, j’ai dû nous procurer ceux-ci qui sentent le poisson pourri, désolé.

– C’est la joie, j’imagine que nos nez s’en habitueront lorsque nous les aurons sur le dos.

– Ton père semble avoir convaincu l’inspecteur Snowden, le voilà qui revient en souriant.

– Pauli, Eddy, c’est dans la poche, leur déclare Randolf avec satisfaction. Malgré les restrictions d’accès, l’inspecteur Snowden reconnaît l’importance de notre expérience et nous accorde le droit de passage. Surtout après que je lui ai montré ma lettre d’autorisation du Cercle des Lumières, il est devenu soudainement très coopératif, ajoute-t-il en riant. Nous pouvons nous installer dans la chambre du crime. Pauli, renvoie le fiacre, voici de quoi le remercier d’avoir transporté notre équipement, demande-t-il en lui remettant quelques shillings.

– Où faut-il aller, mon oncle ? s’enquiert Edward.

– Au deuxième étage, à l’arrière du bâtiment, tu n’as qu’à suivre les policiers postés à chaque détour. Mais qu’est-ce qui sent si mauvais ?

– Les imperméables marins, c’est tout ce que j’ai pu trouver.

– Il faudra faire avec, je te laisse les monter.


***


Le soleil est couché lorsqu’ils finissent de monter leur équipement à la chambre et de terminer les préparatifs. Ils ont débarrassé la salle de tout son mobilier mis à part trois chaises de bois et les seaux métalliques. Ces derniers sont remplis d’eau et disposés en cercle autour des chaises qui se font dos au centre de la pièce. Sous la lumière drue de l’ampoule électrique suspendue au centre du plafond, Edward déballe l’un des trois sacs dévoilant l’une des lampes autonomes.


– Observez mon oncle, j’ai apporté quelques améliorations, les informe Edward. Vous voyez, j’ai ajouté du matelassage au dos du support et j’ai remplacé les bretelles par des plus larges et mieux rembourrées. J’ai encore des traces de nos blessures après avoir porté ces lampes sur notre dos lors de notre expédition dans les grottes l’an dernier.

– Votre chasse aux gobelins, se moque Pauline.

– C’était un projet de recherche sur les chauves-souris, Pauli, précise son père. Tu n’as pas pu venir, car tu avais la jambe dans le plâtre après ces folies à cheval.

– Vous auriez pu quand même m’attendre, lui réplique-t-elle avec amertume.

– Pauli, puis-je continuer ? C’est surtout pour toi ces explications, souligne Edward. Alors je poursuis, reprend-il rapidement en rencontrant le regard noir de la fille. Il s’agit d’un support dorsal pour transporter une énorme pile d’Ampère double, assez de puissance pour éclairer une ampoule pendant plusieurs heures. On l’enfile comme ceci, en passant les bretelles sur ses épaules et en les fixant avec ces trois ceintures.

– Comme un sac de randonnée, remarque Pauline.

– Oui, mais c’est plus lourd et encombrant. Il faut porter attention à ce manche pour éviter de l’échapper, l’ampoule et la fragile lentille sont à son extrémité. J’ai pensé ajouter un crochet, mais je n’ai pas eu le temps. Il faut s’assurer de ne pas trop entortiller les fils, car sinon notre rayon d’action sera entravé. Ici, au milieu du manche, se trouve la goupille pour mettre en contact les fils de courant.

– C’est quoi cette manille sur le manche ? lui demande Randolf. Elle n’y était pas la dernière fois.

– C’est une autre amélioration, au lieu de modifier manuellement la distance focale de la lentille et s’y brûler les doigts, l’ampoule est assez puissante et dégage beaucoup de chaleur, j’ai ajouté cette petite manivelle reliée à un engrenage et une crémaillère. Nous pouvons alors ajuster le foyer en la tournant comme ceci.

– À quoi sert cette lentille ? l’interroge Pauline.

