Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Alcirion : Rumeur d’une fin de siècle
 Publié le 19/07/17  -  12 commentaires  -  1090 caractères  -  209 lectures    Autres textes du même auteur

1999.


Rumeur d’une fin de siècle



J’avais

Masqué les feux du soleil
Pour qu’ils n’offensent plus
La blancheur de ta peau

Pourfendu l’ombre insolente
Qui meurtrissait ton cœur
Aux heures inquiètes de la mi-nuit

Et saccagé les nuages archaïques
Qui contrariaient
La couleur de ton sourire

Il semble bien
Que distrait par le devoir
J’aie perdu mon temps
À ordonner les mots
En bas et au-dessus

J’avais pris tes pleurs
Pour des larmes de la pluie

On se réveille au matin
Avec l’impression d’hier
Avec l’envie
De dénouer la structure du temps
D’en écumer les gouttelettes
Mes mains se sont cassées
À gratter
Et gratter encore
À force
J’ai douté de ce que voyaient mes yeux

Au petit square
La lumière éclaire le bas des arbres
Crée dans l’herbe
Des cercles de pureté
D’abondance et de magie
Un mirage
Une bizarrerie de saison
Le souvenir de tes jupes
Aujourd’hui est un jour
J’aurai au moins gagné cela


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
7/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Texte tout en nuance, presque nonchalant au gré du souvenir qui semble s'exprimer avec délicatesse tout au long.
Et la strophe finale, de toute beauté, lumineuse avec ses "cercles de pureté, d'abondance et de magie".

   Ananas   
10/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Tout simplement doux, tendre, délicat, j'aime bien le la dans les larmes de la pluie, car ce ne sont pas des larmes de pluie, c'est la pluie qui pleure... bref.

Votre poème est mignon. C'est musical, romantique, joli, bucolique, en même temps ça froufroute et ça tournoie. C'est résigné aussi.

Il y a énormément de force dans ces mots, rares, précieux, utilisés pour former cet instantané d'une beauté surprenante.

Merci pour le partage et au plaisir de vous relire !

   Marite   
19/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belle lecture matinale ! Les vers se lisent et se suivent sans heurt et, comme une rumeur, se répandent dans notre imaginaire si bien que nous suivons, intuitivement, cette histoire ou plutôt cet épisode d'une vie.
Les trois premières strophes me plaisent tout particulièrement, l'amour et la vie y sont résumés.
La quatrième strophe semble être un "examen de conscience" avec cette reconnaissance d'un manquement, non conscient, au "devoir".
La suite, en toute logique évoque une rupture ... la perte ...
Puis commencent les premiers pas d'une guérison du coeur , peut-être ... avec ce très beau final :
" Au petit square
La lumière éclaire le bas des arbres
Crée dans l’herbe
Des cercles de pureté
D’abondance et de magie
Un mirage
Une bizarrerie de saison
Le souvenir de tes jupes
Aujourd’hui est un jour
J’aurai au moins gagné cela "

   hersen   
19/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Il semble bien que distraits par le devoir, nous passions à côté de beaucoup, nous oubliions comment faire.
Ton poème est magnifique dans son ton. Un ton si juste pour dire ce qui est perdu, ce qu'on n'a pas su retenir, occupés peut-être au non-essentiel, que nous croyions alors primordial.
Peut-être qu'à faire des efforts pour garder l'amour, on le tue immanquablement, car il est ailleurs, il est d'une autre trempe, il tient à autre chose. Que nous laissons passer.
Un poème qui fait mouche.

merci pour tes vers.

   Anonyme   
19/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'auteur expose le thème avec grâce en trois tercets somptueux devant lesquels on ne peut que s'incliner.

L'annonce d'un dénouement douloureux [ On se réveille au matin...] est bien cadencé et j'aime énormément la répétition

À gratter
Et gratter encore


Et là, par-dessus tout j'adore le regard du poète errant sur cette "bizarrerie de saison" [ je donnerai beaucoup pour avoir moi-même trouvé cette belle formule ] et sa conclusion.

Vraiment une belle lecture ( En toute franchise je l'ai lu une première fois sans véritablement ressentir ce qui précède mais il faut croire que la persévérance paie)

Nota : j'aimerais savoir si la conclusion est toute récente ou si elle est contemporaine de la fin de siècle dernier ? Merci

   PIZZICATO   
19/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" On se réveille au matin
Avec l’impression d’hier
Avec l’envie
De dénouer la structure du temps "
Toutes les questions que l'on se pose, les pourquoi, les regrets, les remords.
" Il semble bien
Que distrait par le devoir
J’aie perdu mon temps
À ordonner les mots
En bas et au-dessus "

Et puis on garde les souvenirs les plus agréables
" Un mirage
Une bizarrerie de saison
Le souvenir de tes jupes
Aujourd’hui est un jour
J’aurai au moins gagné cela "

Une très belle poésie tout en douceur et élégance.

   plumette   
19/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème me touche dans sa simplicité et dans son élégance.
J'aime son mouvement , ces trois premières strophes qui commencent par des verbes forts, d'action: " masqué, pourfendu, saccagé" . Le locuteur est un peu comme un héros qui croit pouvoir tout résoudre pour l'autre...
Et puis vient une pause de réflexion et d'humilité, et ensuite arrivent la tristesse et l'impuissance:
" Mes mains se sont cassées
À gratter
Et gratter encore
À force
J’ai douté de ce que voyaient mes yeux"

J'aime que le poème se termine sur une note de douceur et d'apaisement avec cette vision qui semble être une consolation.

beaucoup d'émotions se dégagent de ce texte!

