Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
violoncelle : Transpiration
 Publié le 01/08/08  -  15 commentaires  -  1707 caractères  -  103 lectures    Autres textes du même auteur

Sotto voce...


Transpiration



C’est l’heure incandescente,
Où les vieux font la sieste,
Bercés par les cigales
Et le vol des bourdons.

Brûlant le ciel, soupirs…
L’air est lourd.

Au loin, c’est la plainte d’un violon,
Les pleurs d’un nourrisson...

Ici, c'est le silence, l'observation...

Ils ont glissé au long du blanc des murs.
Lui, la dévorant des yeux.
Elle, et sa jupe légère,
Lys orangé, œillet, le teint fier,
L’air heureux.
Jalousie,
Persienne demi-jour sur la ville alanguie.
J’ai fermé ma fenêtre
Aux montants de dormant,
Puis j’ai tiré le store, trop d’éclat,
Trop de blanc.
J’attends derrière la jalousie.
Ils ont ouvert la porte du petit appartement,
D’un même geste, d’un même mouvement.

Lui, la caressant des yeux.
Elle et ses airs sages,
Elle et son corsage, l’air volage.

Jalousie, ombre de mes jours,
Parasol de mes nuits.
Je les entends qui rient à gorge déployée,
Désir, baisers.
Souffle court, cœur battant.
J’entends derrière la jalousie...

Ils ont tiré le tissu voile de crêpe,
Soulevé par le vent.
Lui, la déshabillant des yeux.
Elle et sa chevelure, croupe offerte,
L’air provoquant.

Leurs corps valsent et tanguent
Follement, éperdument.
Mains viriles, petits seins blancs...
Observations...

Transpiration... Han !

Jalousie, paravent de mes envies,
Désir d’amour infiniment…

J’ai la bouche sèche et le ventre brûlant.
Jalousie, lamelles de mon enfer...
Je ferme mes volets et je pleure mon amant,
Celui d'antan.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est superbe !

Euh pour un commentaire un peu moins .. un peu plus..
plus tard svp

et zut !
Là je transpire.. (normal il fait très chaud dans ce pays du sud)

   lotus   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est un tableau très joliment décrit, avec beaucoup d'émotion, qui ressemble d'avantage à une petite histoire sensuelle plutôt qu'à un poème mais qui apporte un plaisir certain au lecteur.

lotus

   Athanor   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce que j'aime bien dans ce texte c'est l'évolution.
Il se rapproche même de la nouvelle érotique.
Certains passages sont intéressants (notamment derrière la jalousie...).
Il y a une certaine fluidité dans les vers.
J'adore :
"...Ils ont glissé au long du blanc des murs..." innocence ?
"...J’attends derrière la jalousie..." lourd de sens !
"...Jalousie, ombre de mes jours..." notion de partage obligé ?
"...Jalousie, lamelles de mon enfer..." colère contenue ?

   AnaiS   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Vraiment magnifique !!

Fluidité puis le rythme hâché du halètement pour la transpiration et le désir (dites-moi si je me trompe), jeu sur le terme "jalousie", entre désir et volets ...

Je ne sais plus quoi dire : je perds mon latin (enfin, le peu de mots que je connais ^^) devant cette merveille.

   Anonyme   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bien je me suis laissé emporté. Le thème était très spécial. Mais je trouve que tu t'en es bien sorti. J'ai bien aimé "la plainte du violon".
Les images étaient bien présentes et j'ai pu les imaginer.

   belaid63   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
excellent vraiment!
une douce sensation à la lecture de ce poeme
merci

   ristretto   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
beaucoup d'émotions
de l'amertume, presque du fiel
et pourtant il se lit si agréablement ! un contraste appréciable

merci

   Absolue   
1/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Au début j'avais mal compris... Je croyais que c'était les vieux qui s'étaient réveillés de leur sieste:-) Mais je suppose qu'il s'agit plutôt d'un jeune couple observé par une vieille dame. J'ai aimé le rapprochement jalousie - persienne et j'ai bien visualisé la scène...

   Olalla   
3/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Voyeurisme, jalousie,
c'est pas joli joli !
mais comme ce poème est beau
tristement beau
sensuellement beau !
un petit scénario,
qui se dévoile crescendo
presque érotique !
O.

   Melenea   
3/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai adoré ma lecture.... tout y est à sa place, les images, le ryhtme, les mots... et l'émotion... jalousie...

Mél

   Anonyme   
3/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Oui c'est plein d'images sensuelles venant du Sud. Du sens, du rythme, de tout en fait. Excellent.

   Anonyme   
10/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Que pourrais-je bien dire d'intelligent après tous ces commentaires ? ( eh oui, je les ai lus à travers ma jalousie à moi )
déjà, le tableau que tu dresses dans les premiers vers plante fort bien le décor et l'atmosphère qui entoure ce qui suivra. comme des touches impressionnistes ( sieste, cigales, bourdons ( tiens, déjà le blues apparait ! )) violon ( mais ! ne sort-on pas les violon pour quelqu'un qui pleure ? ) Et dans ce tableau, on trouve déjà un prélude plus direct à la suite : " soupirs ... "
La suite donc : cette " jalousie " ( dieu que ce mot devient beau ici employé ) derrière laquelle tu observes, et qui revient lancinante et crescendo au fur et à la mesure de la fougue des amants.
Ce "dormant" : quel joli contraste avec toi, qui ne dors pas le moins du monde, ni d'ailleurs eux non plus.
J'en arrive aux deux dernier vers : comme il sont tristes et beaux!
Oui, elle est belle la jalousie, et tu as ici l'art de le montrer en toute poésie et en toute franchise, si je puis dire ( je veux dire sans la nier, ce que nous faisons si souvent.
Merci pour cette lecture, violoncelle.

   Flupke   
11/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On sent la chaleur moite de l'été. J'aime bien la touche légèrement érotique qui se dégage de ce poème. Voyeurisme et frustration. Cherche-t-on chez les autres ce qui nous manque ?

   Pluriels1   
25/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
...valse voisine: un grand concert de mots dans la peine du coeur sur les libres ébats des amants innocents(peut-être?) sur la valse du jour épuisant de soleil, tout un jeu d'ombres en plein les yeux/photographes, ...une passion à suer ses pleurs!

Mes Pluriels (...pour tes yeux).

   Anonyme   
1/1/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une jalousie, une défaite, racontées avec raffinement, délicatesse, féminité, beauté. Quelle plume ! Quelle douceur !

Quant on imagine ces scènes fantasmées mêlées de doutes et de détresse, on en retire si l'on est Violoncelle, un merveilleux poème.

"Lui, la caressant des yeux.
Elle et ses airs sages,
Elle et son corsage, l’air volage."


Oniris Copyright © 2007-2019