– Elle permet de modifier l’angle du faisceau de lumière projeté par le réflecteur concave derrière l’ampoule, lui explique son père. Rapprochée de la source, elle forme un grand éventail, éclairant de façon diffuse tout l’espace devant. Plus on l’éloigne, plus le faisceau se rétrécit et concentre la lumière sur une petite surface avec plus de puissance. Je compte pouvoir éliminer ces nodules d’ombre de cette manière, comme Joseph avait réussi à le faire avec sa lampe à pétrole. Par contre, cette fois-ci nous serons trois à nous protéger et surveiller nos arrières.

– J’ai compris, déclare Pauline avec entrain. Alors, enfilons ces vestes marines qui nous lèvent le cœur et ces sacs à dos électriques.

– Un point important que je tiens à souligner, leur précise Edward. Je comprends que ces seaux remplis d’eau sont pour tenter de nous laver des substances visqueuses, mais il faudrait absolument éviter de projeter l’eau sur les piles.

– Sage avertissement, lui concède Randolf. Il ne faudrait pas s’électrocuter.


***


Assis inconfortablement au bout de leur chaise, le sac de piles à leur dos contre le dossier occupant trop d’espace, les trois passent les heures en silence à attendre. Pauline, incapable de rester inactive pendant une si longue période, se lève de temps à autre pour faire quelques pas en geignant. Ils observent les murs, surveillant l’apparition de ces inexplicables nodules d’ombre.


Pendant que Pauline se plaint de l’infecte odeur de son survêtement, Edward constate un phénomène étrange. Il cligne des yeux pour s’assurer qu’il voit bien bouger la ligne d’ombre créée par l’abat-jour du plafonnier. Son mouvement est comme la surface d’un liquide parcourue d’une longue onde. Il se dresse, tourne la tête vers le haut, remarque l’abat-jour immobile et la même longue vague dans l’ombre sur les autres murs.


– Pauli, mon oncle, les interpelle-t-il avec souci. Regardez l’ombre en haut des murs, on dirait une masse liquide.

– Elle semble s’agiter de plus en plus, leur précise Pauline en fronçant les sourcils.

– Comme un liquide qui s’approche de son point d’ébullition, ajoute Randolf.


À ce moment, l’ombre forme de grands remous et soudainement, un rond sombre s’en détache et semble flotter sur le mur comme une bulle de savon. Les trois se lèvent, prolongeant leur ombre sur les murs. Le nodule change de direction et se dirige vers la silhouette la plus près, celle de Pauline.


– Mettez vos capuches, s’écrie Randolf.


Il active sa lampe et vise le nodule. Cependant, sa lentille est mal ajustée et la lumière diffuse n’empêche pas la bulle noire de s’approcher de l’ombre de Pauline. Edward prend la relève avec un faisceau très concentré et pulvérise la tache d’ombre en la balayant à plusieurs reprises.


– Vous croyez qu’il y a un lien avec ce nodule noir et le liquide visqueux sur les victimes ? leur demande avec souci Pauline.


Aucun ne lui répond, car plusieurs bulles d’ombre se détachent de la ligne sombre près du plafond. Les trois s’activent, concentrent leur faisceau lumineux et attaquent les nodules qui convergent vers leurs silhouettes aux murs. La cadence augmente et ils doivent être de plus en plus agiles pour les effacer. D’un commun accord, ils renversent les chaises et se placent dos à dos pour protéger leurs arrières. Du même coup, leurs ombres se raccourcissent sur les murs et leur donnent plus de surface pour intercepter les nodules noirs. La ligne sombre au plafond est en ébullition et projette plusieurs gouttes d’ombre à la fois. Pauline s’écrie lorsqu’elle sent une brûlure à son épaule. Elle jette un coup d’œil et y voit une tache visqueuse sur son imperméable.


– Je vous le confirme, leur crie-t-elle. Un nodule qui touche votre ombre se transforme en liquide chimique sur votre corps.


Au même moment, la porte de la chambre s’ouvre et un policier s’y présente. Les bulles sombres se promenant auparavant sur la porte le couvrent de taches noires. L’homme s’écrie de douleur en tombant à genoux. Edward s’élance vers lui en prenant un seau d’une main et lui verse toute son eau. Le liquide visqueux se détache et s’étale au plancher dans la flaque d’eau. Pauline et Randolf exterminent les nodules qui menacent Edward pendant que celui-ci pousse le policier à l’extérieur de la chambre et referme la porte.


