Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
areski : Sans
 Publié le 04/11/07  -  4 commentaires  -  834 caractères  -  54 lectures    Autres textes du même auteur

sans


Sans



J'ai éméché le masque
De l'irrémédiable
Je t'ai allongé
Velours, sur mes nuits de démence
J'ai assouvi le vent
Qui voilait ton regard
J'ai refermé la porte
Lourde de souvenirs
J'ai mis le soleil
En face de ton absence
Au faste des désirs
Oblitérant ton corps
J'ai survécu d'éclairs
D'amours éparpillées
Géométrie immaculée
Dans un frisson d'étoiles
Je vais à la dérive
Oiseau mazouté
Prophète étrange
De la nuit
Farouche solitude
Dans l'extase des désintégrations
Je vis entre la ronde
Des stellations nomades
Dans le lourd pollen des nuits
Aux doigts feutrés...



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Absolue   
4/11/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je n'ai pas tout compris mais l'ensemble me parle...

   Anonyme   
5/11/2007
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Sur la forme on dirait le poème écrit en deux fois, sur une ligne de partage en plein milieu du nombre de lignes...

Donc j'aime la première partie, pas la seconde !

   clementine   
6/11/2007
Moi aussi ,j'aime bien davantage la première partie que la deuxième.
Il y a une musique et le tout est agréable.

   Anonyme   
23/7/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Étrange écrit qui me rend hésitante, certaines phrases me parlent comme ici dans cette partie du texte :

" J'ai assouvi le vent
Qui voilait ton regard
J'ai refermé la porte
Lourde de souvenirs "

Je suis moins convaincu par le reste du texte, qui ensuite me parle par petites brides par-ci par-là "Je vais à la dérive", "J'ai survécu d'éclairs", 'D'amours éparpillés".

J'aurais aimé cependant un "Sans" bien plus marquant, j'aurais aimé sentir toute la profondeur qu'inspire ce "Sans", je n'ai rien ressenti de tel. Et puis par moment le texte échappe à ma compréhension.


Oniris Copyright © 2007-2020