Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
bernalot : La déraison du plus fort
 Publié le 31/10/07  -  13 commentaires  -  758 caractères  -  145 lectures    Autres textes du même auteur

Ça va sans dire ! Mais ça va tellement mieux en le disant !


La déraison du plus fort



Regard emprisonné
Afghane malmenée
Visage ravagé
Le cocu s’est vengé


Basses œuvres d’honneur
Le frère tue la sœur
Assassinat d’état
Inscrit dans la charia


Des sexes mutilés
Femmes infibulées
Dans la case en partage
Des boubous de tous âges


L’homme baise en Afrique
Surtout pas de plastique !
Le SIDA se propage
Imbécile carnage !


Un nouveau né se meurt
Il a à peine une heure
Jeté sur le chemin
A.D.N. féminin


Députées en tailleurs
Et quolibets railleurs
Marianne a la voix grave
Sopranos qu’on entrave


Absence de pénis…

…Condamnation d’office


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nico84   
31/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sujets difficiles que sont l'inégalité hommes femme, les violences, les maladies, les boulets de l'Afrique qui tardent à faire évoluer ce continent ...

Décris avec brio !

   clementine   
31/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Touchée en plein coeur!
Il fallait le dire et tu l'as dit c'est vrai avec brio et aussi avec force et rage et désespoir et espoir!
J'aime cette forme de poésie qui dénonce,qui traite de la vie,qui montre qu'on est bien là dans ce monde incohérent et fou,écorché,souvent impuissant mais jamais indifférent.

   Anonyme   
2/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Quelle force et quelle vérité dans ce poéme..On bafoue à tour de bras et on se donne toujours les excuses qui vont avec..Merci de dénoncer ce manque d'humanité qui détruit notre planéte..amitiés..

   Lariviere   
3/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Comme un écho à mes comparses Oniriens,

Je te félicite de mettre ta plume et ton talent poétique au service de l'universel et de la solidarité...

Notre littérature nombriliste, me donne de plus en plus la nausée...

Je boycotte certains auteurs français actuellement, au risque de passer à coté de leurs talents... Ils ne m'interessent pas...

Merci et surtout, je veux te faire part de tout mon soutien pour ce genre de poème.
Je rêve secrètement que ce genre de sensibilité artistique "ouverte aux autres" se répande dans le monde de l'édition et de l'écriture occidentale et sonne enfin chez nous, pays de l'universalisme et des lumières (que ça parait loin, tout ça...), le renouveau littéraire...

Un renouveau littéraire conscient d'appartenir au genre humain, à un monde planétaire, mondialisé, appréhendant l'humanité avec ses beautés et ses laideurs, et ceci non avec snobisme mais avec la gratitude et la compassion que l'on se doit d'avoir pour "ses voisins de paliers"...

J'attend ce renouveau artistique et littéraire avec impatience...

Merci de nous en donner ici, peut être un avant gout...

Et n'oublions jamais :

Les femmes sont des hommes comme les autres.. Ou l'inverse...

Merci pour elles et merci pour nous.

   Anonyme   
3/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Phrases choc pour une réalité choquante. Comme à ton habitude tu sonnes la charge. Tu interpelles nos consciences de façon simple mais incisive

   beran   
8/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
..Et il y aurait encore beaucoup à ajouter. C'est vrai que ça donne froid dans le dos. Mais là aussi on s'affronte aux maux de toute une culture, de croyances, religion et par-dessus tout à l'omnipotence masculine et non seulement en Afrique, beaucoup de pays d'Asie pratiquent d'infâmes privilèges avec et sur les femmes.
Un écrit de sentence pour un monde fait par et pour les hommes.

   widjet   
14/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bernalot ne prend pas de gants et ces vers contestataires sont d'une grande violence mais aussi d'une vérité profonde. Et quand ces cris du coeur sont lancés avec autant de force que de talent, alors je m'ncline et j'applaudis des deux mains.

Widjet

   Anonyme   
14/4/2008
Merci Widjet, grâce à ton commentaire, j'ai découvert ce texte.
Percutant, déchirant, coup de poing en pleine face.

   Flupke   
11/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bernalot n'y va pas avec le dos de la cuillère mais tant qu'à faire de dire tout haut ce que l'on pense, autant y mettre le paquet. Bravo ! J'ai bien aimé « jeté sur le chemin ADN féminin » même si je n'ai compris qu'à la deuxième lecture.

   Anonyme   
30/4/2009
 a aimé ce texte 
Passionnément
Excellent. C'est dit fortement et tout y passe. J'ai revu des images aux informations. Bravo pour le choix du sujet et l'avoir si bien porté.

   troupi   
29/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ne résiste pas à sortir de l'oubli ce vieux texte trouvé par hasard
qui raconte avec sobriété mais aussi une grande force quelques horreurs imputables à certains hommes.
Ce texte me dit que sans cesse il faut ouvrir l’œil et éduquer nos enfants pour que l'obscurantisme recule. Long combat.

   Anonyme   
19/9/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
"La déraison du plus fort", elle se situe aussi bien du côté de l'homme que de la femme, des femmes participent au lapidation, des mères dénoncent leur fille, pour que le fils puisse agir, sexes mutilés par des femmes. Je pourrais reprendre en entier cet écrit pour montrer que la barbarie n'a pas de sexe, et que une femme peut-être encore bien plus cruelle que l'homme ...

"La déraison du plus fort", c'est là le point le plus fort de votre écrit, son titre.

"Absence de pénis
Condamnation d'office"

Ce n'est que la partie cachée de l'iceberg, il faut creuser davantage en profondeur pour parler d'un texte sujet ...

   Anonyme   
20/9/2016
Commentaire modéré

   Anonyme   
20/9/2016
Reformulons.

Marianne a la voix grave
Sopranos qu’on entrave


Absence de pénis…

…Condamnation d’office

Lire une telle insulte adressée à la France est une hérésie.
Et c'est moi que l'on censure !
Je traduis : la France "n'en a pas" il faut la condamner parce qu'elle ne s'oppose pas à toutes les horreurs qui se perpètrent dans le monde.


Oniris Copyright © 2007-2019