– Nous ne pourrons pas tenir bien longtemps, s’exclame-t-il en revenant vers eux, son imperméable couvert de taches noires.


Les trois continuent à balayer les murs de leur faisceau et les taches s’accumulent sur leur veste marine. Dans leurs frénétiques mouvements pour les chasser, Pauline soulève sa lampe pour éviter son père. Son extrémité percute l’abat-jour au plafond, brise l’ampoule et les plonge dans l’obscurité. Ils poursuivent à projeter leur lumière sur les murs, mais les nodules ont disparu.


– Que s’est-il passé ? leur demande nerveusement Edward. Où sont-ils ?

– Je crois comprendre, leur déclare Randolf d’un air détaché.

– L’ampoule ! s’écrie Pauline.

– En effet, j’estime que si nous analysions un peu plus toutes les scènes de crime, nous trouverions qu’elles ont eu lieu dans des salles éclairées par une ampoule électrique.

– Mais il y a plusieurs domiciles et bâtiments avec ce type d’éclairage, leur souligne Edward.

– Il semble bien que certaines soient affectées par un phénomène étrange, il faut trouver lesquelles, ensuite nous pourrons peut-être comprendre la raison de tout ceci et prévenir d’autres décès.


Les trois se débarrassent de leur sac à dos encombrant, laissant leur lumière allumée, retirent leur imperméable couvert de taches visqueuses, redressent leur chaise et s’y assoient pour reprendre leur souffle. Après quelques minutes, Pauline se relève.


– Je vais voir comment se porte ce pauvre policier, leur déclare-t-elle en prenant la direction de la porte.

– Oui, très bien, Pauli, acquiesce son père. Eddy, pourrais-tu rassembler notre équipement, je t’en prie ? Je vais aller discuter avec l’inspecteur Snowden, il faut trouver la source de cette ampoule particulière.

– D’accord. Il s’en est fallu de peu, ajoute-t-il dans un soupir.

– En effet, j’avoue que j’ai aussi cru que nous allions y laisser notre peau, lui confie-t-il en sortant de la chambre.


***


Randolf referme la porte derrière lui après avoir remercié le messager. Il observe attentivement la notice du télégramme qu’il vient de recevoir. Il sourit et l’ouvre avec empressement.


– Pauli, s’écrie-t-il. Des nouvelles de l’inspecteur Snowden.


Il entend sa fille quitter le balcon et dévaler l’escalier pendant qu’il jette un œil rapide au texte.


– A-t-il trouvé ? lui demande-t-elle en arrivant à ses côtés, tentant de lire au-dessus de son épaule.

– Écoute, avons identifié source phénomène, stop, entrepôt ampoule east river side, stop, individu faisant sorts vaudous sur caisses, stop, essai le confirme, stop, félicitations et remerciements affaire close, stop, Snowden.

– Des sorts vaudous ? Je croyais que c’était des sottises.

– Nous vivons dans un monde de technologie et de science, Pauli, mais il faut croire qu’il reste encore une bonne part de mystique que nous ignorons, lui dit-il, songeur.

– Certainement des révoltés à l’amélioration de notre mode de vie.

– Peu importe, c’est une affaire réglée, comme le dit l’inspecteur Snowden.

– Je vais écrire à Eddy pour lui annoncer la bonne nouvelle, lui déclare Pauline en remontant l’escalier.

– Transmets-lui mes remerciements et mes salutations. Sans lui, nous n’aurions pas réussi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   senglar   
6/4/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Bonjour,


Bon... déjà que je ne sais pas que qu'est le steampunk... Mais, comme l'ère victorienne j'adore... alors 27651 caractères... je me lance. ''Pourvou'' que j'aie assez de charbon...

Poot Poot ! Vroum Vroum ! Peuf Peuf !

