Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Absolue : Débordement
 Publié le 04/11/18  -  15 commentaires  -  338 caractères  -  240 lectures    Autres textes du même auteur

Piratage.


Débordement



J'ai vu
Les pépites d'épave
Tanguer
Aux remous
De tes fourrures.
J'ai sombré
À la cambrure de tes cils,
Là où ta pupille, gorgée d'or,
Éclate.
J'ai frôlé
Ta fossette,
Remplie de sel et d'ocre.
J'ai encore,
Sur le bout de la langue,
Le goût de ton naufrage...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Brume   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour

Je n'ai pas été touchée par votre poème. Il est joli sans plus.
J'aime le minimalisme à condition qu'il soit intense et percutant pour palier cette concision. Et là votre très court poème me donne seulement l'impression d'être inachevé.

Les belles images ne me suffisent pas si elles m'emmènent nulle part.
Une 2nde strophe n'aurait pas été de trop. Et peut-être alors j'aurais sombré aussi dans le naufrage de sa "pupille, gorgée d'or"

Marrante cette image:
-" Aux remous
De tes fourrures " - elle porte du luxe la naufragée.

   izabouille   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est beau...! Trop court peut-être mais très beau.
J'ai bien aimé "les pépites d'épave", "aux remous de tes fourrures", "la cambrure des cils"
Je l'ai relu quelques fois par plaisir.
Merci pour ce bon moment de lecture

   INGOA   
21/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Texte très concis, à la lecture agréable. Deux remarques : le titre Débordement qui me semble peu en concordance avec le texte car je n'y trouve aucune profusion des sens ; enfin les virgules après épave (2ème vers) et fossette (11ème vers) qui coupent le sujet du verbe.

   lucilius   
22/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Texte frustrant, parce que bien écrit mais trop bref. Du coup, il n'y a de débordement que dans le titre. On a envie de secouer cette plume élégante mais paresseuse.
Je note quelques ponctuations litigieuses.

N'ayez pas peur d'être prolixe la prochaine fois.

   papipoete   
4/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Absolue
Un naufrage dont le héros s'en sort vivant, mais émoustillé par celle qui se jeta à son abordage !
Je verrais plus " débordement " d'élans amoureux, où l'on perd pied, la barre affolée, la poupe devenant proue et vice versa , plutôt que " naufrage " auquel un synonyme plus sympathique lancerait une bouée !
NB mais la concision de votre poème, montre un chavirage qui dut ne pas s'éterniser, mais laisser des traces furtives, un goût sur la langue !

   PIZZICATO   
4/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien
" J'ai sombré
À la cambrure de tes cils,
Là où ta pupille, gorgée d'or,
Éclate. "
J'ai aimé cette façon d'exprimer l'attirance, ce " débordement " des sentiments envers l'être aimé.

" J'ai frôlé
Ta fossette,
Remplie de sel et d'ocre " beau passage également.

Cependant, " Les pépites d'épave
Tanguer
Aux remous
De tes fourrures." Je n'ai pas défini le sens ni apprécié l'image.

Mon impression sur ce texte est donc mitigée.

   Donaldo75   
4/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Absolue,

J'aime beaucoup les poèmes concis, presque minimalistes.
Ici, tout est dit en peu de mots. La poésie exprime l'érotisme et la sensualité. Le titre est bien choisi également.

En bref, c'est réussi.

Bravo !

Donaldo

   Stephane   
4/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Absolue,

Ce court poème déborde de poésie et j'ai pris du plaisir à le lire. Toutefois, le mot "piratage" placé en exergue m'intrigue et j'aimerais comprendre la relation entre celui-ci et le fond du poème car, même au figuré, je n'arrive pas à trouver la clé.

Ceci dit, j'aime ce genre de texte où les images subtilement employées ne se dévoilent que partiellement pour laisser la place à notre imagination.

Cordialement,

Stéphane

   Lulu   
4/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Absolue,

J'ai vraiment beaucoup aimé ce poème qui livre, dans ses images et entre les lignes une belle charge poétique. J'ai été touchée dès les premiers vers ; ceux de cette première phrase qui, dans son rythme, donne corps à une ambiance et à une présence entre ce toi et moi dont il est question ici "J'ai vu…" ; "De tes fourrures."

Le rythme est beau et entraînant. On se laisse emporter par la succession de ces choses vues ou ressenties à la première personne "J'ai vu" ; "J'ai sombré" ; "J'ai frôlé"...

C'est doux et sensoriel, coloré "ta pupille, gorgée d'or" ; en somme, intime et délicat dans la forme et le fond.

