Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
belaid63 : Ode pour mon pays
 Publié le 01/08/08  -  15 commentaires  -  1353 caractères  -  552 lectures    Autres textes du même auteur

Révolution en incubation.


Ode pour mon pays



J’ai dans la mémoire tes odeurs de terroir
Tes oliviers fiers qui défient la nature
J’ai plein la tête les images de ces femmes
Portant sur leurs dos leurs bébés endormis

Et ces hommes aux mains calleuses
De paysans pauvres repus de misère
Fatigués et vaincus par les hordes militaires
De sauvages parvenus trop vite arrivés

Ils s’en vont tous les jours aux aurores
Replanter les terres que les feux criminels
Des sbires et des milices avaient dévastées
Pour rendre vert la future délivrance
Comme la mère numide accrochée à sa corde
Qui accouche debout dans des douleurs sublimes

Puis ils crièrent ensemble leur rage au visage
De ceux qui ont détourné plus que leurs espérances
« Tirez ! messieurs nous savons que vous le ferez
Mais sachez désormais que vous ne tuerez pas
Car figurez-vous que nous sommes déjà morts »

Et beaucoup d’entre ceux qui s’étaient révoltés
Sont aujourd’hui du nombre du passé
Perdus, oubliés, leurs tombes abandonnées
Terreau fertile pour tes plus belles fleurs

Et pourtant d’autres hommes au grand cœur
Les suivront jusqu’au jour où enfin le glas sonnera
Pour tous ces vautours qui tournent dans ton ciel
Et que finalement la colombe sur ta terre se posera.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
décidément belaid, quand je te lis j'entends Idir ! "pourquoi mon pays"
Je ne sais pas si je suis rasciste(vaste question) mais j'adore les kabyles, vat'en savoir pouquoi ???? peut-être à cause de leurs yeux autres ?
Ici dans ce poème, je m'y crois, je vois les images, je les vis, et j'espère l'espoir qui émanne de tes mots (dans la dernière strophe)
Je disais plus haut mes doutes à propos de mon rascisme, parce que je connais que trop de nord africains limites, antifrance comme dessinait Gotlieb (rires), mais je connais aussi ZinedineZidane (par les médias bien sur) "homme au grand coeur" me semble-t-il,et Idir.
"et que finalement la colombe sur la terre se posera"
Ce que tu écris me semble magnifique.
"magnifique" n'existe pas dans la notation onirienne, alors je vais me soummettre ...

   ristretto   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
un cri d'amour , un cri de rage
pour un pays, un peuple, une histoire
mais pour nous tous
la Paix ? l'Homme sait il seulement l'imaginer ?

un coup de coeur pour ce poème

   violoncelle   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Algérie mon amour,
Ton coeur est sous les cendres
Mais le mien vit pour toi
Je t'aimerai toujours



Très émouvant


Merci Belaid.


Amitiés


Violoncelle

   Anonyme   
1/8/2008
C'est vrai que c'est émouvant belaid, sincère. Toutefois au risque de faire mon rabat joie... La dernière strophe par exemple: "le glas qui sonne et la colombe"... Hummm pas convaincu ici, je sais que je suis pénible avec mon originalité mais bon... Le traitement ne m'a pas transcendé sinon je le redis et j'insiste, fort et touchant... Je m'abstiendrai de noter.

   TITEFEE   
2/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Belaid quel hommage à ta terre, à ton histoire
j'ai un ami dont le pseudo est aussi belaid et qui écrit de magnifiques sonnets. Nous correspondons depuis plus de cinq années et c'est même lui qui m'a encouragée à faire de la poésie car je n''en avais jamais écrit avant.

en ton honneur et pour le sien qui ressemble au tien j'ai enregistré ce texte que je trouve superbe et plein d'émotion et d'amour pour tes racines
j'ai choisi une musique d'algérie, libre... libre de droit.
http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/monpays.mp3

   Melenea   
2/8/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'aime la mélodie de ce texte, qui se lie comme un cri qui dure, qui sort des entrailles, et qui nous offrent des images de grandes beautés, en toute pudeur...

Merci pour tout cela

Mél

   Anonyme   
2/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belaid

Bon. J'ai bien compris que c'est un cri du coeur, un cri d'amour pour ce magnifique pays

J'ai compris aussi que le poète était très impliqué dans les émotions..

Pourquoi s'en dégager ?
Parce que la poésie l'exige, parce que sinon nous restons ancrés sur terre, les pieds dans la .. boue.

Oh la boue aussi peut-être poétique. Je n'ai pas dit le contraire.
Alors qu'elle le soit !!!

Sache tout de même que j'ai aimé ce cri.. Ton cri.