C'est très visuel, ça fait très BD. Ça me fait penser au fardier de Cugnot. (1769). ça respecte la mentalité de l'époque. Les explications mécaniques ne sont pas épargnées. Un dessinateur se régalerait à reproduire tout cela. On ressent une certaine ivresse qui n'est pas celle de la vitesse. Les ressorts de la ''comédie'' sont très classiques.
Voilà pour l'introduction.

Euh...''... lui-même au même sort...''
les grands brûlés, oui ça marche bien avec la vapeur.
Étonnante remarque de Pauline : En quoi tout cela peut-il rappeler les Contes des Mille et Une nuits ?

Ça devient de plus en plus technique, façon XIXè, pour aboutir finalement à l'invention d'une sorte de rayon laser. Les nodules sont des attrapeurs d'ombres qui brûlent les corps là où ils ont déchiré des morceaux d'ombre.
Puis...
Où la fée électricité s'avère être une sorcière électricité.. Il y aurait une ampoule dévoyée.

En fin de compte ce sont les caisses d'ampoules qui ont été envoûtées, on leur a jeté un sort vaudou.

Je me dis que c'est effectivement tout à fait un scénario de BD. Curieux tout de même que l'on retombe sur ce genre de pratiques en un siècle qui basculait dans une foi inébranlable quant au progrès et où on pensait que celui-ci ferait irrémédiablement le bonheur des hommes.
(Faudra peut-être que je révise mon positivisme)


Bon, il y a bien un jeu d'ombre et de lumière ; peut-être s'intéresse-t-on trop à l'ombre des maux alors que le sujet suggérait plutôt de s'attarder sur celle des mots (sic). Il est vrai que traduire Jaccottet en BD...
L'auteur ne manque pas de carburant... euh... de souffle.


Senglar en EL (Rédigé d'après mes notes alors que le texte m'était malencontreusement ôté de l'espace lecture... Tiens le revoilà, alors j'envoie le tout pendant qu'il est là. lol)

   jeanphi   
9/4/2023
trouve l'écriture
très aboutie
et
aime beaucoup
Bonjour,

Cette narration est très visuelle. Standards steampunks portés à un niveau de fiction très crédible. Belles descriptions, belle inventivité. Des personnages spartiates, leitmotivs du genre : le jeune rebel surdoué, l'oncle fin et illustre érudit, la fille hyper-polyvalente, l'inspecteur complètement anonyme et omniprésent.
Des rebonds, de très bonnes idées d'un bout à l'autre. Un rythme parfait pour maintenir l'intérêt, j'ai juste trouvé l'entrée et l'installation sur les lieux du crime un rien trop longue, mais cela ne pèse pas.
La rédaction est très bien menée, le ton assertif sert exactement le récit, le sujet et l'histoire me paraissent divertissants. L'atmosphère sombre s'installe de manière très étudiée, à ce point que la sortie finale m'est peu cohérente dans un premier temps ... ils se réjouissent de mener l'affaire à terme ? Et remarquable dans un second temps ... Le vaudou est une réalité, affaire bouclée.
Une mécanique superbement rodée dans laquelle le tout petit lecture est à niveau d'un monde immense rendu abordable par votre picturation en claire obscure.

   Angieblue   
10/4/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime beaucoup
Une enquête mystérieuse avec trois détectives amateurs très attachants. J’ai bien aimé le cousin Edward avec son autolocomotion à vapeur. Il y a beaucoup de détails et ça amène bien les passages avec l’ampoule électrique.
J’ai également trouvé original et plaisant l’extermination des insolites nodules noirs avec des faisceaux de lumière. Et puis, votre idée est assez complexe puisque c’est lorsque l’ombre des personnages est touchée par les nodules noirs qu’ils ressentent une brûlure.
Votre histoire est vraiment lumineuse malgré le thème assez sombre. Il y a quelque chose de frais et de ludique qui fait que l’on se laisse embarquer dans l’aventure. Je vous imagine bien apprécier Jules Verne pour le côté nouvelle scientifique. Et j’ai aussi pensé au « club des cinq », à « fantômette » ou encore à « Alice, détective ».

