Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Vasistas : Être ange ici
 Publié le 25/11/19  -  6 commentaires  -  644 caractères  -  142 lectures    Autres textes du même auteur

« Être ange
C'est étrange
Dit l'ange »
(Jacques Prévert, « Fatras », 1966)


Être ange ici



C’était une cathédrale
de chair et d’os
posée en équilibre
sur de fragiles piliers.

Donnant de la plume
en maître séraphin,
il brocardait scélérat
les fidèles effarés.

Torpeur carcérale,
de la pointe d’un couteau,
il grava sur son calibre
bientôt meurtrier :

« J’ai perdu les pédales
il faisait si beau,
je voulais être libre
le quatorze février ».

Au cœur de la brume,
le regard sibyllin,
il gît là
les ailes brisées.

Depuis les étoiles,
dans le vent là-haut,
les anges vibrent
d’un air singulier.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
11/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
libre
" les mots pour le dire... " quand de la terre, il décida d'arrêter là sa vie...
NB ce devait être un être bien fragile, de corps et d'esprit ( le premier quatrain ) en brosse un pauvre portrait ! De sa geôle en béton, de la prison de ses os, il voulait s'échapper ; c'est fait, il " gît là les ailes brisées "
NB un texte dont le désespoir est maître des lieux, et la faucheuse glane ici un ange déçu...
la première strophe est ma préférée dans ce poème si poignant !
une plume qu'on aura sûrement l'occasion de suivre...
papipoète

   BeL13ver   
13/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Un texte sur la Saint-Valentin, sur Cupidon et sur l'amour, qui ne plaira pas aux vierges effarouchées, si l'on peut dire ainsi.
Étonnant choix que celui de quatrains en poésie libre, avec beaucoup de ponctuation qui ne laisse pas assez place au mystère. Je le classerai en contemporain pour les rimes en fin de vers (ABCD ABCD etc.)
Ou alors un texte sur la déchéance d'un ange mauvais ? Bref, un étrange texte qui me convainc à moitié. J'attends une éventuelle publication pour avoir un avis mieux nuancé.
Bonne chance à son auteur !

   Alfin   
25/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui une première strophe très fluide qui annonce un vrai plaisir de découvrir, c'était pour moi une promesse qui peine à vivre dans la lecture.

Nous devons nous affranchir des mots pour entrer dans la chaire, pour vibrer par la sonorité et l'image. C'est le but de ne pas s'attacher à la forme (Poésie Libre). Le mot est primordial pour donner une couleur, une impression (un peu à la façon du cratylisme qui veux nous faire voyager par la sonorité qui induit le sens). Se que l'on ressent beaucoup dans ce poème et pour ça bravo !

La différence entre une carte postale et une photo personnelle reprenant le même paysage, c'est que la photo personnelle est habitée, elle prend vie dans notre corps.

Merci beaucoup

   BlaseSaintLuc   
25/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
je n'ai pas tout "décrypter" mais de l'outre tombe un valentin évoque


« J’ai perdu les pédales
il faisait si beau,
je voulais être libre
le quatorze février ».

l'atmosphère à un air de bal trappe, des cœurs perdus dans des cathédrales ,

"Depuis les étoiles,
dans le vent là-haut,
les anges vibrent
d’un air singulier. "

très poétique le murder biblique

   Eclaircie   
26/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Vasistas,

En première lecture, je n'avais pas de suite cerné le sujet, j'ai seulement éprouvé une bonne impression à découvrir ce poème.
Votre texte gagne beaucoup à être lu et relu.

Il persiste des mystères, pour moi, cependant (ce qui ne me dérange pas). Je ne pense pas avoir saisi tous les degrés de lecture.
J'ai apprécié le vocabulaire soutenu, le contraste avec le soliloque de l'ange, beaucoup plus proche du familier.

Le découpage en quatrains suffisamment libres dans leur expression pour être un bon poème libre.


Merci du partage,
Éclaircie

   Davide   
26/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Vasistas,

J'ai appréhendé ce poème comme une métaphore de la solitude (solitude amoureuse ?)... L'histoire de cet ange déchu, malgré quelques traits d'humour, contient toute la matière d'une tragédie. Un conte de fées ? Un conte tout court ? L'onirisme (pour ne pas dire "surréalisme"), ici, a quelque chose d'ingénieux, il donne une humanité au texte, sans doute le narrateur doit-il être empathique du sort de cet ange "humanisé" devenu fou.

D'ailleurs, tout dans ce texte est personnifié, jusqu'à la cathédrale aux "fragiles piliers", mal bâtie, faite "de chair et d'os". L'idée qu'un ange ait envie d'être libre apparaît comme une image antithétique, une absurdité, lui qui n'est pas prisonnier d'un corps et de la pesanteur de la Terre.

Cet ange n'est-il pas, finalement, un être humain comme les autres ! Désireux d'aimer et d'être aimé. Ce jour qu'on dédie à l'amour (14 février) sera pour lui le dernier. La mort comme remède à la solitude et au désespoir...

La temps du présent dans les deux dernières strophes est judicieux, il propulse la douleur sur le "devant", le recueillement des anges qui "vibrent" se dévoile comme une scène d'enterrement.

Il y a quelques bizarreries dans les formulations, notamment au début, comme le passage de la "cathédrale" au "maître séraphin". Ce "Donnant de la plume / en maître séraphin " donne l'impression de sortir de nulle part, d'autant plus qu'il me semble mal formulé.

En tout état de cause, j'ai bien aimé ce poème ! Vraiment bien !


Oniris Copyright © 2007-2019