Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
archibald : Le songe de Narcisse [Sélection GL]
 Publié le 08/08/20  -  17 commentaires  -  990 caractères  -  283 lectures    Autres textes du même auteur


Le songe de Narcisse [Sélection GL]



Sur l'eau calme du lac, Narcisse se regarde.
Tandis qu'il réfléchit face à ce grand miroir,
Il n'observe de lui qu'une image hagarde,
Dans la gorge lui vient un goût de désespoir.

Quel visage attristé que ce reflet duplique !
Le temps lui fait payer le prix de son péché,
Saturne s'indiffère à sa moindre supplique.

Narcisse verse un pleur sur cette onde penché,
Il frappe son portrait qui toujours se reforme

Car rien ne peut briser la terrible psyché.

Il frappe son portrait qui toujours se reforme,
Narcisse verse un pleur sur cette onde penché.

Saturne s'indiffère à sa moindre supplique,
Le temps lui fait payer le prix de son péché.
Quel visage attristé que ce reflet duplique !

Dans la gorge lui vient un goût de désespoir,
Il n'observe de lui qu'une image hagarde.
Tandis qu'il réfléchit face à ce grand miroir,
Sur l'eau calme du lac, Narcisse se regarde.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
25/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,


Habile, l'effet miroir présenté en poème, j'ai apprécié.
Sujet universel et très inspirant.
Pas trop amateur de poésie à tendance classique, surtout quand le sujet est dans le même sens, et ne connaissant pas suffisamment les mythes et la mythologie, il me semble pourtant que le poème manque un peu de passion. Ne sont évoqués, ici que la tristesse et le désespoir, l'autre versant, la passion amoureuse (dévorante) pour lui-même ne transparaît pas.
Détail, le verbe "reformer" ne me paraît pas très poétique ni bien beau à l'oreille.
J'apprécie le travail et la mise en page.

Merci du partage,
Éclaircie

   ANIMAL   
26/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup ce poème qui se reflète sur lui-même, comme Narcisse penché au-dessus de son étang-miroir.

Bravo pour ce travail sur la forme qui n'a pas dû être aisé, afin de permettre une lecture qui coule aussi bien dans les deux sens.

Il y a dans ce poème un équilibre musical, l'ambiance désabusée sonne juste, je ne vois rien qui dépare. Le fond est aussi réussi que la forme. Le vers de bascule est superbe et résume tout :

"Car rien ne peut briser la terrible psyché."

Une chute logique "Narcisse se regarde" pour une belle lecture.

   Anje   
26/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Contemporain

Une forme en miroir parfaite ! Avec un simple vers en guise de charnière, la symétrie est idéale. Très beau travail sur la forme qui se marie également au thème. Thème mythologique qui inspira bien d'autres plumes.

Y a-t-il un détail qui m'échappe interdisant la catégorie classique ? Cà ne peut être le vers 3 (ou 17) puisque le h de hagarde est aspiré et élide donc la voyelle le précédant.

   Myo   
27/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De la recherche dans cet écrit miroir
Un travail intéressant et original

Rien de transcendant pour le fond mais la forme vaut le détour.
Avec de parfaits alexandrins et des rimes souvent riches.

Bravo pour cela.

En EL Myo

   Hananke   
8/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour

Le principal intérêt de ce poème est, bien sûr sa présentation.
Cet effet miroir jusque dans sa forme peut paraître original ou facile
puisque, finalement, ce texte se résume à 10 vers.
J'aime bien les vers 5 et 9 :
Quel visage attristé que ce reflet duplique !
Il frappe son portrait qui toujours se reforme
Oui, effectivement, rien ne peut briser la terrible psyché.

Je retiendrai de ce texte sa présentation originale et quelques
beaux vers et je resterai sur ma faim pour sa longueur réelle.

   Lebarde   
8/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Archibald

Je vous sais très adepte des formes poétiques, originales et complexes et encore une fois vous avez parfaitement réussi le coup en produisant ce poème.
Le sujet convient par ailleurs superbement à l’effet miroir proposé:
La symétrie du reflet de Narcisse sur le grand miroir de l’eau calme du lac ( image déjà utilisée à diverses reprises mais qu’importe) est bien réussie.
Rien ne chassera jamais l’image qu’on a et qu’on donne de soi!

Dans les deux sens le propos reste très cohérent et s’enchaîne sans accroc ni heurt dans ces vers fluides et élégants.
Bravo, du beau travail qui mérite l’estime.
J’ai bien aimé et beaucoup apprécié.
Merci
Lebarde

   papipoete   
8/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour archibald
Pour l'inculte que je suis, l'image de Monsieur Narcisse m'était inconnue, et songeai qu'il pouvait s'agir de prime abord, de cette fleur penchant au-dessus de l'eau d'un lac... et prenant voix humaine se lamentait !
Heureusement, Internet n'est pas qu'une poubelle, mais pour moi une encyclopédie où mes neurones pêchent tout ce qu'ils loupèrent voici quelques lustres !
Et finalement, je n'étais pas si loin du " mythe de Narcisse ", cet apollon qui tombe amoureux de lui, image que l'onde lui renvoie quand un remous vient mourir à " cette onde psyché... "
NB comment rendre en poésie, un reflet sur l'eau que rien ne peut effacer, mieux que d'en écrire le reflet, à la virgule près !
Le double sens du second vers est bien pensé !
Le distique, avec ce geste de frapper l'eau de colère, pour qu'elle ne s'en relève pas, est mon passage préféré !
Cette forme poétique a-t-elle un nom ?
Les alexandrins se reflètent d'une partie à l'autre sans jamais fauter !

