Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
bernalot : L'arachnopholie
 Publié le 08/04/08  -  5 commentaires  -  1567 caractères  -  15 lectures    Autres textes du même auteur

Une fable pour dérider le poète forcément déprimé que vous êtes Le courage est-il proportionnel au degré de la hiérarchique échelle ? L'anecdote est comiquement exacte !


L'arachnopholie



Un service plein de malades
Il n'y a rien de plus normal !
Mais une araignée en balade
Aussi grosse qu'une mygale ?

Sur le rideau du coin toilette
Ce monstre velu s'est posé
Péremptoires coups de sonnette
L'urgence urgente est avérée !

Se défile l'aide-soignante
Par la bête, très apeurée
Devant l'impatiente patiente !
Plus haut, s'en va en référer.

On ne louera jamais assez
Le courage des infirmières
Mais là, il ne faut pas pousser !
« Navrée, j'ai autre chose à faire »

C'est donc l'externe qu'on appelle
Un malabar qui en impose
Devant cette bête il chancelle
De déranger l'interne il ose.

Et ce dernier n'est pas en reste
« Ce cas est vraiment difficile »
Et joignant la parole au geste
À son chef, donne un coup de fil

Le responsable de clinique
Impressionné par l'araignée
Se cache derrière l'éthique
N'est-il pas payé pour soigner ?

Il sollicite l'assistant
L'alarmant par son insistance
Et qui devant le cas présent
Déclare son incompétence

Il n'y a plus qu'un échelon
Dans la hiérarchie médicale
Pour trouver une solution
À cette invasion animale

S'il n'y avait le personnel
L'arachnophobe professeur
Aurait préféré faire appel
À une entreprise extérieure

Mais il a son rang à tenir
Il ne doit pas perdre la face
Il est tout prêt de défaillir
Quand de sa main l'intruse il chasse.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ariumette   
11/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Cette fable donne le sourire. C'est tellement léger, ça se lit tout seul. Petit bémol les jeux de mots facile exemple: "l'impatiente patiente". Mais j'aurais moi même été tentée alors... Bref j'ai beaucoup aimé!

   nico84   
9/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bon poème humoristique où on ne sait plus qui sont les malades, peut être est ce l'auteur? j'ai souris, c'est bien décrit, ce paradoxe entre peur et danger bien rendue, bravo !

   Maëlle   
10/4/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai trouvé le début tout a fait maladroit, mais au fur et a mesure de la lecture l'absurdité monte et devient extremement plaisante.

   clementine   
10/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Cela se lit vite et avec plaisir.
Dans ce passage de responsabilité de grade en grade au sein d'une chambre d'hôpital, moi, j'y vois un clin d'oeil.
Mais bon, déformation professionnelle sans doute.

   Anonyme   
29/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Mais quel plaisir cette lecture, un vrai régal. Cela se savoure avec délice. Je m'attarde depuis quelques jours sur cet écrit, et chaque fois le même ressenti agréable, vous me faites venir le sourire aux lèvres, grimace de satisfaction, de contentement, me mettant de très bonne humeur.

J'aime comme le problème, à résoudre passa de main en main, voilà un cas qui demande une attention de tous et de toutes, jusqu'à la plus ultime sommité.

Cela confirme à quel point il est bon de "fouiner" dans les trésors cachés du pays d'Oniris.

Rien ne manque à ce texte, tout est sans faille. Il a de belles trouvailles, "L'urgence urgente est avérée", "Devant l'impatiente patiente".


Oniris Copyright © 2007-2019