Par contre, dans la première partie, il aurait été intéressant de lire les notes réelles du professeur qui a péri sur une des scènes de crime plutôt que le résumé de l’oncle Randolf. Ça aurait été plus crédible et ça aurait amené plus de suspense à l’enquête.
Ensuite, la fin est assez facile et vite expédiée, quand même. Cependant, cette histoire de sorts vaudous m’a fait sourire ainsi que le coup du télégramme qui conclut en un éclair cette affaire.

En somme, je me suis bien amusée à ce jeu d’ombres mortelles. C’est bien écrit, le thème est respecté et traité de manière originale et inventive, et j’ai surtout passé un agréable moment.
Donc un grand merci pour cette aventure.

   Donaldo75   
12/4/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Je ne suis pas un spécialiste du steampunk mais j’ai apprécié ma lecture ; l’écriture est de qualité, la narration va bien avec l’idée que je me fais du genre et l’histoire est bien menée. Les éléments explicatifs s’insèrent bien dans le récit sans trop le phagocyter. Certes, il y a beaucoup de dialogues et ils ont tendance à remplacer de la narration qui aurait pu être moins statique ; je crains que ce ne soit la limite du mode narratif. Certains clins d'oeil sont sympathiques. C'est une manière différente de traiter le thème, si tant est qu'il y ait une norme dans le traitement vue la nature dudit thème. Bref, je m'égare. C'est une nouvelle intéressante, comme disent les Britanniques dont je ne sais pas s'ils ne sont pas à la base du genre, du steampunk je veux dire (déjà qu'ils ont inventé le punk !)

   Dugenou   
16/5/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime beaucoup
Bonjour,

J'ai trouvé ici un texte distrayant, respectant bien les codes du steampunk, et également une façon de traiter le thème du concours d'une façon originale. Rien que pour cela, bravo !

Bon, il y a aussi dans ce texte des facilités narratives, comme les télégrammes, mais rien qui ait perturbé ma lecture.

Je trouve amusante la référence au Contes des Mille-et-Une nuits : avec cette résolution de l'intrigue, aussi simpliste, je devine que l'auteur.e. ne se prend pas au sérieux, et assume le côté 'histoire à dormir debout' de sa production.

Merci, et bonne chance !

   Anonyme   
16/5/2023
trouve l'écriture
perfectible
et
aime bien
En lisant votre nouvelle je me suis replongée dans mes impressions d'enfance, quand je dévorais les volumes du « Club des cinq » dans la collection Bibliothèque rose. En effet la narration m'a paru maladroite et trop explicite :
- excès des mêmes périphrases pour indiquer les personnages (j'ai eu notamment une indigestion de « jeune dame »),
- excès de didascalies dans les dialogues, presque à chaque réplique, même quand ils ne sont que deux à causer,
- personnages archétypaux.

Par ailleurs l'histoire m'a assez plu, le côté steampunk est bien là. J'ai apprécié les descriptions techniques des inventions, et la digression amusante (un peu appuyée à mon goût, toutefois) des imperméables puants.

Gamine j'aurais sûrement adoré ce récit, adulte j'en trouve la trame inventive et la manière mal adaptée à mon âge. Peut-être d'ailleurs est-ce volontaire, si vous cherchez à plaire à un lectorat jeune.

   Asrya   
16/5/2023
trouve l'écriture
convenable
et
aime bien
Une nouvelle qui aborde la thématique du concours d'une manière plutôt originale. On reste sur du "premier" degré avec les histoires d'ombre et de lumière.
La tonalité est en effet assez proche de ce qu'on pourrait trouver dans le "club des cinq", ou "Scooby-Doo"" (oui... chacun ses références), ce n'est pas désagréable, loin de là.

Il y a une certaine maîtrise des descriptions des différentes machines et équipements utilisés lors de l'aventure décrite, c'est le point que j'ai le plus apprécié.
L'entame du récit est rondement mené, on se laisse attraper par le fil narratif et l'évolution de l'intrigue, c'est prenant et bien exécuté.
Les personnages sont bien campés dans l'ensemble. Il y en a plus ou moins pour tous les goûts (manque peut-être un caractère plus rabat-joie, des personnages un peu plus sombre (indirectement lié à l'épopée)) pour rentrer réellement dans le caractère, un peu cliché et pas forcément appréciable, d'un texte de cette tonalité.

