Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
brunototi : Ils ont l'air si heureux
 Publié le 01/02/16  -  10 commentaires  -  1573 caractères  -  232 lectures    Autres textes du même auteur

Texte que j'ai écrit comme une ode à l'amour naissant, entre deux jeunes personnes.


Ils ont l'air si heureux



http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.aht.li/2781224/434-ils_ont_lai_si_heureux.mp3&autoreplay


Ils ont l'air si heureux
Que s'arrête mon pas
Mon regard vagabond
S'accroche à leur bonheur

Ils ont l'air si heureux
Que j'en oublie le froid
Je les vois se remplir
Du bouillon de l'amour
Les entends se nourrir
De la lueur du jour

Leurs corps comme des haubans
Soudain ne font plus qu'un
Ils brûlent leurs vingt ans
Et j'en suis le témoin

Ils ont l'air si heureux
Que s'affole mon pas
Mon regard furibond
Jalouse leur bonheur

Ils ont l'air si heureux
Et mon ciel est si bas
Leurs rêves les consument
Ils deviennent perles d'eau
Des petits bouts de brume
Au-dessus d'un ruisseau

Ils sèment les ragots
Qui viennent des manants
Ils laissent le néant
Dévorer les badauds

Ils ont l'air si heureux
Et je rentre chez moi
Mon regard polisson
Dérange leur bonheur

Ils ont l'air si heureux
Mais eux ne me voient pas
Ils sont si seuls au monde
Que la terre peut flamber
S'isolent dans la ronde
Qu'ils forment sous leurs pieds

Alors je m'évapore
Je les laisse s'aimer
Et j'enveloppe mon corps
De mes draps déchirés

Ils étaient si heureux…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
9/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
Je n'ai pas réussi à écouter votre chanson.
J'aime bien ce regard que vous posez sur ces amoureux.
J'aurais préféré lire que vous les enviez plutôt que de les jalouser. Ce n'est pas la même chose.
Disons qu'il en ressort surtout que la peine du narrateur est accentuée par leur bonheur alors que l'envie aurait mis un peu d'accent sur le bonheur de voir les autres heureux.
C'est votre choix.

   Anonyme   
2/2/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Petite étourderie "Ils brûlent leur vingt ans"

Comment dire, je suis abasourdie, c'est un texte tout en magnificence, l'émotion à fleur de plume, qui vous égratigne, j'aime ce doux "grincement" qui suinte de vos mots. J'ai fait, vous vous en doutez plusieurs relectures, et j'en redemande. Vous excellez pour mon plus grand bonheur.


commentaire du 13/01/2016 (correction ce doux qui suinte et non ce douce qui suite)

   troupi   
19/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un beau texte, mais une musique et une interprétation qui lui donnent une dimension superbe. La voix d'Eric Lenoir, si je ne me trompe pas est parfaite pour exprimer un coté dramatique de cet amour naissant comme si inéluctablement le bonheur même à ses débuts ne pouvait qu'être voué à l'échec avec le temps.
La dernière phrase renvoie l'observateur à son propre passé, c'est du moins comme ça que je l'interprète.
Juste un petit bémol : "polisson" ne me semble pas à sa place dans ce texte. A mon avis le regard ne peut pas être "polisson" quand on lit juste après
"Alors je m'évapore
Je les laisse s'aimer
Et j'enveloppe mon corps
De mes draps déchirés"

   Zorino   
1/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Encore un très beau texte de Bruno. Quelle plume !
Quant à la musique et l'interprétation, je me suis laissé agréablement transporter par cette succession d'accords à la fois mélodieux et mélancoliques ainsi que cette voix si profonde, qui sont en parfaite harmonie avec ces mots si désarmants. Je me fiche pas mal qu'une musique m'impressionne de par sa complexité. Ce que je recherche avant tout, c'est la beauté et le charme qui s'en dégagent mais également l'émotion qu'elle me transmet. Et cette chanson m'a touché là où s'entrechoquent ces sensations venues d'ailleurs. Je suis comblé.
Merci à vous 2 pour ce magnifique partage et encore bravo pour cette belle collaboration

   PIZZICATO   
1/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je retrouve cette chanson avec plaisir.
Bruno, à mon avis un de tes meilleurs textes. De belles images qui illustrent l'état d'âme de ce passant, témoin d'un bel amour :" Mon regard vagabond S'accroche à leur bonheur ".
" Je les vois se remplir
Du bouillon de l'amour
Les entends se nourrir
De la lueur du jour " entre autres...
Eric, cette fois encore ( et toujours) a trouvé la musique qui colle au texte, et sa voix chaude vient peaufiner l'ensemble.
Je réitère : belle réalisation.

   leni   
1/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
le texte est magnifique il a des sonorité qui font penser à BREL
j'ai d'emblée aime ces vers lls ont l'air si heureux
Que j'en oublie le froid
Je les vois se remplir
Du bouillon de l'amour
Les entends se nourrir
De la lueur du jour


Ils ont l'air si heureux
Et mon ciel est si bas
Leurs rêves les consument
Ils deviennent perles d'eau
Des petits bouts de brume
Au-dessus d'un ruisseau



la mise en musique est superbe et la voix d'eric décline avec sérénité

Une belle réussite Bravo Leni

   Anonyme   
2/2/2016
Commentaire modéré

   funambule   
2/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Juste un très joli texte de chanson merveilleusement mis en musique avec l'épure d'un simple arpège soulignant la voix d'Eric Le Noir qui sait si bien se confier à nous à travers les mots des autres. Sans vouloir chipoter ces belles pensées automnales, quelques adverbes ou pronom auraient pu être escamotées et rendre le texte encore plus beau... mais bon, il l'est déjà. Un trèèès agréable moment !

   Francis   
2/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il était le témoin d'un instant magique : la naissance de l'amour, peut-être le début d'un beau roman. Jadis, avait-il lui aussi vécu cet instant durant lequel ceux qu’Éros a choisis sont en apesanteur. Ses sentiments se bousculent : mélancolie, jalousie, pudeur... J'aurais choisi un autre adjectif que "furibond". L'imparfait du dernier vers souligne l'aspect éphémère de ce bonheur.

   Anonyme   
2/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Pour le texte, j'y lis encore une fois Brel en filigrane...(Orly)...mais vous avez raison de reformuler cette scène à votre façon, il y a des trouvailles très chouettes, et puis, pour le reste, encore une fois Eric Lenoir fait un très beau travail de composition et d'interprétation.

Bravo les artistes et à vous relire/réécouter.

C.

   StayinOliv   
26/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Et bravo pour vos paroles qui font mouche, et qui me font regretter à moi mes vingt ans, moi qui pourtant ne suis pas vieux. L'amour au début, l'insouciance de la jeunesse, le bonheur pour si peu, vous avez tout retranscrit ici avec vos images. J'ai adoré !

Olivier


Oniris Copyright © 2007-2020