Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
apierre : Regrets [Sélection GL]
 Publié le 08/09/19  -  14 commentaires  -  470 caractères  -  263 lectures    Autres textes du même auteur

Des regrets...


Regrets [Sélection GL]



Ton geste retenu
pour redresser ma mèche de cheveux
je ne l'ai pas vu

Tes larmes au cœur
sur les notes de piano de Bill Evans
je ne les ai pas écoutées

Tes cheveux défaits
mouillés par la rivière
je ne les ai pas sentis

Le grain de ton rire
en cascade
je ne l'ai pas pris dans mes mains

La caresse de tes cils
sur ma peau
je ne l'ai pas goûtée

Je n'ai pas su


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
10/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
A la fin de la lecture on se dit "Aïe, Aïe, Aïe" quel gâchis. Il ou elle a tout raté !
On compatit et on a presque envie de chercher une solution, donner un coup de main pour rattraper le loupé.

C'est dire que par ce propos l'auteur réussit à nous emmener là où il le veut. Ces 5 petits instantanés sont bien formulés, si simples qu'on a l'impression d'en avoir vécu certains, par timidité ou maladresse.

Du vécu qui aurait pu devenir amoureux, c'est beau.

Le découpage en strophes régulières est très bon, mais évidemment on aurait apprécié que la ponctuation ne soit pas oubliée.

   natile   
11/8/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
La pureté des mots, leur simplicité donnent une grande force à ce poème. Tout est dosé avec élégance, j'ai adoré ces trois vers :
" le grain de ton rire
en cascade
je ne l'ai pas pris dans mes mains "
L'émotion est forte mais il y a plein de pudeur à égrener ces regrets. Bravo un gros coup de coeur pour moi

   Ananas   
13/8/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,
Je ne suis pas spécialement emballée par le constat en fin de tercets, j'aurais préféré : Je n'ai pas vu ton geste retenu..., etc.
A mon humble avis ça casse le rythme et ça donne une impression d'insistance (qui m'est) désagréable en lecture.

Sinon c'est frais, c'est léger dans la manière de poser les regrets, pas de pathos, simplement un constat, même pas vraiment amer... nostalgique surement. Le choix des images est dans la douceur. Peut-être manquent elles un peu de punch, d'originalité, mais ça fonctionne en définitive, grâce au vers de clôture ma foi bien choisi.

Merci pour le partage.

   cherbiacuespe   
13/8/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Poème court qui évoque ce que l'on a tous connu, un jour ou un autre. Ce moment délicat ou on pouvait dire "je fais" et que l'on regarde finalement passer sans réagir. Et bien sûr, s'il s'agit d'amour, la blessure est plus douloureuse encore.

Ces quelques mots expriment parfaitement la promesse du titre, sans en faire trop ni trop peu. L'auteur peut être satisfait du résultat obtenu par ce tout petit texte qui fleure bon la simplicité.

Magnifique.

   VictorO   
15/8/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Poésie émouvante sur les regrets. Le texte est descriptif, mais un petit quelque chose fait qu'on voit surgir de la poésie : ne pas écouter les larmes (donc ne pas être attentif à la sensibilité de l'autre), ne pas prendre dans ses mains le grain du rire, ne pas goûter la caresse des cils (le regard de l'autre peut-être), etc. Je n'ai pas été sensible à chaque strophe (la première et la troisième par exemple), mais tout de même à l'ensemble qui respire l'authenticité.

   Annick   
17/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Plus que des regrets, on a l'impression que toute cette sensibilité avivée qui nous habite quand on est amoureux arrive chez le narrateur bien en retard, en décalage par rapport aux événements :

"Ton geste retenu
pour redresser ma mèche de cheveux
je ne l'ai pas vu

Tes larmes au coeur
sur les notes de piano de Bill Evans
je ne les ai pas écoutées..."

J'ai apprécié cette façon de présenter les choses par des phrases négatives :

je ne l'ai pas vu
je ne les ai pas écoutées
je ne les ai pas sentis
je ne l'ai pas pris dans mes mains
je ne l'ai pas goûtée

Et le beau dernier vers, puissant aussi de par sa concision et qui met en exergue le tout :

"Je n'ai pas su"

J'ai été sensible à la construction du poème et à cette sincérité toute simple.

   bipol   
8/9/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour

lorsque l'art tend vers la perfection

tout est juste et chacun retrouve eu cet art

une part de lui mémé

ce petit rien qui appartient à tous

votre poésie est pure

   Lebarde   
8/9/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Quand on ne veut rien voir, on ne voit rien!!
Les regrets sont sincères et ressemblent à des excuses.
Peut être cela va t'il suffire pour se faire pardonner, j'en doute un peu!

