Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
bonjour : Héroïne
 Publié le 23/08/15  -  8 commentaires  -  779 caractères  -  231 lectures    Autres textes du même auteur

La rose symbolique fleur permet toutes les interprétations. Celle-ci est est un peu triste, je le déplore !


Héroïne



La rose se pique
Autant l'avouer
Sa tige hydropique
S’étiole trouée

Les amphétamines
Avaient eu raison
De ses étamines
À la floraison

Aujourd'hui l'automne
Pâlit son éclat
Et la méthadone
Pallie la coca

Demain au solstice
L'hiver agressif
Tuera son calice
Séropositif

Alors d'une épine
Tremblante et risquée
La rose chagrine
Plus fort s'est piquée

La dose est létale
Son teint s'est plombé
Et tous ses pétales
Au sol sont tombés

C'est la dernière heure
Bénie de rosée
La pauvrette pleure
Son corps nécrosé

Adieu ! Doux sépale
Calice défunt
Et la rose exhale
Un dernier parfum.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
1/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La rose se pique
Autant l'avouer
Sa tige hydropique
S’étiole trouée

et puis

Adieu ! Doux sépale
Calice défunt
Et la rose exhale
Un dernier parfum.

pauvre rose effectivement

c'est une histoire originale

que vous nous proposez ici

et qui n'est pas dépourvue d'intérêt

mais j'ai l'impression que ça ne décolle pas

et puis je trouve votre texte heurté

j'ai aimé sans plus

   Bleuterre   
3/8/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour, je ne suis pas convaincue par ce texte où la versification et la rime systématique adoucissent les images qui devraient être fortes pour évoquer ce sujet combien épineux. Il y a à mon sens trop de retenue dans ce texte pour vraiment lui donner de la force, sans doute de la pudeur. Beaucoup de douceur et de tendresse, mais je ne ressens pas suffisamment la détresse. Je pense qu'une versification libre aurait permis l'expression ici de la violence sous-jacente à ce texte mais ce n'est qu'un avis.... et ce n'est pas forcément une vérité. ..
Bien à vous

   Blacksad   
23/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Aux premiers mots j'ai eu peur de tomber sur une poésie néo-sentimentale... mais on en est loin =) D'ailleurs, le titre qui m'inquiétait recélait un jeu de mot approprié...

Après la lecture, ces quelques mots me sont revenus en tête...

Dix ans de cette vie ont suffi
A la changer en junkie
Et dans un sommeil infini
Cendrillon voit finir sa vie

J'ai aimé le rythme très bref, les rimes qui reviennent à court intervalle et le parallèle conservé de bout en bout entre la vie végétale et celle d'une junkie.
Quelques maladresses et facilités qui empêchent ce texte d'être parfait mais il me plaît dans son esprit et dans sa forme. Il lui manque cependant un peu de force, de violence et d'émotion à mon goût... au regard du thème, cela reste trop gentil. Comme si la métaphore florale venait masquer la dure réalité.

   PIZZICATO   
23/8/2015
hydropique, amphétamines, étamines, méthadone, dose est létale, Séropositif. N'y avait-il pas d'autres images (plus poétiques) pour nous faire comprendre cette addiction, jusqu'à la fin tragique.
J'ai trouvé l'expression du sujet assez froide.
Il y a malgré ce des images qui m'ont plu : " Aujourd'hui l'automne Pâlit son éclat " " Alors d'une épine Tremblante et risquée "
" L'hiver agressif
Tuera son calice "..

   Anonyme   
23/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une idée pour le moins originale, c'est ce qui me plait. "Héroïne" m'a immédiatement fait penser à "l'herbe du diable", dans "Le Pistolero", premier volet de la saga intitulée "La Tour Sombre", de Stephen King. Le terme "Junkie", quant à lui, m'a fait penser à Eddy le Junkie dans le second volet, intitulé "Les Trois Cartes"...
Ceci dit, votre poème est très bien construit, les images et les termes appropriés, donc bravo !

Wall-E

   Anonyme   
24/8/2015
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour

il me semble qu’il y a un grand décalage entre le sujet de votre poème et la façon dont vous en parlez.
Ça ne manque pas de joliesse mais à mon sens ça manque de tripes comme si vous étiez à une distance trop grande du drame que vous évoquez. Surtout dans les trois derniers quatrains.
D’aucuns diront que c’est bien la distanciation, que le pathétique c’est pas bien, mais je ne m’y fais décidément pas, chez vous comme chez d’autres.

À vous relire

Cordialement
Corbivan.

   Arielle   
24/8/2015
 a aimé ce texte 
Pas
OK, la rose a des épines ! Mais je trouve que la métaphore est bien trop appuyée, trop amoureusement détaillée (étamines, calice, pétales, sépales et parfum) et fait trop d'ombre au vrai sujet, tragique lui, qui, du coup, passe au second plan un peu comme si le narrateur voulait nous dire " Vous avez vu comme je l'ai joliment maquillée ma junkie !" C'est bien sûr mon sentiment personnel, on peut imaginer de la pudeur derrière ce procédé mais alors pourquoi utiliser des mots tels que amphétamine, méthadone, coca, séropositivité ? Tout cela manque de nuances à mon goût.

   Anonyme   
24/8/2015
 a aimé ce texte 
Pas
Assez de l'avis d'Arielle. J'ai, de plus, le sentiment que vous avez ajouté quelques images ou suggestions un tantinet insolites pour "faire nouveau".
Et si vous aviez eu l'intention de saupoudrer vos vers de quelques relents de surréalisme, vous n'êtes pas allé assez loin, me semble-t-il.


Oniris Copyright © 2007-2020