Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Brisemarine : Source d'ivresse
 Publié le 23/01/14  -  5 commentaires  -  1499 caractères  -  140 lectures    Autres textes du même auteur

Souvenirs ardents.


Source d'ivresse



Flânant dans la mémoire au pas de l’allégresse,
Je traverse les ans vers mes jeunes printemps
Pour plonger dans leur fût ma coupe de l’instant,
Et me désaltérer jusqu’à la grande ivresse.

La liqueur d’un baiser, sur mes lèvres gourmandes,
En guise de promesse aux délices futures,
Déverse le bouquet des plaisirs les plus purs,
Distillant le secret des sublimes offrandes.

Cette source de songe aux fragrances lascives
Rejaillit du silence et vibre longuement.
Des tumultes secrets, flamboyant le moment,
Retardent dans l’esprit ces déraisons furtives.

Se profilent deux corps dont la valse enivrante
Enfièvre les émois à la braise d’aimer,
Et tait les chuchotis pour plus les enflammer.
Ô gerbe de plaisir, suave et fulgurante !

Quand s’embrasent les sens, les cœurs en turbulence
À la source du feu s’abreuvent d’élixir.
L’esprit qui désarme, délire de désir,
Vogue à la fauve nuit sur flots d’incandescence.

L’antre de volupté se parfume aux luxures
Des corps capricieux, portés par le remous.
Dans le chaud des ébats, les sens dessus dessous
En flux de passion cadencent les murmures.

Ces souvenirs ardents auxquels je m’abandonne,
À peine murmurés sans l’ombre d’un soupir,
Fleurissent à foison, le temps de m’assouvir,
Pour enfin s’envoler sur l’air que je fredonne,

Un air voluptueux d’une chaude musique.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Hananke   
13/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Une bien belle manière d'exprimer ses souvenirs amoureux.

J'aime bien, entre autres, le premier vers :
Flânant dans la mémoire au pas de l’allégresse,

Quelques remarques :

Le 5ème quatrain me semble laborieux autant dans son écriture
que dans son expression.

...pour plus les enflammer
...flamboyant le moment
Deux inversions qui sentent la rime.

Malgré ces quelques broutilles, le poème est agréable à lire.

   PIZZICATO   
23/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Flânant dans la mémoire au pas de l’allégresse,
Je traverse les ans vers mes jeunes printemps " Belle image pour nous faire apprécier " Cette source de songe aux fragrances lascives ".
Un poème empreint de sensualité forte, exprimée avec élégance et finesse tout au long de ses quatrains.
Unique remarque : " Vogue à la fauve nuit " Je comprends l'dée mais l'adjectif associé à "nuit" me surprend.

   Robot   
23/1/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Si je le prends dans sa globalité je ressens avec grand plaisir ce poème. Cependant quelques points me chagrinent.
1er quatrain, tout est à la première personne et je pense que vous auriez donc du écrire "dans MA mémoire"
"flamboyant le moment","pour plus les enflammer" me semblent posés artificiellement.
"L’esprit qui désarme, délire de désir," la césure au "e" de désarme est difficilement prononçable alors qu'elle est nécessaire à l'équilibre du vers.
pour le reste, je ne citerai pas tous les excellents vers qui fleurissent dans ce texte

   Anonyme   
23/1/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir Brisemarine... Votre pseudo est à lui seul une source d'ivresse mais peut-être vous l'ai-je déjà dit...
A mes yeux ce poème contient de très beaux passages, par exemple le dernier quatrain que j'aime beaucoup :

Ces souvenirs ardents auxquels je m’abandonne,
À peine murmurés sans l’ombre d’un soupir,
Fleurissent à foison, le temps de m’assouvir,
Pour enfin s’envoler sur l’air que je fredonne,

...et d'autres (passages) beaucoup trop emphatiques comme...

Quand s’embrasent les sens, les cœurs en turbulence
À la source du feu s’abreuvent d’élixir.
L’esprit qui désarme, délire de désir,
Vogue à la fauve nuit sur flots d’incandescence.

Je n'ai pas non plus aimé le vers ultime, point assez fort à mon avis.

Un air voluptueux d’une chaude musique.
OK pour l'air voluptueux mais pas "chaud" pour la chaude musique.

Cela dit, c'est bien écrit, c'est un gros travail, mais peut-être un peu long pour le sujet en question et certainement trop ampoulé à mon goût... Au plaisir.

   Brisemarine   
3/2/2014


Oniris Copyright © 2007-2020