Et puis l'aventure se poursuit, et... petit à petit, j'ai trouvé qu'elle se délitait sur la forme.
L'attente sur la scène de crime, peut-être un poil trop long ou du moins pas suffisamment dépeinte pour que l'on s'y plonge les yeux grands ouverts.
La partie plus "dynamique", avec le "combat" entre cette ombre et les différents personnages, ne m'a pas emballé plus que cela. La succession entre la narration et les dialogues durant cet épisode me paraît maladroit, du moins trop caricatural.
Je reconnais l'exercice difficile et ne saurais réellement conseiller pour rendre l'ensemble plus... vraisemblant ; mais de mon point de vue de lecteur, cela donne un caractère enfantin, qui certes colle au "Club des cinq", mais qui ne m'a pas emmené avec lui.

Et la fin, qui pour le coup me désarçonne.
Trop rapide à mon goût, trop simple, trop expédié, et c'est un grand regret de lire cela alors que le tableau que vous aviez pris soin de peindre, la personnalité fumante des différents personnages, l'ambiance glauque, morbide de cette ombre mystérieuse, s'apparente un envoûtement vaudou, sans plus d'explication.
Mouarf... je lisais dans votre plume une histoire prenante, de l'idée, de l'imagination, de la qualité à n'en point douter, et je me retrouve avec une chute qui prête à "sourire jaune" tant elle me paraît en dessous de tout ce que vous aviez mis en place.

Bon, bon bon... j'espère que cela ne vous portera pas préjudice !
Merci pour le partage, au plaisir de vous lire à nouveau et bonne chance pour le concours !
Asrya.


PS : une idée de l'auteur m'est apparue ; à voir si la révélation me donnera raison !

   plumette   
16/5/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime un peu
Totalement ignorante de ce qu'est le steampunck, j'ai lu la nouvelle avant d'aller me documenter un peu.
Malgré votre indéniable capacité descriptive, je me suis ennuyée dans toute la première partie avec cette machine à vapeur et ses aspects techniques que je ne suis pas arrivé à me représenter.
j'ai trouvé que la narration était vivante, et les trois personnages bien caractérisés.
La partie relatant la veillée dans la chambre du crime est pour moi la plus réussie, avec une vraie tension narrative et des descriptions fantastiques de ce phénomène étrange.
La résolution de l'affaire n'est pas à la hauteur du reste.
j'ai trouvé que ce texte aurait pu gagner en intérêt en étant moins long. Il y a des détails qui ne me semblent pas être utiles à l'histoire comme par exemple l'odeur des imperméables.

J'ai été dérouté par les anachronismes, mais je crois avoir compris que c'est une caractéristique du steampunck.

je salue le travail!

Bonne chance pour le concours

   Cyrill   
17/5/2023
trouve l'écriture
convenable
et
aime un peu
Bonjour,
Je découvre le genre littéraire steampunk que je pensais être uniquement une mode vestimentaire. Bon, autant le dire d’emblée, je n’ai pas accroché. L’aventure est racontée de manière puérile, en tout cas semble s’adresser à un jeune public. Elle est expurgée de tout ce qui peut faire la complexité de l’être humain, les personnages sont lisses. Le mystère de l’ombre à élucider est du même acabit.
Les dialogues permettent de faire avancer l’action et de fournir quelques explications techniques mais ils ne me semblent pas naturels, trop écrits en cela qu’ils contiennent des informations qui auraient dû à mon sens être laissées à la narration. On retrouve – crois-je me souvenir - ce même travers dans « Le club des cinq » déjà cité.
Alors bien sur il y a du mouvement et de l’action, le souci également de la précision technique qui est appréciable, mais ce n’est pas suffisant pour en faire une lecture qui m’emballe.
Merci pour le partage.