Plumette

   papipoete   
19/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir Alcirion,
Je suis seul au petit square où le souvenir de tes jupes me renvoie à toi ; je n'avais pas vu tes larmes, les prenant pour des gouttes de pluie ...
NB le poète est si triste et pourtant, " la lumière qui éclaire le bas des arbres " semblent illuminer cet instant, pour un " jour gagné " .
C'est très délicatement écrit .

   OiseauLyre   
19/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"J'aurai au moins gagné cela" conclut en résignation votre poème. J'aime beaucoup la nostalgie que vous déployez par de belles images : des fragments de vie et de bonheur.
Le tout est nuancé par du regret parsemé ça et là.
Je relève la troisième strophe après le "J'avais".
Je trouve néanmoins l'ensemble un peu hétérogène : des passages
touchants côtoient d'autres moins réussis à mon goût :
"J'avais pris tes pleurs...", "Avec l'impression d'hier...gouttelettes".
Merci pour cette lecture.

   Pouet   
20/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bsr,

Un texte que j'ai pris plaisir à lire.

On peut y voir une référence à la fameuse éclipse de cette année-là, je l'ai vue de Turquie moi mais on s'en fout hein... :)

Hormis:

"J’avais pris tes pleurs
Pour des larmes de la pluie"

que je trouve un peu convenu et dont je regrette le "la" ("Pour des larmes de pluie"- venues d'un pays où on ne pleure pas tirela la la-) me semble plus adéquat mais c'est pas moi l'auteur hein.. et même si me concernant les deux dernières strophes sont les plus réussies, (le premier vers par exemple ne m'emballe pas trop, une impression de déjà lu cent fois et d'autres emplois parfois un brin ressassés à mon goût s'entend) je trouve beaucoup de force au texte, du souffle, une belle inspiration. Donc j'ai chipoté, je suis heureux.

Bref, du tout bon au final.

   Cat   
20/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Alcirion,

Superbe première strophe !

« J’avais

Masqué les feux du soleil
Pour qu’ils n’offensent plus
La blancheur de ta peau »

Elle laisse présager toute la douceur, la tendresse qui habille ce poème.

Les mots fondent en les lisant, pour s’enrober autour de la nostalgie qui habille le souvenir.

Quelque chose s’est cassé, qui ne reviendra pas, comme le temps perdu jamais ne se rattrape.

Merci pour ce beau partage.

Cat

   jfmoods   
22/7/2017
Ce poème en vers libres se décompose en trois parties.

La première partie (vers 1 à 10), prise en charge par le plus-que-parfait, rend compte d'un temps ancien : celui où le locuteur, présenté ici en héros de roman de chevalerie, a victorieusement combattu (participes passés marquant l'action résolue, vigoureuse, impitoyable : "Masqué", "Pourfendu", "saccagé") les tortionnaires de sa dame (subordonnée de but : "Pour qu'ils n'offensent plus", imparfait de l'habitude : "meurtrissait", "contrariaient", personnification : "heures inquiètes", métonymies avalisant la fragilité : "ta peau", "ton coeur", "ton sourire").
.
La seconde partie (vers 11 à 17) fait état d'un échec : celui de gagner le coeur de la dame en question (litote : "Il semble bien.../ Que j'aie perdu mon temps") en restant dans une relation stérile de vassal à suzeraine (complément de cause : "distrait par le devoir", positionnement : "En bas et au-dessus"). Incapable d'interpréter les signes envoyés ("tes pleurs" / "les larmes de la pluie"), le locuteur n'a pas su se mettre à la hauteur des attentes amoureuses.

La dernière partie (vers 18 à 37) nous renvoie au présent. Si elle pose des questionnements douloureux sur l'échec (formes infinitives mettant en relief les récifs de l'utopie : "dénouer la structure du temps", "écumer les gouttelettes", métonymie : "Mes mains se sont cassées", gradation : "À gratter / Et gratter encore"), elle souligne aussi l'éblouissement traversé par le locuteur (personnification : "La lumière... Crée", figure d'accumulation : "Des cercles de pureté / D’abondance et de magie", métonymie : "le souvenir de tes jupes", tautologie invitant à chercher à nouveau l'émerveillement : "Aujourd'hui est un jour", futur antérieur dressant le bilan : "j'aurai gagné").

Se relève-t-on d'un règne ? La réponse semble bien être oui.

Merci pour ce partage !


Oniris Copyright © 2007-2017