Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Acratopege : Assise à sa table
 Publié le 27/12/13  -  7 commentaires  -  1108 caractères  -  199 lectures    Autres textes du même auteur

Les deux premiers vers de ce poème ont été écrits en rêve.


Assise à sa table



Assise à sa table
elle tricotait le vent
rafale à l'endroit
tornade à l'envers
ou bien calme plat quand le soir tombait sur son île de grande solitude.

Chaque matin elle refaisait le monde
coup de bise en aiguilles de glace
de foehn en chaleur douce
remodelait le monde pour qu'il tourne enfin rond.

Elle attendait le retour de l'aimé
sans laisser son cœur se dissoudre
en volutes et arabesques invisibles
sans impatience
car s'éteint l'étoile quand du regard
on l'étreint de trop près.

Cependant
de l'autre côté
du vent
l'aimé marchait
s'en revenait
à petits pas
de la guerre
qui n'en finit pas.

S'en revenait la bourse pleine
le cœur vide
la tête débordant de récits si funestes
qu'ils lui collaient à l'âme comme des plaies inguérissables.

Sitôt qu'elle l'aperçut
tout gris de poil et la peau vieille
sur sa table elle posa
aiguilles et pelote
pour lui offrir son bras.

Et le monde sombra.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
2/12/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La facilité d'un titre reprenant le 1er vers ne donnait aucune indication sur le thème du poème, c'est donc sans a priori que j'ai entamé la lecture.
Le début était prometteur, jusqu'à la fin de la 3ème strophe, mais je suis - un peu - déçu par la suite, surtout par la quatrième nettement moins élaborée.
La dernière se reprend mais je ne m'explique pas pourquoi le monde sombra. Pourquoi achever sur une conclusion triste?
Elle n'était pas heureuse de retrouver son Aimé votre tricoteuse Pénélope ? Ne devait-elle pas se réjouir au retour de votre Ulysse ? D'autant que précédemment elle se refuse à "laisser son cœur se dissoudre en volutes et arabesques invisibles". Voilà une contradiction qui semble indiquer un manque de constance dans les sentiments du personnage.

   leni   
27/12/2013
bonjour Acratopège
Ca débute joliment et j'ai pensé que j'allais lire une chanson comme un texte de Prévert mais le vent tourne vite On se demande si Pénélope a vraiment envie de revoir Ulysse Et ça finit triste:sombra
Le début rimé pourrait être splendide suivi d'un texte plus gai tout en espoir C"est un ressenti très personnel Merci salut cordtal
Leni

   HELLIAN   
27/12/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
une première strophe prometteuse et vive. Ensuite , eh bien moi, je continue d'aimer bien, même si l'on perd un peu de cette verve, il est vrai. Mais je trouve très intéressant cette idée d'une Pénélope qui tient le monde à bout de bras tant qu'elle tricote. Je la tient même pour une remarquable métaphore métaphysique.

   melancolique   
28/12/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Acratopege,

C'est un joli texte, avec une idée intéressante et quelques belles images, comme:
"elle tricotait le vent
rafale à l'endroit
tornade à l'envers"

"elle refaisait le monde
coup de bise en aiguilles de glace
de foehn en chaleur douce
remodelait le monde pour qu'il tourne enfin rond."

Mais il y a quelques lourdeurs, dont je cite le vers:
"ou bien calme plat quand le soir tombait sur son île de grande solitude."
Que je trouve trop long.
Le rythme se perd à la fin du texte, et je trouve que le vers de la fin : "Et le monde sombra." n'est pas vraiment réussi.

C'est donc un texte qui gagnerait à être encore travaillé.

Au plaisir de vous relire.

   jaimme   
7/1/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Écrit "en rêve", c'est très beau comme expression!
Plus qu'au thème c'est la lenteur posée, le rythme et surtout l'écriture qui m'ont donné envie de commenter ce poème.
J'ai aimé: toute le première strophe. Vraiment. Très belle Pénélope de la seconde strophe aussi.
Et la fin de la quatrième:
"s'en revenait
à petits pas
de la guerre
qui n'en finit pas". Pour là encore ce tempo, ce rythme qui plonge parfaitement dans le temps long.
J'ai moins aimé, arrêté par des mots moins poétiques (à mon goût):
"quand du regard", "cependant", "comme", des adverbes, des liaisons donc.
Enfin je n'ai pas compris le dernier vers. Pourquoi "sombra" alors qu'on attend la joie?
Au final un poème qui montre bien des qualités et qui m'a plu et procuré des images fortes.
Merci!

   Anonyme   
21/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Assise à sa table", elle est là, bien présente, tant vos mots ont su poser cette histoire, si délicatement tricotée par votre phrasé, parfois régulier, parfois irrégulier, comme l'est toute œuvre.

Peu à peu, le dénouement se fait plus précis, vous avez su me captiver, tout au long de votre écrit, en trouvant le ton juste, il imprègne mon ressenti, plus particulièrement en ces strophes :

" S'en revenait la bourse pleine
le cœur vide
la tête débordant de récits si funestes
qu'ils lui collaient à l'âme comme des plaies inguérissables.

Sitôt qu'elle l'aperçut
tout gris de poil et la peau vieille
sur sa table elle posa
aiguilles et pelote
pour lui offrir son bras.

Et le monde sombra. "

Il n'est pas du tout simple de revenir à une vie dite normale, après avoir vécu l'insoutenable, pour avoir vu des reportages à ce sujet, beaucoup resteront traumatisés pour toujours.

Très beau texte, le fond en est prenant, la forme ne m'a donné aucun souci.

   Bartik   
13/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très poétique; je n'avais pas compris tout de suite qu'il s'agissait du retour d'Ulysse (merci les commentateurs). La fin serait à expliquer: on se demande pourquoi le monde sombre; s'agit-il de règlements de comptes ou bien les protagonistes sont-ils trop vieux pour s'aimer? Le mot "sombrer" est trop fort et surtout trop négatif pour indiquer un simple changement de vie. Mais je pense que c'est pour la rime et l'image: la belle donne son bras et le monde aussi...


Oniris Copyright © 2007-2019