Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Apolluc : L'amant d'Aurore
 Publié le 23/01/20  -  7 commentaires  -  1063 caractères  -  126 lectures    Autres textes du même auteur

Ce poème est extrait de mon premier recueil de poésie " Les anges ".


L'amant d'Aurore



Savourant son sommeil au lit d'une lisière,
Aurore n'est vêtue que d'un drap de flanelle,
Son souffle parfumé fait frémir les fougères,
Et les arbres du bois font de l'ombre sur elle !

Or du feuillage sort, vigoureux comme un fauve,
Un dieu ! Son regard fond sur la belle insolite
Qui dort, l'épaule nue, dans la profonde alcôve
Que lui fait la Nature et que son rêve habite !

Se penchant pour humer de plus près son haleine,
Il frôle d'un baiser ses lèvres incroyables,
Puis, tremblant de désir, surprend ses formes pleines
En tirant prudemment l'étoffe interminable...

Mais il l'a réveillée, et le voyeur farouche
Est rentré comme un cerf au royaume des cimes !
Elle a, parmi les fleurs, écarquillé la bouche
Au troublant sentiment d'une présence intime !

Pourtant, dans un sourire, Aurore se rassure :
« Une bête m'aura reniflée au passage ! »
Telle est confiante quand la chère créature
Rejoint Morphée, à la merci des yeux sauvages !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anje   
15/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Néo-classique.

Ma première pensée à la lecture de ces quatrains ont été "quel joli poème, quelle belle idée ! Mais un petit élaguage ne serait pas inutie". Par exemple, "qui dort" à la deuxième strophe fit réagir mes neurones "ben oui, on a compris puisque toute la première strophe est consacrée à son sommeil". Et puis, qui dort, que lui fait, que son rêve... c'est pas le mieux. Alors que l'allitération du troisième vers fait bien entendre cette respiration apaisée (f...f...f...).
L'exclusivité des rimes féminines allonge chaque vers ajoutant encore à la longueur du poème. Quelques rimes masculines n'auraient pas été inutile. Par exemple sur un mot important comme un Dieu qui, placé comme il l'est même avec son point d'exclamation, est moins visible, frappant, surprenant que s'il avait té à la rime.
En matière de ponctuation, il me semble que quelques points d'exclamation ne s'imposent pas.

Une très jolie inspiration que ce sommeil d'Aurore et de son amant secret. Quelques retouches feraient de ce poème un très beau tableau.
Anje en EL.

   Corto   
15/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Eh bien il s'en passe des choses au milieu des fougères !
Ce poème très coquin est rédigé avec vivacité.

Belle mise en bouche avec " Aurore n'est vêtue que d'un drap de flanelle, Son souffle parfumé fait frémir les fougères, ".

Le décorum de la seconde strophe continue l'enchantement et l'on envie le "dieu" lorsque "Il frôle d'un baiser ses lèvres incroyables".

L'audace des deux dernières strophes est réjouissante.
Tout est dit sans le dire. Summum de l’ambiguïté. Un vrai plaisir.
"Telle est confiante...la chère créature": ben voyons !

Bravo à l'auteur.

   Lebarde   
16/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Doit on prendre ce texte comme l' histoire plutôt gentillette :
d'un satyre voyeur de passage, attiré par une "beauté divine" endormie ( c'est heureux, il a su refreiner ses pulsions!),

ou celle du Satyre de la mythologie auquel certaines allusions
( "vigoureux comme un fauve, un dieu..."ou " ..est rentré comme un cerf au royaume des cimes", " une bête m'aura reniflée au passage") pourraient sans aucun doute faire référence.

Qu'importe le fond réel de la pensée de l'auteur(e), ce poème classique est bien écrit, dans un style fluide, avec des mots bien choisis et des images sobrement suggestives qui rendent sa lecture plaisante.

Les règles classiques sont presque respectées.
Dommage pour: "vétue", "nue", "réveillée", "reniflée" et le dernier quatrain où la versification dérape franchement.

Je n'ai pas trop aimé " écarquillé" a propos de la bouche!

Dans l'ensemble, beau travail, mais quelques petits détails dans la forme et sur la fin qui auraient pu facilement être évités.

Merci
En EL

Lebarde

   Hananke   
23/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour

Un poème qui, bien qu'attrayant, souffre de quelques maux :
des tournures un peu bizarres par endroit.
ses lèvres incroyables ??
S'il frôle d'un baiser, c'est plus qu'un voyeur farouche.
Est rentré comme un cerf au royaume des cimes ???
Telle est confiante quand la chère créature? Syntaxe bizarre.

