Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
apierre : Le lasso
 Publié le 24/11/19  -  12 commentaires  -  458 caractères  -  225 lectures    Autres textes du même auteur

Un soleil, un rêve, un lasso...


Le lasso



Soleil couchant
rideau rouge tiré
sortie de scène

Dans le théâtre de mes illusions
sous le fouet de mes rêves
la ligne d'horizon
calme
se cabre
comme un cheval mustang
indompté
à la robe sombre


La ligne devient lasso


Saisi d'une main
je l'envoie au loin
dans des prairies arides
capturer tes désirs
et me les attacher
sans jamais m'en défaire


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   ANIMAL   
5/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je trouve ce texte intensément poétique. Des mots simples, des touches posées ça et là, des images brèves qui suggèrent beaucoup.

Le vocabulaire du début "soleil couchant, rideau rouge, scène, théâtre, illusion" indique clairement qu'il s'agit d'onirisme.

L'amour s'invite avec la venue de la nuit, lorsque les rêves autorisent toutes les audaces.

Puis les mots changent "fouet, cabre, mustang, indompté, lasso, capturer" indiquant une montée en puissance des sentiments au fur et à mesure que le rêve se structure. Il faut séduire, aimer et être aimé. Vite, avant de peut-être s'éveiller.

La dernière strophe est pleine de fougue et passionnée. L'objet de cet amour sera-t-il capturé au final ? On l'ignore et c'est bien ainsi.

Dans les rêves, tout est permis.

en EL

   natile   
7/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce texte donne l'impression d'une photo prise sur le vif de l'émotion ressentie du moment. Il y a comme une urgence à capturer l'autre aimé, aperçu subitement dans le champ des possibles amours à vivre. Cette fébrilité à ne surtout pas rater l'instant est touchante. L'écriture par petites touches rend bien l'illusion.

   Michel64   
9/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce titre "Le lasso" ne présageait pas, selon mes canons poétiques, de tomber sur un si beau texte.

La poésie libre me parait un art difficile, mais à vous lire je vois bien comment elle peut s'affranchir, sans perte, du rythme habituel de la poésie plus classique.

Peu de mots mais bien choisis et tout est dit. L'imaginaire comble les interstices.

"...sous le fouet de mes rêves
la ligne d'horizon
calme
se cabre"

J'ai beaucoup aimé.
Merci pour ce partage

Michel (en EL)

   Corto   
11/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce rêve-lasso est très original.

L'entrée dans le rêve est bien rendue, et l'on plonge en complicité avec le narrateur dans l'inconscient qui se gère sans pudeur.

Lu au second degré ce texte nous amène rapidement au royaume du désir.

Belles images et audace font ici bon ménage.

Merci à l'auteur.

   papipoete   
24/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour apierre
la nuit sous la ligne d'horizon, peu à peu étend son voile noir ; il reste ce trait doré qui semble vouloir résister...d'une main je saisis ce rai et le fouette vers mes prairies imaginaires, un lasso improvisé.
NB sans appareil photo, l'auteur saisit cet instantané, et le manie avec habileté au point d'avec une droite, en faire un cercle maîtrisé !

   hersen   
24/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a une très grande poétique dans ce poème, l'expression du lasso est très audacieuse mais fonctionne à merveille.

Un petit côté rodéo de l'amour, l'idée de capture de l'amour, une histoire à l'ouest mais qui laisse un esprit imaginatif vagabonder.

la forme, libre, renforce considérablement le propos.

Dommage que l'auteur dédaigne les autres auteurs du site en ne commentant jamais, alors que les commentaires, justement, sont la pierre angulaire du fonctionnement d'Oniris.

   Robot   
24/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai trouvé trés original cette vision de l'horizon. Très poétique aussi. J'ai l'impression que le poème traite de la difficulté à retenir ses rêves.

   Eclaircie   
25/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour apierre,

J'ai beaucoup apprécié le poème que vous offrez autour de ce "lasso" qui en soi, n'est pas à priori poétique.
Une manière très originale d'évoquer l'amour de l'autre, mais aussi ramener cet amour à l'universel, à la nature.
Un petit bémol pour le mot "illusions", qui me semble redondant avec "mes rêves" au vers suivant.

Merci du partage,
Éclaircie

   Alfin   
25/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Là, c'est un vrai plaisir. J'y suis. C'est simple, sans effet de manche, sans poncif.

C'est symbolique et visuel en même temps.

J'aime beaucoup et j'ai hâte de lire le suivant !

Merci beaucoup

   Vincente   
26/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème est l'allégorie de ce qu'il évoque. La forme est épurée, simple comme une geste adroit, le fond est une impression fugace, un saisissement d'une idée et ce sera tout.
Mais c'est déjà beaucoup.

"Un soleil, un rêve, un lasso…" dit l'exergue avec sobriété. La tenue du propos est intangible, lacée d'un lasso qui se propose dans une métaphore très originale de la "capture" d'un désir, sous-entendu celui de l'écrire.
Le cow-boy-poète est efficace et sympathique.

J'aime beaucoup en particulier :
"la ligne d'horizon / calme / se cabre…"
J'ai été un peu "gêné" par le mot "mustang", j'aurai préféré un plus "insaisissable" "cheval sauvage".

   Recanatese   
26/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

j'aime beaucoup, c'est simple, concis, poétique. La métaphore est originale et très bien trouvée.
J'ai bien apprécié le début qui sonne comme une didascalie, son rythme rapide et sans fioriture. Le découpage qui s'ensuit, en trois actes, n'est pas non plus pour me déplaire.

Bref, un texte court très réussi à mon sens.

À vous relire

Recanatese

   Donaldo75   
28/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour apierre,

J’ai trouvé ce poème réussi, avec ses images et l’analogie du lasso. Les trois premiers vers posent bien le décor. La strophe suivante bénéficie d’un découpage presque visuel , agrémenté de l’image du cheval mustang indompté qui introduit l’analogie du lasso. C’est progressif, pictural, vraiment poétique. La fin est dans la lignée de la strophe centrale ; en tant que lecteur, je prends du plaisir à lire cette poésie, à la relire sans essayer de l’analyser parce qu’elle est autoporteuse.

Bravo !

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2019