Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Absolue : Mandala [concours]
 Publié le 15/10/07  -  14 commentaires  -  934 caractères  -  141 lectures    Autres textes du même auteur

Petit aperçu d'une tradition Tibétaine...


Mandala [concours]



Cette poésie est une participation au concours n°2 : Les couleurs (informations sur ce concours).


Au milieu du chaos du monde matériel,
On entend le froufrou des robes de safran
Qui répandent, dans un mouvement solennel,
De petits grains de sable aux reflets chatoyants.

Paysage intérieur de notre âme changeante,
Le grand cercle de feu, au rouge incandescent,
Se remplit de nectar et d'un parfum de menthe
Sous l'œil de Bouddha et de son cœur béant.

Diagramme cosmique aux teintes éphémères,
Les moines mêlent alors le miel de leurs prières
À l'emblème émeraude de l'éternité.

Et tandis que le ciel rencontre son écho,
Ils prennent, entre leurs doigts, le sable effiloché
Laissant à tout jamais la dune au Sirocco.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
15/10/2007
Sur le fond c'est original, inédit. De "l'ordre" du spirituel :-)
Sur la forme, il y a des anicroches à la forme du sonnet. Sur le thème, le mandala peut évoquer le coloriage mais j'ai plus la sensation de l'uniformité : impression que j'explique par le timbre ou l'harmonie relative des rimes. Globalement, il pourrait en sortir une couleur entre sable et safran, la plénitude donc...

J'envie vraiment l'approche inédite. A retenir Absolument !

   Twinkle   
15/10/2007
J'ai beaucoup aimé! Même menthe et Sirocco qui sont un peu décalés et donnent l'impression du Tibet en plein Sahara.

   Bidis   
22/10/2007
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
J'ai trouvé, dans ce poème, des couleurs certes, mais surtout un souffle.
Etonnant.

   Anonyme   
16/10/2007
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Bravo Aboslue, c'est joli et harmonieux, j'aime beaucoup.

   clementine   
16/10/2007
J'aime ,surtout les premiers vers et aussi" et tandis que le ciel rencontre son écho."C'est très beau.

   framboise   
16/10/2007
et bien voilà qui m'inspire ................... merci

   nico84   
16/10/2007
Je n'aurais jamais cru dire cela mais ton poéme est bien coloré de jaune :) bravo pour cette performance !

   Anonyme   
17/10/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Certaines choses m'échappent...et c'est tant mieux.

Quelques contradictions me troublent 'Sirocco' et 'Boudha'...

Beaux mots rimés tout de même.

   Lariviere   
25/10/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est un poème aux couleurs moins explosives que beaucoup d'autres poèmes sur ce concours...


Pas de comparaisons, bien sur, je veux juste complimenter le travail qui me semble si bien réussi...

Etre moins explosif... C'est juste ce qu'il fallait, ici...

Félicitations pour ne pas être tombée dans le piège et l'emballement des couleurs...


Peindre de la tranquillité, tout simplement, qui correspond si bien au thème choisi...

Cela prouve que tu maitrise et que tu ressens le sujet que tu as voulu traiter...
Tu le fais bien, l'idée du thème est originale...

J'aime particulièrement :

"Les moines mêlent alors le miel de leurs prières
À l'emblème émeraude de l'éternité."



Par contre moi aussi, en dehors des quelques entorses d'ordres métriques, j'aurais voulu comprendre si l'image du sirroco avait une fonction de l'ordre du réel ou seulement, d'évocation plus intemporelle et universelle sur le détachement et la pleinitude ?...

Merci en tous cas, pour ces couleurs seraines et naturelles...

   Sanderka   
17/5/2008
Dans un sonnet, le dernier tercé doit nous sauter au visage. (tel un lion)
Ici, nous avons droit qu'à un saut de mouton (à la limite de l'endormissement).

La troisième ligne du premier quatrain me pose un problème au niveau du rythme.

Pour finir le titre ne me parle pas vraiment.( je rappelle que c'est vous qui avez insisté pour que je critique)

   Anonyme   
18/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je sais pas trop où le commentateur précédent a trouvé sa définition du sonnet... Un saut de mouton.. Hum hum... Bref..

Moi j'aime bien, c'est très mélodieux. Ton poème navigue entre l'ocre et le vert... Très visuel...

Un peu moins touché par le côté religieux juste pour dire quelque chose d'un peu négatif, sinon je suis pour, une fois de plus j'en ai peur....

   leon   
16/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé : "Sous l'œil de Bouddha et de son cœur béant"
Tu manies bien les mots, sans contresens.
C'est très bien !

   Anonyme   
9/5/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je n'ai pas trouvé de "saut de mouton" quand la forme tangible est délibérément offerte au Sirocco entre ciel et terre.
Je ne vois pas non plus comment ton titre ne parlerait pas puisque ton texte EST un mandala.
Après avoir commenté les commentaires, je pourrais commenter le poème peut-être ? je le trouve très soigné, très délicat, attentif, avec l'aproche silencieuse et humble qui sied à ton sujet. Je lui trouve une atmosphère d'intimité avec l'universel, une douce lumière
Que les règles du sonnet n'y soient pas tout à fait observées, personnellement ça ne me gêne pas. D'ailleurs, un sonnet rigoureux, c'est vachement dur à faire.

   Anonyme   
8/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Lecture apaisante, d'où s'évadent des images, colorées, parfumées.

Je me suis immergé complètement dans votre écrit, qui m’offrait
tant de bien être.

Certaines de vos phrases sont d'un bel éclat, chatoyant notre
émotion :

" Les moines mêlent alors le miel de leurs prières "
" Ils prennent, entre leurs doigts, le sable effiloché "

Je ne suis pas entré dans le détail de la forme, le fond pour moi,
à bien plus de qualités, à lui seul, il est dans la justesse de l'émotion qu'il provoque.


Oniris Copyright © 2007-2020