Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
BlaseSaintLuc : Je vais te suivre au bout du monde [concours]
 Publié le 12/07/21  -  11 commentaires  -  973 caractères  -  163 lectures    Autres textes du même auteur

« Le rire est un papillon ; il peut mourir d'un coup d'épingle. »
Anatole France


Je vais te suivre au bout du monde [concours]



Ce texte est une participation au concours n°30 : Rire à profusion !
(informations sur ce concours).





Pour engloutir des montagnes, dans un festin de joie,
Pour partir à l'abandon sur des chemins d'aventures.

Je vais te suivre au bout du monde.

J'irai cueillir des bouquets de fleurs inconnues.
J'irai dompter tous les tigres du Bengale.

Pour renaître dans un monde, il n'y a que toi.
Pour goûter à la rosée de tes yeux.

Je vais te suivre au bout du monde.

Mais comme ton rire sur mon épaule,
Mais comme nos cœurs gravés sur l'écorce d'un arbre,

Le temps efface les passions.
Le vent emporte les Machaons.

Prenons garde à l'horloge,
Elle ride dans les heures
Le tatou du papillon
Et le rire de nos cœurs.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cyrill   
1/8/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour.

Il y a un souffle dans votre poésie, qui emporte. Avec ce vers répété "Je vais te suivre au bout du monde", qui est d'un bien bel effet.
Mais, car il y a un "Mais", même deux, on se prend la réalité en pleine poire, si je peux me permettre. Le papillon, comme le rire, "peut mourir d'un coup d'épingle."
C'est bien amené, vous le dites avec des mots simples, une mise en garde qui vous inclut ("Prenons garde") et nous met, lecteurs, sur le même plan que vous.

J'ai été plus convaincu par la dernière partie, à partir de "Mais". Il me semble que vous vous éparpillez un peu dans la première partie, entre " festin de joie," et "tigres du Bengale." : on ne sait trop à quoi se raccrocher.
En tout état de cause, il semble que vous ayez peu intégré la citation que vous avez choisi pour le concours.

Cyrill

   dream   
18/6/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le personnage de ce poème, obsédé par la fuite du temps ose une dernière tentative de séduction envers sa belle, légère et éprise de liberté comme le papillon qui butine de fleurs en fleurs. Pour elle, il serait prêt à décrocher la lune :

« -Je- vais te suivre au bout du monde./-J’-irais cueillir des bouquets de fleurs inconnues/-J’-irais dompter tous les tigres du Bengale/ ».

Puis il la comble de louanges afin de la retenir davantage et renaître à ses yeux :

« Pour renaître dans un monde, il n’y a que toi./Pour goûter à la rosée de tes yeux. »

Et il réitère qu’il la suivra jusqu’au bout du monde…

Mais, las de son insouciance et de son indifférence, il évoque leurs souvenirs heureux comme « ton rire sur mon épaule/nos cœurs gravés sur l’écorce d’un arbre/ »

Puis il l'avertit que « Le temps efface les passions/Le vent emporte les Machaons » pourtant si beaux mais si éphémères.

Enfin, voyant que tout son jeu de séduction est vain, il assène avec cruauté que le temps implacable effacera sa beauté, qu’elle ne sera plus qu’une vieille femme ridée et qu’il n’y aura plus de rires ni d’amour possible entre eux.

Ces derniers vers sont à mes yeux, bien beaux :

« Prenons garde à l’horloge,
Elle ride dans les heures,
Le tatou du papillon
Et le rire de nos cœurs. »

Un grand merci pour cette lecture.

   Donaldo75   
21/6/2021
 a aimé ce texte 
Bien
C’est le second poème du concours que je lis. Je trouve qu’il rend bien dans le cadre de ce concours ; la phrase d’Anatole France est bien utilisée pour décliner cette poésie au goût de chanson, au rythme musical, à la forme libre qui ne se fend pas d'artifices inutiles mais donne à ses vers de l'allant, de la dynamique, une forme chantée de lyrisme qui emporte la lecture. Oui, le rire est un papillon tout comme ce poème dont j’aime beaucoup la fin même si elle est triste parce qu’elle annonce l’inéluctable.

Merci pour le partage et bonne chance pour le concours.

   Gemini   
12/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le rire, par son côté éphémère et volage, est-il, comme l'amour, un temps dont on doit vite profiter avant qu'il nous échappe ?

La question est posée avec délicatesse, bien qu'on sente une certaine détermination dans la façon imaginée pour y répondre (Je vais, J'irai, Prenons).

Ce rire/amour/papillon finira-t-il punaisé sur un mur comme une photographie en souvenir des bons moments ?

Il me semble tout de même qu'on parle plus de bonheur que de rire, ou que les rires évoqués ne sont que des symboles du bonheur.

Difficile à dire...

   BlaseSaintLuc   
12/7/2021
Erreur

   Cristale   
12/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien
"Mais comme ton rire sur mon épaule,
Mais comme nos cœurs gravés sur l'écorce d'un arbre,

Le temps efface les passions.
Le vent emporte les Machaons."


Mes vers préférés où tout est dit en quelques images.

Petit soucis de ponctuation fin du vers 7, une virgule serait plus adaptée qu'un point pour enchaîner sur le refrain vers 8.

Bonne chance pour le concours.

Gare aux tigres quand même ^-^

   papipoete   
12/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour
" Je pourrais décrocher la Lune, si tu me le demandais..." aussi, te suivrai-je jusqu'au bout du monde, avec sur l'épaule ton rire pour baluchon. Mais, il ne faudra pas tarder car avec le temps, tout passe même nos plus doux serments...
NB un fort beau poème sur les sentiments, susurrés, proclamés à celle pour qui frissonne notre coeur mais...je ne vois pas poindre le moindre éclat de rires ! Des rires, de joie ou de bonheur mais " de rires à profusion " pas.
je noterai donc sur la qualité des vers, mais sur le thème non...

   Myo   
12/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un poème "gentil" mais qui manque à mes yeux d'originalité et de consistance autant dans le thème que dans le traitement de celui-ci.

Quand le rire s'éteint, l'amour le suit souvent.

   flore   
13/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai apprécié l'utilisation de l'anaphore: "Je vais te suivre au bout du monde", et on entend quelque chose de Piaf.

Le poème revient, en fin de poème, vers les Machaons. Cela perd un peu la force de ce poème, on sent un peu trop le besoin de se rapprocher de la citation choisie.

Un joli dernier quatrain que j'apprécie.

   Lariviere   
15/7/2021
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

Je trouve personnellement peu de résonnance entre ce que je lis et le thème du concours...

En dehors de ça il y a malgré tout de bonnes choses dans ce texte, il y a un certain rythme qui se tient, un élan, un coté exalté qui plait à la poésie :

"J'irai cueillir des bouquets de fleurs inconnues.
J'irai dompter tous les tigres du Bengale."


Oui, il faut y aller, c'est la que la passion (et la poésie) en ressortent gagnante !

Bonne chance pour le concours !

   Provencao   
16/7/2021
 a aimé ce texte 
Pas
Je suis désolée je n'ai pas ressenti le rire en cette poésie.

J'aurai souhaité y lire une inspiration en lien avec les passions, les rires...il manque à mon sens de la finesse, de l'enthousiasme, de la beauté , de l'euphorie, de rires démesurés...pour "te suivre au bout du monde"


Oniris Copyright © 2007-2022