Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Apolluc : La mort d'Homère
 Publié le 11/02/20  -  4 commentaires  -  1044 caractères  -  96 lectures    Autres textes du même auteur

Extrait de mon premier recueil de poèmes "Les anges".


La mort d'Homère



Homère, as-tu gravi les marches Olympiennes
Le jour où ta grande âme a pris son dernier vol,
Les dieux t'ont-ils ouvert leur porte surhumaine
Pour avoir toute ta vie transmis leur parole ?

Ont-ils donné pour toi un repas fantastique
Fait de miels plus subtils que notre confiture
Et d'ambroisie, régal aux vertus mirifiques ?
Leur as-tu raconté ta terrestre aventure ?

À ton air exalté, le regard des déesses
S'est-il posé sur toi, attendri et sublime,
As-tu goûté le sel savant de leurs caresses,
Toi qui fus toujours seul à déclamer ta rime ?

Et parmi ces parfums, et parmi ces délices,
Toi qui chantas l'orgueil de la paisible Ithaque,
Ton regard extatique a-t-il croisé Ulysse,
As-tu pleuré d'amour en voyant Télémaque ?

Homère, entendras-tu ma voix qui t'interpelle,
Moi qui suis prisonnier d'une pauvre existence ?
En tout cas, quand je cherche une oreille immortelle,
Ô poète éternel ! C'est à toi que je pense !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
29/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voici une très belle adresse au poète essentiel.
Quelle belle entame avec "Les dieux t'ont-ils ouvert leur porte surhumaine Pour avoir toute ta vie transmis leur parole ?"

On sent tout au long du poème combien Homère est l'ultime référence, celui qui a envoûté lecteurs et rêveurs par ses écrits venus du fond des temps.

La scène est très vivante "Leur as-tu raconté ta terrestre aventure ?" et l'auteur fait preuve de malice "A ton air exalté, le regard des déesses S'est-il posé sur toi, attendri et sublime".

On a ici un bel hommage fait sur un ton fort original.

Le final conclue dans une belle envolée "En tout cas, quand je cherche une oreille immortelle, O poète éternel ! C'est à toi que je pense !"

Grand bravo à l'auteur.

   Donaldo75   
3/2/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

J’ai bien aimé ce poème que j’ai trouvé intéressant à la lecture, travaillé dans le genre. Son côté théâtral, son emphase à la limite de l’exagération vont bien avec le thème. Je ne suis pas un aficionado du genre mais je lui reconnais du style et j’en apprécie – avec modération – les représentations. Celle-ci me semble réussie, j’ai eu plaisir à la relire à plusieurs reprises et à imaginer la scène.

Merci pour le partage.

   Hananke   
11/2/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Un texte sympa qui nous replonge dans les aventures d'Ulysse.
De l'Iliade et l'Odyssée, de Charybde et Scylla, des sirènes,
de Pénélope qui tricotait à l'envers et de tous les personnages.
Quelques beaux vers entre autres :
Toi qui fus toujours seul à déclamer ta rime ?
Moi qui suis prisonnier d'une pauvre existence ?

Un poème qui me replonge dans l'enfance.

   papipoete   
11/2/2020
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Apolluc
" Homère, toi qui connus de la Terre aux mille saveurs, aux mille couleurs, aux mille tentations, sans les voir de tes yeux morts, y-goûtas-tu cependant ? Et te fit-on aux portes de l'Olympe mille révérences, célébra-t-on ta vie terrestre que tu n'occupas qu'à chanter les dieux ? Tu es mon modèle, mon inspiration ; je ne me confie qu'à toi...
NB là où tu es désormais, plus besoin d'yeux pour savourer la béatitude, elle est en toi, comme ces déesses " au sel savant de leurs caresses " songe le héros qui semble ne pas être beaucoup entendu sur Terre...
Je ne suis pas loin d'être illettré en mythologie, aussi ne puis-je m'avancer davantage dans le dédale d'Homère, mais pour un aveugle, je comprend qu'il vit tant de belles choses sur Terre, avant de " gravir les marches olympiennes " !
je ne sais sous quelle forme fut présenté votre texte, mais je vois quelques rimes fausses ( vol/parole ) beaucoup de hiatus !
le 6e vers me semble incongru dans ces tirades ( confiture... )
la dernière strophe, presque naïve me touche


Oniris Copyright © 2007-2020