Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
embellie : Entre chien et loup
 Publié le 20/10/20  -  7 commentaires  -  618 caractères  -  102 lectures    Autres textes du même auteur

Impression ressentie par l'auteur quand finit le jour.


Entre chien et loup



Un décor au fusain, un noir envahissant.
Les ombres allongées vont déjà disparaître,
s'éclairent les fenêtres.

Un soupir suspendu à l'orée de la nuit, retenu dans le vide
entre jour de labeur et repos mérité.
Une angoisse fébrile, héritage ancestral de peur inexpliquée,
de crainte fugitive que l'on n'ose avouer.

Cet instant funambule où notre âme indécise
entre les ors du jour et l'argent de la lune ne sait où se poser,
ce moment incertain où besoin de refuge fait clore les volets,
je l'aime et je le crains...

Mystérieux crépuscule !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
30/9/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Ce qui m'a décidée à commenter ce poème, c'est que j'y sens une recherche, une volonté sincère de traduire un instant fugitif, une ambiance... Bon, en ce qui me concerne c'est pas franchement réussi, mais j'ai le sentiment que "quelque chose" frémit, qu'il s'en faudrait de peu.

Je crois que ce qui m'empêche de ressentir ce que vous voulez exprimer, c'est le côté très articulé du poème qui explique, indique ; on est dans la pensée et non dans la perception immédiate. Par exemple :
décor au fusain : il faut déjà des notions de dessin pour imaginer
s'éclairent les fenêtres : recul, explication de la perception ; une lumière apparaît, vous indiquez qu'elle vient des fenêtres
Une angoisse fébrile, héritage ancestral de peur inexpliquée,
de crainte fugitive que l'on n'ose avouer : réaction toute personnelle au crépuscule, une émotion articulée que vous m'imposez au lieu de m'y amener par empathie

En résumé, je pense que ce poème ne me touche pas parce qu'il me dit comment je dois réagir. Tout m'est donné, je n'ai pas de chemin intérieur à parcourir pour y trouver l'émotion. En conséquence, et malgré sa brièveté, le texte a eu tendance à m'ennuyer.

   Provencao   
4/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai beaucoup aimé ce crépuscule, qui donne une impression de la toile ressentie en fin de jour, du langage " entre chien et loup".


Vous nous livrez, avec beaucoup de délicatesse un soupir suspendu, que vous aimez et que vous craignez....est-ce un désir non avoué, d'un crépuscule meilleur que celui que vous avez sous les yeux, mais qui debuterait à partir de là, et qui ne dépend pas plus du fait de dire ce ce que vous devriez, ou ce qu'on attendrait de vous, que de comprendre ce que vous êtes porté à nous offrir, ou ce que vous avez à coeur d'écrire, quand vous êtes face à ce mystérieux, dans l'improvisation pour que se produise l'incertain que vous pouvez avoir à offrir...

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   papipoete   
20/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour embellie
comme délicate est votre plume, pour peindre ce moment de la journée, où l'on ne redoute plus le loup, mais un éblouissement par le soleil, au volant de notre auto !
vous en parlez comme contemplative du temps qui s'égraine à la clepsydre, et le jour s'apprêtant à prendre congé, quand la nuit pointe son nez. le crépuscule...
NB la deuxième strophe marie bien les deux images ; celle de la beauté du moment, et celle de cette peur ancestrale ancrée en nous.
La dernière fait penser au " train fantôme " d'une fête foraine , ça me fait peur mais j'aime ça !!!
Ne seriez-vous pas en plus de poétesse, peintre talentueuse ?

   Donaldo75   
21/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Embellie,

J'ai trouvé ce poème reposant à la lecture. Il m'a porté dans ses images, emmené loin de mon quotidien du matin et ce voyage onirique me semble bien décrire la poésie, ce que j'en attends quand je lis un texte se réclamant de ce genre. En plus, il ne s'embarrasse pas d'effets stylistiques surchargés, de formules dignes d'un spot de publicité des années quatre-vingts - peut-être est-ce générationnel, le recours à ce type d'artifice - ou d'allégories aussi légères que de l'uranium en branches. Alors, pourquoi bouder mon plaisir, me prendre la tête avec une analyse à deux balles et des réserves de principe ?

Bravo !

Donaldo

   Ascar   
21/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Votre texte m'a fait ressentir cette légère angoisse que je ressentais parfois, plus jeune, à la tombée du jour.
J'ai bien aimé " décor au fusain", héritage ancestral de peur inexpliquée...

L'ambiance est là, le but est atteint

   Myo   
23/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
De très belles images pour décrire cet instant où l'ombre s'avance.
Pour moi, une belle harmonie entre le décor, le ressenti et la fragilité de l'instant.

Un rythme agréable et un choix sémantique judicieux.

J'aime beaucoup ce "décor au fusain", ce "soupir suspendu", "cet instant funambule"
La poésie est là.

Bravo et merci

   Ombhre   
2/11/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Embellie,

merci pour ce beau texte qui nous emmène en notes discrètes vers le début de la nuit, en faisant un détour par votre âme.

La lecture est fluide, et j'ai adoré le "décroché" de rythme du dernier vers de la première strophe. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire et relire tout le texte.

Une réserve toutefois. Ce poème est très beau, léger, mystérieux; le mystère s'énonce déjà de lui même, et j'ai trouvé que l'écrire en toutes lettres faisait perdre au texte de sa légèreté. Voire de sa magie.

Merci pour le partage.
Ombhre.


Oniris Copyright © 2007-2020