Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
bonjour : Homo sapiens
 Publié le 21/10/14  -  6 commentaires  -  851 caractères  -  193 lectures    Autres textes du même auteur

L'homme et le progrès… Il y aurait trop à dire !


Homo sapiens



Tout bascula quand sur la terre
Un mammifère truculent
Apparut vers le secondaire
Et le rendit plus important…

À quatre pattes de primate
Il progressait si différent
Des autres que la terre plate
N'allait plus le rester longtemps…

Dressé sur ses pattes arrière
Il maîtrisa le feu et l'air
Puis drainant l'eau mit en lumière
Sa propre vue de l'univers

La science infuse et souveraine
Il s'envola sur le progrès
Laissant sur place ou à la traîne
Ceux qui l'auraient pris à l'arrêt

Forgeant le monde à son image
Il releva tous les défis
Et dominant son entourage
Il en tira tous les profits

Il sut par son intelligence
Manger sans se faire manger…
Mais il est pour sa descendance
Encore le plus grand danger.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ioledane   
6/10/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'apprécie l'esprit de ce texte, incisif et enlevé, plein de vérités.

J'aime particulièrement le "mammifère truculent", et ce passage : "Il progressait si différent / Des autres que la terre plate / N'allait plus le rester longtemps".

En revanche un quatrain me paraît nettement en-dessous des autres, celui où se trouvent ces trois vers moins réussis : "Il s'envola sur le progrès [pourquoi "sur" et non "vers" ?] / Laissant sur place ou à la traîne [insistance un peu lourde même si le sens diffère légèrement] / Ceux qui l'auraient pris à l'arrêt [je ne comprends pas ce vers]".

Bien d'accord avec le quatrain final.

   Robot   
21/10/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une lecture agréable et amusante,
avec sa légère allusion politique à l'avant dernier quatrain...
"Et dominant son entourage
Il en tira tous les profits"
...et sa petite pointe de philosophie en conclusion.
"Mais il est pour sa descendance
Encore le plus grand danger."
Mon quatrain préféré: le second. Moins apprécié le 4ème un peu confus, mais dans l'ensemble j'ai eu plaisir à parcourir ce texte.

   Anonyme   
22/10/2014
 a aimé ce texte 
Un peu
J'avais lu cette poésie en Espace Lecture et passé mon chemin. Je me penche à nouveau dessus et éprouve la même impression : trop explicatif. Il n'y a rien à deviner derrière les mots car tout est dit, décrit, on voit clairement où vous voulez en venir. Une sorte de morale sympathique mais sans profondeur avec une conclusion déjà bien connue. Vous ne faites finalement que reprendre le fameux "homo homini lupus".
Et ce n'est pas la forme en octosyllabes - bien construite par ailleurs - qui va apporter un souffle d'originalité. Il aurait fallu davantage ruer dans les brancards pour apporter de la force à votre propos.

   Lulu   
21/10/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mes vers préférés se situent dans le second quatrain. Je trouve en effet ce dernier superbe. Il y a l'assonance en "a" du premier vers, puis le point de vue original de la terre que l'on a considérée comme plate pendant longtemps.

Ensuite, si j'apprécie l'ensemble du texte, j'ai tendance à buter sur le quatrième vers du quatrième quatrain : " Ceux qui l'auraient pris à l'arrêt". En effet, je ne le comprends pas. Que signifie "pris à l'arrêt" ? Peut-être pourriez-vous m'éclairer.

Je trouve que vous dites beaucoup de choses en peu de mots et c'est super. J'aime beaucoup la concision. C'est un pari réussi.

   Francis   
21/10/2014
 a aimé ce texte 
Bien
L'évolution de l'homme en quelques étapes ! De la guerre du feu, aux
nouvelles technologies, capable du meilleur comme du pire, il avance, il avance ....pour aller où ?
J'ai aimé la concision, le brin d'humour et la plume.

   Edgard   
21/10/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Bonjour!
J’aime bien le mot truculent parce qu’en latin (truculentus) cela voulait dire cruel, redoutable, farouche… et le mélange des deux sens, celui d’avant celui d’aujourd’hui, va bien avec le texte en cultivant l’ambigüité.
J’aime bien ce poème qui raconte bien sûr du très connu mais qui est bien écrit et joliment rythmé.
Les deux premières strophes ont plus d’humour et de légèreté à mon humble avis. Ce sont celles que je préfère.
Pas besoin de se prendre la caboche, ça se lit comme ça, comme un dessert.
Au dernier vers peut-être que « lui-même » ou autre chose que « encore », aurait mieux collé pour le sens… qui ne me semble pas très explicite. Ce n’est que mon impression.
Texte sympa que j’ai apprécié.
Euh...le secondaire c'est il y a vachement longtemps non? Pas un chouillat avant nous les homos erectus?
Au revoir Bonjour merci.


Oniris Copyright © 2007-2020