Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
apierre : Le serpent
 Publié le 21/11/22  -  12 commentaires  -  438 caractères  -  268 lectures    Autres textes du même auteur

Un matin, dans un embouteillage…


Le serpent



Tout doucement
au soleil
ma voiture
devient écaille
d'un long serpent
trigonocéphale
de métal

Il se faufile
à l'entrée
de la ville fertile
où des ananas bleus
aux senteurs cannelle
viennent border
les trottoirs
de mes rêves

Et vient se cacher
dans les hautes herbes
de la petite maison en bois
abandonnée
pour s'y assoupir.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   EtienneNorvins   
13/11/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est d'une fausse simplicité qui me réjouit le coeur. Y a-t-il eu assoupissement au volant ? La fin semble indiquer que non. J'aime beaucoup le soudain décalage-décollage de cette voiture soudain serpentiforme vers une rêverie tropicale aux échos subtilement sensuels (ville fertile / ananas bleus et odiriférant / trottoirs un peu crapuleux ?)
Merci du partage !

   Donaldo75   
15/11/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je suis fan de ce poème ; l’image du serpent me fait d’entrée de jeu halluciner comme si j’écoutais de la musique psychédélique en lisant du Lewis Carroll et ce qui suit du genre « les ananas bleus aux senteurs cannelle » amplifie ce sentiment de rêverie, cette impression onirique digne du chamanisme indo-américain. Je verrais bien Nick Cave mettre ce poème en musique avec ses potes de Einstürzende Neubauten. La progression route – ville – rural du narratif s’égrène en sinuant et l’image précédente s’applique encore mieux, s’ancre dans ma lecture.

C’est court, c’est fort, c’est tonal, c’est du grand art.

Bravo !

   Anonyme   
21/11/2022
Ce que j’ai aimé :
_______________
L’idée me plaît, cette voiture qui devient comme un long serpent métallique se faufilant au soleil. J’aime bien aussi l’opposé entre la ville et cette maison refuge de bois dans les hautes herbes où la voiture vient s’endormir.

Ce que j’ai moins aimé :
___________________
Les ananas bleus au senteurs de cannelle, l’image m’échappe totalement.

Ma Conclusion :
_____________
C’est une poésie, certes, un peu courte mais aussi très bien imagée.

   papipoete   
21/11/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour apierre
le flot d'automobiles, tout doucement s'avance comme un long serpent, au coeur de la ville et puis se love dans des hautes herbes, pour s'y assoupir...
NB ce poème pourrait réconcilier tous ceux qu'horrifie la vue d'un reptile... il va sans faire de bruit, pourvu que l'on ne lui marche pas dessus, chercher un peu d'ombre tout simplement.
L'image de serpent pour un flot de voitures, signifie que ce n'est pas la course sur les boulevards... très rassurant en fait.
j'aime bien le côté champêtre de ce ruban métallique, ondoyant au gré du bitume ; la dernière strophe avec un accent de Maxime le Forestier, a ma préférence.

   Eskisse   
21/11/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour apierre,

Donner à voir le réel autrement, c'est exactement ce que j'aime en poésie. Et l'image des voitures métamorphosées en serpent est amenée subtilement " devient l'écaille" . Chaque strophe contient son entrée dans l'onirisme : le serpent, la ville aux ananas bleus...
On suit ce trajet imaginaire avec délectation pour finir dans la maison abandonnée. C'est à la fois sobre et fin, déjanté et raisonnable, imaginatif et envoûtant.

   Stephane   
21/11/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Une superbe plongée aux abords d'une ville que j'imagine embouteillée jusqu'à une petite maison en bois où, un serpent de métal vient finalement se reposer.

L'image du serpent est subtilement amenée en se faufilant ainsi de rue en rue.

Bravo !

   solo974   
21/11/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Bonjour,
J'aime beaucoup votre poème.
L'image du serpent est très bien trouvée.
Ce passage m'a particulièrement plu :
"Il se faufile
à l'entrée
de la ville fertile
où des ananas bleus
aux senteurs cannelle
viennent border
les trottoirs
de mes rêves"
Les "ananas bleus", les "senteurs cannelle" : que d'évocations savoureuses !
Merci pour ce partage et bravo à vous !

   hersen   
22/11/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un libre vraiment réussi, tout y est : l'épure, les images, la création d'une ambiance.
Ce voyage retour de la ville à la campagne étonnante, où tout surprend le locuteur, tant de merveilles ! Son oeil, au fil du retour, développe un film pour créer un univers vers lequel pourtant il va déjà : un havre.

Le poème évite tous les écuils, la lourdeur, les redites, les assénements, pour ne laisser place qu'à des fulgurances de l'imagination.

Un très grand bravo !

   Lotier   
22/11/2022
L'image est assez cohérente, la reptation d'un serpent correspond à des contractions et des dilatations, de la même manière qu'avance une file de voitures dans un bouchon. De même pour les ananas bleus, certains ananas ont des couronnes bleues, et il existe de nombreuses recettes d'ananas à la cannelle.
Poème à garder en secours en cas de bouchon. Je sais qu'on organise à Lapalisse un embouteillage tous les deux ans !
Bon air assuré !
C'est vrai, je tourne autour du pot (d'échappement), mais ce thème n'est vraiment pas ma tasse de thé, surtout pour que l'embouteillage finisse par envahir la nature…
Peut-être qu'un récit un peu plus fou aurait réussi à me divertir.

   Pouet   
26/11/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

un poème assez étrange qui n'est pas pour me déplaire. Un serpent trigonocéphale et des ananas bleus ravissent l'imaginaire...

L'urbain et la nature s'imbriquent et se faufilent à l'ombre d'un songe particulier.

Des mots qui nous content l'évasion.

   BlaseSaintLuc   
19/12/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ok, une petite pilule bleue prise par " inadvertance" dans le fracas neuronal d'un nervous break-down sur la piste bitumé d'un bison pas futé et voilà un auteur complètement pas azimuté ,qui nous pond une ode à la déroute automobile, une échappée insolite de gaz d'envoûtement.

   LouValette   
11/1/2023
trouve l'écriture
très aboutie
et
aime beaucoup
Très beau poème à mon sens !
L'imagerie ainsi que l'ambiance était très juste pour moi et presque sensuel.
Cela donne envie d'écrire.
"Viennent border les trottoirs de mes rêves": j'ai trouvé ça magnifique, et même, j'ai beaucoup aimé les rimes en général.
Au plaisir de vous lire !


Oniris Copyright © 2007-2023