Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Amandine-L : Attention
 Publié le 20/06/20  -  7 commentaires  -  406 caractères  -  180 lectures    Autres textes du même auteur

Un peu d'attention à soi et aux autres.


Attention



Ne rien faire
Rien dire
Fermer les yeux
Le cœur cogne

Sentir la tension

Souffle coupé
Silence
En dents de scie
Souffrir

La colère pointe
Poings serrés

Saisir une lame
Couper en morceaux
La rage intérieure.
Marmelade de grogne
Réduite à feu doux.

Laisser refroidir
Déguster
Bien reposé.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
5/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'aime bien le titre, mot à double sens.
L'exergue prévient, il convient de lire l'attention au sens premier du dictionnaire (cnrtl, par exemple).

Cette "attention", donc, ne saute pas au yeux de prime abord dans le poème.
Lire et relire, et l'image parvient à ses fins. Les images, plutôt.
J'ai aimé les enchainements d'idées, passer de la "dent de scie" au "couteau", en passant par la "pointe", clou pour l'artisan.
Le "feu" est présent, purificateur.

Envie de savourer avec le narrateur, la décoction.

Merci du partage,
Éclaircie

   Corto   
8/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Cette recette attentionnée est plaisante.
Le descriptif du ressenti contrôlé est bien rendu, avec une dose de tension bien présentée.

L'avant-dernière strophe "Saisir une lame Couper en morceaux" etc.
est une belle audace qui se savoure, jusqu'au final à "déguster".

Sur le fond l'assimilation de l'attention "à soi et aux autres" à une "rage intérieure" est plutôt réductrice.
Etre attentionné est aussi une générosité valorisante, un moyen de faire passer le courant entre deux êtres même en période difficile.

Merci pour avoir abordé ce beau thème.

   papipoete   
20/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Amandine-L
ne jamais s'affoler ; ne pas agir à chaud ; laisser la tension s'apaiser ; et savourer le calme retrouvé...
je ne sais de quel " coup de sang " l'auteure nous parle dans ses vers appliqués, mais à la fin de l'éruption, le volcan enfin assoupi, on aimerait partager sa zenitude retrouvée !
NB juste un infime bémol ( ne vous mettez pas en colère ! )
- la colère pointe/poings serrés ( la colère monte, affleure ou autre synonyme )
l'avant-dernière strophe est savoureuse !

   Lirian   
20/6/2020
Bonjour Amandine-L,

Vos vers courts, écrits comme cela et comme je les lis, ne génèrent chez moi aucune émotion particulière. L'infinitif qui est la porte ouverte à tout, l'idée recuite de la recette, rien ne m'attire vraiment. Mais comme le titre, 'attention', ce ne sont que mes impressions ou mes non-impressions.
Merci.

   Vincente   
21/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Encaisser l'émotion intense d'une agression, verbale ou non-dite mais signifiée fortement,… le poème retrace ce passage difficile. À partir des instants initiaux, de "Ne rien faire… [à] Poings serrés", une invective personnelle à se retenir, en pas comptés des mots directs, bruts de sens, lâchés comme des coups de semonce à soi-même. J'ai trouvé très touchante cette concision, ce non débordement s'opposant dans l'expression au débordement de ce qui a dû dépasser l'acceptable. Le paradoxe qu'offre cette sauvegarde réservée fait clé de voûte à l'évocation. J'ai trouvé à la fois forte et juste cette intention de se tenir/retenir dans les mots.

Il semble d'ailleurs que cette "Attention" que l'on trouve dans le titre, avec son sens double, prendre garde contre un risque mais aussi prendre soin de quelqu'un, s'inscrit avec intention distinctement dans les deux temps du poème. À la suite de cette première partie que je cite plus haut, la deuxième est celle du temps du "soin", soin de soi et soin de l'autre dont le narrateur digérera les paroles amers, ou attitudes dérangeantes, par cette recette cuisinant le malaise.

Ce n'est pas un texte qui cherche l'élégance, il est un mode de sauvegarde, un exutoire et finalement une solution. Le parler est donc assez sec, s'argumentant de quelques mots apparaissant dépouillés, juste comme ils traverseraient la pensée dans le moment rugueux ; un peu comme l'exprimerait un Joyce croquant les pensées de Stephen Dedalus. J'y ai vu une poésie modeste, dédiée à son authenticité.

   Amandine-L   
28/6/2020

   Lariviere   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

La vengeance est t-elle ici aussi un plat qui se mange froid ?...

J'ai apprécié sur le fond, le ton et l'atmosphère rageuse de ce poème, mais sur la construction je le trouve trop découpée pour ca m'impacte agréablement... peut être avec un léger développement qui aurait permis de jouer sur des vers plus long pour diversifier le rendu du rythme et des images, et rajouter la clef de voute sur le sens qui me semble à proximité mais néanmoins manquante, ce texte m'aurait plu davantage, mais là, ce sont des pistes d'améliorations, ca reste le domaine sacré de l'auteur(trice)...

Merci pour cette lecture et bonne continuation


Oniris Copyright © 2007-2020