Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Arlet : V’là Emile
 Publié le 10/03/16  -  16 commentaires  -  1094 caractères  -  184 lectures    Autres textes du même auteur

Une simple histoire…


V’là Emile



Tiens, v’là Emile
Il était parti vivre en ville,
Nous regardait avec mépris
Avec ses beaux souliers vernis.
Les nôtres marchaient dans la terre
Ils laissaient des traces derrière,
Emile était toujours bien mis
Nous n’avions pas de beaux habits.

Tiens, v’là Emile
Il est là, triste et immobile,
Nous allons tous la main tendue
Lui dire que rien n’est perdu.
Voilà qu’il revient au pays
Nous l’accueillons comme un ami,
Même la Suzon qui a tant pleuré
Sûr qu’elle va lui pardonner.

Tiens, v’là Emile
Il marche de son pas tranquille,
Il s’en va labourer aux champs
Il travaille le cœur content.
Lorsque le soleil est trop chaud
Emile met un vieux chapeau,
Et le soir, la journée finie
En sifflotant rentre chez lui.

Tiens, v’là Emile
Il a mis ses habits de ville,
Avec la Suzon à son bras
Il avance sous les hourras.
Tout le village est rassemblé
Tous veulent les féliciter,
On entend dans le brouhaha
Vive la mariée, etc.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mauron   
12/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Votre texte ressemble plutôt à une chanson, il en a le rythme et la régularité. D'ailleurs, je vous suggère d'élider quelques mots, comme cela est possible dans des chansons populaires (et votre poème en a le ton), afin que vos vers soient tous réguliers: par exemple: "Mêm' la Suzon qu'a tant pleuré" ou encore: "Viv' la mariée, etc." D'ailleurs, votre "v'la" commence le travail. Pourquoi ne pas le poursuivre?...

   Lulu   
14/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

j'ai bien aimé ce poème au rythme plaisant. Il sonne en effet comme une chanson. Il ne manque plus qu'un peu de musique pour ce retour au village et on y est. En tout cas, la musique des mots est là.

C'est assez concis. On a très peu d'éléments sur la vie d'Emile, mais on a l'essentiel. Il compte pour les autres qui savent l'accueillir dans "le brouhaha".

Enfin, j'ai bien aimé le dernier vers. Concis comme le reste, mais ouvert à l'imaginaire du lecteur.

   Ramana   
18/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Mais c'est pas Émile, on croirait Gigi L'Amoroso, le beau napolitain chanté par Dalida ! Lui, Gigi, il revient des États-Unis, alors qu’Émile, le bougre, il n'est pas allé si loin, il est passé de la terre au bitume, et re du bitume à la terre !
C'est une histoire bien gentillette, ils se marièrent et l'on présume qu'ils eurent beaucoup d'enfants, lui et cette bonne Suzon.
J'apprécie votre ode à la simplicité, qui nous laisse entendre que bonheur et mondanités ne font pas la paire, et que par ailleurs vivre tout près de la nature peut rendre heureux, surtout avec à ses côtés une jolie femme.

   GilbertGossyen   
10/3/2016
Commentaire modéré

   Anonyme   
10/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Une histoire simple mais si joliment racontée que j'ai eu de petits frissons de plaisir.
Manque une petite musique et votre texte ferait une bien jolie chanson.
:-)

   Pimpette   
10/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Presque simpliste mais si joyeux...
Enlevé, rythmé...une chanson!
je me la chante d'ailleurs en la lisant...sous la douche comme veut la tradition!
J'aime!

Tiens! vlà Pimpette!

   papipoete   
10/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Arlet ; Emile, beaux habits et souliers vernis, à la ville est parti, hautain .
Emile, beaux habits et souliers vernis, de la ville est revenu, défait .
Emile, un vieux chapeau sur la tête, laboure, les pieds dans la terre .
Emile, beaux habits et souliers vernis, Suzon à son bras, s'avance dans le village ; il nous est revenu...
Simple comme une histoire inventée, pour endormir les petits au lit, tout attendris ...

