Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
brunototi : Du fond de mon cachot (hommage à Nelson Mandela)
 Publié le 23/11/15  -  7 commentaires  -  1587 caractères  -  131 lectures    Autres textes du même auteur

Une petite pensée au prisonnier le plus célèbre du monde.


Du fond de mon cachot (hommage à Nelson Mandela)



Du fond de mon cachot
Je vois le jour s'éteindre
Ni plus long ni plus beau
Ai-je le droit de me plaindre
Quand des hommes dehors
Succombent au désespoir
Ces condamnés à mort
Pour une peau trop noire
Ai-je le droit de me plaindre
Du fond de mon cachot
Je n'ai plus rien à craindre
Je connais mes bourreaux

Je suis celui qu'ils ne sont pas

Au mur de ma tanière
Je dessine des croix
Demain est déjà hier
Quand on ne bouge pas
La lumière sous la porte
Éclaire mes insomnies
Et si ma langue est morte
Mon cœur est à l'abri
Quand on ne bouge pas
Au fond d'une tanière
On parle avec ses doigts
D'une certaine manière

Je suis celui qu'ils ne sont pas

Au fond de ma cellule
J'envie la liberté
De cette libellule
Qui se pose sur mon nez
Les barreaux de ma vie
L'empêchent de m'envoler
Alors j'attends la nuit
Pour apprendre à rêver
Debout sur mes deux pieds
Au fond de ma cellule
Je commence à voler
Je deviens libellule

Je suis celui qu'ils n'auront pas…

Du fond de mon cachot
Je vois le jour s'éteindre
Bien plus long bien plus beau
Je n'ai plus rien à craindre
Mes bourreaux m'ont ouvert
Leur cœur et leur esprit
M'ont enlevé les fers
Qui enchaînaient leur vie
Je n'ai plus rien à craindre
Du fond de mon cachot
Ils ne sont plus à plaindre
Ils ne sont plus bourreaux

Ils sont des hommes comme moi…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
2/11/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Mes bourreaux m'ont ouvert
Leur cœur et leur esprit
M'ont enlevé les fers
Qui enchaînaient leur vie
Je n'ai plus rien à craindre
Du fond de mon cachot
Ils ne sont plus à plaindre
Ils ne sont plus bourreaux

bonjour

par vos mots vos images

vous avez su retranscrire

cette enfermement odieux

de la liberté d'un future grand homme de l'histoire

puis de sa libération

et celle de tout un peuple

magnifiquement bien écrit

j'ai beaucoup aimé

   madawaza   
23/11/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour BRUNOTOTI

"JE SUIS CELUI QU'ILS N'AURONT PAS"

Très beau texte,
Très bien écrit,
Très bel hommage.
Tout ce qui exalte la LIBERTE me remplit.
A+

   Francis   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très bel hymne à la liberté de penser, à la tolérance, à l'espoir d'un monde meilleur. Les barreaux zèbrent le temps, la lumière mais pas le cœur qui bat. Merci pour ce partage.

   Vincendix   
24/11/2015
Difficile de passer à côté de ce texte sans s’y arrêter, cet homme a représenté un symbole non seulement dans son pays mais dans le monde entier, ce symbole est encore vivant. Il n’est pas le seul à avoir lutté contre les oppressions raciales et politiques, et je pense à beaucoup de femmes et d’hommes qui n’ont pas connu sa notoriété ni sa « chance » de survivre et de devenir un flambeau pour son peuple et par extension pour tous les opprimés.
The Spécial AKA, Johnny Clegg, Simple Minds, Youssou N’Dour et d’autres lui ont rendu hommage musicalement, votre texte s’y ajoute, sera-t-il chanté un jour ? Je vous le souhaite et je regrette de ne pas l’entendre.

   Anonyme   
30/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Beau sujet, et finement approché, merci

Ils sont des hommes comme moi…

   Anonyme   
11/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Des mots touchants pour ce bel hommage, qui peut s'adresser à tous ceux et toutes celles qui de part ce monde sont privés de leur liberté, garder l'espoir quoi qu'il advienne.

   Anonyme   
5/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
M'ont enlevé les fers
Qui enchainaient leurs vies

J'apprécie cette figure de style. Une oxymore? J'apprécie le poème.


Oniris Copyright © 2007-2019