Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Alceste17 : Il avait ses habitudes
 Publié le 31/12/18  -  11 commentaires  -  1836 caractères  -  187 lectures    Autres textes du même auteur

À mon grand-père victime d'un AVC.


Il avait ses habitudes



Il avait ses p’tit’s habitudes
Faudrait son chasse-mélancolie
Même un rugueux âpre un peu rude
Quitte à tacher les draps du lit
L'eau gélifiée ne lui plaît pas,
Déjà liquide il n’aime pas ça

J’ai pas la science thérapeutique
Mais je connais bien mon pépé
Il a la lippe colérique
Le nez sur ce breuvage épais
Les dents serrées sur la cuillère
Muet, mais la moustache fière

Le patois emprisonné dans
Les geôles d'une aphasie sans gêne
Gardant pour elle tant et tant
Et plus de fables odysséennes
Les récits de toute une vie
Que pépé partage à l'envi

Elles manquent ses chansonnettes
Pépé a une belle voix
Elle prend des airs d'opérette
Le fait monter sur le pavois
Elle roule les « r » d'amour
Pour la belle aux yeux de velours

Elle tremble, se teint de blues
Quand pépé parle de mémé
Qui, le soir, doit hanter les blouses
Jalouse comme on la connaissait
L’infirmière fait grincer la clenche
Veut-elle se plaindre des nuits blanches ?

À vrai dire, par Esculape,
Elle vient pour prendre la tension
Une confidence lui échappe
Quand elle relâche la pression :
« C'est pas une prophétie d’oracle,
Qu'il reparle serait un miracle »

Désavouant cette sentence
De perpétuité carcérale
Pépé pour briser son silence
Fredonne l'Internationale
Le poing gauche serré tendu,
Le bras droit ne répondant plus

Un prodige du Tout-Puissant
Peut se payer en pot de vin ?
Au besoin je prie saint Vincent
M’incline face à saint Martin
Je veux bien croire s'il le faut
Pour que pépé parle à nouveau
Je veux bien m'perdre en certitude
Pour qu'il retrouve ses habitudes


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Queribus   
10/12/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Une première remarque tout d'abord: le texte semble bien long et apte, de ce fait, à décourager le lecteur et l'auditeur; d'un point de vue purement prosodique, on trouve des vers de sept, huit et neuf syllabes mais nous sommes dans la catégorie slam et chanson, alors pourquoi pas; la ponctuation, quant à elle, apparait et disparait sans raison évidente (des virgules et des points d’interrogation mais jamais de points-virgules et de points); il serait peut-être bon d'harmoniser tout ça.

Le fonds, quant à lui, ne manque pas d'originalité et d'humour avec des images amusantes mais je pense qu'il aurait fallu faire plus simple pour que le texte soit plus accessible dès la première lecture.

Bien à vous.

   Ioledane   
15/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je trouve ce texte très émouvant, peut-être d'autant plus que j'ai connu cette situation. Pas de pathos dégoulinant dans ces vers rythmés, mais une émotion qui se lit à travers les mots.

Le portrait de ce pépé qui ne veut pas se laisser abattre est très touchant, la détresse du narrateur ne se révèle qu'à la fin en une touche pudique.

J'ai particulièrement aimé :
- le "chasse-mélancolie" (jolie image)
- "Le patois emprisonné dans / Les geôles d'une aphasie sans gêne" : très bien trouvé pour exprimé les difficultés d'élocution ...
- "Pépé pour briser son silence
Fredonne l'internationale
Le poing gauche serré tendu,
Le bras droit ne répondant plus"
- "Au besoin je prie Saint Vincent
M’incline face à Saint Martin
Je veux bien croire s'il le faut
Pour que pépé parle à nouveau" ...

J'ai juste trouvé moins véridiques les paroles de l'infirmière.

Bravo d'avoir si bien su mettre en scène ce thème douloureux.

   Anonyme   
31/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Alceste,

J’étais trop petit pour avoir pu écrire un truc aussi chouette à mon grand-père. J’aurais voulu qu’il vive plus vieux rien que pour essayer de lui offrir une chanson comme la votre, même plus mal fagotée. Ça respire l’amour filial sans racolage, le respect amusé mais sincère, ça sent une douce mélancolie qui fait passer le temps.

Bref, vous aurez compris que j’ai beaucoup aimé.
Envoyez-la à Booba, des fois que ça le calme.

FrenchKiss
ému sur Oniris, y’a des jours comme ça

   PIZZICATO   
31/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai apprécié cette facon de décrire ce mauvais coup du sort au " pépé ".
Plutôt que des lamentations et du pathos, un humour bon enfant mais qui laisse entrevoir, en filigrane, l'affection du petit fils.

