Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
bonjour : La solitude
 Publié le 28/06/15  -  10 commentaires  -  997 caractères  -  312 lectures    Autres textes du même auteur

Mieux vaut sourire si l'on peut qu'en pleurer…


La solitude



La solitude seule aussi
Veuve en retraite d'un ermite
D'après sa carte de visite
Hante mon domicile ici

Chez moi, chez elle, elle est chez nous
Et comme je n'ai qu'une chaise
Je sens parfois qu'elle me pèse
Pelotonnée sur mes genoux

Imaginez ma réaction
Moi qui suis dans mon pied-à-terre
De père en fils célibataire
Depuis plusieurs générations…

Pour l'en descendre poliment
De mon mobile téléphone
Sur l'autre fixe je me sonne
Et la dépose en m'excusant

Allô ! Réponds-je et goguenard
Usant d'un don de ventriloque
Dans un duo je soliloque
Où je m'invite dans un bar

Mais l'autre soir dans un éclair
Quand j'allais sortir sous l'orage
Elle a pris les traits d'un visage
Qui dans le passé me fut cher

Ému tremblant j'ai murmuré
Chérie ! Et quand les yeux humides
J'ai embrassé glacé le vide
Seul en silence j'ai pleuré.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
6/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Allô ! Réponds-je et goguenard
Usant d'un don de ventriloque
Dans un duo je soliloque
Où je m'invite dans un bar

et puis

Emu tremblant j'ai murmuré
Chérie! Et quand les yeux humides
J'ai embrassé glacé le vide
Seul en silence j'ai pleuré.

votre texte est très attirant

une première partie

plaisante

qui prête à sourire

et qui me plait beaucoup

et cette chute si triste

qui me plait beaucoup également

c'est écrit comme un court métrage

merci

   Robot   
28/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La lecture de ce texte m'a "remué" par sa simplicité et son propos.
On démarre sur de l'aigre doux en forme de dérision pour finir sur un quatrain et un dernier vers émouvants qui nous surprennent à contre courant de cette légèreté de ton du début.
C'est finement amené. Un poème sensible.

   lala   
28/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
La Dame Solitude est une vraie compagne, sauf quand elle se confronte à un être cher et perd.
Au quotidien le ton reste badin malgré une situation qu'on perçoit un peu douloureuse, et le dernier quatrain laisse jaillir les émotions enfouies.
Le "mobile téléphone" n'est pas très heureux, de même la place de "je soliloque" qui vient couper la relative "Où je m'invite dans un bar", de son antécédent.

   David   
28/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Bonjour,

C'est une drôle d'illustration de l'expression : "tromper l'ennui", et en lisant l'ennui ainsi personnifié, je me demandais si Shéhérazade distrayant son sultan n'était pas une métaphore du même genre. Dans les deux dernières strophes, cet ennui se confond avec un souvenir douloureux, renversant totalement le côté "blague" du poème d'ailleurs, mais il garde son côté "tableau naïf", absurde, un peu à la façon d'un roman de Boris Vian (l'écume des jours, l'automne à pékin... )

   PIZZICATO   
28/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Jusqu'au cinquième quatrain, cette façon de décrire la solitude m'a amusé par son originalité et dérision.
La séquence des téléphones a figé mon sourire ; et voilà que "l'orage" est venu assombrir le propos puis le dernier quatrain installer l'émotion.

   Hananke   
29/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'aime bien ce petit texte profondément triste sur la solitude
où l'ironie et la dérision lui ajoutent encore plus de poids.

L'idée de se téléphoner sur le fixe est une bonne trouvaille.

La fin aussi, me plait bien dans cette apparition du passé.

Les perles prosodiques émaillent ce poème :

Chez moi, chez elle, elle est chez nous
Usant d'un don de ventriloque
Dans un duo je soliloque

   Francis   
29/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Seul avec sa solitude "pelotonnée sur ses genoux", il m'a d'abord fait sourire mais les deux derniers quatrains m'ont ému. Le style dénué d'artifices donne plus d'ampleur encore à cette solitude.

   papipoete   
29/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour! quelle compagne plus fidèle que la solitude! Elle est là, toujours à tendre l'oreille, et ne jamais vous contrarier! Mais il arrive qu'elle pèse si lourd " pelotonnée sur vos genoux "! Faire semblant alors, que tout baigne jusqu'à se téléphoner du portable au fixe, et chasser " l'autre " qui ne doit pas écouter. Mais un soir, souvent le soir, quand la solitude dort dans son coin, on croit revoir le si cher visage de celle qui n'est plus là, et embrassant le vide, coule un torrent de larmes.
3 premiers quatrains écrits sur un ton badin, presque comiques, puis touchant au 4e où l'auteur parlant de sa " locataire " sur ses genoux " et la dépose en m'excusant ".
Poème oh combien émouvant ( me rappelant un même vécu ) avec ses teintes passant du bleu au noir profond!
Dommage pour la ponctuation, mais il est vrai que la teneur des vers donne facilement le ton!

   Eylia   
2/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le thème mais surtout la façon dont ce poème est écrit m'a beaucoup touché, j'aime beaucoup. Il y a des milliers de manière d'écrire la solitude mais la personnifier la fait voir autrement.

   StayinOliv   
22/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

En lisant le titre, on se dit que ça ne va pas être très gai ( mais j'aime ), puis au fil de la lecture on passe du simple constat au sourire, puis la fin arrive et là patatra ! Non vous n'avez pas tu tout raté votre fin rassurez vous, c'est le meilleur moment de ce poème qui est dans l'ensemble très beau. Réussir à me faire passer tant d'émotions en si peu de temps, bravo !

Olivier


Oniris Copyright © 2007-2020