   Anonyme   
10/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Arlet... Un retour à la terre agréablement mis en vers et qui pourrait devenir une chansonnette !
Juste une petite remarque, pourquoi pas plutôt "Tiens, v'là l'Emile !" qui évite (à-é), hiatus pas très facile à chantonner...
Un p'tit texte sympa sans prise de tête ! Merci

   Anonyme   
10/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
" Ils quittent un à un le pays ... (J.Ferrat) ".
" On dirait qu'ça t'gêne de marcher dans la boue (M.Delpech)"
Cet attrait de la ville... Mais ne réussit pas qui veut ou croit.
Cet Emile a tenté mais revient aux sources, là où sera son bonheur.

Une histoire simple et agréable à lire

   leni   
10/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
a Arlet Une histoire simple qui se lit d'un trait Quelques images en situation d'"exil" qui font sourire

Même la Suzon qui a tant pleuré
Sûr qu’elle va lui pardonner.

Lorsque le soleil est trop chaud
Emile met un vieux chapeau,

Tiens, v’là Emile
Il a mis ses habits de ville,
Avec la Suzon à son bras
Il avance sous les hourras.

Enfin le retour comme l'italien qui est parti acheter des cigarettes

Il est sympa Emile
Salut cordial à l'artiste Leni

   GilbertGossyen   
10/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'avais mis le commentaire suivant:

"Un joli poème sur le retour à la terre.
A méditer."

mais il a été modéré car, il est vrai, trop succint. J'élabore, donc.

Ce texte me fait penser à "La montagne" de Jean Ferrat ou "Aux murs de poussière" de Francis Cabrel. Mais à la différence du premier, Emile retourne à la terre, et à la différence du second, il ne se "brûle pas les yeux sur son loppin de terre" en revenant chez lui. Donc j'aime beaucoup le fond qui entre en résonance avec mes origines rurales et mon envie, parfois, d'y retourner (sans les pesticides).

En ce qui concerne la forme, je ne me sens pas assez fort pour la juger.

Merci

   luciole   
10/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Il y a quelque chose de simple dans les mots, le rythme, les rimes ou assonances qui convient parfaitement au propos du poème.
Son optimisme - puisqu'il décrit un monde rural sans jalousies, sans médisances, acceptant la différence - m'a également plu.

   StayinOliv   
11/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien aimé votre texte, simple, humain et plein d'espoir. Je regrette toutefois certaines tournures, certaines vers qui heurtent un peu ma lecture. La dernière strophe surtout, c'est celle que je trouve la moins réussie. " Tout " et " Tous " à la suite ne rend pas très joli, et le " etc " à la fin me déçoit comme fin. En dépit de cela bravo pour la belle simplicité de votre poème !

   Francis   
11/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Heureux qui comme Émile a quitté ses chaussures vernies pour retourner là où étaient ses racines. L'amour de Suzon, l'accueil de ses amis d'enfance vont vite lui faire oublier son escapade vers la grande ville. Le texte est sans artifice à l'image, au diapason des villageois. Un petit refrain entre chaque strophe en ferait une petite chanson agréable à fredonner.

   Sofi   
13/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai lu votre poème comme une jolie comptine, une belle musicalité, des images simples et jolies.

   Alcirion   
13/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Ce poème m'évoque... Jacques Brel et Georges Brassens. Ces gens-là, les Flamandes, les Bigotes, Mathilde... pour Brel. Pauvre Martin, La Mauvaise Réputation, Le Fossoyeur... pour Brassens. Le goût pour un style, un ton désuet, souvent dans des ambiances rustiques. Une volonté d'être anachronique en somme. L'exercice est très réussi.

   Teneris   
13/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime beaucoup la légèreté rythmique de ce poème, contrastant agréablement avec le sérieux des sujets qu'il aborde, comme une chanson dont la mélodie adoucit les affres du quotidien !


Oniris Copyright © 2007-2020