Quel gâchis quand même, sauf pour ce poème dont la concision, la précision des mots, la lucidité du propos, le rythme alerte font mouche!!

Bravo apierre, voilà bien un travail d'orfèvre parfaitement ciselé.

Lebarde admiratif

   papipoete   
8/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour apierre
un exemple de poésie " courte " réussie ; de belles images, un rythme que des sanglots dans la voix pourraient marteler !
" Tu pouvais faire tout ce que tu voulais pour m'attendrir, me retenir, je n'ai rien fait pour écouter ce que tu voulais me dire... "
NB le 2e tercet fait résonner les notes sur le piano, elles viennent se briser contre notre coeur...
Le 3e porte sa part énigmatique et la suivante laisse un goût si amer !
" je n'ai pas su " et quand le temps aura passé, le héros songera " si j'avais su... "

   Davide   
8/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour apierre,

Ce texte exsude une tendre mélancolie, et chaque image en dépeint une facette.
Les premier et troisième tercets ne font pas dans l'originalité, préférant la simplicité immédiate de l'émotion. Les autres pénètrent dans le miracle de nos sens, dans le mélange synesthésique des souvenirs : écouter "tes larmes au cœur", prendre "le grain de ton rire", goûter "la caresse de tes cils". C'est beau !

Le constat du dernier vers, comme un résumé, est d'une justesse désarmante... Que dire d'autre ?

J'ai trouvé bien malheureux de révéler l'intention poétique dans le titre et dans l'exergue : l'implicite aurait eu la force supplémentaire de l'inattendu. Le simple mot "Regrets" arrache au poème son voile de mystère. Quel dommage !

Un poème un peu trop simple peut-être, mais touchant de par l'authenticité de son expression. J'ai bien aimé.

Merci du partage,

Davide

   Donaldo75   
8/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour apierre,

Quand j'ai lu ce poème pour la première fois - car je l'ai relu depuis et ce à plusieurs reprises - je me suis dit : « Il y a de l'impact dans ce poème bien construit, avec une forme de douceur. ». Et le relire me confirme cette première impression – ne dit-on pas d’ailleurs que c’est la bonne, surtout en poésie ? ». C’est ce que j’aime dans la forme libre, plus de contraintes, la primauté à l’émotion, que ce soit celle de l’auteur ou celle du lecteur, en jouant sur différents registres allant du conscient à l’inconscient, de la ponctuation au champ lexical, sans se prendre inutilement la tête avec des règles datées du temps où les humains n’étaient pas tous égaux.

Bravo

Donaldo
« viva la poesía liberada »

   senglar   
8/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour apierre,


"Des regrets..." et un aveu. Hélas on devine qu'il est trop tard car le titre "Regrets" indique un départ... comme si les regrets étaient imprimés en lettres d'or sur le bandeau d'une couronne mortuaire ou comme s'ils étaient gravés de même dans le marbre d'une stèle tombale ; et l'on se prend à regretter de concert avec celui qui n'a pas su comprendre ni être car il est d'un ineffable aérien ce poème, de geste retenu... en larmes au coeur..., de cheveux défaits... en rire en cascade..., de grain de rire en caresse de cils... manqués.

On se prend à regretter pour cet aveugle. sourd et muet, privé de sens. Les regrets sont-ils moins lourds quand on regrette à plusieurs ?...

En tout cas je ne regrette pas d'avoir été là :)


senglar

   emilia   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une construction efficace qui laisse résonner l’expression des « Regrets » en soulignant la délicatesse du portrait de l’aimée dont le narrateur a pu voir malheureusement trop tard « le geste retenu », écouter les « larmes au cœur », sentir « les cheveux défaits et mouillés », prendre « dans ses mains le grain de son rire », goûter « la caresse de ses cils » qui lui manquent tant à présent, parce qu’il « n’a pas su » la retenir…

   hersen   
12/9/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Il y a comme une simplicité, une évidence dans la forme qui rend fulgurant le fond.

"je n'ai pas su"

combien avons-nous de tels regrets, qui dorment au fond de notre mémoire, d'être passé, de passer, à côté de ce qui ne tenait, ne tient, qu'à un fil.

c'est un très beau libre, peint par petites touches, tout en légèreté.

Rien à ajouter, rien à enlever.

Bravo !


Oniris Copyright © 2007-2019