Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
apierre : Voyage à deux
 Publié le 25/09/20  -  7 commentaires  -  542 caractères  -  210 lectures    Autres textes du même auteur

Deux pour la route...


Voyage à deux



Pour notre voyage à deux
sur la route de briques jaunes
du temps qui passe

Nous garderons des jeux d’été
pour nos joies d’enfants sages
sur des plages ensoleillées

Des chagrins d’hiver
légers
adoucis par les tasses de vin chaud
dans nos mains froides

Des couleurs d’automne
pour nos yeux noirs
afin d’allonger
un peu
les jours finissants

Et les bouquets
que seuls savent peindre
tous les printemps précoces
dans nos cœurs


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
9/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai trouvé plaisant ce voyage tout en douceur, avec un arrière-goût mélancolique me semble-t-il... ou alors c'est mon tempérament qui me donne cette impression ; du reste ma strophe préférée est celle de l'hiver, même si je trouve un peu facile l'opposition chaud/froides.

C'est en général ce que j'aurais à reprocher à votre poème : il me semble trop évident. D'ordinaire je chéris la simplicité en poésie, mais j'aime aussi que les mots soient un peu décalés, qu'ils disent autre chose que ce qu'ils disent. Là, je ne ressens pas vraiment ce décalage. Les jours finissants de l'automne, les printemps dans les cœurs, les chagrins d'hiver, d'accord, mais à mes yeux c'est un peu court.

   Gabrielle   
15/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une proposition pour toute une vie au gré des saisons...

Les saisons de vie (strophes 2,3,4 et 5) rythment le temps qui passe (1ère strophe).

De magnifiques perspectives figurant dans ce texte où l'union permet d'adoucir les instants de vie ainsi que les étapes à franchir, rythmées ici par le changement de saison.

Un texte qui donne une très jolie définition de l'union intime (par le coeur).

   Provencao   
25/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Des chagrins d’hiver
légers
adoucis par les tasses de vin chaud
dans nos mains froides "


Mon préféré...Vous avez fort bien relevé dans ce passage, cette importance à la compréhension et à la pertinence de cette nécessité d'un juste moment, où juste temps pour l'avancée et le cheminement des sentiments et de la pensée.

Comme si ce voyage à deux était un instant, une richesse.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   papipoete   
25/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour apierre
Quand, à deux nous partirons sur le chemin de vie, laissant dans nos tiroirs des moments " d'enfants sages " ; nous pourrions venir en puiser au vent mauvais, mais nous n'aurons jamais froid au coeur... nos mains en sont témoins.
NB advienne que pourra ; tout ne sera pas rose, mais tu es là je suis là ; ne nous écartant pas de l'autre, on voyagera " à deux "
La 3e strophe fait " chaud au coeur ", quand la dernière glorifie ce peintre fameux " sa Majesté Printemps "

   Stephane   
25/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir apierre,

Un poème plaisant à lire pour ce voyage à deux dans les profondeurs insondables du temps... qui passe.

Au plaisir,

Stéphane

   Donaldo75   
27/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour apierre,

J'ai bien aimé ce poème qui commence tranquillement par un tercet dont j'apprécie la sérénité. La suite se décline en images dont tout un chacun peut prendre une partie de sa propre expérience. Cette poésie nous emmène dans une forme d'universalité déclinée dans notre vécu, ce qui me plait en tant que lecteur car je n'ai pas à reconstituer le chemin personnel d'un auteur qui me raconte sa vie.

Merci pour le partage.

   Marite   
4/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Agréable et paisible traversée à deux du temps qui passe. J'aurais bien aimé la faire mienne surtout qu'elle se termine sur une note optimiste avec les derniers vers :
" Et les bouquets
que seuls savent peindre
tous les printemps précoces
dans nos cœurs"


Oniris Copyright © 2007-2020