Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Acacia : Irène
 Publié le 15/07/07  -  3 commentaires  -  680 caractères  -  113 lectures    Autres textes du même auteur

Un être trop tôt disparu à qui l'on n'a pas eu le temps de dire "Je t'aime profondément". J'avais dix-huit ans et elle était ma tante préférée.


Irène



Dans ton bâtiment galactique
Croisant sur la voûte magique,
Comme un soleil et son halo
Tu illumines mes vitraux.

Dans la paix froide sidérale
Hypnos t’emmène en son dédale,
Sur les vents astraux d’est en ouest,
Chevaucher les lumières célestes.

J’ai vu, bâti au firmament,
Un château pour tes trente-trois ans.
De cette contrée si lointaine
Je t’imagine châtelaine.

Par-delà les constellations
Je t’écris toute ma passion.

Pas une réponse qui me parvienne,
Me rassurant, disant « Je t’aime ».

Toi qui sais ce qui est au bout,
T’arrive-t-il de penser à nous ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Bidis   
19/4/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Pour moi, c'est un fort beau cri vers une femme très jeune et partie trop tôt.

   David   
19/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Acacia,

J'ai beaucoup aimé, le jeu des mots, l'imaginaire, l'humour, pour une disparition, bravo

   Anonyme   
8/3/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce texte est magnifiquement beau et émouvant. J'aime la façon dont vous nous faites partager cette disparition, en la rendant plus présente que jamais, vous l'imaginez dans son nouvel univers. C'est surtout cette tendresse infinie qui fait donner à vos mots autant de force et de présence.

J'ai aimé le font autant que la forme et je retiendrai :

"Toi qui sais ce qui est au bout,
T’arrive-t-il de penser à nous ?"

Il m'arrive de penser la même chose ....


Oniris Copyright © 2007-2020