Il m'a ému.

Il m'a fait pleurer.

   Anonyme   
24/10/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce poème est simple et bouleversant.
Les images et les émotions sont intimement liées.
Le vers "terreau fertile pour les plus belles fleurs " est peut-être celui que je préfère
mais le choix est difficile
Magnifique

   Flupke   
4/11/2008
Bon je ne pense pas que mon commentaire ou mes éloges puissent apporter quelque chose de nouveau. Néanmoins il m'est difficile de quitter cette page sans apposer ma patte. Je ne puis que me joindre au désir de colombe, pour une nation, un peuple, durement éprouvé par les rugosités de l'histoire. Merci à Belaid de l'avoir si bien exprimé.

   nico84   
10/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
On l'oublie trop souvent, ce qu'est un pays, pourquoi nous sommes ensemble et comment nous avons pu l'être.

Le souvenir, la fierté et l'amour, la révolte, le combat, l'atrocité, merci de nous le rappeler belaid.

   marogne   
29/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ode pour tous les pays du monde….

Hommage à ceux qui semblent toujours avoir à souffrir, partout, quelle que soit leur religion, quelle que soit leur culture. Oui, un bel hommage à la Terre que ce poème.

J’ai préféré le début, qui touche à l’universel, et qui est exempt de ressentiment (ce qui rend encore plus forte la critique), à la fin où on ressent du vécu. Mais il faut parfois écrire avec ses tripes !

Détail : le masculin de « vert » dans la troisième strophe aurait pu être évité.

   Ephemere   
3/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour, c'est vrai que le thème est beau et que raconter les malheurs d'un pays, son pays est toujours bouleversant.
Composer en vers libres complets aurait libéré l'auteur. Il y a de belles images, ma préférée : "Comme la mère numide accrochée à sa corde
Qui accouche debout dans des douleurs sublimes"
FMR

   kamel   
13/1/2010
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Belaid
En feuilletant ces pages ;je me suis retrouvé devant ce poème"Ode pour mon pays"qui retrace l'histoire amère de notre peuple qui se voulait "être libre", indépendant en gardant ses origines.Je partagerai donc vos ressentiments et vos souvenirs de ces "paysans pauvres repus de misère",image symbolique d'un peuple opprimé.Tirez! messieurs............Figurez-vous que nous sommes déjà morts".
Le poème présente une réalité par des mots chargés qui le rendent émouvant , touchant pour ébranler les coeurs sensibles. "Beaucoup d'entre eux font partie du passé, leurs tombes abandonnées". Un reflet de l'histoire de l'Algérie libre à travers ce chant lyrique.

Amicalement Kamel

   Orkan   
30/4/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
J'ai plusieurs problèmes de lecture avec ce poème : déjà avec les temps...présent, imparfait, passé simple et futur qui ne sont pas nécessairement dans un ordre logique....Ensuite avec le lieu : j'ai relu du premier au dernier vers en faisant l'hypothèse qu'il s'agissait de la Croatie, de la Grèce, de la Turquie, et cela fonctionne identiquement ! Enfin, avec la philosophie générale : Existe-t-il un seul pays qui n'ait pas trouvé son identité dans la ou les guerres ? Le monde est ainsi fait et continuera de l'être. Les tyrans et les oppresseurs sont dans tous les camps.

   tibullicarmina   
30/4/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je viens de tomber sur ce poème au hasard de mes pérégrinations. Je l'ai lu trois fois.
La première fois, j'ai failli passer à autre chose avant la fin de la première strophe.
La deuxième fois, quelque chose d'insaisissable s'est insinué. Ayant alors écouté la lecture de Titefee, j'y retourne.
Et c'est à ce moment qu'il y eu le déclic. Ce qui n'allait pas, c'était une certaine difficulté à lire le poème: mon oreille, trop classique, butait sur ce qui est en poésie classique 'faute de versification'. La lecture de référence de Titefee pose bien le rythme doux et mélancolique un peu, ce rythme contenu qui ne s'impose qu'en douceur. Les images prennent alors toute leur valeur, leur poids.
Et c'est un beau texte. Sans défaut de goût. L'opposition 'innocence/barbarie' n'est pas caricaturale. La guerre est là, mais dite avec retenu: elle n'est que l'arrière plan. Le premier plan évoque cette vie 'sublime' de défense et d'espérance. C'est l'espérance qui est le sujet de ce texte, une espérance qui se dépasse elle-même, qui se matérialise dans l'image des fleurs et de la colombe. L'espérance dont la couleur est le vert. La couleur de l'Algérie.


Oniris Copyright © 2007-2017