Dommage mais ces quelques singularités nuisent à l'ensemble
du texte.
Je pense qu'un retravail sur la forme pourrait embellir ce poème
et le rendre vraiment joli car son idée de fond est très poétique.

   dream   
23/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je trouve ce poème très drôle et d’une lecture agréable, mais qui ne peut en aucun cas être considéré comme « néo-classique » et pas davantage « classique » car il ne respecte pas l’alternance des rimes et des strophes. Ici, seulement de la rime « féminine ». C’est bien pour ça (et pour d’autres erreurs de prosodie) qu’il a dû été rangé en « contemporain ».

Le premier quatrain est délicieux et je ne résiste pas au plaisir de le citer :

« Savourant son sommeil au lit d’une lisière,
Aurore n’est vêtue que d’un drap de flanelle,
Son souffle parfumé fait frémir les fougères,
Et les arbres du bois font de l’ombre sur elle ! »

Mais pourquoi avoir terminé par un point d’exclamation, complètement inapproprié en ce cas ??? Même remarque concernant le dernier vers qui clôt ce poème.

À propos de « ses lèvres incroyables », je suggérerais « ses lèvres adorables ».

Quant à « Rejoint Morphée, à la/ merci des yeux sauvages », douze pieds, d’accord, mais la césure n’est pas heureuse et laisse sur une impression de lourdeur.

   papipoete   
23/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Apolluc
comme je le disais en début de semaine, il y a de l'amour, de l'érotisme délicat sur ONIRIS ces jours quelque peu agités, où l'on oublie que l'on ne fait que passer sur terre !
Et Aurore chamboule les sens de l'humain, comme de l'être de chair qui lit ce poème acidulé aux formes de la divine endormie... Qui ne descendrait pas d'un perchoir aussi haut soit-il, pour voir de plus près, cette biche endormie, sans lui causer le moindre tourment, si ce n'est qu'un regard se perdant sous son drap de flanelle...
NB comme cela fait du bien d'admirer sans convoiter, ce que l'auteur nous montre tout en délicatesse ; ce Dieu faisant songer à un écureuil, qui ne fait ni bruit ni mouvements intempestifs !
des vers si jolis ( ... dans la profonde alcôve/ que lui fait la nature et que son rêve habite )
Tout est à rêver dans ce poème et si cela pouvait être réalité : dormir tranquille sur un lit de fougère, sans qu'un violeur ne vienne ici commettre de crime.
Certes la fin du conte fait " Blanche-Neige ", mais cela fait oublier la vraie vie...
un très bon " néo-classique ", à cause en particulier des " singulier/pluriel ", des " e " en césure.
" incroyables " gâche un peu le vers, faisant penser aux lèvres botoxées, c'est dommage mais l'ensemble est si gracieux...

   Vincente   
24/1/2020
Belle évocation d'une survenance indiscrète dans la magie d'un sommeil animé. L'expression est assez enchanteresse, l'onirisme inonde le décor naturaliste, la lecture s'en trouve agréable.

Si la narration délivre une certaine cohérence dans sa progression, elle masque peu quelques incohérences qui "tuent" à mes yeux le poème. Elle a beau retracer les erratiques manifestations d'un rêve, tout de même pour que la lecture profite au lecteur, il faut un minimum de correspondances avec ce qui donne un peu de réalisme ; sinon, à quoi bon se soucier des résonances dans nos esprits humains.

Dans ce texte, je vois trop comme une "fabrication" d'une pensée masculine, assez abrupte sous le lyrisme chantant, qui fait parler une pensée féminine qui s'émoustillerait dans son sommeil par le "frôlement" d'un dieu-cerf. D'autant que celui-ci, à peine humant "l'haleine" de la belle, appose un "baiser sur ses lèvres incroyables" et sans transition "tire prudemment l'étoffe interminable…" Et quand "dans un sourire, / Aurore se rassure : « Une bête m'aura reniflée au passage ! » / Telle est confiante quand la chère créature", je vous assure, mais moi, à ce point, homme ou bien femme, je suis troublé de ces incongruités, et en particulier de leurs rapprochements temporels.
Désolé donc, car j'ai bien aimé la première strophe et plus globalement l'inventivité qui s'affirme, même si elle s'égare ici dans son propre propos. Je préfère ne pas évaluer car il me semble que le poème est intéressant mais à reconsidérer dans ses correspondances.


Oniris Copyright © 2007-2020