Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
AxelDambre : Tout de bleu naufragé
 Publié le 16/11/16  -  12 commentaires  -  597 caractères  -  227 lectures    Autres textes du même auteur

Feu, Foi et Servitude.


Tout de bleu naufragé



Tout de bleu naufragé je repeindrai nos corps
Et saurai de l’absence oublier jusqu’au nom
J’ai tant vécu de toi qu’en ultime saison
J’effeuillerai le temps des couleurs de l’aurore

Fille brune des lacs à tes pieds je dépose
Un œillet crucifère une opale de lune
Un diadème candace et le secret des runes
Au-dessus de ces mains qui sont bien peu de chose

J’irai perdre là-bas ce qui reste des fées
Moi l’orant incroyant que ton soleil consume
Et qui lit dans le vent le cantique des brumes
J’irai noyer l’amour aux frimas des nuées


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ora   
18/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Magique! Je plonge mon regard en vos mots comme je le ferais dans une boule de cristal ou sur les mots jaunis d'un vieux grimoire qui révèle ses secrets par la poésie des mots. J'y vois la merveille d'un amour où se mêlent le réel et l'irréel dans une danse magnifique.

Mes passages préférés:
J’effeuillerai le temps des couleurs de l’aurore
Et qui lit dans le vent le cantique des brumes

Bravo!

   papipoete   
25/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
néo classique
un poème de promesses pour cette " fille brune des lacs " que le héros se promet de réaliser, empli des fièvres de l'amour .
NB le 1er et 4e vers ont des rimes non accordables ( masculine/féminine )
" diadème " se prononce en diérèse ( 13 pieds )
la ponctuation est cruellement absente !
papipoète

   LeopoldPartisan   
31/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Est ce le néo-classissisme de cette oeuvre qui me perturbe, mais de nouveau après cette lecture agréable et bien structurée aux images riches, j'ai à nouveau l'impression que la poésie est définitivement morte à la fin du 19ème siècle pour nombre de versificateurs et cela me déprime au plus au point. Tant de talents aux services du manque d'originalité me confondent. désolé...

   Donaldo75   
31/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Un poème bien rythmé, équilibré et agréable à lire.

Le premier quatrain décrit bien le sentiment pictural de l'amour.
Le second quatrain est évocateur, avec un vocable féérique; la ponctuation, ou plutôt son absence, rend la lecture fluide.
Le troisième quatrain termine bien ce court poème, avec toujours ces références classiques (fées, orant, cantique) et religieuses qui donnent le ton général de l'ensemble.

Réussi.

Merci pour la lecture,

Donald

   sourdes   
16/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour AxelDambre,

dès le début, j'ai été attiré par le rapprochement des couleurs et des situations. Par exemple le bleu naufragé, la couleur la plus froide et "les couleurs de l'aurore" dont on sait qu'elles évoluent progressivement vers les couleurs les plus chaudes. Le paroxysme du chaud et du froid est atteint au troisième vers de la seconde strophe, par le rapprochement de la Nubie, "diadème candace" et de la Scandinavie, "secret des runes", si j'ai bien compris. L'éclat du diadème et le crypto-alphabet. Le dernier vers conclut avec un rapprochement de l'amour et des frimas qui m'invite à penser que votre poème pourrait être à la fois un hymne, le chaud, et une élégie, le froid.
Sur la forme néo-classique du poème, je partage les remarques déjà faites.

Merci pour cette invitation délicate.

   Anonyme   
16/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir,

Un beau poème servi par des quatrains aux vers de qualité, même si je regrette un peu l'absence de ponctuation. Ceci dit, cela ne m'a pas tant dérangé que ça, donc bravo !

Wall-E

   HadrienM   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Joli cantique.

L'écriture est assurément puissante : l'érotisme latent de ces vers est permis par une fluidité et une solidité des images.

Le poète est un "orant incroyant". La bouche du poète est d'or et d'astre. On croirait Salomé un homme.

Le poème est excellent ; compliments.

Bien à toi,

   Pouet   
17/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

Rien de très constructif à dire si ce n'est que j'ai beaucoup aimé lire. Certes la forme est classique, le fond aussi d'ailleurs. J'ai toutefois fort apprécié ces vers, les images, les tournures...

Il se dégage une réelle force évocatrice de ce poème.

J'ai appris "candace", l'équivalent de pharaon pour une femme si j'ai bien compris.

Bref il est parfois difficile d'exprimer pourquoi l'on aime (ou pas) un texte. Question de "sensation" je pense.

Au plaisir.

   MissNeko   
17/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Il y a beaucoup de magie et de délicatesse dans votre poème.
J t ai vu une dualité entre des vers, des mots qui évoquent la vie et d autres la mort ( naufragés, ultime saison).
Un beau moment de lecture.

   emilia   
18/11/2016
Trois quatrains riches en évocation qui semblent sublimer un amour intense mais perdu, ce que laisse suggérer le terme « naufragé »…, me rappelant à la fois le célèbre vers d’Aragon : « J’ai tout appris de toi… » et celui de Brel réunis : « Je t’offrirai des perles de pluie… » ; ici, le chevalier servant s’agenouille aux pieds de sa belle comme pour lui adresser une prière et mieux la retenir, lui offrant une fleur et des bijoux : « un œillet, une opale de lune et un diadème » pour la couronner reine, sans oublier « le secret des runes » cette antique sagesse astrale et mystique permettant d’exprimer de façon symbolique une certaine divination qui peut atteindre l’illumination, jusqu’à « lire dans le vent le cantique des brumes… » ; un zeste de mystère légendaire et de charmantes images comme « effeuiller le temps », malgré les mots « crucifère et candace » certes très « savants » qui apportent une sonorité moins agréable, me semble-t-il…Au final, le feu de l’amour éteint par les frimas et qui s’achèvera « noyé »… peut-être pour échapper à une certaine forme de servitude…

   hersen   
18/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup votre poème, chaque lecture supplémentaire m'apporte plus de plaisir;

je ne peux malheureusement pas être utile à grand-chose car je ne sais pas décortiquer un poème que je dirais si complet;

Je ne sais pas décortiquer un poème tout court, pour dire la vérité.

Complet dans les images qu'il offre et dans le sentiment qu'il laisse après lecture;

Mais même sans pouvoir en parler mieux, ou en tout cas de façon constructive, j'avais envie de vous dire cela, que je l'aime.

hersen

   SaintEmoi   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
J'aime l'ambiance de votre poème, ses fleurs, ses bijoux, et cette nature poétique que sont les aurores, les aubes, les brumes.
Merci pour ce voyage?


Oniris Copyright © 2007-2022