Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : L'eau rouge
 Publié le 16/11/16  -  17 commentaires  -  660 caractères  -  237 lectures    Autres textes du même auteur

Allégorie du temps présent.


L'eau rouge



Les hurlements de l'eau
font du rouge dans les fontaines

Qui a versé ses déchirements
de douleurs dans l'eau ?

L'eau vierge s'ébroue
parmi les animaux sauvages
Elle perd ses colliers de reflets
dans les marasmes inconnus

Les hurlements de l'eau
ont fait du rouge dans les verres d'eau

L'eau folle rince les foules
enorgueillies de feu
Vengeresse elle emporte
dans ses boues déchiquetées
les traces des bombes humaines

Les hurlements de l'eau
font le teint rouge aux bourreaux

Qui a dissout ses poisons
de fiel saupoudrés dans l'eau ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
19/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je ne peux imaginer ce texte qu'en relation avec les évènements tragiques de l'année. Et c'est en cela que je le trouve évocateur à la fois d'une amertume et d'une colère contenue.
Je regrette un peu que s'agissant de libre la narration utilise un peu excessivement des verbes passe partout : Font - ont - a
Il me semble que les questions seraient aussi pertinentes exprimées au présent:
"Qui a versé ses déchirements -?-" (Qui verse ?)
"Qui a dissout ses poisons -?-" (Qui dissout ?)
Et aussi:
"Les hurlements de l'eau
ont fait du rouge dans les verres d'eau"
Les hurlements de l'eau
rougissent dans les verres d'eau.

Par contre, j'ai beaucoup apprécié les paragraphes développés et le thème.

   Ora   
18/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
L'impression globale à la lecture de votre poème est positive, certaines images me plaisent particulièrement: "L'eau vierge s'ébroue /parmi les animaux sauvages"
Mais je sens qu'il me manque des clés pour apprécier votre poème dans son entièreté.

   socque   
27/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup l'idée, et je trouve qu'elle aurait mérité une expression plus ramassée, plus percutante. Par exemple,
Qui a versé ses déchirements
de douleurs dans l'eau ?
me frappe, mais comme au ralenti. La structure me plaît, cet écartèlement entre "a versé" et "dans l'eau", mais je me dis que "déchirements" est de trop. De même, à la fin, pourquoi ce "saupoudrés" presque précieux ? Pour moi, il ôte beaucoup de force.

De belles associations, je trouve :
ses colliers de reflets
dans les marasmes inconnus
L'eau folle rince les foules
mais, donc, un manque de contraste à mon goût entre les vers plus contemplatifs et les pointes des hurlements de l'eau et des questions "Qui...", que je trouve émoussées. L'expression, à mon avis, n'est pas tout à fait sortie de la gangue de l'idée.

   Alcirion   
27/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Un texte intéressant, une optique surréaliste avec des images très suggestives, évocatrices. Le plus important dans ce genre, à mon sens, c'est de les justifier, c'est à dire que le sens soit présent, même s'il peut rester flou ou sibyllin.

   Brume   
27/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Un poème sombre, l'eau est éclaboussée de sang.
Malgré le sujet j'ose dire que les images sont sublimes. Les images ne font pas dans l'esthétisme, je trouve qu'elles donnent de la force au poème et n'effacent pas l'horreur, elles le décrivent autrement avec originalité.
Une poésie comme une touche de peinture pour dénoncer une atrocité.

   thea   
30/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

J'ai lu, relu, suis un peu déçue..
le texte véhicule des choses terribles (l'eau, le sang)(les boues déchiquetées)( bombes humaines)
je pense évidemment aux attentats, mais je n'entends pas les hurlements, je lis des métaphores, mais il manque l'essentiel le cri de l'âme de la victime ou bourreau...
belle recherche de métaphores
intéressant par le thème

   Marite   
16/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
" L'eau folle rince les foules
enorgueillies de feu
Vengeresse elle emporte
dans ses boues déchiquetées
les traces des bombes humaines"
Cette strophe me plaît et "me parle", l'eau étant souvent associée à la fonction de lavage et de purification. Elle me fait penser aux puissants jets d'eau utilisés pour calmer les foules en colère et effacer le chaos subsistant sur les lieux d'affrontements ou d'attentats.
J'ai cependant un peu de difficulté avec la première strophe, la quatrième et les deux dernières. Peut-être parce que l'auteur a vécu et traversé des évènements que je n'ai pas ressentis "en direct".
Cela dit, la structure de ce poème en vers libres m'apparaît bien équilibrée, chaque strophe exprime un ressenti, j'ai presque envie de dire " un vécu ". Une bonne poésie en vers libres à mon sens.

   arigo   
16/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup accroché sur le titre, j'avoue qu'il m'intriguait et que je le regardais défiler dans les "poésies en attente".

Cet écrit se met facilement en lien avec des épisodes tragiques tels quels attentats ou autres atrocités de ce genre.

C'est une délicate manière d'aborder ces événements, avec sobriété, sans tomber dans la facilité (description d'une scène tragique avec un rejet téléphoné de la haine etc etc).