   Vincente   
17/5/2023
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
J'ai beaucoup aimé tout le déroulé narratif, les personnages bien campés, sans excès, l'ambiancement steampunk avec un environnement à la Edgard Poe, vraiment très agréable pour le voyage proposé. La maîtrise de l'écriture, la tenue descriptive des inventifs ingrédients (la machine, le souci analytique des situations, le phénomène assassin, etc…). Tout ça marche très bien et offre une agréable lecture.

Ma grosse déception vient du final, la chute est brutale, au propre comme au figuré, trop pauvre par rapport à la richesse de tout ce qui a précédé, et puis assez facile, rapide, se satisfaisant d'une manifestation dont la croyance guide le "patient/croyant", dans une sorte de somatisation agrégeant puis produisant les événements. Sauf qu'ici, les "enquêteurs/chercheurs" n'ont pas eu en eux les adjuvants formant la croyance ; donc toute l'histoire tombe à plat. C'est vraiment dommage car pour un public adolescent, ou adulte se replongeant dans sa jeunesse, ce texte présente en amont un bel intérêt.

Deux petites choses mais dont la première, si tôt dans le texte, m'a un brin inquiété quant à la rigueur de la suite, mais non elle est restée une exception.
Dans la deuxième phrase, "Elle tourne la manille du télescope…", le terme "manille" est impropre (par cohérence, il reviendra d'ailleurs dans le texte). Ce petit objet est destiné à lier deux éléments, ici il s'agira plutôt d'une "molette", une petite roue qui commande un petit engrenage réglant la focale.
En fin de première partie, dans cette phrase " Allez, venez, Eddy, ajoute-t-il d’un ton plus joyeux, en l’invitant de la main. J’ai demandé que l’on nous prépare du thé, comme tu l’aimes.". Pourquoi une deuxième personne du pluriel là et tout de suite après un tutoiement ? Si l'adresse première va à Pauline et Edward, pourquoi pas, mais alors l'enchaînement de la phrase doit être repris ; supprimer par exemple "Eddy".

   Disciplus   
17/5/2023
trouve l'écriture
convenable
et
aime un peu
Une histoire mécanique pré-industrielle qui dérive en enquête Holmesque pour finir en opération vaudoue, le tout dans un style "punk à vapeur" : Vous avez-dit "original"?
Certes, on se doit de préparer consciencieusement sa nouvelle (personnages, lieux, temps),
Certes le style choisi attend moult justifications mécanico- technico-fictionnelles extrapolées du 19ème siècle ( Côté science-fiction du "steampunk")
Certes, nous ne sommes pas astreints à l'authenticité des fonctionnements mécaniques, développements techniques, carburants et autres ((merci monsieur Léon Serpollet)
Mais est-il nécessaire, à la fin des fins, d'avoir une si longue introduction avant d'en arriver au coeur du sujet (ombres et lumières)?
Les personnages sont assez peu traité. Un homme et sa fille sont mandatés par la police sur une affaire de meurtre (?) Le neveu, inventeur prolifique, s'adjoint à l'expédition au motif qu'il est ingénieux (?)
La deuxième partie (explication du titre) est confuse, se voulant à la fois enquête, justification, délibération et résolution.
Peu nous chaut l'épisode des imperméables nauséabonds, les dialogues scolaires et les menues améliorations inventives du neveu.
Venons-en aux bulles d'ombre meurtrière. Pourquoi pas, mais malaisé de suivre les imbroglios des protagonistes dans leur tentative de résolution du problème. On reste sur sa faim et la chute s'en trouve forcée et précipitée.

Quelques points de discussion :
La correcte procédure de démarrage - Un cheval qui continue d'avancer avec son intelligence - Il n'y a aucun témoin, à part quelques personnes - Le dos vouté en confidence - Randolf leur chuchote la suite (pourquoi chuchoter?) - Lui même au même sort - termine-t-elle d'un chuchotement - S'interroge avec alarme - Les passages sont étiolés - les phrases ont été manuscrites - aucune manifestation quelconque -
Match brouillon. Essai à transformer.

   Vilmon   
9/7/2023
Bonjour, pour quelques explications et remerciements :
ICI


Oniris Copyright © 2007-2023