Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Bartik : Quand vient le froid
 Publié le 13/03/17  -  5 commentaires  -  1351 caractères  -  159 lectures    Autres textes du même auteur

Randonnée hivernale.


Quand vient le froid



Chaud les marrons et haut les cœurs
Quand vient le froid
Je me réjouis de cette étreinte de glace
Qui vivifie anoblit glorifie statufie
Et je marche je m’arrache immortalisé
Dans une pose transie
Sans tristesse apprentie ni sang de métier
Le rouge décoratif
Récompense l’insoluble contradiction de l’aspiration
Aux randonnées congelées
Dans l’attente et l’espérance
De chaudes retrouvailles sucrées et caloriques
À souhait
Et tant pis si j’éternue
À mes souhaits
L’effroi et l’ennui arrosent de glace l’ivresse
De l’habit cultuel d’une société craintive et frileuse
Dont la riche poubelle désosse avide
Le trop-plein huileux
Protection ultime contre la claque solaire
Et le moine tranquille
Renonçant à la clarté divine
Marche sans dépit dans la nuit pleine
Sans lumière sans folie
Réjouissante cryogénie
Folle péripétie divinatrice dans l’austérité de l’âge
J’annonce et renonce
Les adieux sont secs
L’épaisseur nous quitte au profit d’une saine restriction
Sainte ambition
Bonne résolution du vent écorcheur et de la lune assassine
Revenir indemne mais édifié
En bonhomme de neige ou œuvre temporaire
Dont la flamme acheminée
Ne laissera que l’épluchure
Dans une flaque.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pouet   
21/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

J'ai aimé ce poème dont j'ai trouvé le premier vers accrocheur et que je n'ai pas lâché par la suite.

Une vision originale, des métaphores qui me parlent bien. On sent une liberté d'écriture, l'impression (peut-être erronée) que cela a été écrit d'une traite, ça me plaît. Un texte intéressant.

Pouet

   Sodapop   
13/3/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Bartik,
Votre poème m'a transporté, dès le départ, j'ai été accroché par vos vers. Pourtant très simples, sans fioriture, on sent une écriture très directe, sans ponctuation, sans détour, j'aime assez bien ce style où le rythme prime sur tout le reste. C'est très mélodique, presque musical, dans la construction. Bravo pour ce travail et ce texte très polaire.

   Anonyme   
13/3/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Bartik,

Peut-être le pavé est-il un peu indigeste à la lecture sur écran ; un interligne par-ci par-là aurait sans doute aidé à une décongélation plus rapide.
Mais Ah que voilà un texte vivifiant. J’ai été immédiatement transporté par ce style limpide, plein d’ironie, d’astuce et d’invention.
Cette randonnée congelée, je la lis comme une remise de médaille à l'âge des bilans, dont « L’effroi et l’ennui arrosent de glace l’ivresse ». Si je ne me suis pas trompé d’analyse, je reste époustouflé, éclaboussé par cette écume qui jaillit de toutes parts. La richesse est telle que certaines gouttes m’échappent encore, mais je me dis que l’auteur a fait les efforts suffisants pour donner à comprendre. Du grand art.

Drôle cette « apprentie » adjectivée pour qualifier la tristesse. Mais il y en a tant d'autres. Et puis l’absence de ponctuation aide à se perdre dans cette comédie humaine.

Bartik, vous êtes sans nul doute une bonne recrue pour le site. Peut-être aurons-nous le plaisir de vous lire en commentaires ou sur les forums, à propos de vos écrits ou de choses moins intéressantes.

Ludi
pose de médailles garantie sans goutte de sang.

   Dupark   
13/3/2017
 a aimé ce texte 
Bien
La malice !
Cryogénie pour qu'on crie au génie. Trop fort !

La musique est bonne ♪

Marrante la répétition à l'oreille de "san" : "Sans tristesse apprentie ni sang de métier".

Insolites les références verticales : cultuel/moine/divine/divinatrice/Sainte. Quand vient la mort, on se rapproche du divin, des forces de l'Esprit. C'est ça le titre "Quand vient le froid"? Quand la mort approche? "la nuit pleine"... "les adieux"... "austérité de l’âge"
Mais alors, que faire de "Revenir indemne" et de "Dans l’attente et l’espérance De chaudes retrouvailles sucrées" ? L'auteur a perdu un être cher qu'il va retrouver? C'est troublant.

Enigmatique "claque solaire"... réchauffement climatique? Comprends pas.

J'ai lu et relu. La musique est bonne ♪

   Proseuse   
13/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Bartik,

J' ai beaucoup apprécié votre poème, curieusement ( comme vos mots d' ailleurs! ) je me suis -tassée- sur moi-même comme pour me tenir chaud dans ce froid ! une posture bizarre de lecteur , mais voilà, c' est ainsi, tout comme, je me suis réjouit aussi :
"Dans l’attente et l’espérance
De chaudes retrouvailles sucrées et caloriques
À souhait"
Enfin, il y a de bien belles trouvailles dans votre poème et maintenant que je suis un peu réchauffée , je vous remercie bien de ce partage


Oniris Copyright © 2007-2019