Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Bastien : Une toile un fleuve
 Publié le 22/10/20  -  5 commentaires  -  425 caractères  -  86 lectures    Autres textes du même auteur

Jeu de rimes et peinture fluviale.


Une toile un fleuve



Peins-moi les nuées de mes sentiments clairs
Qui sous les réverbères d’un air désabusé
Arpentent les allées dans la masse solitaire
Des couloirs de pierre de toute ta pensée

Laisse couler le fleuve laisse glisser le crin
Capture dans l’écrin d’une blanche toile neuve
Les pâles yeux d’où pleuvent les souvenirs déteints
Des nuitées de desseins qui sans fin nous émeuvent


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Marite   
4/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Si j'ai été séduite par les images évoquées dans ce très court poème contemporain, une rupture de rythme dans les deux vers suivants m'ont empêchée d'apprécier pleinement l'ensemble.
"... Arpentent les allées dans la masse solitaire ..."
" ... Capture dans l’écrin d’une blanche toile neuve

   Lebarde   
4/10/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Le rythme et les vers veulent trop se rapprocher des dodécasyllabes sans jamais y prévenir. La poésie contemporaine le permet sans doute ( ce qui reste pourtant à vérifier ) mais le lecteur qui je suis n’y trouve pas son compte et est désorienté.

Sont gênants aussi tous ces E qu’on ne sait pas comment lire et apportent autant d’hésitations perturbantes: « nuées, allées, nuitées, le/fleuve/laisse/glisser le/crin, ...d’une/blanche/toile/neuve.., »

Quant au thème, peu convaincant et assez confus, il n’arrive pas à m’emporter et je le regrette.

En EL

Lebarde

   papipoete   
8/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien
contemporain
" dis, ma muse ; prends ma main et glisses-y un pinceau pour lui faire dire ce que je ressens ; ces images d'avant, ces bouches qui ne parlent plus, tes yeux que la mélancolie mouille de larmes... "
NB l'auteur semble parler au tain du miroir, et obéit à ce que ses envies lui suggèrent.
Les 5e et 6e vers sont la lumière d'une palette, aux couleurs chaleureuses.
vous parlez d'un jeu de rimes, mais je vois ici davantage d'assonances que de sonorités rimant ( clairs/solitaire ) ne riment pas ! ( masculin/féminin )
( crin/déteints ) non plus
( désabusé/pensée ) non plus ( masculin/féminin )
mais cela ne nuit pas à la qualité de votre écriture !
papipoète

   Arsinor   
22/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème pseudo-classique avec des vers de 13 et 12 syllabes, avec des hémistiches qui riment. Les images sont difficiles à articules, c'est très métaphorique.

   Myo   
22/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Même si les "sentiments sont clairs" l'ensemble reste à mes yeux bien brumeux.

Certaines vers ne manquent pourtant pas de charme comme le 2e et 3e du 2e quatrain.

La forme joue avec les règles du classique en les enfreignant toutes.
Mon ressenti est inégal.


Oniris Copyright © 2007-2020