Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
asics : Invitation galante
 Publié le 09/01/09  -  9 commentaires  -  966 caractères  -  366 lectures    Autres textes du même auteur

Une proposition des plus raisonnable, faite à une femme.


Invitation galante



« L'authentique ne délivre que le beau, Comme d'harmonieux chants lyriques,
Distillant de fins propos, Qu'apprécieront les âmes poétiques. »


Le charme fou d'une femme, à l'esprit ô combien facile
Avait les yeux comme l'âme, claire et résolument docile.

Offrez-moi jolie dame et sans plus attendre, la peau tendre de votre cou,
Sans compter que je puisse y pendre, de lourds colliers ou de fins bijoux.

Élégante proposition, n'offrant aucuns espoirs, ni d'injustes promesses,
Replace ainsi dans le contexte, l'échange préparatoire, à de biens fondées politesses.

Je pourrais alors, sans vous y méprendre, vous offrir quelques délicieux mots,
Que vous ne pourrez évidement me rendre, qu'en trouvant la justesse de vos propos.

À présent, il est temps de prendre le recul, pressant le pas de vos choix,
Qui chargeront comme une mule, votre vie, déjà faite d'inutiles poids.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   lotus   
9/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup ce genre de discours un peu "précieux".

Je me suis imaginée "marquise" le temps de ces quelques vers .

Ma première lecture matinale fut un plaisir.

   Anonyme   
9/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très élégant...

   Francesca89   
9/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bon début de sensualité, de promesses. Mais en m'imaginant en tant que galante...le galant ne m'a pas laissé devant un choix..mais sur mon appétit! Les mots n'ont pas éveiller mes sens..mais bon essais.

   Anonyme   
9/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Je reste sur ma faim...C'est tout? Comme aurait dit Roxane: "vous avez la goutte à l'imaginative!". Encore,encore, déliez vos sentiments!

C'est courtois à souhait, et j'en reprendrais bien quelques vers...

(Ne dit-on pas "aucun espoir"? Il me semble qu'aucun dans ce contexte est toujours singulier)

   David   
10/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Asics,

J'ai bien aimé la forme du poème, qui sort bien du classique avec ses vers très longs, groupés par deux. Pour le ton courtois je l'ai trouvé moins bien rendu pour la chute, les deux derniers vers.

   Ephemere   
10/1/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
bonjour, des vers trop longs pour poésie moderne, plutôt vers libres avec rimes.
"Avait les yeux comme l'âme, claire et résolument docile" ; si tu compares les yeux à l'âme, il faut qualifier les yeux pas l'âme ; c'est quoi des yeux dociles ?
C'est agréable à lire cependant à part "qu'en trouvant la justesse de vos propos" et "Qui chargeront comme une mule, votre vie, déjà faite d'inutiles poids."
bonne journée
FMR

   nico84   
11/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Comme les autres commentateurs, j'ai aimé une certaine délicatesse, une atmosphére "précieuse" tout en ayant ce sentiment d'inachevé. J'aurais voulu saoir davantage, découvrir et assouvir ma curiosité.

Merci pour ces mots.

   Faige   
30/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Joli texte, malgré quelques réserves ; le ton "précieux" en effet m'a amusée, mais le risque de ce style c'est qu'il est intransigeant : soit ça marche du tout au tout, soit ça tombe. En l'occurrence, j'ai beaucoup aimé les deux premières strophes et la dernière, avec leurs bonheurs ("le pas de vos choix...", les colliers et bijoux de la première strophes...), mais beaucoup moins les autres, qui m'ont semblé moins "légères" ("que...", "qu'en..."dans l'avant-dernière strophe, ou bien le mot "contexte"qui a heurté ma lecture dans la troisième strophe).

   Anonyme   
2/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème plaisant à lire, mais qui par instant, du fait de certaines phrases, montre des faiblesses.

Les trois premières strophes sont vraiment charmantes et élégantes, moins les deux dernières.

J'ai eu un peu de mal avec ces tournures :

- Je pourrais alors, sans vous y méprendre
- Qu'en trouvant ...
- Qui chargeront comme une mule ( le mot mule, me paraît être là pour la rime, il n'est pas très "galant", en parlant de la vie d'une femme.

J'ai beaucoup apprécié le travail des rimes intérieures, qui pourraient former un poème à elles seules.


Oniris Copyright © 2007-2022