Des images bien trouvées ; entre autres :
" Le patois emprisonné dans
Les geôles d'une aphasie sans gêne "

" Elle roule les « r » d'amour
Pour la belle aux yeux de velours "

" Elle tremble, se teint de blues
Quand pépé parle de mémé "

Une dernière strophe emplie de sens.

Un bon texte qui ne devrait pas avoir de mal à trouver sa musique.

   Corto   
31/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Finir l'année avec pépé cloué par son AVC, belle idée.
J'ai particulièrement aimé que le petit-fils parle au présent "Les récits de toute une vie Que pépé partage à l'envi" comme pour dire que tout n'est pas fini, non mais !
Bien sûr la nostalgie approche "Elles manquent ses chansonnettes
Pépé a une belle voix" et aussi "Elle tremble, se teint de blues
Quand pépé parle de mémé".
Plus vraie que nature est la réaction de pépé devant la formule de
l'infirmière "Désavouant cette sentence De perpétuité carcérale
Pépé pour briser son silence Fredonne l'Internationale".
La dernière strophe est tendre et audacieuse dans un tel contexte, du petit-fils prêt à redevenir croyant "Pour qu'il retrouve ses habitudes".

Beau texte avec des formules précises et percutantes, ce qui peut évoquer à bien d'autres des souvenirs forcément douloureux.
Bravo.

   papipoete   
31/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Alceste17
Le pépé est là, cloué sur un lit d'où il se lèvera peut-être, pour son dernier voyage ?
Et je l'entend, quand il parlait encore, nous raconter les grands épisodes de sa vie ; et chanter, en patois un air où l'héroïne était mémé...qui ce soir doit hanter la blouse de celles au thermomètre, qui se succèdent au chevet de pépé.
Il ne parle plus, ne chante plus, tout juste fredonne-t-il... là, l'internationale le poing levé.
Eh Dieu, je ne crois plus en toi, mais si tu pouvais faire le faire parler mon Vieux, je t'allumerais tous les cierges du monde !
NB comme c'est tendre, et comme je voudrais que tous les petits-enfants de la Terre, parlent ainsi de leur grand-père ( un petit peu de temps en temps ) ; se souvenant de ce temps où les histoires sortaient de la bouche d'un pépé, non pas en " 4G " d'un smartphone ...
Bravo Alceste pour cette ode rafraîchissante, dont la première strophe est savoureuse ! à la vôtre !

   lucilius   
31/12/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
La sentimentalité me paraît ici exposée entre parenthèses ; un grand-père au bout du rouleau, frappé d'incontinence, n'étant finalement réduit qu'à une portion de science thérapeutique.
Je trouve ce texte un peu longuet, sans doute lié à une mise en chanson, mais qui nuit au sens original de la perte d'un être cher dont on se souvient plus facilement des "mauvaises" petites habitudes.

   Robot   
4/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime ces vers dédiés à un papy qui fait de la résistance. Plus slam que chanson à mon avis, on sent que le texte déborde d'affection retenue.

   BlaseSaintLuc   
6/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
c'est écrit avec tout l'amour d'un "petit" pour son grand-père, de la ponctuation n'étant pas le spécialiste, je m'en soucis peu et la longueur ne m'a point rebuté, oui c'est une belle chanson à la faconde perdue de papy, je l'ai lu avec plaisir, c'est tendre si ce n'est pas concis, c'est gai si ce n'est pas lyrique, c'est léger d'espoir contre le fatidique .

   STEPHANIE90   
6/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Alceste,

j'ai été très touché par ce texte qui me parle puisque travaillant en maison de retraite. Je trouve vraiment qu'il survole avec un rythme "enfantin" les déboires de la vieillesse et surtout leur refus d'accepter cette lente déchéance. Nos ainés ont leur fierté et leur caractère, heureusement !

J'ai beaucoup aimé ces quelques parties :
Il a la lippe colérique
Le nez sur ce breuvage épais
Les dents serrées sur la cuillère
Muet, mais la moustache fière


Elle tremble, se teint de blues
Quand pépé parle de mémé
Qui, le soir, doit hanter les blouses

Désavouant cette sentence
De perpétuité carcérale
Pépé pour briser son silence
Fredonne l'Internationale
Le poing gauche serré tendu,
Le bras droit ne répondant plus

Seul incompréhension, le pourquoi de quelques virgules qui se perdent ici ou là ?
Et la longueur du poème non aéré, ont failli me faire abandonner ma lecture. Pour le reste n'étant pas pro, je passe mon tour...

Merci pour la lecture.

   Ellis   
7/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'adore votre texte. Je connais bien ce grand père, il ressemble au mien et vous en parlez si bien. Un vrai personnage de film, je le vois et l'entends. Beaucoup de tendresse et d'humour. J'adore :

Désavouant cette sentence
De perpétuité carcérale
Pépé pour briser son silence
Fredonne l'Internationale
Le poing gauche serré tendu,
Le bras droit ne répondant plus


Oniris Copyright © 2007-2019