   Davide   
8/8/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour archibald,

C'est sympathique, et sans doute un peu second degré, mais je trouve que l'exercice de style, ce beau "figuralisme poétique" en miroir, est le seul intérêt du poème !
Bien que portée par de jolis vers classiques, la narration m'a paru vraiment manquer de "substance", bien trop sage, comme si l'originalité de l'exercice avait fait perdre de vue la composante essentielle du poème. Un moyen plutôt qu'une fin.

Pourtant, au second degré, ce petit poème reflète un charme certain, teinté de malice, celui d'un auteur qui aime sans doute beaucoup s'amuser...
Bon ! Moi aussi, comme Narcisse, je vais aller réfléchir dans le lac, il fait chaud ! :P

   ours   
8/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Je salue l'exercice de style et la composition qui illustre parfaitement ce personnage mythologique. Je salue d'autant plus que j'ai ressenti l'effet de surprise après ce terrible monostiche si lourd de sens.

Bravo !
Au plaisir de vous lire

   Donaldo75   
8/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour archibald,

J'ai trouvé ce poème bien composé; le thème de Narcisse est traité de manière classique, que ce soit dans la forme ou dans l'utilisation des références culturelles ou même du champ lexical. Du coup, la poésie prend un petit côté légendaire qui n'est pas sans me plaire.

C'est agréable à lire et réussi.

Bravo !

   hersen   
8/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La présentation donne à ce poème, au thème déjà utilisé tant de fois, un sang neuf.

J'ai aimé être surprise au vers charnière, ou plutôt à la reprise du vers suivant.
Mon attention a été interpelée et j'ai lu le reflet de ce que je venais de lire.
Très intéressante impression !
J'ai aussi grandement apprécié cette écriture classique, tout coule joliment.

   Cristale   
9/8/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Archibald,

Cela faisait longtemps mais quand même, tout ce temps pour dix vers ! Vingt au total, bon.
D'accord, ce sont des alexandrins, de la belle espèce, avec des rimes, forcément des rimes dont quelques riches, oui, aussi des vers allant decrescendo jusqu'au reflet de ce pauvre Narcisse qui n'en peut plus de battre son image, et voilà que les mêmes vers repartent à l'envers !
Comme une feuille pliée en deux avant que l'encre ne sèche dont je pourrais faire une "cocotte en papier" que je renverrais à son auteur avec un post-sriptum ("si le poète ne vient pas à toi, tu iras au poète...retour de la cocotte espéré "), ce miroir a troublé ma quiétude pourtant, ce poème est tout sauf perturbant.

Comment as-tu osé cette forme inusitée ?
Trop calme, trop réfléchie, trop simple, elle n'est ni dizain de Lochac, ni schaltinienne, ce double dizain en miroir Archibaldien a perturbé ma soirée, l'effet reflet sans doute, à moins que ce ne soit Narcisse qui m'ait troublée..."Sur l'eau calme du lac" et ce reflet, ce reflet, ce reflet.

Bon, trêve de non-compliments, tu pourrais malgré tout éviter les échos internes. Oui, c'est sérieux, je t'enverrai le détail sur simple demande de ta part.

Essaie de faire mieux la prochaine fois, aujourd'hui tu auras la note que ton poème mérite, ni plus, ni moins.

Cristale

   Hiraeth   
9/8/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Amusante cette structure réfléchie, en Écho inversé (quand on parle de Narcisse, la nymphe n'est jamais loin).

Dommage que le texte en lui-même manque de substance. "Tout ça pour ça", me suis-je dit à la lecture : mise à part la forme-sens je ne vois pas ce que le poème apporte de plus au mythe. Je ne suis pas non plus fan du vers pivot, trop didactique à mon goût.

La prouesse technique est méritoire, mais à l'oral elle est assez laborieuse je trouve, et certains vers sonnent creux ("Tandis qu'il réfléchit face à ce grand miroir, / Sur l'eau calme du lac, Narcisse se regarde" : c'est redondant, s'il réfléchit face au miroir c'est déjà qu'il se regarde).

Bref je n'ai pas trop aimé, mais je reste un grand fan de votre art, vous faites partie des quelques auteurs du site dont je reviens lire assez régulièrement les œuvres.

   IsaD   
9/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai particulièrement aimé ce jeu de reflet. J'avoue qu'à la première lecture, je n'en ai pas eu de suite la conscience.

Mais à la relecture, j'ai vraiment apprécié votre poésie en miroir.

   LenineBosquet   
9/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Encore un bel exemple du talent d'Archibald, une forme originale, mais classique, au service du fond. Je m'incline, comme souvent, devant cette maîtrise.
Un bémol toutefois, comme d'autres commentateurs je regrette un peu, mais si peu, le manque de substance du fond, qui effectivement ne rajoute rien à ce mythe si souvent narré.

   jfmoods   
13/8/2020
Dans ce poème en miroir, fermé, cadenassé, le regard du lecteur se trouve insensiblement attiré par le point de basculement du vers 10. L'aspect catégorique du propos (négation : "rien ne") et l'adjectif qualificatif "terrible" mettent en lumière la situation profondément tragique du personnage. Courroucée, la déesse se montre inaccessible à la pitié. Quel déchirant constat, pour le vaniteux, que de voir sa beauté lentement dépérir !

Merci pour ce partage !

   Romuald   
17/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J´aime beaucoup le rythme du poème

Je trouve l´inversement des vers subtil et musical

Le vers "Narcisse verse un pleur sur cette onde penché" est très bien trouvé et balancé


Oniris Copyright © 2007-2020