Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Absolue : Mon poussin
 Publié le 26/09/07  -  3 commentaires  -  2103 caractères  -  66 lectures    Autres textes du même auteur

Lettre d'humour n°5 (moment de détente)


Mon poussin



Mon poussin,

Je m'excuse d'être vache (j'espère que tu ne prendras pas la mouche) mais ton bouc ne me rend pas chèvre. De plus, j'en ai assez de ton vieux tracteur à chenilles. Quand penseras-tu à le vendre au marché aux puces ? Tu pourrais tout de même comprendre que seule une jaguar ou une coccinelle pourrait convenir à mon dos fin et à ma taille de guêpe (les portes sont juste assez larges pour laisser passer ma culotte de cheval !).

Et ne viens pas me dire que j'ai une araignée au plafond ou que je cherche la petite bête... Pour une femme qui a du chien, rien n'est jamais trop beau. Il faudra aussi que tu m'achètes le manteau en vison que tu m'avais promis !

Ce n'est pas tout... Il serait temps de changer ton look ! Ce n'est pas avec tes noeuds papillon démodés et ton slip kangourou rongé par les mites que tu ressembleras à Serge Lama (surtout lorsque le dit slip se coince dans les baleines de mon corset). À choisir, je te préfère encore nu comme un ver.

Si j'ai décidé de prendre le taureau par les cornes c'est pour que tu ne fasses plus l'autruche et que tu cherches à t'améliorer. Oui, c'est vrai je ne suis pas toujours chouette avec toi mais mon caractère de cochon est certainement dû à mon signe.

Malgré ces petits détails, je sais que notre amour est éternel...
J'aime lorsque le soir tu me parles de la grande Ourse en comptant les moutons. Lorsqu'il fait un froid de canard, tu es toujours là pour me réchauffer et quand je suis triste, tu n'hésites pas à faire le singe pour me faire rire...

Rusé comme un renard, ta mémoire d'éléphant nous a sauvés de bien des situations ! J'ai la chair de poule rien qu'à l'idée que tu pourrais me quitter un jour. Sache que je fais tout pour que tu te sentes comme un coq en pâte. Ce n'est donc pas la peine de courir deux lièvres à la fois...

Bon, je pense que je vais te laisser car je commence à avoir des fourmis dans les mains et en plus, j'ai d'autres chats à fouetter !

Tu sais, t'es vraiment un drôle de zèbre...

Ta panthère


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nico84   
27/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
(Comment ca pas de commentaire ? Je vous laisse une deuxieme chance chers oniriens)

Je trouve ton texte trés recherché et trés drôle, ce n'est pas seulement une succession de jeux de mots autour des animaux, tu brodes autour une histoire.

Trés bien ficelé, bravo !

   Maëlle   
15/5/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Un exercice de style rigolo mais sans plus. Ca manque un peu de folie, on suit le jeu sans en décoller. Pour moi il serait bien mieux à sa place en nouvelles humoristiques qu'en poésie.

   Anonyme   
1/4/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je suis devenue fan de vos écrits un peu "déjantés", c'est distrayant, de plus l'histoire que vous nous contez, tient la route, il faut dire que votre "Poussin", fait tout pour apporter de l'eau à votre moulin.

Je ne sais comment vous faîtes, mais tout s'enchaîne sans anicroche, beaucoup de fantaisie, avec une petite pointe de tendresse, tout cela fait sourire, un moment de bonne humeur apprécié en ces temps difficiles.

J'ai aimé l'ensemble, le fond comme la forme. Il y a de bien belles trouvailles comme "convenir à mon dos fin".


Oniris Copyright © 2007-2020