Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Abbate : La boxe
 Publié le 14/12/10  -  7 commentaires  -  2407 caractères  -  93 lectures    Autres textes du même auteur

Extrait de "Chansons de Roland".


La boxe



PREMIER ROUND

Ils ont tous misé sur elle
parce qu’on dit qu’elle est cruelle
et que sa gauche est mortelle
je m’en fous
je me sens très bien capable
d’un uppercut imparable
de l’envoyer sur le sable
à genoux
lorsqu’au premier coup de cloche
on se pèse et on s’approche
on se guette l’anicroche
dans les yeux
c’est un nouvel abordage
nous salivons notre rage
je rassemble mon courage
de mon mieux

La boxe la boxe on en fait tous les matins
La boxe la boxe c’est notre pain quotidien


DEUXIEME ROUND

Un instant on se ravise
on se tend on s’électrise
un coup dur pour ceux qui visent
notre union
ils l’acclament ils la supportent
scandent les coups qu’elle me porte
pour qu’enfin elle sorte
de ses gonds
lorsque je baisse ma garde
elle revient et me bombarde
de doublés à la pensarde
et dans les dents
peu après on nous sépare
comme sur un quai de gare
je tremble un peu des guitares
inquiétant

La boxe la boxe on en fait tous les matins
La boxe la boxe c’est notre pain quotidien


TROISIEME ROUND

Je me lève et je sautille
j’ai les yeux dans ses pupilles
on s’observe et on s’épie
en dansant
elle esquisse une dérobade
me tamponne un peu l’arcade
puis me fait une accolade
dégoûtant
j’ai la chance de la faire
bien flipper de la crinière
de petits gnons dans les molaires
et sous les seins
mais je m’réjouis trop vite
et bien sûr elle en profite
pour m’oblitérer la frite
d’un parpaing

La boxe la boxe on en fait tous les matins
La boxe la boxe c’est notre pain quotidien


QUATRIEME ROUND

C’est là qu’il faut que je place
mon uppercut à la face
qui lui fait faire la grimace
rigolo
à ce moment elle ébauche
son mortel direct du gauche
et d’un coup elle me fauche
bang K.O.
je me retrouve en compote
j’ai l’estomac dans la glotte
les sourcils en papillotes
et tout en sang
me voilà je le redoute
au bout de ma longue route
l’arbitre crie Il est out
à qui le gant

La boxe la boxe on en fait tous les matins
La boxe la boxe c’est notre pain quotidien


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
5/12/2010
 a aimé ce texte 
Pas
je suis très dubitatif. D'abord il y a un rythme qui me plait mais qui va s'alourdissant ce qui est dommage.
Ensuite il y a ce elle insistant dont je ne sais si il est la boxe ou un adversaire. C'est dommage parce que le texte gagnerait en vigueur en force si la boxe était mieux personnifiée.
le refrain est très moyen, bancal je trouve.

Bref, moyennement convaincu.

   ristretto   
6/12/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
d'habitude je n'ai pas beaucoup d'imagination pour "chanter" en lisant un texte, et de plus je n'aime pas la boxe

mais je dois dire que ces paroles m'ont entrainé, j'ai fredonné (miracle) et j'ai souris souvent

je trouve le thème original, le traitement très visuel, rythmé, riche.

à la fin on pourrait dire "une autre, une autre "
merci

   bulle   
10/12/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Je vais oser dire que ce texte a du punch !

Un bon rythme, des formules grinçantes, d'autres qui prêtent à sourire. "je tremble un peu des guitares"

C'est le ring de la vie, sur lequel on se prend toutes sortes de coups (hauts et bas). Le moral dans les chaussettes ou dans les poings. Le combat permanent.

Chaque round évoque une étape, de la naissance à la mort. Enfin, c'est ce que j'en ressens.

Au final un rendu efficace que j'ai apprécié.

   Lechat   
14/12/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Abbate

Pas mal, pas mal du tout.
Avec le refrain qui rattache la boxe à la vie entre chaque round.
Si j'ai bien compris la fin, il s'agit bien de "Il" contre "Elle". Et le texte prend une autre perspective dans les derniers vers, ce qu'annonçait le refrain.
En plus, les images sont percurtantes, et le sujet particulièrement original.
Vraiment bien accroché.
Merci

   LeopoldPartisan   
22/12/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
hormis le refrain qui est passable, les 4 rounds m'ont vraiment bien plu. C'est rythmé, cela se lit avec fluidité, c'est intelligent et très bien scénarisé. J'aime aussi le thème qui n'est vraiment pas facile à traiter, car derrière un simple combat, il y a une véritable lutte entre elle et lui où tous les coups semblent permis et ce sans distinction ni discrimination "positive" du sexe dit faible. Fallait oser.

   David   
11/1/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Abbate,

Le texte sur la boxe il me trottait dans la tête :

"à qui le gant"

C'est la fin, à propos de boxe j'aurais plutôt lu "à qui les gants ?" pour l'expression "rendre les gants". Au singulier ça m'évoque plutôt "jeter le gant", qui m'évoque plutôt "lancer un défi" comme le truc des nobles qui vont se battre en duel, pour parler d'abandon, je verrais plutôt l'expression au pluriel : "jeter les gants" comme dans un contexte de travail, jeter les gants, c'est se barrer ou laisser tomber une tache.

Mais bon là ça parle d'une rencontre "rigolote", cf. v62, un bon poème à lire après un JT sur la violence conjugale, n'empêche j'aime bien le début, les rounds, la fin... la montée de la violence au deuxième, la quasi boucherie au troisième, la défaite :

"j’ai l’estomac dans la glotte"

Lol, mais je m'en suis souvenu aussi à cause d'un autre texte de boxe d'amour triste qui finit mal, le "Combat de l'ange" de Prévert dans "Paroles" et pour le jeu de rimes, c'est comme dans "Est-ce ainsi que les hommes vivent" d'Aragon, sauf que c'est pas la boxe mais c'est la guerre. C'est pas une comparaison, c'est pour expliquer ce qui me l'a gardé en tête un moment.

   Anonyme   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Tout est fort bien retranscrit, au départ vue la longueur, j'ai cru que j'allais m'ennuyer, mais rien de tout cela.

Le texte est vivant, bien rythmé, le descriptif est détaillé, l'image d'un match de boxe me parvient, j'avais un père qui aimait beaucoup en regarder, il m'est arrivé étant gamine de m'asseoir à ces côtés pour suivre un combat. Je n'ai jamais vraiment aimé cette violence, cette brutalité, mais bon, c'est un autre débat.

Pour revenir à votre écrit, je l'ai trouvé tout à fait dans l'ambiance, c'est frappant, voilà pour le fond, pour la forme, je regrette le manque de ponctuation.


Oniris Copyright © 2007-2020