Merci pour le partage,

Arigo

   papipoete   
16/11/2016
bonjour MissNode,
Je devine malheureusement la scène, qu'en vers " savants " vous dépeigniez ; mais l'abstrait de votre vocabulaire ne coule pas à mes yeux aussi clairement que ce "rouge " qui teint de sang l'eau des fontaines .
Je ne doute pas que des connaisseurs apprécieront ce poème aux images cruelles .

   Anonyme   
16/11/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonsoir,

Je n'explique pas les points d'interrogation, c'est ce qui me chiffonne le plus, sachant qu'en plus il n'y a pas d'autre signe de ponctuation dans le reste du poème... Je me demande alors pourquoi en avoir mis là et pas ailleurs... Et pourquoi même les avoir mis tout court...

Pour le reste, il y a du travail, mais je n'ai pas plus accroché que ça.

Wall-E

   plumette   
16/11/2016
Je n'accroche pas avec les hurlements de l'eau et cela entrave ma lecture.
De la force pourtant, je m'approche un peu mais n'arrive pas à partager cet univers.
Dommage
Je ne mets pas d'appréciation car je suis dans une totale subjectivité et ne me sens pas apte dans ce contexte à juger de la forme et de l'écriture.

Plumette

   HadrienM   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
L'eau a du caractère. Malgré un certain hermétisme (on ne comprend trop ce que signifient les "marasmes inconnus", par exemple), le poème s'attache à désigner, par la puissance d'une écriture maîtrisée, le roman de la fin d'un monde. La violence répond à la beauté vierge.

L'eau est "vengeresse", et le lecteur assiste à un chaos.

Le poème est plutôt plaisant. Il est mis en exergue que c'est une "allégorie du temps présent".

La réalité de ce monde, "les bombes humaines", constitue un intéressant réceptacle de cette sorte de lyrisme. Parfois trop exacerbé néanmoins.

Le poème est intéressant. Compliments.

Bien à toi,

   MissNeko   
17/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Votre poème m a déroutée. Sur la forme je le trouve vraiment beau et élégant.

Sur le fond : On ressent certaines émotions. On est dérangés par l idée de l eau sanguinolente,la douleur ...
le sujet demeure un peu flou par contre
A vous relire

   MissNode   
18/11/2016

   Lulu   
19/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNode,

je ne suis pas sûre de tout saisir à la lecture de ce poème au vocabulaire simple, pourtant. Cela dit, j'aime beaucoup la façon dont je l'ai appréhendé, l'ayant d'abord trouvé très original.

Vous partez en effet de l'eau, cette chose pure, ou qui connote la pureté, pour en faire quelque chose de troublant.

L'homme semble être au cœur de votre questionnement. Les premiers mots sont à cet égard très bien exprimés, je trouve, et poignants "Qui a versé ses déchirements / de douleurs dans l'eau ?"

S'il y a un peu de flou dans le texte, si tout n'est pas explicite, je trouve cela particulièrement suggestif, ce que j'apprécie beaucoup. On complète les images et les questions avec nos propres inconnues.

Les images sont d'ailleurs très belles et percutantes. Je pense notamment à la troisième strophe, et à la cinquième.

Au plaisir de vous relire.

   CeriseGato   
24/1/2017
tant de questions pour si peu de réponses
l'eau, rouge à lèvres, en hurlant, fait des bulles sans dire un mot
juste des bulles de vers de terre rassasiés

   Anonyme   
24/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Je trouve intéressante l'image inversée de "l'eau vierge qui s'ébroue parmi les animaux sauvages". Elle évoque l'image utilisée dans le poème "A la musique" de Rimbaud où "le notaire pend à ses breloques à chiffres". Je ne sais si c'était votre intention d'évoquer cette figure de style mais que ce soit le cas ou non j'aime ce genre de clin d'œil. Paul Valéry n'agissait pas différemment dans ses poèmes et c'est un bien de créer une forme de connivence entre l'auteur et son lecteur.
En revanche je suis plus circonspect avec l'usage de "marasmes inconnus" dont je ne saisis pas le sens à la première lecture. Le marasme indique un dessèchement, un ralentissement ou une dépression et je ne sais quel couvert utiliser pour goûter ce met.
D'une manière un peu générale, après une toute première lecture qui m'avait laissé dubitatif, ce poème est bien mené et l'auteur chante littéralement avec l'eau au fil des vers. Le rythme vif n'est pas pour peu dans cette impression chantante et tout est bien conduit. Vous parlez de la violence des eaux et, pour reprendre une expression de Brecht, vous suggérez en creux cette violence des rives dont personne ne parle jamais. (Auquel cas il se pourrait que les fameux marasmes qui me sont inconnus au moment ou j'écris ces lignes figurent en quelques sorte les rives qui enserrent les eaux et communiquent aux flots la violence de leur inertie. )
En ce qui concerne le dernier distique, je suis un peu déçu car il devrait précisément confirmer que les bourreaux du distique précédent sont ceux qui ont dissout le poison, hors celui-ci est construit en forme de question ce qui en quelque sorte annihile ou en tout cas affaiblit le second vers du distique précédent.

J'irai lire vos réponses sur le fil que vous avez créé si vous jugez bon de répondre.

En tout cas bravo !


Oniris Copyright © 2007-2018