Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Amexin : Mousson céleste
 Publié le 26/03/16  -  7 commentaires  -  1657 caractères  -  143 lectures    Autres textes du même auteur

Un parmi tous mes pays natals.


Mousson céleste



Piquez-moi de cet acacia
afin que ce voyage m'enlève,
l'âme transportée chez les miens
à travers sa sève.
Ocres et bleus du ciel,
blues et miel naturel…
Esprits éternels,
mon cœur vous pleure !
Amis, voyez cette main
qui déchiffre l'éther dans la terre,
cette voix qui chante mon nom,
hante mon front.
Arbre porteur de verbes millénaires,
parle-moi de ces contes légendaires
aux koras cristallines et célestes.
Souffle-moi la poussière
des après-midi créateurs de mondes,
aux gorges mouillées
par des chapelets de thé.
Rappelle-moi la douceur
de cette neige d'équateur
qui panse les plaies
et plaît aux femmes enceintes.

Aujourd'hui je suis autre,
mais je pleure les larmes de mes Ancêtres.
Aujourd'hui je suis autre
et je porte la mélopée des Anciens
à bout de bras,
dans mon souffle et mon sang,
dans mes yeux et mon karma.

« Ne pleure plus les larmes de tes Ancêtres
car leurs aïeux les ont déjà versées pour eux.
Choisis de prendre en héritage
les sourires, les trésors, les lumières
et de laisser au sort le soin de tourner la page.
Ne pleure plus les larmes de tes Ancêtres,
taris-les par la Mémoire,
verse-les solennellement
dans la coupe de l'Histoire.
N'épands plus ces larmes brûlantes :
cueille-les comme des fruits mûrs
puis sagement dépose-les
sur l'autel à offrandes ».

Arbre porteur de verbes millénaires,
quand viendra la saison des pluies,
promets-moi… Jure-moi
de laver ma nostalgie.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
6/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai aimé entre autre me balader sous cette pluie...de larmes douces, parce que je les trouve lumineuses. De belles images émaillent votre poème comme:
'cette neige d'équateur
qui panse les plaies
et plaît aux femmes enceintes.'
ou bien cette autre assez formidable:
' Ne pleure plus les larmes de tes Ancêtres
car leurs aïeux les ont déjà versées pour eux.'
Pardonnez-moi cette référence, mais j'ai pensé à certains longs poèmes de Supervielle, ce grand voyageur.
Merci.

   Anonyme   
26/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
A un premier volet empreint de nostalgie succède une deuxième partie éclatante de l'espoir d'un renouveau.
" Arbre porteur de verbes millénaires," superbe image comme celles, d'ailleurs, qui habillent ce texte.

" quand viendra la saison des pluies,
promets-moi… Jure-moi
de laver ma nostalgie. "

   Lulu   
26/3/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Amexin,

en ce qui me concerne, je peine un peu à pénétrer dans l'univers de ce poème qui me reste étranger après plus d'une lecture. J'ai le sentiment qu'il a été écrit dans le fil de la pensée, sans qu'il y ait toujours une recherche de sens. Ainsi en est-il de ce passage qui me laisse perplexe : "Rappelle-moi la douceur / de cette neige d'équateur / qui panse les plaies / et plaît aux femmes enceintes." Passe encore l'idée que la neige d'équateur panse les plaies, mais qu'elle puisse plaire aux femmes enceintes... Mais peut-être faut-il vous lire sans trop chercher à comprendre ? J'ai pourtant l'esprit ouvert...

Ce que j'ai aimé dans ce texte, ce sont les premiers mots :
"Piquez-moi de cet acacia
afin que ce voyage m'enlève,
l'âme transportée chez les miens
à travers sa sève."

ainsi que ceux-ci, soit la fin :
"Arbre porteur de verbes millénaires,
quand viendra la saison des pluies,
promets-moi… Jure-moi
de laver ma nostalgie."

Mais entre les deux, je suis perdue, et ne parviens pas à entrer dans l'intimité de votre poème. Vous répétez "anciens", "ancêtres", comme s'ils étaient porteurs de quelque chose qui vous habite, mais je suis vraisemblablement passée à côté de ce que vous avez voulu signifier de par le flou qui l'emporte, je trouve, dans ces mots.