J'ai vraiment beaucoup aimé ce "Débordement" que je ne trouve pas, personnellement, particulièrement concis, mais bien rempli, plein des sentiments suggérés. L'évocation est maîtresse au détour de "Ta fossette, / Remplie de sel et d'ocre."

Le poème est aussi appréciable pour son apparence de simplicité. Epuré, il donne à voir beaucoup dans des images fort belles.

J'espère vous relire à nouveau très vite…

   jfmoods   
4/11/2018
La thématique du grand large, qui structure le poème ("épave", "remous", "sel"), signale un double abordage (entête : "piratage", "J'ai sombré", "ton naufrage"), le mutuel assaut des amants à l'appel implicite du désir ("la cambrure de tes cils", "ta pupille", "Ta fossette").

Portée par un jeu d'allitérations (t/d) et d'assonances (é/è), la puissante charge érotique du couple (titre : "Débordement", verbe : "éclate", participes passés : "gorgée", "Remplie", prégnance des sens : "J'ai vu", "or", "ocre", "J'ai frôlé", "sel", "J'ai encore, / Sur le bout de la langue, / Le goût"), figure la promesse d'un eldorado comblant (lexique : "pépites", "tes fourrures").

Merci pour ce partage !

   josy   
4/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien
c est une poèsie très sensuelle
je regrette seulement" la grosse paresse" de l auteur
je suis sûr qu il peut écrire plus longuement
les mots sont très jolis
et sonnent bien à mon oreille___

a vous relire____

   domi   
4/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un court poème qui n'est pas "court".
Les sauts à la ligne intensifient le sens des mots..
Les verbes, par exemple, se mettent à "durer": vu, tanguer, sombré, éclate, frôlé...
Très poétique, autant dans la forme que dans le fond.

   Oslow   
4/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Je vais faire court et simple : j'ai bien aimé ce texte.
Sa briéveté est pertinente. Les images en sont dorées, douces et chaleureuses (ce qui contraste un peu avec l'hivernale "fourrure" évoquée, seul point d'interrogation ici). Il s'agit d'une déclaration paisible et touchante de belle facture.

   Lariviere   
5/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Absolue,

J'ai aimé lire ce texte. J'aime beaucoup ce travail d'épure et son rendu, c'est court, mais c'est profond, c'est simple, mais il y a du relief, c'est peu bavard, mais ca en dit beaucoup, car le choix des mots, le rythme d'ensemble, donnent une vraie qualité de lecture à ce texte.

Si j'apprécie beaucoup l'écriture par sa qualité de forme très sensuelle effectivement, j'avoue que je ne comprends pas celui-ci comme un texte qui parle du sentiment amoureux, ou alors il me manque quelque chose pour bien comprendre...

Je vois tout cela plus comme un texte sur les dérives de l'homme ou un truc du genre, avec la nature personnifiée comme narratrice...

Je me trompe peut être complètement de sens, mais j'avoue que le "remous des fourrures" me laissent perplexe si le simple sujet est la sensualité amoureuse...

"Là où ta pupille, gorgée d'or,
Éclate."

Il y a forcément un sens figuré en plus de l'esthétique et du choix du vocabulaire, à toutes ces belles images... (personne n'a une pupille gorgé d'or, à part les lézards dans V ou l'homme trop cupide... qui éclate de sa cupidité...)

Un autre élément qui ne me fait pas choisir l'axe amoureux, c'est le vers de fin...

"Le goût de ton naufrage..."

Soit on parle de l'amour mais pas du sentiment amoureux, plutôt de quelque chose après, avec ce vers de fin qui ouvre sur une autre interprétation assez tragique et pas du tout fleur bleu, à peine suggérée (j'aime bien!)) , soit on parle d'autre chose et j'aime bien aussi !...

Il y a aussi ce "piratage" en exergue du texte qui me questionne et ce titre...

Si on parle bien de l'amour, dans le texte, c'est beaucoup moins angélique que ça...

Cette ambiguïté sur le sens est présente sur l'ensemble des images et c'est aussi le résultat d'un beau travail d'écriture ; même si ca me déroute encore pour l'instant, ce qui n'est pas bien grave, j'ai été séduit par ce texte, par son rythme très calme (avant la tempête?) et par son épure de qualité. Pour le lire et le relire encore, je le trouve très beau, mais encore très énigmatique pour moi. L'énigme ne me gène pas, tant qu' il y a quelque chose derrière ; c'est juste moi qui passe à coté, ca arrive et je m'en excuse par avance...

Merci encore pour cette agréable lecture et pour ce partage en ligne !

   Eki   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Piratage ? pas pire ratage...

Court, concis, un petit brin de poésie saupoudré...
J'aime particulièrement les trois derniers vers.

Eki


Oniris Copyright © 2007-2018