J'essaie de me raccrocher au titre "Mousson céleste", mais je ne perçois pas franchement la mousson, même si elle est censée être céleste ici. Seule la dernière strophe y fait référence.

Sans doute serais-je davantage touchée une autre fois.

Bonne continuation.

   phoebus   
26/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Et puis un acacia dans la savane, ça ne sert à rien : les chacals pissent au bas et les bourgeois montent dessus.
Sous les mots ou dans les mots, finalement le narrateur est persuadé, par l'acacia piqueur, que l'on ne s'achemine pas vers ce monde hideux, comme quoi on peut changer un personnage pour qu'il finisse par chanter un rêve au vide de son cœur.

   Pouet   
26/3/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Un poème un peu mystique, ésotérique. Touffu, très touffu. Trop?

"Ocres et bleus du ciel
blues et miel naturel" par exemple je ne saisi pas trop ce que le blues vient faire ici si ce n'est un renvoi un peu gratuit au "bleu" du ciel. Mais je n'ai pas les clés de votre esprit.

Tout le poème me semble un peu dans cette veine.

Pour moi la force du surréalisme réside dans l'universalité des images même alambiquées, dans le fait de pouvoir "se représenter" ou "ressentir" l'incongru, le décalé avec tout de même un fil conducteur que je n'ai pas trouvé ici. Cela sonne trop confidentiel pour ma part, adressé à des "initiés" de votre monde.

Le passage sur les "ancêtres" échappe à ce que je viens de dire mais ça ne m'a guère parlé. Trop de répétitions, de didactisme et d'emphase à mon goût.

Au final pour moi un poème un peu emphatique et vraiment trop ésotérique encore une fois pour me toucher.

Cordialement

   Passelemonoi   
27/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
En 1875 Patrice de Mac Mahon, président de la République française, visitait des villes dévastées par une crue de la Garonne et peu inspiré lança un «Que d'eau, que d'eau…».
Ce à quoi un plaisantin de l'époque lui rétorqua «Et encore, Monsieur le Président, vous n'en voyez que le dessus…!»

Permettez moi, Amexin, de reprendre Mac Mahon mais sur un ton plus passionné : «Que d'eau, que d'eau !».

C'est le poème du monde liquide (même les poussiéreux "après-midi créateurs de monde" ont la gorge mouillée "par des chapelets de thés") et des circulations intimes (la sève, le sang, la vie utérine, les larmes).

Au dessus est un ciel, villégiature de nos ancêtres. Au premier abord il semble inaccessible... Pourtant, il n'est pas seulement bleu, mais teinté d'ocre aussi. Inversement, l'on trouve de l'éther dans la terre.

L'arbre fait lien, encore plus clairement entre ces deux mondes, les reliant physiquement et au travers de sa voix.

Je n'ai pas encore fait le tour de ce poème mais j'y reviendrai, c'est sur.
Ce que j'aime en poésie, c'est le voyage. J'ai voyagé mais je me suis fais surprendre par la destination tel un touriste tong-bermuda-débardeur dans une tempête tropicale (le titre aurait du m'alerter : damn it !).

Bravo pour ce poème !

   Anonyme   
26/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je suis mitigé par ce que ce poème m'apporte de réflexions. Ce texte altère entre clair et obscur. J'ai comme l'impression d'une interrogation à voix haute, sans vraiment à voir un fil conducteur précis. Il y a comme une douleur qui semble inscrite en profondeur, pour un pays natal.

" Aujourd'hui je suis autre,
mais je pleure les larmes de mes Ancêtres.
Aujourd'hui je suis autre
et je porte la mélopée des Anciens
à bout de bras,
dans mon souffle et mon sang,
dans mes yeux et mon karma. "

Il est indiscutable que nos racines sont importantes, c'est ce point de repères, qui nous fait croire à notre place dans cet univers si vaste. Cette notion donne un sens à notre vie, elle est à la fois rassurante mais aussi perturbante.

" Arbre porteur de verbes millénaires,
quand viendra la saison des pluies,
promets-moi… Jure-moi
de laver ma nostalgie. "

De tout ce texte, c'est cette strophe que je trouve la plus parlante et aboutie qui retiendra mon attention, tout en symbolique, à approfondir...


Oniris Copyright © 2007-2022